Livres
540 826
Membres
571 732

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Affirmer que les hommes sont des têtes de mule serait insultant. Pour les mules.

LA CHRONIQUE MONDAINE DE LADY WHISTLEDOWN, 2 juin 1813

Afficher en entier

[Tome 2]

— Et voilà ! s'exclama-t-il en tirant un chariot qui semblait avoir été conçu spécialement pour transporter les maillets et les boules en bois. Il est un peu vieux, mais rien qui puisse nuire au jeu.

— Sauf qu'il manque la boule rouge, lui rappela Kate avec un sourire.

— Ça c'est la faute à Daphné. J'accuse toujours Daphné, ça me facilite l'existence.

— Je t'ai entendu !

Afficher en entier

[Tome 2]

—Y aurait-il de la place pour une joueuse supplémentaire ? Puisque vous m'avez déjà exclue des rangs des demoiselles gentillettes ?

— Bien sûr ! répondit Colin. J'ai dans l'idée que vous vous entendrez très bien avec notre bande de tricheurs et conspirateurs.

— Venant de vous, commenta Kate en riant, je sais que c'est un compliment.

Afficher en entier

[Tome 2]

— J'ai promis à Mary de bien me comporter, répliqua-t-elle sans parvenir, en revanche, à masquer son ironie.

Anthony laissa échapper un rire sonore

—C'est curieux, marmonna Kate, Edwina a eu la même réaction.

Afficher en entier

Rien n'est plus susceptible qu'une situation de rivalité pour faire ressortir le pire chez un homme... ou le meilleur chez une femme.

LA CHRONIQUE MONDAINE DE LADY WHISTLEDOWN, 2 mai 1814

Afficher en entier

- Chaque jour, je t'aimerai un peu plus. Je t'en fais le serment. Chaque jour...

Afficher en entier

- Je t'aime, Daphné, murmura-t-il.

Afficher en entier

- Le rire est la meilleure des choses, ma chérie. Merci de nous le rappeler.

Afficher en entier

Les hommes sont comme les moutons de Panurge. Là où l'on va, les autres suivent....

LA CHRONIQE MONDAINE DE LADY WHISTLEDOWN, 30 avril 1913

Afficher en entier

[Tome 2]

— Vous... vous ne me croyez pas, balbutia-t-elle. Je n'arrive pas à croire que vous ne me croyez pas.

Anthony garda le silence. Il lui semblait inconcevable que Kate Sheffield, malgré tout son esprit et toute son intelligence, ne soit pas jalouse de sa sœur. Même si elle n'avait rien pu faire pour éviter cet incident, elle devait sûrement tirer un certain plaisir à voir Edwina ressembler à un rat noyé. Un rat séduisant, certes, mais néanmoins un rat noyé.

De toute évidence, Kate n'avait pas dit son dernier mot.

— Hormis le fait que je serais incapable de nuire à Edwina, riposta-t-elle, comment ai-je, selon vous, réussi à manigancer cet étonnant stratagème ? Ah, bien sûr ! continua-t-elle en se frappant le front, je connais le langage secret des corgis. J'ai ordonné au chien de me faire lâcher sa laisse et, comme j'ai aussi un don de seconde vue, je savais qu'Edwina serait au bord de la Serpentine. Alors, j'ai commandé au chien - par l'esprit, évidemment, car il était bien trop loin pour entendre ma voix - de changer de direction, de se précipiter sur Edwina et de la pousser dans l'eau.

— Le sarcasme ne vous sied pas, mademoiselle Sheffield.

— Rien ne vous sied, lord Bridgerton.

— Les femmes ne devraient pas avoir d'animaux domestiques quand elles sont incapables de les contrôler, déclara-t-il en se penchant d'un air menaçant.

— Et les hommes ne devraient pas accompagner des femmes et leurs animaux en promenade dans le parc quand ils ne savent pas non plus les contrôler, rétorqua-t-elle.

Anthony eut du mal à contenir le flot de rage qui le submergeait.

— Madame, vous êtes un danger pour la société.

Elle ouvrit la bouche comme pour riposter, se contenta de le gratifier d'un sourire mauvais, puis tourna vers son chien.

— Ébroue-toi, Newton !

Newton suivit la direction de son index, pointé droit sur Anthony, et, obligeamment, trottina jusqu'au vicomte avant de s'ébrouer une seconde fois des oreilles à la queue.

— Je... vais... vous tuer ! rugit Anthony qui s'élança vers elle, prêt à l'étrangler.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode