Livres
475 903
Membres
454 435

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par LLyza 2019-04-27T17:39:38+02:00

S’il continue à me sourire comme ça, je vais souffrir du syndrome de Stockholm d’ici quelques minutes, putain !

Je me sens terriblement mal à l’aise, tiraillée entre mes souvenirs adolescents et la mine sympathique qu’arbore Marceau. Des zestes de rancœur et de haine parsèment mon cœur, bien que l’apparente douceur du médecin m’apaise.

Peut-être a-t-il changé ?

Peut-être est-il devenu un homme nouveau ?

Ouais, mon cul aussi.

Je ne crois qu’aux sages paroles de Céline Dion. On ne change pas. Point final.

— Vous semblez très stressée, me dit-il d’une voix bien trop sensuelle.

— Je n’ai côtoyé que trois dentistes dans ma vie, avoué-je, redressée sur les coudes. Le premier ressemblait à Iggy Pop, le deuxième s’est endormi sur moi en me soignant une carie. Quant au troisième, je lui ai mordu une phalange.

Pourquoi est-ce que je débite toutes ces conneries ?

Je ressens le besoin de me confier sur mes mésaventures. Avant d’être Marceau Tanguy, cauchemar de mon adolescence, il est un médecin. Je tente de mettre mon animosité de côté. Il ne sait pas qui je suis, après tout.

Capucine Monsallot est morte depuis longtemps.

Ses lèvres se pincent pendant qu’il m’écoute. Il se retient de se marrer, c’est certain. Il doit se dire que je suis un aimant à emmerdes.

Il n’aurait pas tort.

— Laissez-moi vous redonner confiance en la profession, alors.

Ces quelques mots font vibrer mon bas ventre. C’est dingue comme cet homme peut être séduisant. Une loi devrait le faire interdire. Je suis supposée le haïr et avoir envie de lui asséner des coups de pelle. Au lieu de ça, j’ai la sensation d’être une vierge effarouchée qui bat des cils face au mec qui lui plaît.

— Bon courage, alors.

J’ouvre en grand la bouche, tandis qu’il se positionne derrière moi.

Que la torture commence !

Afficher en entier
Extrait ajouté par viedefun 2019-08-08T08:54:13+02:00

Madame Gontier, je présume ? Tu présumes bien, ouais. Qui utilise encore ce mot, sérieusement ? Cette voix suave et rauque ne m’est pas inconnue. J’ai déjà eu la chance de pouvoir l’entendre quelques heures plus tôt. Je me lève donc d’un bond, tendant déjà la main vers le docteur. Je lève alors les pupilles vers lui, attendant impatiemment de découvrir la bobine de ce dentiste prétendument sexy. Lorsque je croise enfin son regard, mes lèvres s’entrouvrent sous le choc. La cousine de Gabriel ne mentait pas. Il est sexy. Pourtant, ce n’est pas ce qui me sidère en cet instant. Mes iris détaillent son visage pendant de longues secondes. Je reste bloquée sur ses yeux verts qui paraissent me scruter, surplombés par d’épais sourcils. Sa bouche charnue m’accorde un sourire qui fait tressaillir les poils de sa barbe de trois jours savamment étudiée. Je perçois aussi quelques ridules sur son front et au coin de ses paupières, premiers signes de l’approche de la trentaine. Il a vieilli. Comme moi. Comme nous tous. Malgré tout, je reconnais ses traits immédiatement. Ils me sont familiers. Bien trop familiers, même. Marceau Tanguy. L’enfer de mes années collège. Si je ne le connaissais pas, j’aurais été dupée par son attitude sympathique au premier abord. D’ailleurs, je peine à comprendre pourquoi ses iris émeraude, qui m’ont tant fusillée lorsque nous étions adolescents, me semblent si doux et amicaux aujourd’hui.

— Vous allez bien ? me demande-t-il enfin, déposant sa main sur mon bras, comme si je m’apprêtais à tomber. Je déglutis difficilement, tentant de reprendre une certaine contenance. Visiblement, Marceau ne me reconnaît pas. Il faut dire que depuis le collège, j’ai beaucoup changé. Un bon paquet de kilos en moins. Des cheveux châtains tirant désormais vers le roux. La disparition de mon appareil dentaire et de mes lunettes de première de la classe. Nouveau look pour une nouvelle vie, by Cristina Cordula.

— J’ai mal aux dents. Ma réponse, toutefois logique, le fait rire. Son attitude me donne envie de m’enfuir en courant. Et s’il m’avait reconnue ? Et s’il me détestait toujours secrètement et s’apprêtait à me martyriser dans son cabinet ? Le Christian Grey que m’avait vendu la secrétaire vient de s’envoler vers d’autres cieux. Sa salle de jeu va être bien moins torride.

— Vous avez de la chance d’être chez le dentiste alors, ironise-t-il en affichant ses dents parfaitement blanches et alignées. On dirait une pub Colgate. J’affiche un sourire crispé, tandis que la main virile du médecin m’entraîne doucement vers le lieu de toutes les tortures. Je me hais de le trouver séduisant, comme il l’était déjà à l’époque.

Afficher en entier
Extrait ajouté par viedefun 2019-08-08T08:53:54+02:00

Peut-être a-t-il changé ? Peut-être est-il devenu un homme nouveau ? Ouais, mon cul aussi. Je ne crois qu’aux sages paroles de Céline Dion. On ne change pas. Point final.

Afficher en entier
Extrait ajouté par viedefun 2019-08-08T08:53:28+02:00

Je m’apprête à danser un zouk avec Marceau devant Gabriel. Est-ce que cette situation peut devenir plus gênante encore ? La réponse est oui.

— Un petit Francky Vincent, ça vous dit ? lance le patron, l’air débonnaire. TOUT SAUF CA. Je ne survivrais pas à Alice ça glisse ou Tu veux mon zizi. Lorsque les premières notes de Fruit de la passion résonnent, je suis à deux doigts de m’évanouir. Comment Marceau a-t-il pu me traîner dans un tel endroit ?

— Allez, détends-toi, me souffle-t-il. Tu sais t’amuser, non ? Cet endroit est clairement à prendre au second degré. Ou au quinzième. Les couples autour de nous se rapprochent, à mon plus grand désespoir. J’aimerais pouvoir faire un madison tranquille, toute seule dans mon coin. Face à mon air crispé, Marceau commence à se déhancher d’une manière… hilarante. Il ne se prend pas au sérieux.

Afficher en entier
Extrait ajouté par viedefun 2019-08-08T08:53:09+02:00

Marceau possède une allure altière. D’ailleurs, je me suis toujours demandé si, avec un prénom pareil, il venait d’une famille riche. C’est sans doute ridicule comme questionnement, mais en même temps, je n’ai jamais rencontré une Marie-Constance qui ne soit pas noble. En tout cas, aucun autre homme de vingt-sept ans ne possède un tel vocabulaire, j’en suis certaine. S’il continue ainsi, d’ici dix ans, il sera président de la République. Poudre de perlimpinpin. — Pourquoi pas ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Matoline 2019-05-01T10:26:56+02:00

Chapitre 4 :

«… Marceau Tanguy m’a rendue telle que je suis aujourd’hui. Pourtant, je n’ai pas envie de le remercier. Me retrouver face à lui ce midi m’a fait prendre conscience que l’ancienne Capucine, que je pensais morte depuis longtemps, est toujours présente. Je ne suis pas aussi forte que je le croyais.

Face à mon silence, Mila soupire longuement, tandis que je lui tends son cocktail.

— Tu pourrais te venger, tu sais, chuchote-t-elle, comme s’il s’agissait d’un secret d’État.

— Foutre le feu à son cabinet, par exemple ?

— Sérieusement, Capucine!Tu pourrais l’humilier comme il l’a fait avec toi par le passé. Tu as les cartes en main, aujourd’hui.

Mon cœur rate un battement. Son idée est ridicule et enfantine...»

Afficher en entier
Extrait ajouté par Matoline 2019-04-28T13:01:11+02:00

Chapitre 3 :

«… Il a vieilli. Comme moi. Comme nous tous.

Malgré tout, je reconnais ses traits immédiatement. Ils me sont familiers.

Bien trop familiers, même.

Marceau Tanguy. L’enfer de mes années collège.

Si je ne le connaissais pas, j’aurais été dupée par son attitude sympathique au premier abord. D’ailleurs, je peine à comprendre pourquoi ses iris émeraude, qui m’ont tant fusillée lorsque nous étions adolescents, me semblent si doux et amicaux aujourd’hui.

— Vous allez bien ? Me demande-t-il enfin, déposant une main sur mon bras, comme si je m’apprêtais à tomber.

Je déglutis difficilement, tentant de reprendre une certaine contenance. Visiblement, Marceau ne me reconnaît pas.

...»

Afficher en entier
Extrait ajouté par choupy78 2019-04-25T15:55:35+02:00

Non, je ne suis pas chauvine. Je suis simplement capable de faire une dissertation sur les bienfaits du beurre salé sur notre organisme.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode