Livres
540 049
Membres
570 101

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par Stephanie-232 2020-09-12T19:12:15+02:00
Or

C'est un excellent thriller psychologique. Nous sommes dans la tête de Sandrine , la deuxième femme, très complexée et qui veut juste être aimée.

Au fur et à mesure des pages tournées, la tension monte lentement et le récit devient de plus en plus oppressant et glaçant. La lecture fut même éprouvante par moments parce que tellement réaliste . Je revoyais certaines scènes d'un téléfilm avec Odile Vuillemin...

Le sujet est vraiment très bien traité avec une écriture précise et juste. C'est le premier livre de Louise Mey que je lis mais certainement pas le dernier !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par page blanche 2020-06-29T07:08:49+02:00
Or

Sa première femme disparue, il a beaucoup pleuré. Les recherches n’ont rien donné. La police l’a suspecté.

La deuxième femme est tombé sous le charme de cet homme qui pleure, elle pourtant si peu sûre d’elle, si mal menée par ses parents. Elle, la « grosse vache ».

Ils s’installent rapidement ensemble, avec Mathias l’enfant de la première femme.

Mais un jour la première est retrouvée, amnésique, en Italie.

Mais sous les traits de l’homme qui avait pleuré se cache un pervers narcissique …

L’écriture sèche accentue le climat stressant de ce thriller psychologique.

Très bonne description du manipulateur.

Pour rappel : En France sur l’année 2017 : « 219 000 femmes majeures déclaraient avoir été victimes de violences physiques et/ou sexuelles par leur conjoint ou ex conjoint ».

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Stephanie-Arsigny 2020-06-25T22:43:48+02:00
Diamant

Un gros coup de cœur pour ce thriller psychologique.

Sandrine tombe sous le charme de monsieur Langlois qu’elle appelle l’homme qui pleure elle l’a vu pour la première fois à la télé il pleurais sa première femme qui avait disparue.

On est dans la tête de sandrine, dans ses pensées, ses doutes, ses peurs, ses souffrances. Sandrine est quelqu’un qui n’a pas confiance en elle elle se trouve grosse, conne elle a été humilié par son père quand elle était jeune. Elle semble mener une vie normale jusqu’à ce que la première femme réapparaisse et là tout s’écroule. Elle est vivante mais que va devenir sandrine...

Caroline la deuxième femme réapparaît amnésique il faut qu’elle se rappelle de son passé, de sa famille...

Sandrine est très attachante j’ai eu de la peine pour elle et tellement envie quelle s’en sorte.

La tension monte peu à peu manipulation, emprise psychologique.

C’est un roman bouleversant tellement bien écrit.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par annick69 2020-05-04T13:58:57+02:00
Diamant

Je découvre l'auteure avec ce titre et c'est le grand chamboulement. Et oui, c'est un vrai coup de cœur mais je ne le recommanderais pas à tous. Un sujet malheureusement courant où les femmes ne s'en sortent pas indemnes, voire pas du tout. Il y a aussi quelques hommes qui sont touchés.

L'auteure entre par la petite porte pour nous démontrer "la manipulation", qu'exerce l'homme sur sa deuxième compagne, elle est sournoise et l'on ne s'en aperçoit où l'on ne veut pas la voir dès ces débuts. Et pourtant… Pour en sortir c'est une tout autre affaire, pour ceux qui ne l'ont pas vécu ils diront simplement : mais pars… Tellement facile!

Cette manipulation on la sent arriver doucement, l'auteure nous laisse percevoir quelques lignes qui devraient nous alerter, dans son jeu d'écriture elle excelle et c'est ce qui m'a le plus touchée. Elle remet en place aussi les autorités, la justice, qui sans preuve "marquante" ou faute de "prit sur le fait" rien ne peut être engagé et c'est une réalité tellement injuste et vraie. Elle met en avant, aussi, la culpabilité des victimes et tant d'autres vérités…

Un roman alarmant, éloquent, ne fermez pas les yeux sur ce qu'il peut se passer à côté de chez vous. Je n'ai pas tous les mots pour décrire ce que j'ai ressenti sur cette lecture, je vous laisse dans ces pages poignantes.

Note de l'auteure :

"En 2019 au mois d'octobre où je finissais de relire les épreuves de ce livre, 124 femmes étaient mortes assassinées par leur conjoint ou leur ex-conjoint. J'ignore combien d'autres mourront d'ici à ce que vous lisiez ce livre."

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Christele-1 2020-04-17T17:53:23+02:00
Diamant

Lorsque la condition de la femme passe par la moulinette de Louise Mey, on ne ressort pas indemne du nouveau roman de Louise Mey. Sandrine est une jeune femme qui vit sous l’emprise de son compagnon. Elle est notre personnage principal même si elle arrive en deuxième position, car, elle est la deuxième femme. Cela veut dire qu’il y a eu une première femme avant elle. Une femme qui a disparu mais qui contre toute attente revient. Plus on avance dans la lecture et plus on prend note de l’ampleur de la toxicité de la sa relation avec cet homme. On ne peut pas s’imaginer les choses que l’on peut faire et accepter au nom de l’amour. Au fil des pages, une tension insoutenable se met en place et on craint le pire à chaque page tournée. J’ai trouvé très fort le lien que ses deux femmes vont tisser tout en suspicion, jalousie, peur. Lorsque la première femme revient, Sandrine remet en question, sa position, sa place, sa raison d’être. Jamais je n’aurai pu imaginer ce qui peut se dérouler de pervers, de délétère au sein même d’un foyer qui vu de l’extérieur, présente bien. C’est là tout le talent de l’autrice, de nous faire suivre en parallèle l’enquête au côté de deux policiers dont l’un est une femme extraordinaire qui ne lâche rien. Ce personnage secondaire apporte une notion d’aide et de soutien bienvenue, une sorte de grande sœur sur qui l’on peut compter. J’ai aussi été touchée par la mauvaise image qu’à Sandrine d’elle-même car on s’aperçoit que sa vision est faussée et qu’elle est en fait une belle jeune femme. Alors pourquoi, que s’est-il passé pour qu’elle en arrive à ce point ? Elle n’est pas tendre avec elle-même avec des voix intérieures qui l’abaisse plus qu’elles ne la renforcent. Un roman noir à la dimension psychologique intense qui ne laissera aucune femme indifférente, qu’elle soit fille, femme ou mère. Bonne lecture.

http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2020/04/17/38070406.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par SophieSonge 2020-01-20T19:56:41+01:00
Or

Sandrine ne s'aime pas, mais elle commence à s'accepter un peu quand l'homme qu'elle convoite, qui l'attendri, lui fait une place dans sa vie et celle de son fils Mathias. Alors quand Caroline, sa première épouse disparue dans d'obscures circonstances il y a deux ans, remonte à la surface, Sandrine se sent sensiblement vaciller...

Ce roman nous fait glisser dans quelque chose de sombre et insidieux avec un homme au profil sournois, pervers. Sandrine voit en lui le sauveur de sa solitude, elle est touchée par ce qu'elle croit être des attentions.

Tout n'est pourtant pas parfait, il est imprévisible, exigeant, dominateur. Quand sa première femme réapparaît dans leur vie, elle met cela sur le compte de la tension : elle est inquiète, elle acquiesce, elle pardonne. Un malaise s'installe rapidement à mesure que se dressent les privations, les coups, les brimades, les humiliations.

Puis il y a les éléments de la première femme, cette ombre lancinante, qui ressurgissent, esquissent les doutes, appuient là où cela fait mal. On a de la peine pour Sandrine, et on a peur pour elle. Ce qu'elle décrit nous est insupportable, intolérable.

L'écriture est éprouvante, on est souvent ébahi, choqué. La relation est toxique, malsaine. On parle ici d'emprise psychologique, d'un point de vue externe, c'est assez dur à comprendre, à imaginer. Ce qui se passe est lent, tortueux, ce qui explique que cela prend du temps et puis un jour, tout l'espace.

Ce qui est perturbant, ce sont les manigances, les secrets, le masque, l'isolement dans lequel il plonge ses victimes. Et on réalise qu'il faut de l'aide extérieure pour s'en sortir, avant que cela ne soit trop tard... Complexe et sidérant !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Waterlyly 2020-01-16T22:32:30+01:00
Or

Sandrine est une jeune femme des plus complexées. Elle évite les miroirs autant que possible, tant son reflet ne lui plaît pas. Elle se trouve trop grosse et pas très débrouillarde. Personne ne la regarde. Et pourtant, un jour, un homme va poser son regard sur elle et tout va changer. Mais il s’avère que cet homme avait déjà une femme, Caroline, qui a disparu. Sandrine et cet homme decident de vivre ensemble, jusqu’au jour où la première femme réapparaît. Que s’est-il passé ? Caroline ne se souvient de rien.

Ce roman prend aux tripes de par la thématique délicate qu’il va aborder. J’ai eu la sensation que l’auteure a fait un réel travail de sensibilisation aux violence subies par certaines femmes au travers de Sandrine. J’ai lu les pages avec un sentiment de grande tristesse et de peur pour cette jeune femme. Je ne voudrais pas en dire plus sur le fond de l’histoire, au risque de vous spoiler de quoi il en retourne vraiment.

L’auteure va faire montrer la pression crescendo, et si au debut, le tout m’a semblé long a se mettre en place, je me suis rendue que c’était en quelque sorte l’effet recherché par Louise Mey. Une fois le lecteur attrapé dans la spirale dans laquelle se retrouve la protagoniste, les émotions sont à fleur de peau. Impossible de ne pas se sentir révoltée face à cette lecture. J’ai eu une empathie immense pour Sandrine.

Louise Mey focalise sa narration sur Sandrine, et même si l roman n’est pas à la première personne, nous, en tant que lecteur, arrivons à suivre ses pensées comme si c’était elle qui parlait. Ce personnage complexe et très profond porte l’histoire et je peux vous dire qu’elle est très attachante.

La plume de l’auteure sera indéniablement mon petit bémol. J’ai eu énormément de mal avec le style de Louise Mey, qui décide d’insérer directement les dialogues dans sa narration, sans tirets, sans délimitation. Je me suis retrouvée avec un texte très peu aéré visuellement, et j’ai parfois été lassée par ce procédé. Certes, la fluidité est indéniable mais j’aurais aimé une plume plus classique.

C’est un thriller glaçant ou la tension monte peu à peu, et dans lequel l’auteure abordera une thématique difficile. Malgré un style auquel je n’ai pas forcément adhéré, il est indéniable que le fond de l’histoire m’a paru très réussi. C’est donc une belle découverte.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par JessSwann 2020-01-16T17:56:42+01:00
Argent

Un roman que j'avais abordé comme un thriller et qui, au fil des pages, devient de plus en plus angoissant et psychologique. Nous suivons l'histoire de Sandrine, femme complexée et rabaissée tout au long de son enfance... Un jour, sur une impulsion, elle se rend à une marche blanche pour rechercher une femme et une mère disparue. Là elle rencontre le mari (dont on ne connaitra jamais le prénom) et l'enfant. Miracle ! Sandrine rencontre l'amour. On suit son bonheur simple et on est heureux pour elle jusqu'à ce que Caroline, la première femme, réapparaisse (pile poil au moment où on suspecte une grossesse de Sandrine.) Peu à peu, le château de cartes des illusions de Sandrine s'effrite et, en même temps qu'elle, on découvre la personnalité de son compagnon. Sans entrer dans les détails, l'emprise psychologique de l'homme sur Sandrine et le fils de Caroline est vraiment bien menée , insidieuse, jusqu'à basculer dans la pure violence dans les dernières pages. C'est bien écrit et parfaitement maitrisé. On est dans l'empathie envers Sandrine mais j'avoue avoir eu plusieurs fois envie de lui dire : mais réveille toi !! Quitte le, n'accepte pas ça ! Même si, quand on prend en compte la personnalité de Sandrine et son histoire, c'est plus facile à dire bien au chaud dans son canapé qu'à faire dans sa situation. J'ai également apprécié la manière dont le roman met en exergue certaines "petites vexations du quotidien", des rabaissements que tout le monde accepte au nom des concessions mais qui peuvent vite s'affoler sans qu'on s'en rende compte.

Ce que j'aime : le portrait de Sandrine, la manière dont l'emprise est amenée, le côté insidieux du controle exercé par l'homme qui pleure.

Ce que j'aime moins : j'aurais aimé savoir si le haricot avait survécu

Pour résumer

Un magnifique roman qui explique l'emprise psychologique de certains hommes sur les femmes et la manière insidieuse dont le controle s'installe

Ma note

8/10

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode