Livres
463 838
Membres
423 460

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par TommyRollrbox 2018-10-11T05:05:47+02:00

S'il y a une couleur que le Danube ne prend jamais, c'est bien le bleu. Gris mastic, marron boueux, rougeâtre, kaki sale, tous ces tons-là et leurs variantes intermédiaires massacrent les beaux rêves romantiques qui viennent le contempler de la berge. De temps à autre, aux endroits où les bateaux s'amarrent en groupe, le fleuve se pare d'un aspect miroitant quand le soleil fait scintiller une pellicule de gasoil et y allume des reflets gorge-de-pigeon iridescents. Les soirs de nuit profonde, quand les nuages masquent les étoiles, il est aussi noir que le Styx. Mais en Europe centrale, à l'aube du nouveau millénaire, la traversée coûte plus qu'une simple pièce.

Afficher en entier
Extrait ajouté par alienor44 2018-10-07T06:55:47+02:00

Trois jours, ce n'était vraiment pas assez. Carol contempla sa garde-robe, mais la plupart, non. Morgan lui avait accordé un budget astronomique pour acheter des tenues, mais il allait falloir le dépenser, et cela lui prendrait le plus clair de la journée. Ensuite, elle devrait faire ses bagages en tenant compte de sa nouvelle identité, et bien veiller à ne rien emporter qui puisse révéler sa réalité personnelle.

Son frère Michael avait accepté de se charge de Nelson ; il comptait venir en voiture dans la soirée et rapporter le chat à Bradfield, dans le grand loft que Carol et lui partageaient autrefois. Michael n'avait posé aucune question gênante, n'avait pas demandé, par exemple, pourquoi il devait garder le chat jusqu'à nouvel ordre pendant que sa sœur s'en allait vers une destination non précisée. Elle avait annoncé qu'elle ne pouvait rien expliquer pour des raisons de sécurité, et aussitôt, il avait laissé tomber le sujet.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Caroline 2013-08-08T14:04:35+02:00

"Tony ne comprenait que trop bien cet état d'esprit. Il passait sa vie à se sentir en décalage par rapport au monde. Il vivait avec un sentiment de nullité qui lui interdisait d'aimer, car aimer impliquait que l'on soit convaincu de mériter de l'amour en retour. Et il n'avait jamais été capable de croire cela de lui-même".

Afficher en entier
Extrait ajouté par Caroline 2013-08-08T14:04:21+02:00

"Il sortit alors de son étui le rasoir coupe-chou de son grand-père et entreprit de découper soigneusement les vêtements de la femme. Elle n'avait que la peau sur les os. Si l'envie l'en avait pris, de l'index, il aurait pu lui compter les côtes comme les perles d'un abaque. Il recula d'un pas pour savourer le spectacle de sa victime impuissante, à sa merci".

Afficher en entier
Extrait ajouté par Caroline 2013-08-08T14:04:07+02:00

"La petite renarde rusée, c'est moi, se dit Carol. Elle allait laisser Tadeusz Radecki croire qu'il l'avait attirée dans son camp parce qu'il l'avait voulu. Elle résisterait à toute tentative visant à lui faire révéler sa véritable nature, du reste elle se doutait qu'il allait falloir trouver un moyen de le tenir à distance. Puis elle s'immiscerait dans sa basse-cour, elle y égorgerait la poule aux œufs d'or et elle déguerpirait avant qu'il le lui fasse payer".

Afficher en entier
Extrait ajouté par Caroline 2013-08-08T14:03:54+02:00

"Après tout, elle racontait une histoire. Et elle avait intérêt à la rendre très, très convaincante"

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode