Livres
414 841
Membres
326 767

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de La Douleur ajouté par Spika 2016-11-13T14:03:38+01:00

Tout à coup la liberté est amère. Je viens de connaître la perte totale de l'espoir et le vide qui s'ensuit: on ne se souvient pas, ça ne fait pas de mémoire. Je crois éprouver un léger regret d'avoir raté de mourir vivante. Mais je continue à marcher, je passe de la chaussée au trottoir, et puis je reviens à la chaussée, je marche, mes pieds marchent.

Afficher en entier
Extrait de La Douleur ajouté par Spika 2016-11-13T14:01:24+01:00

De Gaulle a décrété le deuil national pour la mort de Roosevelt. Pas de deuil national pour les déportés morts. Il faut ménager l'Amérique. La France va être en deuil pour Roosevelt. Le deuil du peuple ne se porte pas.

Afficher en entier
Extrait de La Douleur ajouté par Spika 2016-11-03T22:01:53+01:00

La douleur est telle, elle étouffe, elle n'a plus d'air. La douleur a besoin de place.

Afficher en entier
Extrait de La Douleur ajouté par Spika 2016-11-03T21:20:14+01:00

Je ne peux plus rien. Des bras serrés autour de soi, ça soulage. On pourrait presque croire que ça va mieux quelquefois. Une minute d'air respirable.

Afficher en entier
Extrait de La Douleur ajouté par Spika 2017-09-22T13:29:10+02:00

Je hurlais, de cela je me souviens. La guerre sortait dans des hurlements. Six années sans crier. Je me suis retrouvée chez des voisins. Ils me forçaient à boire du rhum, ils me le versaient dans la bouche. Dans les cris.

Afficher en entier
Extrait de La Douleur ajouté par Spika 2017-09-22T13:28:21+02:00

Ils sont très nombreux, les morts sont vraiment très nombreux. Sept millions de juifs ont été exterminés, transportés en fourgons à bestiaux, et puis gazés dans les chambres a gaz faites à cet effet et puis brûlés dans les fours crématoires faits à cet effet. On ne parle pas encore des juifs à Paris. Leurs nouveaux-nés ont été confiés au corps des FEMMES PRÉPOSÉES À L'ÉTRANGLEMENT DES ENFANTS JUIFS expertes en l'art de tuer à partir d'une pression sur les carotides. Dans un sourire, c'est sans douleur, elles disent.

Afficher en entier
Extrait de La Douleur ajouté par Spika 2017-09-22T13:26:56+02:00

Je suis sortie, la paix m'est apparue imminente. Je suis rentrée chez moi rapidement, poursuivie par la paix.

Afficher en entier
Extrait de La Douleur ajouté par Spika 2017-09-22T13:25:25+02:00

D. arrive. Il exige que j'aille manger au restaurant avec lui. Le restaurant est plein. Les gens parlent de la fin de la guerre. Je n'ai pas faim. Tout le monde parle des atrocités de la guerre. Je n'ai plus jamais faim. Je suis écœurée de ce que mangent les autres. Je veux mourir. Je suis coupée du reste du monde avec un rasoir, même de D.

Afficher en entier
Extrait de La Douleur ajouté par Spika 2017-09-21T13:10:13+02:00

Je suis devenue comme Mme Bordes, je ne me lève plus. C'est Mme Kats qui fait les courses, la cuisine. Elle a le cœur malade. Elle a acheté du lait américain pour moi. Si j'étais vraiment malade, je crois que Mme Kats penserait moins à sa fille. sa fille est infirme, elle avait une jambe raide à la suite d'une tuberculose osseuse, elle était juive. J'ai appris au centre qu'ils tuaient les infirmes. Pour les juifs on commence à savoir. Mme Kats a attendu six mois, d'avril à novembre 1945. Sa fille est morte en mars 1945, on lui a notifié la mort en novembre 1945, il a fallu neuf mois pour retrouver le nom. Je ne lui parle pas de Robert L. Elle a donné le signalement de sa fille partout, dans les centres, à toutes les frontières, à toute sa famille, on ne sait jamais. Elle a acheté cinquante boîtes de lait américain, vingt kilos de sucre, dix kilos de confiture, du calcium, du phosphate, de l'alcool, de l'eau de Cologne, du riz, des pommes de terre. Mme Kats dit mot pour mot : "Tout son linge est lavé, raccommodé, repassé. J'ai fait doubler son manteau noir, j'ai fait remettre des poches. J'avais tout mis dans une grande malle avec de la naphtaline, j'ai tout mis à l'air, tout est prêt. J'ai fait remettre des fers à ses souliers et j'ai mis un point à ses bas. Je crois que je n'ai rien oublié." Mme Kats défie Dieu.

Afficher en entier
Extrait de La Douleur ajouté par Spika 2017-09-21T12:28:37+02:00

Toute l'Allemagne est entre les mains des Américains. C'est difficile d'occuper un pays. Que peuvent-ils en faire ?

Afficher en entier