Livres
415 599
Membres
328 206

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de La Dame aux élixirs ajouté par Chloe37 2014-07-12T17:39:34+02:00

" Les deux garçons, haletants, la regardèrent disparaître dans la nuit. Philippe rengaina tranquillement son épée. Puis, en soupirant, il déclara, les mains sur les hanches :

- Eh bien ? Qu'attendez-vous pour lui courir après ? Ne voyez-vous pas qu'elle vous aime ?"

Afficher en entier
Extrait de La Dame aux élixirs ajouté par louvasanga 2011-12-05T18:19:36+01:00

Elle sentait son souffle sur sa joue, ses doigts qui caressaitent son visage.

Peu à peu, elle se calma. Sous son corp, l'herbe était mouillée mais elle s'en moquait. Le visage de celui qu'elle aimait était dans son cou, murmurant des mots tendres. Sa main venait de quitter sa taille, pour caresser sa poitrine, avant de se perdre dans ses cheveux.

Afficher en entier
Extrait de La Dame aux élixirs ajouté par MagicSecret 2017-12-14T15:20:59+01:00

- Nous voilà tous casés..., fit Thomas d'un ton ironique.

- Hormis vous, Philippe, termina Élisabeth.

Les trois couples se tournèrent vers le jeune homme, seul, tandis qu'Élisabeth affichait un sourire calculateur. Cela fit reculer Philippe d'un pas. Il protesta aussitôt :

- Non, mademoiselle, je vous en prie. Ne me regardez pas ainsi. Vous me mettez mal à l'aise et me faites craindre le pire.

La jeune fille se mit à rire de toutes ses dents chevalines. Elle prit le plus grand plaisir à susurrer :

- Allons, monsieur, ne vous inquiétez pas, nous allons vous trouver une fiancée parfaite.

- Non, non et non ! Je ne jouerai sûrement pas à ce jeu-là avec vous ! Vous êtes bien trop redoutable !

Mais, Élisabeth, ravie, vint le prendre gentiment par le bras.

- Ne craignez rien, Philippe, dit-elle d'un ton plein de promesses, ce ne sera pas douloureux.

Afficher en entier
Extrait de La Dame aux élixirs ajouté par strawberry56 2010-08-25T17:37:50+02:00

Château de Versailles, fin octobre 1682

Pauline de Saint-Béryl, assise en tailleur sur son lit, tirait l'aiguille avec application. Les chambres des courtisans, au château, étaient si petites qu'elle n'avait pas d'autre endroit pour coudre à son aise.

- Qu'en penses-tu ? demanda-t-elle à Cécile Drouet, son amie d'enfance.

Elle lui montra le ruban doré qu'elle était en train de poser au bas d'une jupe de velours vert.

- Je viens de l'acheter d'occasion à ma «revendeuse à la toilette», ajouta-t-elle en tenant la robe devant elle. Elle n'a été portée que quatre ou cinq fois. Avec ce galon neuf et mes manchettes de dentelle, elle sera transformée. Cette couleur va bien avec mes cheveux blonds et mes yeux verts, non ?

Afficher en entier