Livres
475 250
Membres
452 653

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Ma chérie,

Je n’ai pas pu t’obliger à m’écouter quand tu es partie en courant, mais sache que je ne te rejetais pas. Tu étais si loin de la vérité que je peux à peine le supporter.

La vérité, la voici : tu n’aurais pas été la première femme mariée à qui j’aurais fait l’amour. Tu connais ma situation personnelle et, pour être honnête, ces relations, telles qu’elles étaient, me convenaient. Je ne voulais être proche de personne. Quand nous nous sommes rencontrés, j’ai voulu croire que, avec toi, ce ne serait pas différent.

Mais quand tu es arrivée dans ma chambre samedi dernier, tu étais si belle dans ta robe… Et puis tu m’as demandé de défaire ce bouton derrière ton cou. Mais quand mes doigts ont frôlé ta peau, j’ai compris à cet instant que si nous faisions l’amour, ce serait un désastre pour nous deux. Toi, ma chère petite, tu n’as aucune idée de ce qu’une telle trahison t’aurait fait. Tu es une créature honnête et délicieuse. Même si tu ne t’en rends pas compte pour le moment, on éprouve une réelle jouissance à être quelqu’un de bien. Je ne veux pas être responsable de ta déchéance.

Et moi ? J’ai su dès l’instant où tu as levé les yeux sur moi que, si nous le faisions, je serais irrémédiablement perdu. Je serais incapable de t’abandonner, comme je l’ai fait avec les autres. Je serais incapable de saluer Laurence d’un aimable signe de tête si je le croisais au restaurant. Je ne saurais jamais me satisfaire d’une simple partie de toi. Je me suis menti à moi-même en voulant croire le contraire. C’est pour cette raison, ma chère petite, que j’ai rattaché ce maudit bouton derrière ton cou. Et c’est pour cette raison que je suis resté éveillé dans mon lit ces deux dernières nuits, me haïssant pour la seule chose correcte que j’aie faite de ma vie.

Pardonne-moi.

B.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2014-03-31T20:22:23+02:00

Quand tu me sondais de ton regard exquisément décadent d'une profondeur infinie ,je me suis souvent demandé ce que tu pouvais bien voir en moi .

A présent ,je sais que c'est une vision réductrice de l'amour .Toi et moi ne pouvions cesser de nous aimer ,pas plus que la terre ne pouvait cesse de tourner autour du soleil.

Afficher en entier
Extrait ajouté par bagheera 2015-05-20T17:53:26+02:00

"-Je vous ai demandé s'il était merveilleux.

-Ce n'est pas à moi que vous devriez poser la question, monsieur O'Hare. Une épouse peut difficilement être impartiale.

-Oh, d'après mon expérience, nul n'est plus brutal et impartial qu'un épouse.

-Continuez.

-Qui d'autre est capable de connaître les moindres défauts d'un homme après seulement quelques semaines de vie commune et de les dénoncer -régulièrement et de mémoire- avec une précision chirurgicale?

-Votre femme doit être terriblement cruelle. Elle me plaît assez.

-C'est une femme d'une intelligence hors pair.

-Vraiment?

-Oui. Assez intelligente pour m'avoir quitté il y a des années."

Afficher en entier
Extrait ajouté par marine811 2014-12-27T15:22:29+01:00

- Arrête ! Ça n’a rien à voir avec eux !

- Alors quoi ? De quoi tu as peur ?

- De toi ! Il en resta bouche bée.

- Mais je ne…

- J’ai peur de ce que je ressens pour toi. Ça me fait peur, d’aimer quelqu’un à ce point.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2014-03-31T20:22:44+02:00

Je me croyais heureuse . J'étais très satisfaite de ma vie .Et puis tu es arrivé ,et plus rien.....plus rien n'a de sens .Toutes ces choses que j'avais prévus-les maisons ,les enfants ,les vacances . Je n'en veux plus. Je ne dors plus Je ne mange plus. Je pense à toi tout le temps .Et maintenant ,je sais que je ne pourrai plus m'empecher de penser à ça ,ajouta-t-elle avec un geste en direction du vestiaire .Mais envisager de le quitter pour de bon ,renifla-t-elle ,c'est comme contempler le fond d'un abime.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2014-03-31T20:20:21+02:00

« Mon cher et unique amour,

Je pensais tout ce que je t’ai dit. J’ai compris que la seule façon d’avancer, c’est que l’un de nous deux fasse un choix difficile.

Je n’ai pas autant de force que toi. Lors de notre première rencontre, je pensais que tu étais une petite chose fragile que je devais protéger. À présent, je me rends compte que je me trompais sur toute la ligne. Tu as plus de force que moi. C’est toi qui parviens à vivre avec la possibilité d’un amour comme celui-ci et le fait que jamais on ne nous le permettra.

Je te demande de ne pas me juger pour ma faiblesse. La seule façon pour moi de supporter la situation est d’être dans un endroit où je ne te verrai plus et où je n’aurai plus à redouter de t’apercevoir en sa compagnie. J’ai besoin de me trouver quelque part où les dures nécessités de la vie m’empêcheront de penser à toi, minute après minute, heure après heure. Ici, c’est impossible.

Je vais accepter ce travail. Je serai sur le quai numéro 4, à Paddington, à 19 h 15 vendredi soir, et rien au monde ne pourrait me combler plus de joie que si tu trouvais le courage de partir avec moi.

Si tu ne viens pas, je saurai que, quoi que nous ressentions l’un pour l’autre, ce n’était pas assez fort. Je ne t’en blâmerai pas, mon amour. Je sais que ces dernières semaines ont fait peser beaucoup de pression sur tes épaules – je la ressens moi-même. Je ne supporte pas l’idée d’avoir pu te causer de la peine.

J’attendrai sur le quai à partir de 18 h 45. Mon coeur et mes espoirs sont entre tes mains.

B. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par gueguee 2017-05-20T19:18:14+02:00

"Si je m'autorisais à t'aimer, mes sentiments pour toi me consumeraient. Il n'y aurait plus que toi dans ma vie. J'aurais constamment peur que tu ne cesses de m'aimer. Et, si tu le faisais, j'en mourrais."

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2014-03-31T20:22:33+02:00

Il s'était mis à vociférer ,lui reprochant tous les manques qu'il ressentait à cause d'elle- le manque de temps ,le manque de mots sur le papier-, ignorant la main que Felipe , le barman ,avait posé sur son bras pour le calmer .Ses sentiments le terrifiaient ,et, rien que pour ça ,il voulait la blesser.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Bibounine 2019-02-11T16:21:34+01:00

Elle relit le message. Il ne lui dit jamais grand-chose par texto, elle le sait. Il lui a expliqué dès le début que c’était trop risqué, au cas où sa femme lui emprunterait son portable avant qu’il n’ait pu effacer les messages incriminants. Mais il y a une certaine tendresse dans « prends soin de toi », n’est-ce pas ? Il se soucie de son bien-être. Elle se demande soudain à quel point elle déforme ses messages, trouvant une multitude de significations cachées derrière le moindre mot qu’il lui envoie. D’ordinaire, elle pense qu’ils sont si bien connectés l’un à l’autre qu’elle comprend sans peine tout ce qu’il veut vraiment lui dire. Mais parfois, comme aujourd’hui, elle doute qu’il y ait réellement quoi que ce soit derrière les abréviations.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Bibounine 2019-02-11T16:21:21+01:00

La tête entre les mains, elle se met à pleurer. Pour Boot, pour Jennifer, pour les occasions qu'on rate et les vies qu'on sabote. Elle pleure aussi pour elle-même, parce que personne ne l'aimera jamais comme cet homme a aimé Jennifer et parce qu'elle se dit qu'elle est en train de gâcher ce qui aurait pu être une vie agréable bien qu'ordinaire. Elle pleure parce qu'elle est soûle, toute seule dans son appartement, et que l'un des rares avantages à vivre seule, c'est justement de pouvoir pleurer sans retenue quand on en a envie.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode