Livres
388 480
Comms
1 361 918
Membres
276 964

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

"Que se passe-t-il ?" C'était Jace qui avait réussi à se libérer du groupe de danseurs. Il avait sur lui encore plus de ce produit chatoyant, des gouttes argentées s'accrochaient le long de ses cheveux dorés. "Clary ?"

"Pardon" dit-elle en se remettant debout. "Je me suis perdue dans la foule".

"Je m'en suis rendu compte" dit-il. "Un instant je dansais avec toi et celui d'après tu avais disparu et un loup-garou très persistant était en train d'essayer de défaire les boutons de mon jean". Il prit la main de Clary, entourant légèrement son poignet avec ses doigts. "Veux-tu rentrer à la maison ou danser encore ?'

"Danser encore" dit-elle à bout de souffle."ça te va ?"

"Vas-y". Sébastien se pencha en arrière, les mains appuyées derrière lui sur le bord de la fontaine, son sourire pareil à la lame d'un rasoir. "ça ne me dérange pas de regarder".

Quelque chose traversa furtivement la vision de Clary: le souvenir d'une empreinte de main sanglante. La vision disparut aussi vite qu'elle était venue et elle fronça les sourcils. La nuit était trop belle pour penser à des choses horribles. Elle regarda de nouveau vers son frère pendant un instant avant de laisser Jace la conduire de nouveau vers la foule, près des ombres, là où il y avait moins de monde. Une autre boule de lumière colorée éclata au dessus de leurs têtes pendant qu'ils marchaient, dispersant de l'argent et elle leva la tête attrapant sur sa langue les gouttes douces et salées.

Jace s'arrêta et la fit pivoter vers lui. Elle sentait le liquide argenté couler le long de son visage tel des larmes. Il l'attira contre lui et les embrassa, comme si il voulait faire partir des larmes. Ses lèvres chaudes contre son visage la firent frissonner. Elle attrapa la fermeture éclair de sa veste militaire, la défit et glissa ses mains à l'intérieur, puis sur le coton de sa chemise, ensuite sous l'ourlet, ses ongles griffant légèrement ses côtes. Il s'arrêta et passa la main derrière son cou, se penchant pour chuchoter dans son oreille. On ne pouvait dire d'eux qu'ils dansaient encore: la musique hypnotique pulsait tout autour d'eux mais Clary n'y prêtait presque pas attention. Un couple qui passait en dansant près d'eux fit un commentaire moqueur en tchèque: elle ne comprit pas ce qui était dit mais l'idée était "trouvez-vous une chambre".

Jace fit un bruit impatient puis il la tira derrière lui au travers de la foule pour l'emmener dans une des alcôves qui se trouvait le long des murs.

L'alcôve était de forme conique avec au milieu un socle de pierre bas sur lequel se trouvait une statue d'ange qui devait mesurer un peu moins d'un mètre de haut. Elle était faite de basalte noir mais ses yeux étaient en verre, comme ceux d'une poupée et ses ailes étaient en argent. Le sol était glissant et humide. Ils dérapèrent dessus et se retrouvèrent contre un mur, Jace y était adossé et soudain il se mis à l'embrasser, des baisers violents et affamés. Il avait un goût doux et salé aussi et gémit quand elle lécha ses lèvres pour les goûter. Elle glissa ses mains dans ses cheveux. Il faisait sombre dans l'alcôve, si sombre que Jace n'était qu'une esquisse d'ombres et d'or. Elle attrapa les pans de sa veste et les poussa sur ses épaules, la veste tomba au sol et il donna un coup de pied dedans pour l'éloigner. Elle mit ses mains sous son tee-shirt, griffant son dos et ses doigts s'enfoncèrent dans la peau qui se trouvait là, de la douceur sur des muscles durs.

Il l'embrassa encore plus fort et elle s'agrippa à ses épaules pendant qu'il suçait dans sa bouche sa lèvre inférieure tout en la mordant. Ce qui envoya dans son corps une onde de plaisir mêlée de douleur. Elle se tortilla pour se rapprocher encore et sentit sa respiration s'accélerer; elle pouvait sentir le goût du sang dans sa bouche, chaud et salé. C'était comme si ils voulaient se couper en deux pensa-t-elle pour grimper l'un à l'intérieur de l'autre, respirer le souffle de l'autre et partager leurs battements de coeurs même si cela devait les tuer tous les deux. Il y avait du sang sous ses ongles là où elle lui avait griffé le dos.

Jace la poussa en avant, les retournant tous les deux pour qu'elle se retrouve ainsi pressée entre lui et le mur. Pendant qu'ils se tournaient il attrapa le bord de la statue de l'ange, la renversant au sol où elle se brisa dans un nuage de poussière de marbre. Il rit et se laissa tomber au sol devant elle où il se mit à genoux parmi les vestiges de la statue. Elle le regarda médusée pendant qu'il passait ses mains, de ses bottes vers ses jambes nues, jusqu'à la dentelle qui bordait le bas de sa robe légère à bretelles. Elle bloqua sa respiration quand ses mains fluides comme de l'eau, remontèrent le long de la soie, jusqu'à sa taille, pour agripper ses hanches, laissant des traces argentées sur le tissu.

"Que fais-tu ?" murmura-t-elle. "Jace ?"

Il leva la tête pour la regarder. La lumière particulière du club donnait l'impression d'un étalage de couleurs fracturées dans ses yeux. Son sourire était malicieux. "Tu peux me dire d'arrêter quand tu veux" dit-il. "Mais tu ne le feras pas".

"Jace ..." Il empoigna la soie de la robe, remontant l'ourlet et il se pencha pour embrasser ses jambes, la peau nue au bord de ses bottes, ses genoux (qui aurait cru que les genoux étaient si sensibles ?) et plus haut, là où personne ne l'avait embrassée auparavant. Les baisers étaient légers et son corps de tendit, elle voulait lui dire qu'elle en voulait encore, mais elle ne savait pas quoi, elle ne savait pas exactement ce dont elle avait besoin mais cela n'avait pas d'importance car lui avait l'air de le savoir. Elle laissa se tête retomber en arrière contre le mur, les yeux mi-clos, n'entendant que les battements de son coeur comme un tambour dans ses oreilles, de plus en plus fort.

SOURCE : http://www.citedestenebres.com/archives/la_cite_des_tenebres___the_mortal_instruments_/index.html

Afficher en entier

Jace posa ce qu'il tenait dans la main sur le bord de la fenêtre et attrapa Clary. Elle vint se blottir contre lui, et la main de Jace vint se glisser sous son T-shirt pour se faire caressante, possessive, dans le bas de son dos. Il se pencha pour l'embrasser, doucement au départ, mais la douceur ne dura pas longtemps et très vite, elle se retrouva contre la vitre de la fenêtre, ses mains sous le T-shirt de Clary - son T-shirt -

"Jace." Elle s'écarta légèrement de lui. "Je suis presque sure que les gens dans la rue peuvent nous voir."

"On pourrait..." Il fit un geste vers le lit. "Aller ... là-bas."

Elle sourit. "Tu as dit ça comme si ça t'avais pris du temps pour avoir cette idée."

Quand il parla, sa voix était étouffée contre son cou. "Qu'est ce que tu veux, tu ralentis mes capacités de réflexion. Maintenant, je sais ce que c'est que d'être normal."

"Comment... est-ce que c'est?" Les choses qu'il faisait avec ses mains sous son T-shirt l'empêchaient de rester concentrée.

"Horrible. Je suis déjà bien en dessous de mon quota de commentaires spirituels quotidiens."

Source:Dans notre petite bulle

Afficher en entier

"Jace, qu'est-ce que tu préfères chez Clary?"

Jace : Elle ne baisse jamais les bras... Et aussi son...Euh, laisse tomber.

"Jace, envisagerais-tu de sortir avec Simon?"

Jace : est-ce que le fait de faire un plongeon dans une piscine pleine de lames de rasoir pourrait être une alternative?

"Jace, Que ferais-tu si Clary te quittait pour Simon?"

Jace : Je penserais qu'elle est possédée.

Avec combien de filles es-tu sorti?

Jace : Une, deux, trois, quatre - est-ce que les jumelles ça compte pour une ou deux?

Décris toi en 3 mots.

Jace : Mieux que le sexe.

Quand as-tu l'intention de faire l'amour avec Clary?

Jace: J'ai rien de prévu samedi.

Est-ce que ça t'arrive de te demander ce à quoi Clary rêve?

Jace : Moi, je présume.

Qu'est ce que tu dirais si Clary avait une jumelle complètement identique?

Jace :Ce serait chaud...

Afficher en entier

"A chaque fois qu'on se voit on se retrouve au lit - je sais que c'est moi qui a commencé, je ne t'accuse pas - c'est juste que peut être on devrait *parler*."

Afficher en entier

« - J'ai un plan.

Il grogna :

- J'en avais bien peur.

- Mes plans ne sont pas si terribles !

- Les plans d'Isabelle sont terribles. Il la désigna du doigt. Tes plans sont suicidaires. Voir pire.»

Afficher en entier

"On ne devrait pas," protesta Isabelle. "L'Enclave a un plan."

"L'Enclave a l'intelligence collective d'un ananas," dit Jace.

Alec les regarda. "Jace a raison."

Isabelle se tourna vers son frère. "Qu'est ce que tu en sais? Tu ne faisais même pas attention."

"Si," Alec dit, insulté. "J'ai dit que Jace a raison."

"Ouais, mais il y a 90% de chances que j'aie raison presque à chaque fois, donc ce n'est pas une preuve que tu étais en train d'écouter," dit Jace. "C'est juste une bonne supposition."

Afficher en entier

"Tu veux que je dise à Isabelle de venir?"

"Isabelle est là?" Magnus réussit à paraître amuser, malgré tout.

"Elle - Elle, heu, a passé la nuit ici."

"Alec sera ravi de l'apprendre. Peut-être pourrions nous faire un concours pour voir lequel d'Alec ou Jocelyne te tuera en premier." gloussa Magnus.

Afficher en entier

Jace sauta par-dessus le comptoir en un seul mouvement, atterrissant à côté de Clary. Il s'agenouilla et la tira vers lui, passant ses mains sur son corps, ses yeux noirs-dorés d'inquiétude. Elle l'attrapa par les poignets. "Je vais bien", dit-elle. Son coeur battait, son sang chantait dans ses veines. Il ouvrit la bouche pour dire quelque chose mais elle se pencha vers lui, mit ses mains de chaque côté de son visage, ses ongles s'enfonçant. "Je me sens bien", dit-elle et elle l'embrassa sauvagement, et il lui rendit son baiser, ébouriffé et en sueur et en sang, elle gouta du sel dans sa bouche sans savoir si c'était celui de Jace ou le sien.

Source : http://twilight-teamsuisse.blogspot.com/

Afficher en entier

Clary sauta sur le comptoir, et s'en éjecta à l'instant où son arme s'illumina en une explosion de lumière. Elle atterrit sur le démon, le clouant au sol. L'un de ses bras s'enroula autour d'elle comme une anguille mais elle le coupa net dans un mouvement précis de rotation de sa lame. Du sang noir gicla, brulant la peau nue de son poignet sous sa manche.

Le démon fixa sur elle ses yeux rouges effrayés.

"Arrête," râla-t-il. "Je pourrais te donner tout ce que tu veux"

"J'ai déjà tout ce que je veux," dit elle, et elle abattit son poignard séraphique sur lui.

Afficher en entier

« - Je t'ai poignardé. Avec une épée géante. Tu as pris feu.

- Ok..., dit-il. Donc peut-être que nos problèmes ne sont pas les mêmes que les autres couples.»

Afficher en entier