Livres
429 335
Membres
350 984

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

— Écoute un peu, John Matthew, dit-elle en lui prenant le menton dans la main. Je refuse que tu me transformes en midinette gaga de son amant. Sûrement pas. Je suis bien plus dure que ça.

Sa voix était sévère, et elle pensait chaque mot. Sauf que, il remua contre elle. Dès qu’elle sentit son sexe énorme s’enfoncer en elle, elle ronronna.

Ronronna ?

Elle n’avait jamais entendu dans sa gorge un tel son— qu’elle aurait bien préféré étouffer… si elle avait pu. Tout au contraire, elle recommença. Pas terrible pour illustrer son beau discours.

John baissa la tête vers son sein et commença à embrasser son mamelon tout en continuant ses va-et-vient paresseux.

Xhex se cambra, et planta à nouveau ces deux mains dans ses cheveux, savourant leur épaisseur soyeuse.

— Oh, John…

Mais il s’arrêta net, lâchant la pointe de son sein. Il arborait un si grand sourire qu’elle se demanda comment sa bouche de se déchirait pas.

Manifestement son expression signifiait : Je t’ai eue.

— Salaud, dit-elle en riant.

Il hocha la tête— et continua à lui faire l’amour.

Elle adorait qu’il soit ainsi avec elle : Jamais soumis, toujours tendre. Parfait. Quelque part, elle le respectait encore plus d’une telle attitude. Elle aimait la force. Sous toutes les formes : Physiques et mentales. Même dans une plaisanterie.

— Je ne suis pas vaincue, tu sais ?

Il pinça les lèvres et secoua la tête, pour dire : Bien sûr que non.

Et il commença à s’écarter d’elle. Aussitôt, Xhex grogna et lui planta les ongles dans les fesses.

— Non, mais ça ne va pas ? Où crois-tu aller ?

John se mit à rire en silence. Il s’agenouilla, lui écarta grand les jambes, et posa à nouveau la bouche sur elle… comme au tout début.

Elle hurla si fort son nom que l’écho ricocha sur les murs carrelés, tandis qu’il lui donnait le plaisir dont elle avait besoin.

Afficher en entier

— Oh… mon Dieu. (La voix était étouffée.)

— Est-ce donc si évident, Doc ? demanda le roi.

La femelle eut du mal à répondre. Ce n’était pas le genre de réaction qu’on avait envie de voir chez un médecin. Bien sûr, Payne avait parfaitement conscience de ses blessures. Cependant, elle aurait aussi bien pu ne pas connaître de la gravité de sa condition.

— Je suis—

— Viscs.

Le nom lui figea le coeur.

Parce qu’elle ne l’avait plus entendu depuis deux siècles.

— Pourquoi parlez-vous de mon frère défunt ? murmura-t-elle.

Soudain, le visage spectral du physicien prit une forme solide, et ses yeux vert sombre révélèrent un étonnement sincère. Á voir sa peau si pâle, elle venait de recevoir un choc émotionnel.

— Votre frère défunt ?

— Mon jumeau… Qui est depuis longtemps passé dans l’Au-delà.

Le physicien secoua la tête, et plissa ses yeux intelligents.

— Viscs est vivant. C’est mon compagnon. Il est vivant. Et vit ici.

— Non… Ce n’est pas possible. (Payne regretta de ne pouvoir agripper le bras solide du docteur.) Vous mentez— Il est mort depuis longtemps—

— Non. Il est vivant.

Afficher en entier

— Vous pourriez me dire ce que c’est ? demanda le tatoueur.

John leva les yeux, et ne vit aucune raison de mentir. D’ailleurs, Qhuinn et Blay savaient déjà la vérité. Il agita les mains.

Blay parut surpris mais il traduisit :

— Il dit que c’est le nom d’une fille.

— Ah. C’est bien ce que je pensais. Ils vont se marier ?

John esquissa quelques signes, et Blay répondit :

— Non. C’est un mémorial.

Afficher en entier

-Je vais rentrer avec toi au manoir , John , intervint Xhex.

Lorsque John croisa les yeux de Xhex, son empreinte émotionnelle était aussi illuminée qu'un casino à Las Vegas.

[...] Rhage s’interposa devant lui.

— Hey, salut. Comment va ? dit Hollywood la main tendue. J’aimerais me présenter : Je suis le gros baraqué qui va te flanquer de force dans le Hummer de ton copain Qhuinn, dès qu’il reviendra. Je préfère que tu sois au courant avant que je t’embarque sur mon épaule comme un sac de linge sale.

Afficher en entier

La voix rauque de Xhex attisa son excitation.

- On est montés là juste pour la vue... ou tu avais une autre idée derrière la tête ?

John l'embrassa, glissant la langue entre ses lèvres pour mieux la savourer. Et il continua en marchant vers sa...

Leur chambre.

A l'intérieur, il la déposa sur le lit et elle leva les yeux sur lui prête à recevoir ce qu'il désirait lui donner.

Aussi parut-elle surprise quand il se détourna.

Pour revenir aussitôt avec le cadeau qu'il avait choisi pour elle.

- J'ai été élevé comme un humain et, quand les gens de cette espèce se marient, l'homme offre à sa femme un gage d'affection.

En proie à une soudaine bouffé de nervosité, il poursuivit :

- J'espère que ça te plaira. J'ai essayé de te faire plaisir.

Xhex se redressa et ses mains tremblèrent légèrement quand elle souleva le couvercle de l'écrin.

- Qu'est-ce que tu as fait là, John Matthew...?

Elle retint son souffle et John trouva ça carrément charmant.

Il prit entre ses doigts la lourde chaine reposant dans son écrin de velours. Le diamant carré serti de platine était un six carats... Il ne savait pas trop ce que ça voulait dire et ça n'avait pas d'importance. Tout ce qui comptait à ses yeux, c'était que ce fichu caillou était assez gros, assez brillant, assez étincelant pour être repéré depuis le fin fond su Canada.

Juste pour décourager les mâles qui la trouveraient à leur goût, il voulait être sûr que tout le monde sache qu'elle était prise. Et si son odeur d'union ne parvenait pas jusqu'à leurs narines, alors la pierre leur brûlerait forcément la rétine.

- Je n'ai pas pris de bague parce que je sais que tu vas te battre et je ne voulais pas que ça te gêne. Si tu le veux bien, je serais très heureux que tu le porte tout le temps...

Xhex prit son visage dans ses mains et l'embrassa si fort et si longtemps qu'il peina à retrouver son souffle. Mais il s'en moquait.

- Je ne l'enlèverai jamais. Jamais, tu m'entends ?

Reprenant sa bouche, John la chevaucha, la forçant à s'allonger contre les oreillers, ses mains glissant vers ses seins puis sous ses hanches. Son corps massif plaqué contre celui de Xhex, il souleva les innombrables plis de satin, à la recherche de ...

Une vague de frustration le submergea quand il crut un instant ne jamais trouver la fermeture...

Oh... la robe était encore plus belle posée sur le lit.

John fit l'amour à sa femelle lentement, langoureusement, savourant le contact de sa peau, la caressant avec ses mains et sa bouche. Et lorsqu'il la pénétra enfin, l'instant fut si parfait qu'il s'immobilisa. La vie l'avait amené là, avec elle; elle les avait réunis tous les deux...

C'était le début de l'histoire dont il souhaitait se rappeler, désormais.

- Dis-moi, John... murmura-t-elle d'une voix suave.

Il siffla sur une note ascendante.

- Je songe à me faire tatouer, moi aussi.

Comme il inclinait la tête de c^té d'un air interrogateur, elle promena les mains sur ses larges épaules.

Tu voudras bien m'accompagner à ce studio de tatouage ? Je porterais volontiers ton prénom dans mon dos.

L'orgasme qui le happa fut plus éloquent que les mots qu'il ne pouvait prononcer.

Laissant échapper un rire de gorge, Xhex fit onduler ses hanches contre es siennes.

- Je prends ça pour un oui.

Oui, songea John en s'enfonçant plus profondément en elle. Oui, oh, putain, oui...

Après, tout, ce qui était bon pour un mâle était bon pour sa femelle. Et vice versa.

Dieu qu'il aimait la vie. La vie, tous les occupants de cette maison et toutes personnes respectables aux quatre coins de la terre. Le destin n'était pas toujours tendre... mais il faisait les choses bien.

Au bout du compte, tout ce qui finissait par arriver était prévu de longue date.

Afficher en entier

Quand Qhuinn jeta un dernier regard sur le beau visage de son meilleur ami, il eut la sensation de n'avoir jamais connu ces cheveux roux, ces yeux bleus, ces lèvres fermes, cette mâchoire décidée. À cause de ce qu'ils avaient autrefois partagé, il chercha quelque chose à dire - quelque chose qui pourrait peut-être les ramener à ce qu'ils avaient un jour été.

Tout ce qui lui vint à l'esprit fut : "Tu me manques. Tu me manques tellement que j'en crève. Mais je ne sais pas comment t'atteindre. Alors que tu es juste en face de moi."

Afficher en entier

-Tu as attendu que j'aie fini ? demanda-t-elle étonnée -avant de jurer entre ses dents quand il baissa les yeux.Il ne fallait pas. (Xhex)

Il haussa les épaules.(John)

-Tu as des manières admirables, dit-elle en le regardant manger.

Cette fois , il piqua un fard aussi vif qu'un ruban de la Saint-Valentin.

Afficher en entier

Il était déjà à la moitié de l’escalier quand il entendit la voix de Hollywood.

— Bon sang, je veux aussi avoir me faire graver toutes ces petites fioritures dans le dos.

— Et même pas la peine d’y penser, Rhage, dit Marie d’une voix calme.

Afficher en entier

Elle leva la main vers lui.

Un éclair de surprise traversa les yeux de John, puis il se pencha pour poser sa joue chaude dans le creux de la main offerte. Garder son bras en l'air demandait à Xhex un effort trop intense et, lorsque ses doigts se mirent à trembler, John recouvrit sa main de la sienne pour la maintenir en place.

Ses yeux d'un bleu profond, semblable à un ciel d'orage et été, étaient un véritable paradis.

Elle devait prendre une décision. Boire à sa veine ou bien...

Afficher en entier

Lorsqu'ils passèrent par la porte secrète sous le grand escalier, Blay réalisa que le reste de la nuit allait être péniblement long.

- Layla nous attend, dit Qhuinn quand ils furent arrivés en bas des marches.

Oh... génial, pansa Blay. Comme si il avait besoin de ça en plus.

Vu la façon dont l'Elue dévisageait Qhuinn, l'idée d'être une fois de plus le témoin de cette passion timide le déprimait. Surtout ce soir. Avoir failli perdre Xhex le laissait curieusement à cran.

- Tu viens? demanda Qhuinn un levant un sourcil.

Le regard de Blay glissa vers l'anneau qui perçait la lèvre du mâle.

- Blay? Ca va? Ecoute, mon pote, il te faut une veine. Ca a été plutôt dur niveau stress ces derniers temps.

Mon pote... Seigneur, qu'il destestait ces mots. Merde il fallait qu'il se secoue.

- Ouais, bien sûr.

Qhuinn le regardait étrangement.

- Ma chamnbre ou la tienne?

Question équivoque. Blay eu un sourire amer, puis commença à monter.

- Ca a une importance?

- Non

- C'est bien ce que je pensais.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode