Livres
478 191
Membres
459 667

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La colombe et le faucon



Description ajoutée par cricribib 2012-10-12T19:58:52+02:00

Résumé

Shane Hawkhurts ne l'a jamais vue : il l'a épousée par procuration! Seul sa dot, des terres jouxtant les siennes, l'intéresse. Qu'elle reste maintenant en Irlande, tandis que lui, le capitaine de vaisseaux favori d'Elisabeth 1, s'amusera à la cour!

Mais Alfange ne l'entend pas de cette oreille. Elle s'introduit à la cour en tant que dame d'atours de la reine. Sa beauté provocante fait chavirer tous les coeurs, son impertinence crée scandale. Shane est fou de désir pour cette inconnue troublante. Elle sera sienne. A n'importe quel prix!

Le but d'Afrange est simple : séduire ce mari odieux, devenir sa maîtresse... faire de lui son esclave pour mieux le rejeter! Vengeance délicieuse, croit-elle...Et même si son corps la trahit, son coeur demeurers intraitable. jusqu'à quand?

Afficher en entier

Classement en biblio - 31 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par claire-obscure 2014-05-30T15:38:18+02:00

En ces temps-là [1586], les filles devaient prendre époux avant seize ans. Sinon, elles étaient considérées comme des rebuts, des parias.

-----------------------------------------

- Les robes ont besoin d’être lavées – sous les bras, les taches de sueur, c’est terrible ! Et cette fichue pâte blanche dont elle [Elisabeth 1ère] s’enduit le visage, un mélange de blanc d’œuf, d’alun et de borax. Le borax est infernal à détacher des collerettes… et des perruques, expliqua-t-elle en baissant à nouveau la voix sur ce dernier mot.

-----------------------------------------

Elle s’assit sur un tabouret et commença à frotter avec un torchon savonneux les robes de la reine. Des auréoles de nourriture, de vin, de sueur et de maquillage tachaient les corsages. Quant aux jupes, elles étaient poussiéreuses, souillées de boue et même d’excrément de chevaux.

-----------------------------------------

Il est vrai que la reine me fait l’honneur de croire en ma fidélité, dit Cecil [William Cecil, 1er baron Burghley, homme politique anglais et conseiller d'Elizabeth I) en souriant. Mais, messieurs, vous vous méprenez si vous pensez qu’elle suit aveuglément mes conseils. Elle écoute avec grand respect, puis agit comme elle l’entend. Je dois insister, plaider, câliner, enjôler, tricher, flatter pour l’amener à des représailles contre l’Espagne.

-----------------------------------------

[…] Tu as remarqué que je lui avais sorti trois robes rouges. Il y a une raison… le sang du gibier abattu ne se verra pas trop.

- Elle [Elisabeth 1ère] ne dépouille pas les bêtes elle-même, quand même ? demanda Alfange, parcourue d’un frisson de dégoût.

- Si ! Tout juste ! Au moment où la proie est tuée, elle a le couteau en main, prête à l’égorger et à lui couper les oreilles, qu’elle offre à ses favoris.

-----------------------------------------

Il sortit de son pourpoint un écrin recouvert de velours et le mit dans les mains d’Alfange. Il contenait un bracelet en or constellé de diamants. Une inscription était gravée sur la face intérieure : Pouvez-vous me pardonner ? Elle le glissa à son poignet et prit dans l’écrin la bague assortie. A la lumière elle y lut une petite phrase : Pouvez-vous m’aimer ?

-----------------------------------------

- Voudriez- vous connaître les Sept Nœuds qui mènent au Paradis ?

- Oh oui ! s’exclama-t-elle en riant .

- La femme fait sept nœuds sur un fil de soie. Puis, tout en douceur, elle le fait pénétrer dans son partenaire… ici.

Il posa alors un doigt sur la petite partie intime entre ses fesses. La stupéfaction rendit muette la jeune femme.

- Et quand l’homme atteint le comble de la jouissance, elle retire lentement le fil. A chaque nœud, il connaît un nouvel orgasme… sept en tout !

-----------------------------------------

- Alfange, quand je délirais, ne vous ais-je rien raconté ?

Il y eut un long silence, Alfange cherchait ses mots.

- Vous m’avez tout raconté, dit-elle doucement.

- Tout ?

Son visage devint pâle. Elle acquiesça d’un lent signe de tête.

- Deux pères… deux pays… deux engagements. Votre ami Fitz…

[…]

- Si j’écoutais mes pensées, je vous tuerais à l’instant même.

- Ah, Jacob, être irlandais, c’est savoir que l’insouciance de la jeunesse ne dure pas longtemps.

- Je crois que nous avons un proverbe semblable en hébreu, répondit Goldman avec une moue.

Ils échangèrent de tristes sourires.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par claudiacarmelo 2016-08-09T06:17:44+02:00

hmmm je possède ce livre mais, je n'ai plus les dernières pages, à partir de la page 334!!! Pourrais-je avoir la fin de l'histoire svp???????

Afficher en entier
Commentaire ajouté par cricribib 2013-02-22T15:53:44+01:00
Lu aussi

une petite vengeance qui finalement ne fini par ne punir qu'elle. un bon moment j'aime les roman historique rien de transandant pour celui ci mais quand même bien

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Tite_Nath 2013-01-20T14:20:11+01:00
Bronze

Avec un résumé prometteur, ce livre s’annonçait assez pimenté et humoristique.

Le début commence doucement et on découvre progressivement la vie de Sara (ou Alfange) qui n’est pas franchement exaltante, mais plutôt triste et frustrante. Alors quand un homme vient l’épouser pour ses terres, sans même se donner la peine d’être présent au mariage, on se dit que la vengeance d’Alfange nous promet quelques scènes excellentes.

Le roman est un peu long à se mettre en place, malgré un univers assez sympa où l’on découvre la vie à la cours sous le règne d'Élisabeth. De plus, beaucoup de scènes sont survolées et manquent d’approfondissement. On se retrouve souvent à passer d’une scène à l’autre sans transition, ce qui m’a un peu frustrée et perturbée dans ma lecture.

A part ça, les personnages sont plutôt attachants et ont beaucoup de charisme. J’ai adoré ce couple qui se provoque sans arrêt. Certaines répliques sont drôles et j’attendais beaucoup de leur rapprochement. Malheureusement, s’il y a un peu de tension, elle retombe comme un soufflet dès qu’il y a un baiser (et plus si affinité) car les phrases trop clichées (ou le style trop vieillot ?) ne nous transmettent aucunes émotions… Et c’est vraiment dommage, car cette histoire avait du potentiel !

Heureusement, la fin m’a laissée sur une note positive puisque l’action s’enchaine et la romance se révèle mignonne et touchante.

Afficher en entier

Date de sortie

La colombe et le faucon

  • France : 2001-02-26 - Poche (Français)

Activité récente

Bibi-01 l'ajoute dans sa biblio or
2016-09-17T22:53:43+02:00

Évaluations

Les chiffres

Lecteurs 31
Commentaires 3
Extraits 1
Evaluations 8
Note globale 7.33 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode