Livres
477 708
Membres
458 606

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Carte et le Territoire



Description ajoutée par MlleAnastasia 2011-01-04T20:06:33+01:00

Résumé

Si Jed Martin, le personnage principal de ce roman, devait vous en raconter l’histoire, il commencerait peut-être par vous parler d’une panne de chauffe-eau, un certain 15 décembre. Ou de son père, architecte connu et engagé, avec qui il passa seul de nombreux réveillons de Noël. Il évoquerait certainement Olga, une très jolie Russe rencontrée au début de sa carrière, lors d’une première exposition de son travail photographique à partir de cartes routières Michelin. C’était avant que le succès mondial n’arrive avec la série des « métiers », ces portraits de personnalités de tous milieux (dont l’écrivain Michel Houellebecq), saisis dans l’exercice de leur profession. Il devrait dire aussi comment il aida le commissaire Jasselin à élucider une atroce affaire criminelle, dont la terrifiante mise en scène marqua durablement les équipes de police. Sur la fin de sa vie il accédera à une certaine sérénité, et n’émettra plus que des murmures. L’art, l’argent, l’amour, le rapport au père, la mort, le travail, la France devenue un paradis touristique sont quelques-uns des thèmes de ce roman, résolument classique et ouvertement moderne.

Afficher en entier

Classement en biblio - 274 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par x-Key 2010-12-09T19:35:05+01:00

Je suis content que tu sois autonome », répondit son père. J'ai connu plusieurs types, dans ma vie, qui voulaient devenir artistes, et qui étaient soutenus par leurs parents ; aucun n'a réussi à percer. C'est curieux, on pourrait croire que le besoin de s'exprimer, de laisser une trace dans le monde, est une force puissante ; et pourtant en général ça ne suffit pas. Ce qui marche le mieux, ce qui pousse avec la plus grande violence les gens à se dépasser, c'est encore le pur et simple besoin d'argent.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Argent

Houellebecq est un véritable filtre de la société contemporaine. Il sait retenir le substrat de la vie de ses semblables. Mais c'est pour leur servir en retour une potion au goût plutôt amer. D'autant plus amer qu'il n'a aucun scrupule à clouer au pilori qui le mérite à ses yeux et voir ainsi s'enrichir de nouveaux membres le bataillon de ses détracteurs. Se décrivant longuement sans complaisance dans ces pages, par la bouche de son narrateur, ne lui fait-il pas dire "que Houellebecq avait pour ennemis à peu près tous les trous du cul de la place parisienne."

Commençant à connaître le personnage, on imagine bien qu'il y a dans cette assertion plus de forfanterie que de regret ou de déplaisir. Sa prédisposition à la marginalisation relève chez lui d'une grande perspicacité à l'observation de la société, assortie d'une désillusion chevillée à l'âme. Au point que ses personnages se réfugient volontiers dans la solitude. Elle devient presque vengeance, rejet d'une certaine idée de la vie.

Dans La carte et le territoire, il s'inscrit lui-même à la liste de ceux qu'il affuble d'une philosophie de vie désabusée. Une forme d'ours mal léché vivant aux confins de cette société qu'il scrute d'un oeil expert du haut de son phare balayant le monde aussi loin que porte la vue dans la grisaille. Avec un style sans ambages, genre rentre-dedans-même-pas-peur, comme protégé par l'aura du talent, empreint d'une ironie d'autant plus assassine qu'elle est savoureuse.

L'homme est prisonnier de sa condition, seul au milieu de la multitude. Tous les systèmes politiques ont prouvé leur inaptitude à le réconcilier avec ses semblables. Que ce soit la "mystérieuse main invisible" du capitalisme ou la naïve utopie du socialisme. La foi en Dieu ne lui vient en dernier ressort, que lorsqu'il se fait à l'idée d'être acculé dans cette impasse qu'est la vie. Avec cette obsession de la déchéance physique qui prive l'être humain de sa capacité à séduire, seule distraction à cette déchéance justement.

Loin de rejoindre un Malraux qui voyait dans l'art un moyen de perpétuation, Houellebecq n'y voit qu'un moyen de rendre compte du monde. Mais là encore la perversion du système veut que, las de chercher à élever par le beau, l'adhésion se porte sur des chef-oeuvres décrétés. La morgue de pseudos spécialistes, auto-investis, est prête à promouvoir en oeuvre majeure le truc le plus improbable. Méprisant du même coup le non affranchi, lequel reste perplexe sur la raison du succès d'une incongruité. le résultat, c'est la carte routière devenue plus importante que le territoire.

S'offrant le luxe jubilatoire de faire de sa propre personne la victime d'un meurtre particulièrement sauvage, Houellebecq ferait de la carte et le territoire un ouvrage post mortem, si l'on en croit cette astucieuse construction avec laquelle il se met en scène lui-même. Il offre à ses contradicteurs une fin à la hauteur de ce qu'ils n'auraient osé espérer, en dédommagement sans doute du préjudice d'infériorité qu'il leur occasionne de facto par le discernement de sa pensée et le brio avec lequel il la met en texte. On le soupçonne d'une certaine délectation à s'organiser une fin spectaculaire et énigmatique. Devenir un mystère est un privilège quand on a eu une vie publique où tout le monde croit tout savoir sur soi au seul étiquetage de célébrité. Aucun trucidé n'a pu s'offrir le luxe de voir ses ex-contemporains livrés à la perplexité et aux conjectures dans la recherche du mobile du meurtre dont il a été l'objet. C'est le miracle de la littérature que d'autoriser au travers de la fiction toutes les fantasmagories. On s'en régale.

La dépression douce serait-elle une marque de fabrique chez Houellebecq qui s'ingénie à nous montrer "le caractère périssable et transitoire de toute industrie humaine." Je rejoins peu à peu les inconditionnels avec ce deuxième ouvrage que je lis de sa main. le prochain est déjà dans les tuyaux. Mais je vais néanmoins reprendre une bouffée d'optimisme avant. Il y a quand même un bougre de talent chez celui qui ne voit pas d'avenir en l'espèce, se faisant à l'idée que les hirondelles n'habiteront jamais un nid fabriqué de mains d'homme.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Duvallier 2019-11-03T17:47:33+01:00
Argent

Ce n'est pas le meilleur livre de Houellebecq , mais cela reste du "Houellebecq" !!! La carte et le territoire" est un bon livre, mais un cran en dessous des précédentes réalisations de Houellebecq. Trop de sujets abordés (certains de façon peu convaincante, comme la chronique ironique du microcosme culturel parisien), et on ne retrouve que par instants les fulgurances stylistiques qui font tout le délice des chefs d'oeuvre de l'auteur. Est-ce en dépit ou à cause de cela que c'est "La carte et le territoire", et non le très supérieur "La possibilité d'une île", qui a décroché le Goncourt ? Dans l'ensemble, j'ai apprécié le roman de Michel Houellebecq. Il a la plume tellement facile. Il écrit comme il respire. On peut contester le fond, mais pas la forme. Cependant je n'ai pas trop apprécié la troisième partie. L'auteur fait un retour dans le domaine "trash", les vieux démons ressurgissent. Heureusement l'épilogue apaisant arrive à point nommé.

Afficher en entier
Diamant

A ma grande honte d'intellectuelle (!) je n'avais pas encore lu d'Houellebecq car je me gavais de "vrai classiques" du XVIII e et XIX e siècles. Je viens de lire aussi La possibilité d'une ile , plutôt meilleur !

L'histoire de Jed Martin, un peintre et photographe qui subit un peu son existence et qui représente presque involontairement sa perception brute et pragmatique du monde.On y trouve toujours son regard désabusé une forme de cynisme, mais je trouve qu'il reconnecte dans ce roman avec la beauté des poésies de ses débuts.Réflexion sociologique, chronique de notre époque, bien menée grâce à l'entrée dans le récit par le portrait des personnages, une tentative réelle de lucidité avec relativement peu de cynisme pour ce qu'on connaît de l'auteur, et surtout un roman très documenté, d'un travail au service d'une réflexion globalement désabusée sur l'existence, menée généralement avec une juste distance et une certaine variété qui ne nuit pas à l'unité ni à la rigueur narrative. Finalement c'est assez drôle et plein d'un humour destructeur ! Moi je l'ai lu par petite tranches à savourer et pas d'une traite (trop gros pavé!)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par omireo 2019-07-23T18:18:21+02:00
Or

Un humour corrosif sur fond de critique de la société contemporaine , son mercantilisme , la vacuité de ses représentations (le héros est un peintre dont les sujets sont Bill Gates ou Steve Jobs) , noirceur du propos mais humour omniprésent , avis totalement subjectif bien sur

Afficher en entier
Or

Ce n'est pas le meilleur bouquin de Houellebecq, mais quand vous en avez lu pas mal, vous ne vous attendez pas à que des perles. L'histoire est différente cette fois avec l'auteur lui même décrit par Houellebecq. Assez marrant et narcissique néanmoins du grand n'importe quoi...

Je suis pourtant un grand fan de l'auteur et j'attendais peu etre trop de ce nouvel opus.

Donc pour ceux qui ne connaissent pas l'auteur et qui par ce livre voulaient le découvrir, je pense qu'ils vont etre eux aussi décu et ne vont pas comprendre pourquoi cet auteur est considéré si bon

Pour les autres, qui comme moi, connaissent et ont apprécié les livres précédent je pense qu'ils vont consternés et vont finir le livre et très vite l'oublier ou le revendre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par rebillard 2019-03-15T12:21:20+01:00
Diamant

Ce qui frappe dans cet ouvrage c'est que l'auteur se met en scène lui-même, complaisance à laquelle Michel Houellebecq ne nous avait pas habitué. Au premier abord tout se passe comme si il rejoignait ainsi le bataillon des post-modernes fascinés par l'auto référence, ce qui n'est d'ailleurs sans doute pas étranger au succès critique de son roman. Un Goncourt qui se lit avec plaisir! Le style est elegant, riche, bien rythme par une retrospective qui se veut presque autobiographique de Houllebecq lui-meme, a travers 2 personnages principaux: un artiste boheme et Houllebecq revisite en ecrivain associable. Le monde de l'art et le capitalisme insolant qui entretient ce microcosme surrealiste, l'amour et le materialisme, la vie, la mort : beaucoup de themes plutot serieux traites souvent avec pas mal de derision et provocation, comme le theme de l'euthanasie associe au carpes bresiliennes... et pour conclure, un regard plutot positif sur 2020, avec une France redessinee, cosmopolite et racee, comme une certaine bourgeoisie aimerait la voir évoluer

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LRenucci 2019-02-25T11:47:23+01:00
Argent

Très bien écrit scénario intéressant . l'auteur aborde des aspects philosophiques qui font réagir. L'histoire de Jed Martin, un peintre et photographe qui subit un peu son existence et qui représente presque involontairement sa perception brute et pragmatique du monde. Pas le meilleur bouquin de Houellebecq, mais quand vous en avez lu pas mal, vous ne vous attendez pas à que des perles. l'histoire est différente cette fois avec l'auteur lui même décrit par houellebecq. Assez marrant et narcissique néanmoins

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Pierre-J-1 2019-02-05T18:12:01+01:00
Argent

Houellebecq ... Gainsbarre de la littérature ! J´adore Gainsbourg ..

"La meilleure condition pour exercer un bon style, c´est d´avoir qque chose à dire" : ça c´est de l´auteur. Un résumé de ce livre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Kyoshiro 2019-01-31T00:29:13+01:00
Pas apprécié

Depuis le temps que j'entends parler de Houellebecq, je me suis dit "tiens, pourquoi ne pas commencer par celui-là ?"

En plus, il lui a valu le Goncourt. Ça doit forcément valoir le détour. Hé ben non ! J'ai trouvé ce roman d'un ennui mortel. Il ne se passe pas grand chose. Le rythme est lent. L'histoire (si tant est qu'on puisse parler d'histoire) n'est pas franchement entraînante. Et comble du n'importe quoi, l'auteur après plus de 250 pages du récit monotone de la vie du personnage principal, Jed Martin, artiste de son état, change complètement de genre et part dans un polar !

Si encore le polar était bien écrit, j'aurais pu comprendre. Mais là encore, c'est du n'importe quoi.

J'ai pu lire sur certaines critiques que Houellebecq avait un excellent style, et même parfois que c'était un génie littéraire. J'ai du mal à voir où se situe son génie. Il part souvent dans des digressions sans intérêt et qui n'apporte rien au récit. Mention spéciale à sa description de la vie sexuelle des mouches !

Le seul élément que j'ai apprécié est le fait qu'il introduise dans l'histoire des personnages réels tels que Jean-Pierre Pernaut, Frédéric Beigbeder ou encore Patrick Le Lay. Là où je trouve le procédé un peu limite, en revanche, c'est quand Houellebecq parle de Houellebec dans son roman ! Cela ne m'aurait pas gêné s'il ne s'était agi que de brèves allusions, mais là, Houellebecq en tant que personnage prend carrément la place de personnage secondaire ! J'ai trouvé ça d'une vanité incroyable.

Finalement, ce qui m'a le plus dérangé dans ce livre, ce n'est pas tant sa médiocrité que le fait qu'il ait reçu le Goncourt.

Je vais néanmoins faire l'effort de lire d'autres romans de l'auteur, histoire de voir si c'est juste celui-ci qui est mauvais ou bien si tous ses autres romans sont du même niveau.

Afficher en entier
Bronze

Bonne histoire avec des descriptions d'étude de cartes étonnantes ! En revanche, même si ce roman est très bien écrit (Michel Houellebec est vraisemblablement un grand écrivain), je trouve que cela manque d'intrigue et que l'histoire est un peu "plate". Pour les amoureux de classiques, je pense que cela plaira juste pour la plume de l'écrivain.

Afficher en entier

Date de sortie

La Carte et le Territoire

  • France : 2010-09-08 (Français)

Activité récente

omireo l'ajoute dans sa biblio or
2019-07-23T18:16:02+02:00
Lothar l'ajoute dans sa biblio or
2019-06-20T15:08:48+02:00

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Les chiffres

Lecteurs 274
Commentaires 33
Extraits 26
Evaluations 57
Note globale 6.69 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode