Livres
436 434
Membres
361 859

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par Im-a-Sassenach 2018-10-03T09:41:33+02:00
Or

Tout d'abord, un grand merci du fond du cœur aux éditions Nathan pour cet envoi à la superbe couverture, au résumé plus qu'attirant (Dystopie, mon amour, c'est tout ce que j'aime), qui nous motive à plonger dans cette histoire au titre plus qu'intriguant, qui recèle de mystères qui ne demandent qu'à être découverts.

On pourrait croire que cette vague de littérature dystopique qui nous submerge depuis quelques années déjà, à partir du moment où la saga Hunger Games, pour ne citer qu'elle, a enflammé l'intérêt des lecteurs adolescents à vrai dire, nous fait désormais difficilement avaler la tasse de ce scénario scénaristique de base, commun à toutes ces productions livresques, du lieu bon (topos) qui devient malade (la particule dys en grec) d'un gouvernement abusif et oppressant. Mais pour moi, il n'en est rien.

C'est même un genre qui me manque de temps à autre. Et puis, après tout, nous vivons nous même dans une dystopie qui ressemble à un mauvais cauchemar (pour ne pas parler de l'élection d'un certain président par exemple...) et il est bien important de nous avertir de ses dangers et de ses dérives. Bon, c'est pas l'invitation la plus alléchante du monde mondial pour vous faire découvrir ce roman, mais sérieusement, La cité de l'oubli a ce petit plus, ce je-ne-sais-quoi, qui le rend singulier, passionnant, innovant, prenant et accrocheur. Il a su me captiver dès les premières pages, même si le récit devient d'autant plus dynamique et immersif par la suite. De quoi me faire tomber sous le charme.

Etant une grande fan et pour m'être enfilée des dystopies à la pelle, de tous temps et de tous lieux, j'en ai vu des manières d'opprimer une communauté et de la garder derrière les barrières menant à un monde inconnu qui leur ouvre les bras, à eux qui se retrouvent enfermés sur eux même et incapables de comprendre qui ils sont et quelle est leur histoire.

Mères porteuses, univers ultra-sophistiqué avec de la technologie de pointe, couples formés en fonction des aptitudes, des physiques et des personnalités, familles formatées, émotions maîtrisées à l'aide de pilules, capteurs de senteurs ou carrément lavage de cerveau ou puces électroniques. Tout ces joujoux de science-fiction, vous les jetez ou presque à la poubelle (m'enfin, je dis ça, mais le relief de Canaan est une vraie caverne d'Ali Baba en matière de high-tech interspatial...). Bienvenue à Canaan, véritable prison dorée qui cache bien son jeu. Le suspens restera à son comble jusqu'au dernier moment, beware.

Tout au long de ma lecture frénétique, ce nom a résonné à mes oreilles, sans que j'arrive à me remettre son origine en tête. Et pourtant... Il s'agit de la terre promise, mes amis, celle où les hébreux sont menés par Moïse après la fuite d'Egypte. Rien que ça. Eh bien, quel cadeau empoisonné. Au premier abord, Canaan semble être un petit paradis, un lieu où vivre en paix et en harmonie avec la Nature, sereinement, ne jouissant que des choses élémentaires et en toute sécurité, où chacun a un talent d'artisan à exploiter pour servir au bien de la communauté. Or, ce n'est pas ainsi que Sharon Cameron a décidé de nous introduire à ce monde qui aurait dû être si idyllique. Croyez-moi, ce fût brutal et inattendu. Gardez vos yeux écarquillés, cette scène produit cet effet-là. En fait, ce roman aura de quoi vous faire ouvrir grands les yeux jusqu'au point final.

Au sein de ce monde particulier, balayé par une vague dévastatrice et malheureusement inévitable d'Oubli tous les douze ans, tels les douze coups de l'horloge, Nadia, notre héroïne, se trouve être celle qui fait grincer les rouages de cette machine qui aurait dû être bien huilée. En effet, Nadia, notre héroïne qui n'a pas froid aux yeux, n'a pas vu effacée de ses souvenirs la journée terrifiante de son premier et seul oubli jusqu'à présent, celui de ses six ans. Au contraire, elle s'en souvient jusqu'au moindre détail, comme gravée dans sa rétine.

Un simple « N'oublie pas » murmuré tel une prière, une imploration, aura tôt fait de marquer la jeune Nadia à tout jamais. Et moi aussi, d'ailleurs. Ce roman a eu le don de faire battre mon cœur de façon irrégulière et angoissante, et de mener mes émotions à la baguette. Une vraie montagne russe d'émotions, on passe du rire aux larmes à la peur et, malgré notre envie irrépressible de savoir la fin, on n'a pas envie au fond de quitter cette histoire, tant elle est bien écrite, d'une écriture si belle qu'elle nous envoûte.

Certes, nous n'aurons jamais le fin mot de l'histoire concernant le pourquoi du comment Nadia est un être se démarquant de manière inouïe de tous les autres habitants du village. Ce manque d'informations aurait pu être perturbant mais je l'ai vite oublié tant j'ai été réellement happé par une histoire d'amour prenante, des rebondissements imprévisibles, des retournements de situation et le thème original et bien développé et maîtrisé de cette histoire. Comme toujours, il faut un(e) élu(e) ramenant la lumière sur un monde plongé dans la nuit. Cependant, cela m'a peu importée au cours de ma lecture.

Ce qui m'a subjuguée, c'est le courage et la maturité qu'il a fallu à Nadia de supporter cette mémoire sur ses épaules, de devoir faire face chaque jour à une population aseptisée, à une mère devenue folle par ces fragments de souvenirs qui sont passés au travers du phénomène tant redouté de l'Oubli, à un père qui a abandonné sa famille d'origine la boule au ventre et un ruisseau de larmes coulant sur le visage, tant de questions et autres interrogations qui restent sans réponses. J'ai admiré sa détermination face à la menace que représentait le violent et tyrannique Jonathan, l'énigmatique et inquiétante Janis, à la tête du Conseil, face même à la froideur désarmante de sa sœur Lilya, qui la considère comme une intruse au sein de leur famille.

Mais méfiez-vous des apparences : les premières impressions sont souvent trompeuses et vous ne manquerez pas d'être surpris par ces personnages bien plus complexes et en profondeur qu'on ne pourrait le penser, dont les souffrances les ayant meurtris vous déchireront le cœur. D'autant plus qu'on suit l'histoire à travers les yeux de Nadia, à la première personne. C'est d'autant plus intense et déchirant, car malgré sa peur omniprésente qui lui donne le tournis, elle reste ambitieuse, elle va jusqu'au bout des choses et elle ne se laisse pas intimider. Elle est bouleversante et extrêmement touchante.

Effectivement, comment savoir quelle est votre place ? Quels sont vos proches ? Quel est votre passé ? Qui vous êtes réellement ? La vérité ne se sait pas, elle s'écrit. Le récit du pays de Canaan, de la planète devrais-je, sera ponctué d'extraits sporadiques des deux livres de Nadia, celui de la femme à en devenir de dix-huit ans et des poussières, et celui tenu par ses parents avant la violence, avant le sang, avant la rage, le désespoir, l'Oubli avec un grand O.

Au départ, j'ai été perplexe et confuse face à ces fragments parlants pour une âme mouvementée, torturée, qui cherche à tâtons où est la frontière entre la vérité et le mensonge. Les livres sont l'unique moyen de se raccrocher à un passé évanoui, révolu, à une identité incertaine. Chaque personne en a un, plusieurs, en fonction de l'âge, rattaché à eux par un cordon de cuir à leur corps, comme une partie intime qu'il ne faut pas violer.

Quelle ironie ! Des écrits, cela se rature, se corrige, se modifie, se brûle. Tel le Ministère de la Vérité dans le chef d’œuvre 1984 de George Orwell, dans les Archives impressionnantes de la Cité, à partir du moment où quelque chose est écrit noir sur blanc, il devient véridique, indiscutable.

En conclusion, je ne peux que fortement vous recommander ce roman qui, pour le coup, est quant à lui inoubliable. Une petite pépite de dystopie qui nous transporte dans son univers et qui est un savant mélange d'action, de romance, de suspens et de magie (Oui, oui, vous avez bien entendus ! Ça vous titille plus d'un coup, non ?)

J'ai vibré et succombé d'amour face aux personnalités tout feu tout flammes de Gray (un de mes nouveaux Book boyfriends, attachant et charismatique comme c'est pas permis) et Nadia, un joli duo aussi complice qu'imparable, adorable et brûlant de passion comme la braise, j'ai fondu d'amour en contemplant l'affection indéniable qui relie Nadia et sa pétillante, douce et maligne Genivie, j'ai trépigné d'excitation en découvrant la vérité, pour le coup, concernant le projet Canaan de coloniser une planète pure, intacte comparée à notre Terre ravagée, j'ai eu les larmes aux yeux et j'ai tremblé d'effroi, le poil hérissé, quand notre admirable héroïne a eu des choix à assumer et des sacrifices à faire pour ce qui lui semblait être juste au plus profond de son cœur. Et ce dénouement, mon Dieu...

Mais ce qui est absolument époustouflant et saisissant, c'est à quel point l'âme humaine peut se sentir impuissante face à ses actes, aux conséquences, à l'autorité sans vergogne aucune et à la cruauté sans bornes qui la pousse dans ses retranchements, jusqu'à commettre l'irréparable. Mais aussi à quel point elle peut aussi se montrer magnanime, compatissante, solidaire, aimante et brave.

Ce roman nous offre une réflexion sur l'Humanité, sur ses faiblesses et imperfections, mais aussi sur sa Beauté, qui mérite une sérieuse méditation et qui nous coupe le souffle au vu de sa justesse, qui va droit au cœur et à l'âme. Elle ne manque pas sa cible, à aucun coup. La goulée d'air est difficile à prendre en refermant le livre, tant l'apnée en eaux troubles fut profonde, tant le feu a manqué de nous brûler les mains et de nous embrumer les sens, le fouet de nous cingler le dos, le couteau de rouvrir les cicatrices du manque et de l'absence, mais aussi l'amour de nous donner la force de nous battre, quitte à en paraître fou ou minuscule.

Je suis ravie d'avoir pu découvrir la plume addictive, brillante, merveilleuse et intelligente de Sharon Cameron grâce à ce récit et l'aventure ne fait que commencer. Sinon, les cascades au bleu limpide de Canaan vous attendent derrière le mur de béton, pour un premier baiser et un panorama qui font que la vie en valent la peine. COUP DE CŒUR ♥

Alors, voudriez-vous inspirer à plein nez le parfum de cette fleur de roman, au risque d'en perdre la mémoire et la raison ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par NoemieYume 2018-09-11T15:00:36+02:00
Or

Un livre incroyable !

J'ai apprécié ce livre post-apocalyptique futuriste (comme la plupart du temps) avec, pour ma part, un énorme respect envers les réactions humaines à l'état pure !

Au début je n'étais pas vraiment tenté par l'histoire mais je ne regrette rien !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par AmandineMPL 2018-08-09T12:53:51+02:00
Argent

Imaginez un monde où tous les 12 ans, les habitants subissent un mystérieux phénomène : l'Oubli.

Une amnésie totale. Ils doivent alors repartir de zéro, et pour les aider ils ont en leur possession leur "livre", sorte de journal dans lequel ils écrivent jour après jour ce qui les constitue : leur identité. Sans leur livre les gens n'ont alors aucun moyen de connaître la vie qu'ils avaient avant l'Oubli, ils font alors partie du peuple des Perdus.

Maintenant, imaginez qu'une personne ne soit pas touché par ce phénomène. Cette personne c'est Nadia, notre héroïne. Elle n'oublie jamais. Et elle sait que son père a profité du dernier Oubli pour partir et refaire sa vie ailleurs dans la cité, pour cela il a falsifié les livres de sa famille. Nadia va donc partir à la recherche des réponses aux très nombreuses questions qui la hantent.

Tout d'abord, l'univers de l'autrice est très bien pensé, l'histoire est originale et innovante pour une dystopie, même si pour ma part j'ai trouvé que le début souffrait de quelques longueurs, heureusement l'intrigue donne tout de même l'envie de s'accrocher et de découvrir la suite. Et la suite est beaucoup plus rythmée et l'ont a hâte de percer les nombreux mystères de cette cité.

J'ai eu un peu plus de mal à m'attacher à Nadia, peut-être parce que le roman est écrit à la première personne, et il m'a manqué du sentiment sans doute.

En résumé, j'ai beaucoup apprécié ce roman, même si ce n'est pas un coup de cœur, cette dystopie en one-shot reste une découverte très agréable et une très bonne lecture, à découvrir !

Merci aux Editions Nathan de m'avoir fait découvrir ce roman et cette autrice.

http://mespetiteslectures.eklablog.com/la-cite-de-l-oubli-sharon-cameron-a132710112

Afficher en entier
Commentaire ajouté par azilishr 2018-06-16T11:36:02+02:00
Diamant

J'adore ! Je n'avais encore jamais lu de dystopie, et j'ai adoré le concept. Nadia est très attachante ainsi que sa soeur ! L'histoire est passionnante, les suspens tient et le scénario ne se déroule pas trop lentement, ni trop vite. Une fois lancés dedans, on en ressort plus avant la dernière page. Et si jamais j'oublie l'histoire, je n'aurais qu'à relire ce livre ! Mais un scénario pareil, ça ne s'oubli pas ! Bonne Lecture !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Valentinebouquine56890 2018-06-09T11:09:10+02:00
Or

J'ai été, dans un premier temps, assez surprise par l'univers proposé par l'auteure. L'image que je garde en tête est celle d'une cité très blanche, calme et bien propre où tout, et tout le monde, a une place bien définie. le livre est divisé en 3 parties différents : le commencement / la découverte et le jugement final. J'avoue que la première partie est assez lente à lire (manque d'action) mais le reste rien à dire.

Dans une vie antérieure, Sharon Cameron a été professeur de piano, maman à plein temps, généalogiste, présidente d'une troupe de théâtre et coordinatrice de la Society of Children's Book Writers und Illustrators (Société des auteurs et illustrateurs pour la jeunesse). Aujourd'hui, elle vit à Nashville (Tennessee) avec sa famille et se consacre pleinement à l'écriture. La Cité de l'Oubli est son quatrième roman.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par nilale 2018-06-01T10:27:43+02:00
Argent

face à cette couverture et à ce résumé très mystérieux, je ne savais pas du tout si j'avais devant moi une dystopie comme on en a maintes fois vu en littérature YA ou au contraire s'il s'agissait d'une dystopie novatrice et passionnante. Et je dois dire que je n'ai toujours pas la réponse exacte, même après lecture.

Le fait que j'aie reçu ce livre en épreuves non corrigées n'a pas aidé : les fautes d’orthographe et les tournures de phrase marquées par la traduction de l'anglais ne m'ont pas servies pour m'imprégner du style de l'auteure, je n'ai donc aucune idée de quelle est la part de la traductrice et de l'auteure dans ce que j'ai lu. Ce que j'en retiens, c'est un style assez simpliste, qui ne m'a pas paru très travaillé et qui rend, du coup, des personnages parfois simplifiés.

De l'autre côté, on a une intrigue intéressante, mais complexe. Parfois mal expliquée, elle montre à d'autres moments un fort potentiel. Disons qu'il y a comme une impression de déjà-vu à travers ce roman, de tout ce qui fait une bonne dystopie : un couple attachant, du mystère qui ne se révèle que peu à peu, une situation injuste contre laquelle se battre. Ces procédés étaient parfois utilisés grossièrement et parfois donnaient un véritable souffle à l'histoire. J'ai trouvé le milieu du livre et une grande partie de la fin passionnants, notamment dans les moments de grandes révélations où on comprend mieux l'univers construit par Sharon Cameron.

Les personnages eux-mêmes m'ont paru assez cliché au début : Nadia l'asociale et Grey le beau garçon qui s'intéresse de près aux activités pas forcément légales de Nadia, me paraissaient fades. Cette impression a heureusement changé au cours de ma lecture car leurs sentiments, leurs inquiétudes et leurs actions se sont complexifiées et ont rendu ces personnages plus réels. La romance elle-même était plaisante à lire.

Le roman se tient donc d'après moi en équilibre entre lieux communs de la science-fiction et fort potentiel qui te fait t'accrocher à ton livre pour mieux suivre la suite. Mon avis a été fortement biaisé par le fait qu'il s'agisse d'épreuves non corrigées (et, surtout, que ça se voit) donc j'espère ne rebuter personne avec ce livre car la vision de ce qu'est un bon livre de dystopie, à l'heure où de nombreuses sont déjà sorties, dépend réellement de chaque personne.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par merryfantasy 2018-05-10T17:43:39+02:00

J'ai tout de suite été attirée par le résumé de cette dystopie. Imaginez une cité où les habitants oublient absolument tout, tous les douze ans. C'est quand même dingue, non ? Du coup, je voulais savoir, d'emblée, pourquoi ils oubliaient et comment ils vivaient au quotidien avec cette problématique. Eh bien, j'ai bien aimé le résultat final.

D'abord, l'héroïne. On ne va pas se mentir, j'ai eu des petites impressions de Katniss au début du texte. Nadia est renfermée sur elle-même, ne parle que peu et semble ne pas prendre de plaisir à discuter avec les gens. En plus, elle passe le mur de la cité régulièrement, ce qui est interdit, pour aller chercher à manger. La comparaison s'arrête toutefois ici. Car très vite, son personnage évolue de manière très positive, et son épanouissement est très visible.

L'histoire m'a quant à elle bien surprise. Si, au début, on découvre le monde et l'on fait connaissance avec les personnages, on réalise très vite qu'un énorme secret (et un beau complot) se cache derrière l'Oubli. J'avoue avoir été étonnée de lire que cela se passait si... loin. Vous verrez, c'est surprenant, et cela ajoute de la cohérence et de la crédibilité à ce texte.

Le style, enfin, est très agréable à lire. L'intrigue va crescendo, et cela se sent dans le rythme, qui s'accélère petit à petit pour nous offrir un final à la hauteur de ce que l'on pressentait. En plus, à chaque fin de chapitre, un extrait du Livre de Nadia nous est communiqué, qui se mariait très bien avec les événements en cours. En bref, je me suis bien régalée avec cette lecture !

https://mes-reves-eveilles.blogspot.fr/2018/05/la-cite-de-loubli.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par petitesouris6 2018-04-30T18:18:58+02:00
Bronze

Bon livre assez original je trouve avec ses personnes qui perdent la mémoire et ne se souvienne de rien tout les 12 ans. Nadia est pleine de courage mais surtout à très envie de découvrir pourquoi elle ne perd pas là mémoire et se qui s'est passé réellement depuis le début.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lou-du-76 2018-04-22T18:37:50+02:00
Diamant

Gros coup de coeur pour cette dystopie tout simplement incroyable !

Tous les douze ans, les habitants de la ville de Canaan perdent leurs souvenirs. Aucun ne se rappelle qui ils ont été, et avec qui ils ont partagé leur vie, c'est pourquoi ils écrivent tout dans un livre qu'ils gardent avec eux. Seulement, Nadia, fille de la teinturière, se rappelle de tout. Car elle n'a jamais subit l'Oubli.

La plume de Sharon Cameron est très agréable, elle décrit avec beaucoup de détails ses personnages et nous embarque dans cette société totalement mystérieuse.

Il ne se passe pas grand chose les deux-cents premières pages, l'auteure approfondissant la manière de vivre de cette société, son fonctionnement ; et le quotidien de Nadia.

Il y a beaucoup de suspense et après ces 200 pages sans véritable action, beaucoup d'événements chamboulent toute l'histoire. On va de découverte en découverte, on s'immerge dans ce récit incroyable. Ce roman est un véritable page-turner lorsqu'on arrive à la moitié.

Impossible de lâcher cette oeuvre, et c'est en partie grâce à Nadia, personnage très fort qui ose s'imposer. Elle a un véritable caractère et chacune de ses actions est avant tout menée pour les autres. J'ai beaucoup aimé ce personnage, et je l'ai trouvée très réaliste ; très authentique.

Gray est lui aussi un gros coup de coeur, même si au début de l'histoire je n'ai pas ressenti d'identification, c'est très vite arrivé et je n'ai pas été déçue.

Il y a une réelle évolution des personnages, et ça ne rend l'histoire que bien meilleure.

La fin est époustouflante et angoissante, on est jusqu'au bout en plein questionnement sur ce qu'il va se passer. Tout va très vite, mais Sharon Cameron nous conte une histoire tout aussi détaillée et travaillée.

Je n'ai pas été déçue du dénouement, et je me suis mise à aimer beaucoup d'autres personnages en apprenant plus sur eux.

Une belle découverte qui m'a laissée sans voix, j'espère vous convaincre de lire cette oeuvre !

Bonne lecture !

Lou

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Leliluce 2018-04-20T21:59:05+02:00
Diamant

La Cité de l'Oubli est une dystopie comme il y en a peu. Ce livre est addictif avec une écriture fluide et une histoire originale. Je suis rassurée qu'après autant de dystopie il y ait encore des pépites comme celle-ci.

Je vous conseille fortement ce livre. Nadia est une héroïne comme on les aime, forte, courageuse, solitaire et attachante. Une fois que vous l'aurez commencé vous ne pourrez plus vous arrêter.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode