Livres
573 676
Membres
633 992

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Diamant

Un immense merci aux deux vénérables blogueuses de Book en Stock pour m'avoir invitée à cette rencontre avec l'auteure, et à cette dernière et aux éditions ActuSF pour ce service presse.

Nous voilà dans un futur redoutable où le pouvoir est aux mains du trône de France, dont l'héritier doit épouser la princesse Yuri japonaise. Ce monde refuse l'existence des fées qui sont maltraitées et doivent trouver refuge dans des endroits étranges, tels que le rail ou le monde des égouts. Yuri cache un caractère que personne ne perçoit, ainsi qu'une soif de liberté, elle va s'échapper et…

La suite vous devez la découvrir dans cette fabuleuse histoire qui mêle magie et Steam punk avec une musique bien particulière. Morgan of Glencoe a cette capacité de rendre ses personnages magiques, lyriques et tragiques à la fois, voir pour certains carrément sordides. Elle réussit à rendre son récit tellement précis et réel que vos yeux dessinent aussitôt décors, héros et aventures comme une bande dessinée vivante. Et puis il faut parler de cette poésie, même dans le plus triste des épisodes et croyez-moi il va falloir sortir vos mouchoirs.

Je ne peux pas vous en dire plus de peur de vous en dévoiler trop et en même temps j'ai envie de vous détailler tous ces hommes, femmes, fées, enfants qui résonnent comme des notes de musique sous la partition de l'auteure. J'ai découvert, démêlé, râlé, retenu mon souffle, rigolé, été attendrie, soupiré, souffert, pleuré mais purée j'en veux encore.

C'est un beau coup de cœur pour moi et je fonce découvrir la suite. Morgan of Glencoe c'est sûr vous êtes une fée !

Afficher en entier
Diamant

Que dire après avoir achevé je telle lecture...

Une poésie du rêve, une plume aussi légère, des personnages en béton et une intrigue à vous couper le souffle !

Ah ! Et préparez les mouchoirs, vous le sentirez vite mais vous n'êtes pas prêts, je vous l'assure, pas prêt pour La dernière geste, pas près pour Morgan of Glencoe !

Nous suivons principalement Yuri, troisième dame du Japon qui évolue au royaume de France et dans un monde peuple par les fées aux couleurs des pays celtes.

Je dis principalement car ce n'est pas du tout la seule qui va porter cette histoire, au contraire !

Morgan nous conte un conte à la manière d'une barde, et sa musique se transpose dans notre esprit à la place des mots que nous lisons avec une facilité déconcertante.

Quel univers, et quelle histoire ! Elle vous touchera en plein cœur, vous transporter au temps des rois et des empereurs avec une touche de fantasy parfaitement travaillée et une combinaison steampunk toute trouvée !

Un énorme coup de cœur, plongez sans hésiter, cette saga vaut le détour !

Et puis, les larmes ne couleront pas que de tristesse, c'est une certitude !!

Un grand bravo à l'auteure !

Afficher en entier
Diamant

Dans cette histoire nous allons suivre une multitude de points de vue mais le principale étant celui de la princesse Yuri, fiancée au dauphin de France Louis-Philippe, qui va tout faire pour échapper à ce destin, quitte à s'allier à d'étranges personnes dans une uchronie mêlant royauté et fantasy.

Que dire ! je ne m'attendais pas du tout à cela ! j'ai été très bonnement surprise ! et dire que je l'avais laissé là pendant 9 mois dans ma PAL sans me décider... En tout cas merci à ma tante qui me l'a offert X)

Déjà l'histoire : j'ai été époustouflée car il ne se passe pas grand chose dans ce tome qui est très introductif mais déjà tant mieux car même à la fin il y avait encore beaucoup de termes et de spécificités floues pour moi ! peut être que je ne m'y connais pas assez en créatures surnaturelles et que c'est pour ça ! De plus, il se passe quand même pas mal de choses, surtout au niveau évolution des personnages, mais les nombreux points de vues rythment très bien tout ça et je ne me suis pas ennuyée un seul instant.

Concernant les personnages, j'ai beaucoup aimé le personnage de Yuri, car elle apporte une nouvelle culture, je crois n'avoir jamais lu de livre avec un protagoniste japonais et encore moins une princesse, son évolution est impressionnante et j'ai adoré la voir car je l'ai trouvé très bien réussie, j'ai aussi adoré le personnage de Ryuzaki, prêt à tout pour sa princesse et aussi son lieutenant Levana, j'ai hâte d'en savoir plus sur eux !

Le WB est ouf franchement

Par contre la fin m'a déchirée, sérieux c'est quoi ça ?! mais non je dis non je ne veux pas T-T

Concernant l'écriture et le livre en lui même j'ai beaucoup aimé, ça se lit très facilement tout est super fluide, par contre petit bémol pour les nuls en anglais, personnellement j'ai tout comprit, vu que je ne suis pas nulle dans cette langue mais j'ai eu des retours comme quoi il manquait vraiment de traduction (certaine conversations sont entièrement en anglais familier), aussi c'est écrit tout petit, les pages sont immenses et les chapitres font 45 pages... moi adepte des chapitres de 10 pages suis morte mais pas non plus en souffrante car le changement de pov intrac-hapitre propose de faire des pauses !

Afficher en entier
Bronze

3.5/5

Je n’avais pas de grosses attentes sur ce livre. En fait j’avais même un peu peur de le sortir à cause de l’étiquette jeunesse et le fait qu’en général ça ne passe pas super avec moi. Mais j’ai tout de même tenté parce que les avis du second tome étaient assez positifs.

Résultat ça c’est passé exactement comme je l’imaginais. Pas que j’ai détesté, on est loin de la tout de même, mais j’ai trouvé qu’il souffrait des clichés énervants de la littérature jeunesse. Et en plus d’être prévisible je n’ai pas vraiment aimé la fin car à mon avis elle était inutilement dramatique à mon avis (juste pour choquer / faire pleurer le lecteur).

Résultat je suis quand même assez mitigée.

Néanmoins je pense que pour le public adapté (à savoir la jeunesse, ou les amateurs de littérature jeunesse que les clichés ne gênent pas) ça peut faire une bonne lecture.

Du coup de quoi ça parle.

Nous suivons divers personnages dans une uchronie magique.

Le Royaume de France veut renforcer ces liens avec l’Empire du Japon dans un monde où ils sont les leader du monde (avec le Sultanat Ottoman en 3ième grosse puissance, mais qu’on ne voit pas vraiment pour l’instant).

Dans ce monde qui n’a jamais connu les révolutions et les avancées gouvernementales qui ont amenées notre république actuelle, les puissants continuent d’asseoir leur puissance en contrôlant et maltraitant leur peuple qui vit dans la grande majorité dans la pauvreté.

Dans ce monde il y a aussi une autre différences majeure avec notre monde : on connait et asservit les créatures magiques depuis des siècles.

Ils sont considéré comme des moins que rien et quand ils ne sont pas transformés en esclaves ils sont considérés comme le mal, du à des décennies de manipulation et de propagande qui en ont fait les bouc émissaires de tout les problèmes possibles.

Dans cette situation nous suivons principalement pour l’instant la princesse Yuri, une des héritières de l’Empire du Japon. Celle ci a été promise sans son accord en mariage à l’héritier du royaume de France.

Élevé dans la richesse comme la perle de son père, qui travaille comme ambassadeur du Japon en France, celle ci est en fait totalement prisonnière de son éducation. Elle connait par cœur tout les codes pour naviguer le monde des plus puissants, et n’est pas du genre à vraiment se préoccuper du reste.

Et pourtant, après la déception de cette promesse de mariage, elle se sent à l’étroit dans sa vie. Du coup quand on lui propose de fuir et d’aller voir ce qui se passe ailleurs, elle décide sur une impulsion d’accepter …

Bien sur ce qu’elle ne sait pas encore, c’est que sa disparition donnera une excuse à sa famille et à la famille de son promis pour s’en prendre à tout les indésirables.

Bien sur je n’ai fait qu’effleurer l’ensemble pour ne pas vous en dire trop, mais c’est plus complexe que juste une riche qui fuit un mariage forcé. Il y a des histoires de familles, des cœurs brisés, des jalousies, et tout le coté créatures magiques qu’on suit aussi comme personnages principaux autre que la princesse.

Les rencontres de celle ci lui donneront l’occasion de découvrir tout ce monde qu’elle ignorait totalement, un monde ou des gens différents peuvent vivre ensemble en paix.

Le principal problème de la majorité du roman pour moi a été justement ce coté la. La princesse « innocente » découvre un autre monde où tout le monde peut être égal, dans une atmosphère où les gens sont amis et s’entraident, des notions qui lui étaient inconnues. Elle ouvre les yeux en gros.

L’ensemble faisait bien trop « donneur de leçon » pour moi. C’était trop les bons contre les méchants, et ça manquait de nuance.

Puis j’avoue que je n’avais pas vraiment de d’atome crochu avec la princesse. Elle ne me paraissait vraiment pas sympathique. Pendant plus de la moitié du livre j’avais envie de lever les yeux au ciel et de passer à autre chose. J’avais du mal à lui trouver des circonstances atténuantes. Certes elle a vécu dans une cage en or, mais elle était quand même entourée de plusieurs « créatures magiques » et à mon avis si elle s’était un minimum intéressé à son entourage plutôt que de les prendre pour des meubles vivants, elle aurait largement pu faire (un partie de) ces découvertes avant.

Bref, j’avais du mal avec ce personnage.

Après oui, c’est un livre jeunesse, j’aurai peut être du m’en douter. Mais ici on veut vraiment donner une atmosphère sombre du genre dystopique ce qui crée le genre de clichés qu’on trouvait dans les « classiques » de la dystopie jeunesse où le monde est forcement totalement noir et blanc.

J’ai retrouvé tout ce que je n’aime pas dans ce genre de récit.

Ce n’est juste pas ce que j’aime lire en gros.

Je reviens rapidement sur le final. Je suis un peu déçue. Déjà cette situation aurait facilement pu être évité si les adultes avaient pris leurs précautions avant, mais en plus elle n’avait pas forcement besoin d’être le pire drame qu’on puisse imaginer.

Du moins ma réflexion en lisant ces passages était que c’était comme si rien n’avait jamais été fait pour imaginer la sécurité des habitants en cas d’attaque. Limite comme si tout les adultes avaient manigancés pour faire en sorte que tout se finisse le plus mal possible pour leur propre camp volontairement si la situation se présentait. Dans le genre pas crédible, on est en plein dedans.

A moins d’un retournement de situation pour l’instant improbable, qui justifierai ce fait après coup, j’avoue que ça ne m’a pas vraiment plu.

Pour ce qui est de la suite j’avoue que j’hésite encore. Le second tome est apparemment bien mieux, d’après les avis des lecteurs, sauf ceux qui n’ont vraiment pas accroché au premier déjà.

Du coup je me demande si c’est vraiment pour moi, si je vais rester sur mon avis ou être agréablement surprise ou pas.

A voir donc.

https://delivreenlivres.home.blog/2021/09/25/la-derniere-geste-tome-1-dans-lombre-de-paris-de-morgan-of-glencoe/

Afficher en entier
Or

Un livre qui remonte mon estime à propos des dystopies et nous entraîne dans un univers aussi troublant qu’original avec une touche d’atmosphère sombre.

Afficher en entier
Lu aussi

Beaucoup de difficultés à entrer dans l'histoire que j'ai trouvé un peu longue. Il y avait beaucoup de personnages, ce qui allourdit un peu le tout.

Afficher en entier
Bronze

Livre de l'unboxing de Tatanexua.

Que se passerait-il dans un monde où la royauté française existerait encore ? Cet ouvrage répond à cette question. Nous faisons très vite la connaissance de Yuri, son père, le seigneur Nekohaima, et des fées. Jeux de pouvoirs, politique, rebelles s’associent à des thèmes plus sombres dans cet ouvrage : patriarcat, paternalisme, sexisme, je pense qu’on peut même pousser jusqu’à la xénophobie. Attention on évoque une tentative de viol…

Venez donc sur le Rail, où les fées ont une place importante, entre les mécaniciennes Feux-follets ou les cheminotes Sylfes. Côté personnage, il y en a beaucoup en très peu de temps. Faut noter, se rappeler et éviter de s’y perdre. Les Gens de l’Egout sont intéressants et évidemment Bran, Yuri, Camille, le Prince, Ryû, HA-17 et Gabrielle…restent ceux que j’ai appréciés. Un gros plus pour Camille quand même ! Ils sont, de plus, bien travaillés ce qui contrebalance avec l’histoire.

Côté histoire, en effet, cela reste linéaire et assez prévisible. Une jeune femme de vingt ans qui est promise au Dauphin de France par son père (du coup vive la trahison, bon après elle lui avait tapé dans l’œil 7 ans auparavant, mais bon !)qui fera tout pour éviter de rester le « joli bijou » et qui s’enfuit (no spoil on le comprend avec le résumé). Je ne vous dirai pas qui lui propose cela seulement, avec le dialogue qui précède, je m’en suis doutée^^. Un peu de surprises ne m’aurait pas dérangée.

Côté univers, on conserve quelques repères puisque c’est une uchronie, on a réécrit l’Histoire en conservant ou modernisant des aspects (y a des caméras, des casques virtuels, on danse toujours la valse, mariage arrangé etc.) Pas mal de peuples d’ailleurs on n’a pas que la Triade, il existe des tribus rebelles et je peux vous dire qu’une keltienne est plus importante qu’on ne peut le penser (Etonnée tu es, Yuri ?). Le Japon mis en avant c’est tellement rare qu’il faut le souligner. L’idée des chants, les « Bardes », c’est beau !

J’ai bien aimé, la plume après les cent premières pages c’était bien plus fluide et agréaaaableeeee ! La Capitaine, évidemment, les thèmes qui sont abordés et l’univers. C’est pas mal pour une entrée en matière.

J’ai moins aimé certaines répétitions et la prévisibilité de certaines scènes. Les passages en langue étrangère aussi pas traduits, même l’anglais, je n’y comprends rien et quand c’est sur une page ben je passe:/ et c’est dommage.

Un dernier mot ? Suie et charbon !

La suite sur ma page :

https://www.facebook.com/la.magie.du.destin/posts/4018621938195486

Afficher en entier
Diamant

Elevée dans les purs codes de la haute société japonaise, Yuri ne connait rien du monde extérieur. Etre destinée à un homme qu’elle ne connait pas, alors qu’elle a soif de liberté, tel est le destin que s’apprête à embrasser Yuri dans un monde rempli de fées, des êtres aux moult pouvoirs et traités comme des moins que rien.

Si sa voie paraît toute tracée, l’auteur nous montre que personne ne contrôle vraiment son destin. Commence alors pour Yuri la découverte du « vrai » monde présent dans les Egouts de Paris, dans les basses sphères de la société. Homme, femme, enfant, sylve, feu-follet, peu importe les différences, chacun est sur le même pied d’égalité. Une égalité qui se paye au prix fort. Malgré ce quotidien difficile, l’auteur nous montre de la joie de vivre, de la solidarité, de la positivité, un futur possible ainsi que certains sujets de réflexion tels que notamment la lutte des classes sociales, l’éducation, le sexisme...

Tout à la rencontre d’une panoplie de personnages auxquels le lecteur va s’attacher facilement, Yuri adopte alors un comportement plus passif/plus en retrait, se laissant porter par les évènements. Ce qui permet au lecteur de percevoir ses interrogations/les changements qui s’opèrent dans sa façon d’être et d’agir. Malgré le nombre quelque peu conséquent de personnages, le lecteur ne se perds pas et les distingue grâce aux différentes caractéristiques propres à chacun d’entre eux. L’histoire prends le temps de se mettre en place, sans pour autant être altérée par de quelconques longueurs, et se termine de manière explosive et émouvante à la fois.

La plume de l’auteur, tantôt douce, tantôt dure voire encore poétique nous offre un récit captivant et hyper bouleversant.

Afficher en entier
Diamant

Premier roman de la série La Dernière Geste, d'abord paru en auto-édition sous le titre Si loin du soleil puis réédité par ActuSF sous le label Naos, Dans l'ombre de Paris est une réussite et un bon coup de coeur pour moi. La première fois que j'ai vu la couverture, qui est magnifique et tout à fait représentative de l'histoire (vous en cernerez les détails après l'avoir lue), j'avais peur que ce soit un récit trop ancré dans la culture japonaise, avec des samouraïs, etc., ce qui ne m'attirait pas des masses (curieusement j'aime bien regarder des films sur ce sujet et lire des mangas, mais quand il s'agit de romans ça ne me donne pas envie). Mais une collègue l'a lu et me l'a fortement conseillé, donc j'ai tenté le coup et cela a été une excellente surprise.

L'univers dans lequel se déroule l'intrigue est le nôtre, mais en différent.

Première différence qui change radicalement notre univers : il s'agit entre autres d'une uchronie, puisque la France est devenue le royaume le plus puissant du Monde, ayant rattaché à elle quasiment toute l'Europe. La monarchie française est toujours en vigueur : il y a toujours un Roi de France, une cour avec ses nobles, etc. le fait de voir les personnages vivre selon d'anciennes coutumes donne l'impression, de prime abord, d'être à l'époque de la Renaissance ou des Lumières. Mais la technologie est bien avancée, du moins pour les riches : eau courante, électricité, casques de réalité virtuelle, etc. (les pauvres, eux, n'ont pas le luxe de profiter de ces avancées). Cette technologie vient contrebalancer l'effet médiéval, sans pour autant nous le faire sortir de la tête. En même temps, je lis une histoire avec un roi de France, je ne peux m'empêcher de penser aux XVII-XVIIIe siècles (par exemple) bien que l'intrigue se déroule au XXe (1995). Ce mélange entre coutumes d'anciennes époques et technologie plus actuelle rend l'univers plutôt original.

Autre différence tout aussi importante : les fées existent. Attention, pas les jolies petites fées des contes, mais celles des légendes celtes (après tout l'auteur est Bretonne et vit près de la forêt de Brocéliande), c'est-à-dire des créatures fantastiques qui peuvent être très dangereuses (comme les selkies, par exemple). Elles sont donc craintes par les humains qui les ont chassées de leurs terres et les capturent pour en faire des esclaves. Seuls les keltiens (étant donné qu'ils parlent anglais, je dirais qu'on peut les rattacher à des pays anglophones comme l'Irlande) vivent en paix avec les fées.

Le Japon est une autre grande puissance de ce Monde, et notre héroïne est la fille de l'ambassadeur japonais. La princesse Yuri Nekohaima vit au japon depuis des années, loin de son père resté en France. Un jour elle reçoit une lettre de son père lui ordonnant de venir le rejoindre, ordre que Yuri exécute sans se plaindre, comme on le lui a appris. À bord de l'Orient-Express, un immense train indépendant (il n'est régit par aucune loi des différents royaumes, mais a ses propres règles que tous ceux qui y montent doivent respecter), la princesse, accompagnée de sa garde personnelle, fait la rencontre d'êtres (humains et fées) qui la prennent au dépourvu de part leurs convictions. Et lorsqu'elle arrive en France pour découvrir qu'elle devra épouser le Prince, héritier du trône, ce qui ferait d'elle la Dauphine de France, elle se sent profondément trahie. Obligée de suivre de coutumes nouvelles, de jouer le jeu de l'hypocrisie au milieu de tous ces nobles qui n'attendent d'elle qu'un faux-pas, Yuri se sent de plus en plus entravée. Un soir, quelqu'un lui propose un choix : épouser le Prince et continuer sa vie enfermée dans une cage dorée, ou s'enfuir et obtenir enfin la liberté de devenir qui elle veut. Bien sûr, on se doute tout de suite du choix qu'elle va faire...

À travers Yuri, jeune femme de vingt ans, nous découvrons les coutumes japonaises et la place des femmes dans cette société à l'esprit si étriqué. Que ce soit au Japon ou en France, les hommes sont considérés comme des êtres forts faits pour diriger, tandis que les femmes ne sont que des créatures faibles, incapables de susciter la crainte (pour eux l'idée qu'une femme puisse être un assassin professionnel est totalement inconcevable). Yuri a dû apprendre à se servir des moyens qu'on lui accordait pour montrer sa valeur : être belle, intelligente (mais pas trop) et apprendre différentes langues. On lui a appris à être docile, soumise à l'autorité, tout en étant capable de réflexion, à ne faire confiance à personne et ne jamais montrer ses émotions. Mais au fond d'elle, Yuri n'en peut plus de se cacher derrière ce masque de neutralité et rêve de liberté. Alors quand vient le moment de faire son choix, elle se lâche enfin et fait tout pour obtenir ce qu'elle souhaite. Yuri est un personnage que j'ai trouvé très intéressant. J'ai vu certains avis dire qu'elle est un peu trop distante et que du coup on a du mal à s'y attacher. Alors oui, elle est distante, mais ça fait partie de son éducation, tout comme son petit côté précieux. Et c'est ça qui est intéressant : malgré cette éducation si ancrée en elle (elle va souvent s'indigner face au comportement des autres, dont elle n'a pas l'habitude), elle parvient à faire ressortir son caractère enfoui, révélant ainsi une personne qui sait s'amuser, capable de compassion et d'une ouverture d'esprit étonnante pour une personne de sa condition. Je n'en dis pas trop, tout de même, mais voilà : elle mérite qu'on lui laisse sa chance.

Deux autres personnages féminins, qui mettent également en avant ces clivages homme/femme : la Capitaine Trente-Chêne, qui dirige l'Orient-Express, ancienne noble qui a décidé de tout plaquer pour vivre son rêve (l'aventure, le voyage) ; et HA-17, une créature hybride (mi-humaine, mi-fée) créée en laboratoire et considérée comme un objet, utilisée dans la garde de la princesse et qui prouve sa valeur même si les hommes refusent de le voir.

Parmi les humains, un autre personnage m'a bien plu : le coordinateur des rebelles, le fameux Sir Edward Longway, keltien. Un homme qui a tout perdu, obligé de vivre dans l'ombre sans jamais sortir à l'air libre (les rebelles, appelés les Rats, vivent dans les égouts, où ils ont aménagé un véritable foyer), entièrement consacré à sa cause. Car les pauvres sont mécontents, la révolte menace, même si elle est encore loin d'éclater. Il manque encore quelque chose, une lumière pour les éclairer, un soleil pour les guider... Sir Edward, donc, un homme mélancolique mais aussi très optimiste qui va aider Yuri à s'émanciper, à se découvrir elle-même.

Et on garde le meilleur pour la fin : mon personnage préféré dans cette histoire, Bran, la Selkie. Une créature au caractère bien prononcé, grognon, sauvage, magnifique. Les Selkies représentent la liberté, l'absence de possessivité, la tolérance vis-à-vis de la différence : elles n'ont pas de genre prédéterminé (il y a bien physiquement une différence de sexe, mais se fichent du genre), elles sont, c'est tout. Si elles aiment, peu importe que ce soit mâle ou femelle, peu importe l'espèce : elles aiment, c'est tout. Bran est une créature très attachante, à la fois très franche (elle dit les choses telles qu'elles sont, telles qu'elle les pense), sauvage (attention à ne pas l'insulter !) et innocente (elle rougit facilement quand on aborde des sujets plus personnels). Elle est censée avoir la vingtaine, mais ressemble plus à une ado, autant physiquement que dans son caractère. Et en même temps elle peut se montrer d'une maturité surprenante.

Celui que j'ai le moins apprécié, je pense, c'est le prince héritier Louis-Philippe : plus hypocrite que lui, tu meurs. Il dit aimer Yuri, mais ça apparaît d'avantage comme un désir de possession que comme de l'amour, et va tout faire pour la récupérer. Il se fait passer auprès du peuple comme un être aimant et empli de compassion, mais il déteste les pauvres et se sent supérieur à tout le monde.

Ah ! En fait il y en a bien un que j'ai détesté plus que le Prince, mais je ne peux pas parler de lui sans révéler des éléments importants de l'intrigue, donc vous verrez par vous-même.

Morgan of Glencoe a créé une panoplie de personnages intéressants et complexes : on s'attache à certains, on en déteste d'autres. L'histoire qu'elle développe ici est vraiment prenante, je ne me suis pas ennuyée un seul instant. J'ai adoré découvrir la vie à bord de l'Orient-Express, ainsi que celle au milieu des Gens de l'Égout, deux lieux qui apprennent la tolérance face à la différence, l'ouverture d'esprit. J'ai détesté cette société sexiste qui pense une femme trop stupide et trop faible pour faire ses propres choix. J'ai haïe cette société raciste qui traite les êtres différents comme des animaux et des esclaves incapables d'intelligence. J'ai d'ailleurs aimé cette insertion de l'univers légendaire celte au sein de cette société humaine très monarchique, j'ai aimé découvrir ces différentes espèces de créatures fantastiques, toutes aussi surprenantes les unes que les autres.

Suivre Yuri dans cette aventure a été pour moi un excellent moment de lecture, et ce jusqu'à la fin. Malgré la fin, qu'on sent venir, petit à petit, avec crainte et tristesse. Au fil du récit, que nous suivons à travers différents points de vue (à travers le regard d'un peu tout le monde, en fait, le narrateur étant omniscient), on voit le drame arriver. Un dénouement détaillé, bien mené, qui poursuit inexorablement sa course vers... Quoi donc ? À vous de le découvrir...

En bref...

Morgan of Glencoe est à la fois écrivaine, chanteuse, harpiste et compositrice de musique celtique. Cet univers celte qui fait partie de sa vie, elle le développe dans son premier roman publié en le mêlant à un univers uchronique plus terre-à-terre où les monarchies, et les injustices qui les accompagnent, sont toujours en place au XXe siècle. Dans l'ombre de Paris est un mélange de genres (fantasy, uchronie, steampunk) tout à fait réussi, écrit par une plume agréable, fluide et musicale. Les personnages, certains attachants, d'autres détestables, sont traités en toute complexité : ils ne sont pas parfaits, ont des doutes et des convictions, des qualités et des défauts. Intrigues politiques, aventure et quêtes d'identité sont au rendez-vous pour nous plonger dans une histoire des plus intéressantes, bien qu'au schéma quelque peu classique, au sein d'un univers particulièrement original. Un excellent premier tome qui pose des bases solides pour la suite que j'attends avec impatience !

https://escape-in-books.blogspot.com/2020/07/dans-l-ombre-de-paris-morgan-of-glencoe.html

Afficher en entier
Diamant

On est pris dans l’histoire dès les premières lignes et il est tout simplement impossible de lâcher ce roman avant la fin. On attend le tome 2 avec impatience, on trépigne, il FAUT la suite! ❤️❤️❤️

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode