Livres
494 307
Membres
492 060

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par SophieSonge 2020-01-20T19:56:41+01:00
Or

Sandrine ne s'aime pas, mais elle commence à s'accepter un peu quand l'homme qu'elle convoite, qui l'attendri, lui fait une place dans sa vie et celle de son fils Mathias. Alors quand Caroline, sa première épouse disparue dans d'obscures circonstances il y a deux ans, remonte à la surface, Sandrine se sent sensiblement vaciller...

Ce roman nous fait glisser dans quelque chose de sombre et insidieux avec un homme au profil sournois, pervers. Sandrine voit en lui le sauveur de sa solitude, elle est touchée par ce qu'elle croit être des attentions.

Tout n'est pourtant pas parfait, il est imprévisible, exigeant, dominateur. Quand sa première femme réapparaît dans leur vie, elle met cela sur le compte de la tension : elle est inquiète, elle acquiesce, elle pardonne. Un malaise s'installe rapidement à mesure que se dressent les privations, les coups, les brimades, les humiliations.

Puis il y a les éléments de la première femme, cette ombre lancinante, qui ressurgissent, esquissent les doutes, appuient là où cela fait mal. On a de la peine pour Sandrine, et on a peur pour elle. Ce qu'elle décrit nous est insupportable, intolérable.

L'écriture est éprouvante, on est souvent ébahi, choqué. La relation est toxique, malsaine. On parle ici d'emprise psychologique, d'un point de vue externe, c'est assez dur à comprendre, à imaginer. Ce qui se passe est lent, tortueux, ce qui explique que cela prend du temps et puis un jour, tout l'espace.

Ce qui est perturbant, ce sont les manigances, les secrets, le masque, l'isolement dans lequel il plonge ses victimes. Et on réalise qu'il faut de l'aide extérieure pour s'en sortir, avant que cela ne soit trop tard... Complexe et sidérant !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Waterlyly 2020-01-16T22:32:30+01:00
Or

Sandrine est une jeune femme des plus complexées. Elle évite les miroirs autant que possible, tant son reflet ne lui plaît pas. Elle se trouve trop grosse et pas très débrouillarde. Personne ne la regarde. Et pourtant, un jour, un homme va poser son regard sur elle et tout va changer. Mais il s’avère que cet homme avait déjà une femme, Caroline, qui a disparu. Sandrine et cet homme decident de vivre ensemble, jusqu’au jour où la première femme réapparaît. Que s’est-il passé ? Caroline ne se souvient de rien.

Ce roman prend aux tripes de par la thématique délicate qu’il va aborder. J’ai eu la sensation que l’auteure a fait un réel travail de sensibilisation aux violence subies par certaines femmes au travers de Sandrine. J’ai lu les pages avec un sentiment de grande tristesse et de peur pour cette jeune femme. Je ne voudrais pas en dire plus sur le fond de l’histoire, au risque de vous spoiler de quoi il en retourne vraiment.

L’auteure va faire montrer la pression crescendo, et si au debut, le tout m’a semblé long a se mettre en place, je me suis rendue que c’était en quelque sorte l’effet recherché par Louise Mey. Une fois le lecteur attrapé dans la spirale dans laquelle se retrouve la protagoniste, les émotions sont à fleur de peau. Impossible de ne pas se sentir révoltée face à cette lecture. J’ai eu une empathie immense pour Sandrine.

Louise Mey focalise sa narration sur Sandrine, et même si l roman n’est pas à la première personne, nous, en tant que lecteur, arrivons à suivre ses pensées comme si c’était elle qui parlait. Ce personnage complexe et très profond porte l’histoire et je peux vous dire qu’elle est très attachante.

La plume de l’auteure sera indéniablement mon petit bémol. J’ai eu énormément de mal avec le style de Louise Mey, qui décide d’insérer directement les dialogues dans sa narration, sans tirets, sans délimitation. Je me suis retrouvée avec un texte très peu aéré visuellement, et j’ai parfois été lassée par ce procédé. Certes, la fluidité est indéniable mais j’aurais aimé une plume plus classique.

C’est un thriller glaçant ou la tension monte peu à peu, et dans lequel l’auteure abordera une thématique difficile. Malgré un style auquel je n’ai pas forcément adhéré, il est indéniable que le fond de l’histoire m’a paru très réussi. C’est donc une belle découverte.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par JessSwann 2020-01-16T17:56:42+01:00
Argent

Un roman que j'avais abordé comme un thriller et qui, au fil des pages, devient de plus en plus angoissant et psychologique. Nous suivons l'histoire de Sandrine, femme complexée et rabaissée tout au long de son enfance... Un jour, sur une impulsion, elle se rend à une marche blanche pour rechercher une femme et une mère disparue. Là elle rencontre le mari (dont on ne connaitra jamais le prénom) et l'enfant. Miracle ! Sandrine rencontre l'amour. On suit son bonheur simple et on est heureux pour elle jusqu'à ce que Caroline, la première femme, réapparaisse (pile poil au moment où on suspecte une grossesse de Sandrine.) Peu à peu, le château de cartes des illusions de Sandrine s'effrite et, en même temps qu'elle, on découvre la personnalité de son compagnon. Sans entrer dans les détails, l'emprise psychologique de l'homme sur Sandrine et le fils de Caroline est vraiment bien menée , insidieuse, jusqu'à basculer dans la pure violence dans les dernières pages. C'est bien écrit et parfaitement maitrisé. On est dans l'empathie envers Sandrine mais j'avoue avoir eu plusieurs fois envie de lui dire : mais réveille toi !! Quitte le, n'accepte pas ça ! Même si, quand on prend en compte la personnalité de Sandrine et son histoire, c'est plus facile à dire bien au chaud dans son canapé qu'à faire dans sa situation. J'ai également apprécié la manière dont le roman met en exergue certaines "petites vexations du quotidien", des rabaissements que tout le monde accepte au nom des concessions mais qui peuvent vite s'affoler sans qu'on s'en rende compte.

Ce que j'aime : le portrait de Sandrine, la manière dont l'emprise est amenée, le côté insidieux du controle exercé par l'homme qui pleure.

Ce que j'aime moins : j'aurais aimé savoir si le haricot avait survécu

Pour résumer

Un magnifique roman qui explique l'emprise psychologique de certains hommes sur les femmes et la manière insidieuse dont le controle s'installe

Ma note

8/10

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode