Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
Les plus récents en premier
Les plus appréciés en premier


Par le Editer
C'est un livre ou l' on revient dans l'époque d'avant
j'ai trouvé bien de se replonger en arrière, mais l'histoire je l'ai trouvé sans plus
Par le Editer
lelette1610 Argent
Note : 7/10
Zola décrit dans ce livre la décadence des bourgeois dépravés qui profitent de leur position pour s'enrichir.
Par le Editer
RazKiss Argent
Note : 8/10
Nous quittons la petite ville de Plassans pour Paris, la capitale en travaux ! C'est là qu'Aristide Rougon a décidé de s'établir, comptant sur l'aide de son frère, Eugène, qui commence à percer en politique. Mais ce dernier va lui apprendre que tout ne lui est pas dû, qu'il faut un peu y mettre du sien. C'est ainsi qu'Aristide Saccard (son frère préférait qu'il change de nom, afin de ne pas être éclaboussé en cas de scandale) gravit peu à peu les échelons, devient plus confiant et finit par devenir un homme d'affaires respecté (un sacré magouilleur, en fait).

Sa seconde épouse, Renée, participe à son succès. C'est en effet une femme d'une grande beauté, qui aime se montrer et participer à des soirées mondaines. Mais surtout, elle vient d'une famille riche et Aristide avait vraiment besoin de fonds pour se lancer dans la spéculation immobilière. Le seul souci avec Renée, c'est qu'elle dépense sans compter, elle a un péché mignon pour les jolies robes et les beaux bijoux...

Renée s'entend merveilleusement bien avec le fils d'Aristide, Maxime. Il rejoint son père à Paris au début de l'adolescence et Renée, âgée de 20 ans, se prend directement d'affection pour lui. En bonne belle-mère, elle l'élève avec bienveillance et, bientôt, une amitié complice se développe entre eux. Ils ne cessent de se rapprocher au fil des années, jusqu'au jour où l'amitié se transforme en... autre chose.

J'ai trouvé ce deuxième tome des Rougon-Macquart un cran au-dessus du premier. Les descriptions sont encore plus soignées, de véritables images ou scènes apparaissent devant mes yeux
Spoiler(cliquez pour révéler)
(j'ai adoré la scène où Angèle, mourante, entend la conversation de Sidonie et Aristide, ainsi que la description des amours nocturnes de Renée et Maxime dans la serre)
. Il y a un côté sulfureux qui me plaît pas mal, on passe au crible tous les vices des bourgeois (purée, quelle débauche). Et le style, comment décrire la plume de Zola ? Grandiose !

J'ai hâte de commencer le volume suivant et, en même temps, je crains d'être déçue si je le compare à "La Curée".
Par le Editer
Theon Lu aussi
Note : 8/10
Un Paris dans lequel évolue l'argent et la luxure dans toute sa splendeur !
D'un côté, Renée, femme de trente ans plongeant avidement dans le luxe, innocente des manipulations de son mari. De l'autre, Aristide Saccard, petit homme vicieux et horriblement intelligent, profitant de la dot de sa femme et progressant - tout le long de ce roman - comme un véritable stratège !
C'est le jour et la nuit : les dépenses à outrances contre l'économie (plus ou moins), les planifications...
Au milieu, Maxime fils de Saccard, est pris dans une relation d'inceste dont il ne ressortira pas indemne.
Une course à l'argent qui se solde par la chute brutale de Renée et l’ascension d'Aristide.

Très bon roman !
Par le Editer
Clarisse2014 Lu aussi
Note : 5/10
J'ai commencé a lire La Curée pour le français au lycée. Ce n'est pas du tout mon style ! C'est vraiment bien écrit mais je ne l'ai pas apprécié...
Par le Editer
RomyC Diamant
Note : 9/10
J'ai commencé à lire Zola cette année ; avant, j'avais trop peur... D'abord "Au bonheur des Dames", que j'avais dévoré, puis "La Curée". Et vraiment, s'il n'y a pas des envolés d'imagination, c'est tellement bien écrit que c'est un véritable bonheur ! Rien n'est laissé au hasard, chaque mot est mesuré, c'est délicieux à lire. Bon, Zola n'a pas besoin de moi pour être reconnu hein, mais je dis ça pour tout/e/s celleux qui n'oseraient pas, comme ça a été mon cas, face à ce monument :) bref, bonne lecture !
Par le Editer
Laurien Argent
Note : 7/10
La description fascinante de la transformation de Paris sous Haussmann, avec ses grands travaux qui amènent leur profiteur... J'aime particulièrement l'explication du titre, la curée est l'étape finale de la chasse, lorsque la bête est dépecée...
Par le Editer
Shanen Argent
Note : 8/10
Un très bon roman de Zola qui, une fois de plus, est au sommet de son art. On suit Aristide Saccard et sa famille dans le Paris de l'Empire naissant de Napoléon III. Sont dépeints ici tous ceux qui ont su tirer profit de la curée pour s'enrichir.
Même si je n'ai pratiquement rien compris à la spéculation immobilière, ce roman m'a beaucoup plu : la description de cette bourgeoisie portée sur les plaisirs est remarquable, et surtout celle de Renée qui s'enfonce de plus en plus dans la dépravation, sous prétexte de vouloir tromper l'ennui, jusqu'au détraquement final. Difficile de savoir ce qu'on désire lorsqu'on a déjà tout.
Tout ça pour dire que La Curée est une superbe peinture de la "haute" société française de l'époque, une analyse éloquente et frappante de vérité.
Par le Editer
Allez savoir pourquoi, j'avais toujours considéré que je ne lirai jamais de Zola dans ma vie... Jusqu'au jour où mon prof de français nous a mis son nom dans la bibliographie que nous devions lire pour le prochain contrôle. Résignée, je suis donc allée chercher une œuvre de Zola dont j'avais étudié auparavant des extraits en cours et... au final, à ma grande surprise, ça m'a plu !
Alors bon, le fait de commencer avec une longue description m'a quelque peu désespérée, mais vite on se retrouve pris au jeu, à essayer de comprendre les personnages de Renée, de Maxime et de Saccard qui représentent chacun des vices de la bourgeoisie parisienne du Second Empire. Saccard est un parvenu, qui est prêt à tout pour s'enrichir, le reste n'a pas la moindre forme d'importance. Renée, elle, a déjà tout ce qu'elle peut souhaiter et est à la recherche de sensations qui pourraient la sortir de son quotidien et Maxime est une sorte de garçon efféminé qui connaît tout des salons mondains.
Ce qui m'a pas mal amusée, c'était les incohérences historiques. Zola est un auteur réalise, il dissèque ses personnages-types pour monter tous les rouages de cette société qu'il estime pervertie et pourrie; mais en face la succession des événements d'ordre historique ou temporel n'a aucune importance. Renée peut avoir un nombre assez conséquent d'années d'écart avec sa sœur au début du livre pour qu'elles se retrouvent quasiment contemporaines plus tard. Une représentation au théâtre peut être donnée plusieurs années avant sa date de représentation réelle, un boulevard peut être percé bien avant un autre qui pourtant lui est antérieur... Bref, il y a énormément d’incohérences comme ça ! Mais pour Zola, ce n'est pas ce réalisme-là qui est important, il déplace les événements selon ses souhaits pour en faire ressortir leur signification en fonction des besoins de son livre. L'Histoire est au service de l'auteur et se plie aux exigences de son analyse.
Par le Editer
Braise Or
Note : 9/10
Une nouvelle fois, je ne pensais pas apprécier cette œuvre d'Emile Zola, qui m'a, en fin de compte, séduite.

Renée reste mon personnage préféré. En effet, elle n'a jamais vraiment eu de chance dans sa vie sentimentale, et même dans sa vie, tout simplement.
J'ai apprécié être à ses côtés tout au long du livre, à suivre les stratagèmes d'Aristide qui ne pensait qu'à assouvir sa fortune, ainsi que Maxime, que je serais bien allée étrangler si j'en avais eu le pouvoir.

Après avoir lu quelques résumés de ce livre, je me rends compte que Renée est parfois jugée irresponsable, dépensière et tout simplement stupide. Mais ne lui a-t-on pas imposé cette vie ? Ne lui a-t-on pas ordonnée d'être une épouse modèle, à approuver tous les faits de son mari et à attendre la paye pour pouvoir combler le chagrin avec des dépenses ?

Bref. Pour conclure, je conseille grandement cet ouvrage, surprenant et vraiment intéressant à lire.

Ajouter un commentaire

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.