Livres
446 946
Membres
386 788

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Déesse des loups, Tome 1 : Morsure



Description ajoutée par poche 2018-08-03T16:20:18+02:00

Résumé

À la mort de ses parents, le monde d'Alexandra Schmitt bascule dans une sombre et infernale spirale. Orphelines, sa famille ne peut l’accueillir elle et sa soeur jumelle : ils sont donc contraints de les séparer. A contre cœur, Alexandra quittera la France pour rejoindre sa tante au Canada. Les adieux sont glacials et la rivalité fraternelle n’a jamais été aussi pesante.

Arrivée dans son nouveau lycée, elle rencontre Dyami, un mystérieux amérindien aussi séduisant que détestable, qui apporte une lueur dans toute cette obscurité et l’éloigne du point de non-retour. Quel lourd secret porte-t-il ?

Rejetée, trahie, l’adolescente retrouve ses démons et tente de mettre fin à ses jours. C’est alors qu’elle revient à la vie grâce à la magie d’une légende indienne : La Déesse des Loups.

Le mythe oublié, renaît.

Afficher en entier

Classement en biblio - 42 lecteurs

Extrait

Mon enveloppe corporelle s’affaiblit, puis se renforce. La morsure guérit, mais le sang souille toujours mon corps. Je redeviens une fille de la forêt, une fille de la nature. Mère Nature m’appelle. Mes vêtements se désintègrent peu à peu. Nue. Il fait froid, cependant je ne frissonne pas. Le vent me caresse, m’enveloppe, me protège. Les feuilles autour de moi dansent, tandis que les arbres se chuchotent des « la Déesse renaît » ou des « elle se métamorphose ».

Je sens ma peau plus douce, je sens mes imperfections disparaître, je sens les cicatrices dues à des chutes de maladresse s’évaporer, je sens que mon parfum se modifie. Je perçois les senteurs de la forêt, je perçois qu’elle me touche, qu’elle m’imprègne, qu’elle m’entoure.

Je meurs, je vis.

Mon carré strict s’évapore. Ma chevelure pousse, pousse, pousse jusqu’à couvrir mon corps nu.

La consommatrice, l’enfant de la ville redevient la fille de la Nature.

Mes origines, mon berceau.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Diamant

Cela faisait un petit moment que j’avais repéré ce roman et si vous l’avez compris sur les réseaux sociaux, je suis une fan de Loups! J’ai donc patienté bien sagement le lendemain de Noel pour pouvoir le lire ( Merci Papa noël / Cadeaux de moi à moi ).

Dès que j’ai commencé ma lecture, j’ai été très agréablement surprise d’accrocher dès les premières lignes. J’ai trouvé la plume de l’autrice très réaliste et agréable.

L’univers et l’ambiance m’ont de suite captivé, ce qui vous me direz est un peu normal vu que j’aime les histoires avec des loups. Mais non ! C’est tellement plus qu’une histoire de loups.

En fait l’histoire de La Déesse des loups : Morsure est bien plus qu’un genre Fantastique. C’est un mélange de genres Psychologique -Fantastique – Legend et Enquête avec une touche de romance.

Mathilde Bonnard nous raconte donc l’histoire d’une jeune fille Alexandra Schmitt, qui est devenu orpheline suite a un accident mortel qui a emportait ses parents. Ne restant plus qu’elle et sa sœur jumelle. Elle se retrouve a devoir tout quitté (sans sa sœur) et d’aller vivre auprès d’une tante qu’elle connait peu qui se trouve au Canada. Le deuil et le faite de tout quitter pour ce retrouver » seule » fera qu’elle sera peu a peu dépressif. De plus elle se retrouvera sans soutiens amical, car au début elle trouvera sa tante froide, ses nouveaux camarades amérindiens raciste et n’aura plus de nouvelle de sa sœur jumelle. La seule personne qui essaiera de se rapprocher d’elle est Aiyanna, qui est la soeur de Dyami le chef des Amérindiens qui lui semble la haïr.

Il y a pas mal de personnages et j’ai trouvé qu’ils étaient pour la plupart très attachants. Si au début, je n’apprécié pas la façon que Dyami haïssait Alexandra, au fil des pages j’ai peu a peu changer d’avis sur ce personnage assez mystérieux (même si des fois je vous l’avoue j’avais très envie de lui foutre mon poing dans la figure!). Aiyanna quand a elle, elle a une personnalité que j’apprécie. C’est le genre d’amie que j’aimerais avoir près de moi. Pour ce qui est de notre personnage principal, j’ai été très touché par elle. A certains moment dans l’histoire, j’avais très envie de la prendre dans mes bras, tellement certaines scènes m’ont beaucoup ému et qu’elle me faisait de la peine. J’avais vraiment mal au coeur et j’avais l’impression de comprendre ainsi que ressentir ce qu’elle vivait.

L’état émotionnel de Alexandra Schmitt m’a énormément touché et m’a même pris au triples a certains moments durant ma lecture. J’ai beaucoup aimé le faite qu’aux fil de l’histoire on voit qu’Alexandra se relève et qu’elle se bat !

Sans trop rentré dans les détails, il y a un moment que j’ai trouvé vraiment magique, c’est quand elle est mordu. Ce passage est juste WAOUH!

J’ai aussi par ailleurs été captivé par le coté « legend – conte » Amérindiens qui est vraiment très intéressant dans l’histoire.

En conclusion, j’ai adoré ma lecture de La Déesse des loups : Morsure. J’ai été rapidement embarquée dans cette histoire. J’ai eu beaucoup de mal a tourner les dernières pages, car je ne voulais pas quitter les personnages. Sachant que je savais que le tome 2 ne sortirait pas avant Septembre 2019…. Vivement le tome suivant !♥

Lien vers la chronique : https://sissireadingbooks.wordpress.com/2019/01/25/jai-lu-la-deesse-des-loups-morsure-tome-1-de-mathilde-bonnard-37/#more-1688

Afficher en entier
Argent

L'avis d'Esméralda :

La vie d’Alexandra semblait tout simplement banale. Un petit copain qui ressemble au parfait idiot et une sœur jumelle qui l’exècre plus tout au monde. La parfaite vie d’adolescente ! Sans compter sur des parents aimants mais qui en prennent pour leur grade. Alexandra est une gentille fille, sans grande prétention qui encaisse toutes les bassesses de sa sœur. Haïr est si facile. Alexandra n’a rien d’une féroce battante. Elle vie selon la situation et s’adapte. Loin d’être joyeuse, elle apprécie les bons moments sans prise de tête.

Sauf le jour où tout bouscule dans l’horreur. Un accident mortel emporte ses parents et le monde d’Alexandra déjante à une vitesse incroyable. La douleur, l’incompréhension, la perte, la solitude, le désespoir et l’abandon la submergent et la noient dans tout un tas d’émotions négatives. Le pire d’entre tout est le fait qu’elle se voit envoyer à des milliers de kilomètres de sa famille, au Canada, chez une tante qu’elle connaît trop peu. Le déracinement est effroyable et douloureux. Des pensées de plus en plus noires s’emparent d’elle la coupant d’un nouveau monde. Une tante froide et désagréable l’accueille. Des lycéens amérindiens vouant une haine indescriptible aux Hommes Blancs ne lui sont d’aucun soutien amical. Seule la sœur de Dyami, LE chef amérindien, lui ouvre les bras et son monde. Suffira t-elle à la détourner de son projet morbide ? Retrouvera t-elle un semblant de paix ? Le beau Dyami n’arrête pas de lui planter des couteaux dans le dos et le dernier à tout du coup fatal.

La fuite, la nuit, une forêt, un désespoir incommensurable et une morsure : que va t’elle advenir d’elle ?

Ce premier tome pose des bases efficaces pour une histoire qui fait vivre mille et un tourment. Alexandra a tout de l’héroïne tragique qui renait de ses cendres. Si Mathilde Bonnard insiste dès le départ sur l’état émotionnel de son personnage, au fil des pages, elle retourne sa veste pour décrire une héroïne parfaitement à l’aise pour un rôle fait comme un gant. La descente en enfer est si prenante que la résurrection est incroyable. De nombreux rebondissements rythment une histoire qui tient en haleine. Si l’imaginaire est trop peu présent à mon goût, il va de soi que les émotions engendrées par tous m’ont prise aux tripes. Je n’ai pu empêché de verser ma larme. En filigrane, les histoires d’amour et d’amitié parachèvent une trame 100% suspense.

Malgré des longueurs et des scènes quelquefois pas assez développées (je sais, je suis trop exigeante), j’ai passé un agréable moment de lecture en compagnie de ce premier tome. La plume de Mathilde Bonnard a su me transpercer par la flopée des émotions rendant les aventures d’Alexandra addictives.

Afficher en entier
Diamant

Voilà mon ressenti pour ce livre qui m'a beaucoup remué c'est pour ça que j'ai un peu trainé pour écrire ce commentaire.

C'est rare qu'un livre me fasse cette émotion là, quelque chose de poignant.

Une chose est sûre s'il y a un tome 2 j'aurais bien aimé que la fin soit plus heureuse avec notre déesse des loups et le bel indien.

Afficher en entier
Lu aussi

L'idée est originale. Le scénario est bon et c'est ce qui m'a forcer à lire afin de découvrir la fin. L'histoire est plus intéressante des que la morsure survient, Mais j'ai vraiment du mal avec le style d'écriture de l'auteur. Il y a également trop de longueur et des incompréhension.

Le roman peut convenir à d'autres personnes.

Afficher en entier
Or

Soyons clairs au premier abord je n'avais qu'une envie mettre des claques, secouer cette adolescente, pour lui dire "elle est belle la vie ! c'est ce qu'il y a de plus important alors reprend toi !"

Puis j'ai commencé à ressentir toute sa peine et la force de son désespoir face à son sentiment d'abandon (que ce soit vis à vis de la mort de ses parents, de sa soeur-rivale, de ces nouveaux petits camarades). Je pense qu'on a besoin de le ressentir pour comprendre la suite du roman. La haine des amérindiens est dure mais reflète notre société actuelle, la haine face à l'ignorance est toujours le chemin le plus simple à emprunter...

Seul bémol à mon goût de fan de fantastique, ce dernier intervient assez tard (environ à 1/3 du livre 180pages). Attention Spoile, Spoiler(cliquez pour révéler)à la suite d'une morsure, Alexandra se transforme pour incarner un mythe améridien. Cette blessure bouleverse à jamais sa vie, car elle va devenir une héroïne avec des pouvoirs surnaturels et devra, ensuite, enquêter sur d'étranges meurtres qui surviennent dans son lycée.

Hâte de lire le tome 2 !

Afficher en entier
Pas apprécié

Franchement, je n'ai absolument pas apprécié...

J'ai lu jusqu'au bout pour essayer de trouver la petite étincelle malheureusement elle n'est pas venue. C'est dommage parce l'idée est très originale, et bien trouvé ! Spoiler(cliquez pour révéler)L'idée avec la veuve noire et la culture amérindienne est authentique, et non stéréotypé puisque qu'on ne peut trouver ce genre d'idées nul part Cependant, l'auteur ne fait que de se répéter. Combien de fois j'ai pu lire "Il me hait, il m'arbore" ou encore l'allusion à la boîte de Pandore qui est faite par deux fois dans ce récit... Et ce n'est qu'un petit échantillon

... De plus, nous n'arrivons pas à trouver l'intrigue principale du livre avant le milieu de l'histoire. Le rythme du livre est long, voir trop long... On attend désespérément la suite, sans jamais que l'auteur ne nous satisfasse....

Pour conclure, je dirai que si vous avez du temps à perdre, et que vous voulez vous occuper sans vous préoccuper de la qualité, allez y !

Cependant si vous voulez un bon livre, qui ne vous mettra pas sur les nerfs à chaque phrase, poursuivez votre chemin...

Afficher en entier
Pas apprécié

Début du livre tellement prometteur, histoire originale, mon soucis vient du fait que d'une ligne à l'autre les humeurs des protagonistes sautent du coq à l'âne sans arrêt.J'ai la sensation d'un manque, d'une déception en refermant ce roman. Je sais bien que ce n'est que le 1er tome mais si le tome 2 est aussi mal construit, je ne suis pas sûre de le finir...ce qui m'arrive rarement.

Afficher en entier
Bronze

La 4ème de couverture me plaisait beaucoup, la couverture est belle mais un peu déçue par le livre. Il commençait bien mais après tout c'est enchaîné et tout est parti en vrille. Pas trop d'explication au pourquoi. Je me suis arrêtée au chapitre 46 et j'ai sauté jusqu'à la fin car je commençais à ne plus aimer.

Afficher en entier
Lu aussi

Je reste sur ma faim....au départ j'avais mal pour l'héroïne tout ce qui lui arrive est tragique. Je ne sais pas quoi penser....on verra si la suite continue sur une bonne lancée

Afficher en entier
Or

La vie est parfois très dure à supporter. Pourtant j'ai encore dans ma tête une phrase toute simple que ma défunte grand mère me disait souvent : après la pluie le beau temps. Mais je trouve que le beau temps tarde a venir. C'est comme cette histoire de calme avant la tempête, ou encore aide toi et le ciel t'aidera. Bref vous l'avez compris, le passé, le présent et le futur, c'était, c'est et ce sera toujours le moment de prendre son temps pour vivre. Seulement voilà, dans cette chronologie intemporelle, il arrive que parfois de fils en aiguille on tombe dans un précipice sans fond, où l'on a l'impression de ressentir toute la noirceur du monde. Cette chute peut survenir après la perte de son travail, une séparation, un amoncellement de dettes, etc. Mais la pire douleur, c'est la perte d'un être aimé. Je parle bien sur de la mort. Plus on est proche de cet être, plus dure et plus profonde est la souffrance. On a l’impression que tous les gens qui nous entourent ne nous comprenne pas, on flotte dans une mer de souffrance sans fin, la nourriture n'a plus de goût, et pas à pas, la vie ne ressemble plus à rien et l'envie de vivre s'envole. Rien ne vous retiens sur cette terre au point que vous vous laissez mourir à petit feu afin de retrouver celui ou celle que vous aimez le plus u monde dans l'autre monde. Non mes amis, je n'ai pas de tendances suicidaires. Bien au contraire. Ces explications c'est juste pour vous mettre dans l'ambiance du livre que je vais vous présenter.

Quand j'ai lu le titre du livre La déesse des loups, je n'ai pas pu résister. Je l'ai voulu direct. La couverture simpliste et le mot loup m'a juste mis l'eau à la bouche. Je n'ai pas chercher à lire le résumé, vu que j'adore tout ce qui est loup garou, et qui dit déesse des loup dit reine d'une meute. Mais pas du tout. Car notre héroïne n'est pas du tout ce que l'on pense. Je vous laisse découvrir cette quatrième de couverture. À la mort de ses parents, le monde d'Alexandra Schmitt bascule dans une sombre et infernale spirale. Orphelines, sa famille ne peut l’accueillir elle et sa sœur jumelle : ils sont donc contraints de les séparer. A contre cœur, Alexandra quittera la France pour rejoindre sa tante au Canada. Les adieux sont glacials et la rivalité fraternelle n’a jamais été aussi pesante. Arrivée dans son nouveau lycée, elle rencontre Dyami, un mystérieux amérindien aussi séduisant que détestable, qui apporte une lueur dans toute cette obscurité et l’éloigne du point de non-retour. Quel lourd secret porte-t-il ? Rejetée, trahie, l’adolescente retrouve ses démons et tente de mettre fin à ses jours. C’est alors qu’elle revient à la vie grâce à la magie d’une légende indienne : La Déesse des Loups. Le mythe oublié, renaît.

Bon je vous l'accorde, le résumé ne fait vraiment pas honneur au livre. C'est vraiment dommage, mais le mystère est tellement grand comme cela que c'est de la pure magie. Bref, comme à mon habitude, je vais vous parler des personnages qui pullulent ce premier livre.

Alexandra Schmitt est une jeune lycéenne de dix-sept ans qui vient tout juste de perdre ses parents dans un accident de voiture. Se sentant rejeté de tous, elle va aller au Canada chez sa tante et y finir sa scolarité. Durant les vingt-six premiers chapitres, on y découvre une jeune fille torturée moralement par la mort de ses parents tant elle les adorait. Cette torture morale est tellement intense qu'elle prend même la décision de non-retour, en gros de ne plus manger, voir que le strict nécessaire et encore, jusqu'à ce que mort s'en suive. Dans son combat contre la vie, elle m'a plus d'une fois touché au plus profond de mon être, au point de pleurer parfois. On y sent une jeune fille résignée à la mort qu'elle accepte même comme une vieille amie. Et puis, c'est le grand changement à partir du chapitre suivant. Elle se redécouvre, elle plaît, elle aime, elle vie, tout simplement. Elle défend les opprimés, elle rie, elle s'amuse, etc. Bref, petit à petit elle s'ouvre aux autres et découvre que la vie est belle. On apprend alors qu'elle est gentille, agréable sympathique, généreuse, en tout cas une chose est sure, ce n'est pas une grande gueule, du moins en partie, vu qu'elle l'est avec deux personnes au moins. Mais une chose est sure elle déteste plus que tout sa sœur jumelle qui lui pique tout.

Aiyanna est une jeune amérindienne qui est dans la même classe qu'Alexandra. Cette jeune fille est une vraie pile électrique. Pimpante, toujours en train de rire ou de sourire. Elle cherche toujours à faire en sorte que son amie Alex cesse de pleurnicher. Et quand cette dernière recommence à vivre, elle va l’entraîner, elle va la soutenir dans sa lutte contre le mal, elle va lui apporter son aide et son soutient dans chacune de ses actons. En gros, c'est le genre de meilleure amie que tout le monde rêve. Néanmoins, cette jeune fille à un très gros défaut : son frère.

Dyami, jeune amérindien, dix huit ans, populaire dans le lycée, futur chef de clan, très beau, etc. Si aux premiers abords c'est un mec grande gueule, gros con, crétin, colérique, idiot, méchant avec les fille, ou plutôt avec Alex, il va nous dévoiler dans un second temps ses véritables valeurs morales. Il est franc, loyal, gentil, attentionné, sympa … et l'on ne peut que tomber sous le charme de ce jeune homme.

Simon est un jeune homme sympathique, binoclard, et plutôt mignon qui va aider notre jeune Alex à se sentir vivre, si je puis parler ainsi, durant sa période de souffrance Autant il aime rire, autant je n'ai pas du tout compris ce qui se passait après son petit tour à l’hôpital. Parce-que d'un coup le jeune homme est devenu froid, distant réservé,un peu grognon. Pourtant c'est le genre de mec que l'on voudrai avoir comme bon pote.

Karen Schmitt est la sœur d’Alaric le père des jumelles. C’est une femme forte et franche qui s’inquiète énormément de voir sa nièce sombrer dans le désespoir. Cependant, comme elle même est en plein de deuil, elle ne sait comment véritablement l'aider, d'autant que la jeune fille se rebelle à la moindre remontrances. Mais, c'est lorsqu'elle sera sur le point de perdre sa nièce, que toutes les vannes vont s'ouvrir. Et la relation qui va naître entre eux deux sera magnifique.

Matt, comme dans tous livre, il nous faut le joli cœur de service. Et bien sure, il le faut, beau, mignon, sportif, une belle bagnole, etc. Vous avez compris, c'est tout Matt, le grand bourreau des cœurs.

Satinka est elle aussi une jeune amérindienne. On la découvre aux bras de Dyami en tant que sa petite amie. C'est une fille méchante, jalouse et possessive. Cependant, elle n'hésite pas à soutenir la pauvre Alex quand celle ci va plaquer le beau brun pour le protéger (mais cela est une autre histoire).

Angélique Schmitt est la sœur jumelle d'Alexandra et par extension, son pire cauchemar. Mais comme le dit Alex elle même, elles sont comme le jour et la nuit, l'ombre et la lumière, Alex est brune avec des formes et Angel blonde et quasiment plate comme une planche de pin. C'est une petite peste, qui n'hésite pas à utiliser ses charmes physiques afin de piquer les petits copains de sa sœur. D'ailleurs à un moment elle va avouer à cette dernière pourquoi elle fait cela. Mais n’empêche, je n'ai pas apprécier cette Angélique là. Moi ce que j'ai aimer, c'est de découvrir l'autre facette de cette jeune femme, que malheureusement ne dure pas suffisamment longtemps, vu que la donzelle s'en va. Mais le temps que ce changement arrive, elle est escortée par une seconde version d'elle même

Cyrielle est la fameuse seconde version d’angélique. Aux premiers abords, j'ai découvert une suiveuse, voir même un larbin en cette jeune fille. Et puis petit à petit, tels une araignée faisant sa toile pour qu'une proie tombe dans son piège, elle va révéler sa vraie nature, ses vrais sentiments. Elle est pire qu’Angélique. C'est une fille machiavélique, insensible froide, calculatrice, hypocrite, vengeresse, etc. Bref pas du tout le genre de fille que vous laisseriez entrer aux bras de votre fils chez vous. C'est vraiment flippant cette bipolarité.

Pour une fois je ne vais pas vous citer tous les noms des personnages, car certains ne sont que de simples figurants à mes yeux. D'un autre coté, cela va me permettre de rentrer plus profondément dans le roman. Notamment avec la plume de l'auteur, la romance et toutes autres relations entre les personnages et bien entendu l'intrigue du livre.

Tout d'abord la plume de Mathilde Bonnard est plutôt d'un réalisme surprenant pour les chapitres précédents le changement, mais aussi lourde. Réaliste car on à l'impression que l'auteur a déjà subi ce genre de chose, et j’espère que non vu comment c'est bien décrit les moments de souffrances, les flash-back pour les souvenirs, les envies de se laisser rattraper par la mort, etc. Lourde vu qu'il n'y a pas d'action, c'est plat, c'est triste, c'est pesant, on est aspiré bien malgré nous dans la spirale de désolation du personnage, notre cœur est lourd, on pleur bien malgré nous, c'est vide, c'est morne. C'est un véritable carnage émotionnel. Si il n'y avait pas la petite Aiyanna pour nous faire rire un peu, cela aurait été encore plus dure à endurer cette désolation infernale. Et puis après le changement, la plume de l'auteur reprend vie. Elle est rythmée, pimpante, humoristique, douce. En effet, le rythme monte crescendo, il y a de l'action, du rebondissement, quiproquos, retournement de situation, bagarre, course poursuite. Les actions s’enchaînent les unes après les autres sans que le lecteur ne puisse rien y faire. On sens que la vie a repris son cours, que le personnage far veut vivre. Humoristique au vu des moments de détentes en compagnie d'Aiyanna, avec ses petites bouderies, sa façon à elle de voire les choses, sa manière de rire, de plaisanter. On ne s'en tient pas les cotes, mai qui sait pour la suite. Douce pour les moments familiaux, entre amoureux, sans pour autant tomber dans l’excès. Enfin, si j'ai utilisé le terme de pimpante, c'est tout simplement parce que je trouve que brillant cette dualité entre avant et après le changement. J'ai eu a plusieurs reprise l'impression du Ying et du Yang. Sa ma fasciné. C'est simple à comprendre. Les pages n'ont cesser de défiler, encore et encore, sans que l'envie de déposer mon livre ne se fasse. Les émotions se jouent de notre petit cœur. Les descriptions fort simplistes mettent en avant des paysages grandiose, tels que la foret, la neige … Les personnages sont très attachants, loin du charisme habituels de ceux que je côtoie, ils m’ont bouleverser jusqu'au plus profond de mon être L'univers mis en place quand à lui m'a plus d'une fois surpris pour la bonne raison que je pensais y trouver une meute de loup avec à leur tête un alpha macho, crétin, insensible, idiot, etc. Mais c'est presque cela vu que le jeune Dyami en est un. Bon après désolé pour ces messieurs, mais j'ai comme l'impression que la plupart d'entre eux se laisse emporter par leur testostérones, au détriment de nous gente dame qui peine à comprendre le caractère acrimonieux du sexe opposé. Tout un chapitre pour dire simplement que j'ai vraiment adoré la manière d'écrire de ce nouvel auteur.

Ensuite la romance entre les personnages d'Alexandra et Dyami est explosive. C'est du genre je t'aime, moi non plus. Oh et puis de toute façon de la haine à l'amour et vis versa il n'y a qu'un pas. En fait dés l'instant où Dyami a poser ses yeux sur Alexandra, il s'est senti attiré par la belle. Malheureusement pour la donzelle, après ce qui est arrivé au frère aîné de Dyami avec une blanche, ce dernier les a toutes pris en grippe. Du coup même si la petiote lui plaît énormément, il n'a pas l'intention de le faire savoir au monde entier. Alors pour s’empêcher de tomber plus amoureux qu'il ne le voudrait, il l'agonie d'injure, il la traite de tout les nom, il la rabaisse, au point que l'on croit qu'il la hait réellement. Mais en secret, quand tous deux sont ensemble, il est doux, attentionné, charmant, même si a certain moment il prend ses distances. Et puis après avoir eu l'impression de la perdre, il va décider de lui dire la vérité. Et même si ceux de sa tribu ne comprennent pas ce changement d'attitude et surtout qu'ils ne l'acceptent pas, Dyami va tout faire pour rester avec son aimée. Quand à Alexandra, l'amour qu'elle ressent pour le bel amérindien est tout aussi fort. Elle va même jusqu'à rompre pour sauver la vie du jeune homme. Tout cela à cause de sa peste de sœur. Il est vrai qu’après cette rupture, l'entente entre eux deux c'est comme si l'on marche sur une corde raide à plus de cent mètres au dessus du sol, mais on sens qu'ils s'aiment toujours. Dyami joue au coq fier, orgueilleux, insensible, afin qu'Alexandra ne sache pas à quel point il l'adore. Tandis qu'elle ne cesse de penser à son grand amour. J'ai eut mal pour eux deux, car je sais ce que c'est de perdre sa moitié et de passer ses journées à pleurer. Aussi j’espère que dans le tome deux ils vont se retrouver.

Enfin l'intrigue du livre est plutôt bon. Dés le début du livre, on attend avec impatience l'arrivée en grande pompe de la déesse des loup. Puis quand vient le changement, on se dit « ça y est ce sera encore et encore le calme plat ». Eh bien non !!! Le calme c'est pour mon œil, car l'auteur à sut faire d'une pierre deux coup en mettant en place une intrigue plutôt mesquine. On mène l’enquête aux cotés des complices Alexandra et Aiyanna pour trouver le ou la coupable de ces mort odieuses. Le pire dans tout cela, c'est qu'elle réussit à nous faire haïr la pauvre Angélique. Alors quand on découvre que ce n'est pas cette peste, je peux vous assurer que vous n'avez qu'une envie, c'est de pester contre le monde entier pour savoir qui est le/la petit/petite merde qui vous fait passer pour un bleu au lieu de ce bon Sherlock Holmes. Je vous dis pas comment j'étais agrippé à mon livre. Çà m'a énerver. Mais bon. Sans compter la rupture …. Pffuuuiiiiooooouuuuuuttttttt !!!!!!!! C'était dure. Mais pourtant quand est venu la fin j'étais entre deux cœur, l'un disait bien fait au traître, l'autre avait mal pour cette personne rempli de haine. Néanmoins, j'ai vraiment adorer mener l’enquête, même si pour une fois une auteur m'a fait tourner la tête et empêcher de découvrir la vérité rapidement. Pas grave. Je lui pardonne volontiers cet écart, car au fond je me suis bien laisser emporter par cette investigation.

En conclusion, ce livre est un peu comme la chanson d'Inconnu « Tourner en rond, bloquer sur le temps, Ne rien trouver à faire, quelle galère, Toujours le même son, la même chanson, Qu'y a t-il d'autre à faire sur la terre ? Tourner en rond laisser passer le temps ». Car comme dit nos anciens, le temps panse et cicatrise nos plus vilaine blessure à l’âme. Ce livre est vraiment pour moi un coup de foudre. Il y a une vrai dualité entre vie et tristesse, entre amour et haine, c'est le ying et le yong. L'auteur nous bluffe vraiment par sa plume, son récit, se personnages, etc. Même la transformation est bluffante. Loin des loup garou, des sorciers, des chamanes et autres créatures surnaturelle, l'auteur nous fait entrer dans les légendes amérindiennes. D'où le fait que je classe ce livre dans cette catégorie. Car qui dit légende, dit folklore, dit magie, etc. C'est une belle histoire, triste, touchante, pleine de vie et d'amour. Et j'ai plus qu'une seule hâte, c'est de découvrir le tome suivant tant je l'ai sincèrement adoré. L'auteur nous montre vraiment qu’après la pluie il y a le beau temps, c'est à dire qu’après les plus dure épreuves de la vie, la joie revient en nous et l'on se sent revivre, même si d'autres épreuves arrivent à nos portes, il faut réussir à les surmonter. Sur ces dernières paroles, je vous dis à bientôt pour une nouvelle chronique.

Plus de chroniques sur mon site http://le-petit-univers-litteraire-de-miss-vampiress44.e-monsite.com/

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"La Déesse des loups, Tome 1 : Morsure" est sorti 2018-09-11T00:00:00+02:00
background Layer 1 11 Septembre

Date de sortie

La Déesse des loups, Tome 1 : Morsure

  • France : 2018-09-11 (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 42
Commentaires 10
Extraits 4
Evaluations 17
Note globale 7.8 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode