Livres
564 611
Membres
617 012

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Familia grande



Description ajoutée par adeleh 2021-01-07T18:00:39+01:00

Résumé

« Souviens-toi, maman : nous étions tes enfants. »

C.K.

C’est l’histoire d’une grande famille qui aime débattre, rire et danser, qui aime le soleil et l’été.

C’est le récit incandescent d’une femme qui ose enfin raconter ce qui a longtemps fait taire la familia grande.

Camille Kouchner, 45 ans, est maître de conférences en droit. La Familia grande est son premier livre.

Afficher en entier

Classement en biblio - 136 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par Laurine-25 2021-03-13T22:11:33+01:00

Je crois que je n’ai vu Georges, mon grand-père, qu’une seule fois.

 

Mon père nous avait fait venir : « Votre grand-père est là. Venez le saluer. » Je devais avoir 7 ou 8 ans. Je supposais que Georges arrivait à peine de Calédonie, où il avait dû continuer à vivre reclus et pestiféré. En réalité, il habitait Paris. Et il était là, en compagnie de mon propre père qui venait de divorcer de ma mère.

Quelle arme pour mon père ! Prendre pour allié celui que ma mère détestait. Quelle revanche pour mon grand-père, aussi ! Réhabilité par l’homme que ma mère avait tant aimé. Un juif, de surcroît ! Le maurrassien pardonné.

Ma mère m’avait prévenue : « Fais ce que tu veux, mon Camillou, mais je te le dis : il n’en vaut pas le coup. »

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Nadigui 2021-08-19T09:55:18+02:00
Commentaire ajouté par Eclairdelune 2021-07-04T19:12:58+02:00
Commentaire ajouté par marie-nel 2021-07-03T12:16:22+02:00
Diamant

Avec le mouvement « Metoo », la parole des femmes se libèrent, et celle des hommes aussi, car n'oublions pas que les hommes sont touchés aussi, preuve en est de ce roman. Et c’est tellement bien que les personnes agressées prennent la parole, racontent. Plus il y en a qui le feront, et plus d'autres le feront aussi. Dans le même genre de livre, il y a celui de Vanessa Springora, Le consentement, que j'ai lu aussi. Je trouve important de lire de tels livres, ce n'est pas du voyeurisme, ce n'est pas pour voir où savoir, je me doute des faits. Je lis ces romans pour donner de la voix à leurs autrices, pour leur apporter mon soutien, même s'il est tout petit, et surtout pour donner de l'importance à ce que ces personnes ont vécu, pour montrer la gravité des faits, pour que la parole se libère et que les victimes n'aient plus peur de parler. Car c’est le silence qui donne de la force aux agresseurs.

 

Dans ce livre, Camille Kouchner nous raconte ce qui est arrivé à son frère jumeau, mais c’est aussi et surtout un portrait de sa famille dans les années 1970, une époque où tout se libère, où les comportements sont complètement débridés. Camille est la fille de Bernard Kouchner, le fondateur de Médecins sans frontières, politicien ensuite, et de Evelyne Pisier, dont la sœur, Marie-France, est une actrice très connue. Évelyne est quant à elle, professeure de droit et politologue. Camille a un frère jumeau, Victor, et un frère aîné, Colin. Ce ne sont pas les vrais prénoms de ses frères, elle a voulu les épargner, par contre, elle a donné les vrais pour ses parents et famille. Sa mère se sépare de son père, celui-ci de plus en plus absent, et se met en couple avec Olivier Duhamel. Une autre famille bien connue. La vie avec eux est complètement dissolue, ils passent leurs vacances dans leurs propriétés à Sanary sur mer, où ils reçoivent toute la famille, tantes, oncles, cousins, où tout le monde fait ce qu'il veut, où ils font la fiesta. Comme on peut s'imaginer à cette époque de libération en tout genre. Camille est attachée à son beau-père, celui-ci est cool et sympa. Camille déchantera quelques temps plus tard, quand à l'adolescence, son frère lui racontera les fois où le beau-père est venu dans sa chambre…vous imaginez la suite….Il va être difficile pour Camille, déjà d’accepter ces faits, d'accepter que son beau-père ne soit pas si gentil que ça, elle n'a jamais mis en doute la parole de son frère et je trouve ça très beau. Et cela va surtout être très compliqué pour elle d’en parler avec sa mère qui soutiendra toujours son mari. On sent un malaise tout de même au sein de cette famille, car plusieurs membres se suicideront, sans laisser vraiment d’explications.

Comme bien souvent, il faut un drame pour qu'un secret soit déterré, et ici cela va être la mort de sa mère, Evelyne. Ce sera l'explosion alors de la « familia grande » où des positions seront prises. La tante de Camille et Victor, Marie-France Pisier, sera la première à soutenir sa nièce, mais malheureusement elle est retrouvée morte dans sa piscine, bien avant la mort d'Evelyne. Une mort qui reste énigmatique, mais ça, c’est un autre débat…C’est surtout lorsque son frère aîné aura des enfants qui doivent partir en vacances chez les grands-parents, que Camille et son jumeau vont décider de dire la vérité, pour que de tels faits ne se renouvellent pas sur la nouvelle génération.. et ça se comprend complètement. Je n'ose imaginer l’appréhension que l'on doit avoir en tant que parents quand nos enfants côtoient celui qui nous a agressés…

 

Je vous ai parlé longuement du contenu du livre, mais je n'ai pas tout dévoilé, il y a encore plein de faits à découvrir, et il faut surtout s’imprégner de l'ambiance de cette famille, qu’il est difficile pour moi de retranscrire puisque je ne la connais pas. Camille Kouchner parle sans fards, raconte comme cela doit être raconté, avec beaucoup de lucidité sur l’époque, sur ce que celle-ci pouvait amener comme comportements extrêmes par moments. La libération sexuelle n'excuse rien, la libération des mœurs non plus. Rien n'excuse de tels gestes. Le frère de Camille, Victor, ne voulait pas parler de cela, comme toute victime de viols, incestueux ou pas, il se sent coupable, et essaie d'enfouir ses souvenirs pour pouvoir vivre. Mais c’est loin d’être bon. Et plus le temps passe, et plus c’est compliqué de parler. Camille a eu ce courage, et celui de parler d'une famille très connue médiatiquement. Je n'ose imaginer les remous que ce livre a dû faire dans la vie de chacun des membres de cette famille.

 

Bien sûr, je me suis attachée très vite à Camille et à son frère. Il est vraiment très difficile de faire autrement. C’est un récit, donc c’est écrit à la première personne du singulier, ce qui donne encore plus de force, on a l'impression que l'autrice se confie à nous. Les faits qu’elle énumère nous montre la façon dont beaucoup ont vécu dans ces années débridées. Je pense que beaucoup se reconnaîtront dedans. Cela n'a pas été le cas pour moi, car je suis issue d'une famille très stricte et guindée, ce qui ne m'a pas empêchée non plus de connaitre des faits graves comme ceux racontés dans ce livre. Comme quoi, l’état d’esprit de la famille et sa position sociale ne changent pas grand-chose quand un malade sexuel rôde.

 

J'ai lu ce livre très vite, en un peu moins d'une journée, il n'est pas très long, et la structure est assez aérée. Mais c’est aussi dû au contenu du livre. Une fois rentrée dans la famille Pisier-Kouchner-Duhamel, il m'a été très difficile d'en sortir. En même temps, je cherchais des renseignements sur chacun d'eux sur internet, car les ramifications de cette famille vont très loin. L'air de rien, j'ai appris encore beaucoup sur l'époque, sur certains comportements. Et surtout, je suis vraiment émue de ce qui est arrivé à ce jeune garçon, et je lui souhaite de devenir l'homme qu'il veut être.

 

Ce livre est à lire, il faut laisser la parole s'exprimer, et c’est vraiment une chance que cela soit possible maintenant. C’est tellement plus facile de cacher, et cela fait tellement mal. Et surtout, ce livre ne raconte pas seulement l'inceste, comme les médias veulent nous le dépeindre, c’est bien plus que cela, c’est le portrait d'une famille pendant un changement sociétal. C’est écrit avec beaucoup de pudeur et de sensibilité, et il montre également la force de la fratrie, capable de garder un secret mais aussi de révéler la vérité tout en protégeant l'autre. C’est aussi la destruction lente de la relation mère-fille, quand la mère ne veut pas soutenir sa fille ou son fils, quand elle continue d’être aveuglée par un soi-disant amour. Et pourtant cette fille aimera sa mère jusqu’au bout, la lettre qu'elle adresse à la fin du livre à sa mère, est bouleversante et m'a énormément émue.

 

Ce livre dégage une grande force. Je pense surtout que l’écrire a dû être bénéfique à son autrice. Mettre des mots par écrit sur les maux est une formidable thérapie. Rien que ça déjà est libérateur, et si en plus cet écrit est lu par d’autres, l'effet est décuplé.

Peut-on dire avoir aimé cette lecture ? Je ne peux pas aimer les faits qu'il s'y passe, je ne peux pas aimer le viol, l'inceste, les secrets, les mensonges, la vie débridée, non je ne peux pas aimer. Mais par contre, j'ai aimé la façon dont Camille raconte sa famille, j'ai aimé son courage de parler, de défendre son frère, de le protéger lui et les autres enfants. J'ai aimé son amoureux qui l'a toujours soutenue, j'ai aimé comment elle s'en sort et comment elle aide son frère. J'aime que la parole soit enfin donnée aux victimes et surtout qu’elle ne soit jamais mise en doute…

 

Alors lisez ce témoignage, lisez d'autres livres, pour que la libération de cette parole ne soit pas vaine.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Blandine1 2021-05-02T18:44:44+02:00
Bronze

Je pense que j’arrive un peu à saturation de ces gens connus qui racontent leurs blessures face à l’inceste. Je l’ai lu parce qu’il est court, conseillé par ma collègue et surtout parce qu’il y est question de Evelyne Pissier dont j’avais beaucoup aimé son roman « Et soudain, la liberté » co-écrit avec Caroline Laurent où elle représentait une femme libérée avec une vie intense. Ici, c’est la mère qui n’a rien voulu voir. L’auteur parle de sa culpabilité dû à son silence suite à la promesse faite à son frère jumeau de ne pas révéler l’inceste subi par leur beau-père, homme médiatique. Intéressant de voir une éducation un peu ´spécial’, de retrouver Marie-France Pisier. Pas trop aimé le côté « Gala » et cette écriture au couteau.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Edwige-17 2021-03-29T19:37:41+02:00
Argent

J'ai pris mon temps. J'ai savouré les pages de l'enfance. Paula, Evelyne, Marie-France et les autres. Microcosme de l'intellectuel de gauche, milieu de la réflexion intelligente....

Puis le temps fut comme suspendu aux mots de Camille ; sa confusion des sentiments, son mutisme obéissant, respectueux de son jumeau, son envie maintes fois refoulée de parler, sa douleur et sa culpabilité si envahissantes....

Ce témoignage est, je l'espère, pour Camille comme un grand geste libérateur, comme une bouée pour surnager au-dessus de cette gangue du non-dit. Je n'en ai rien à faire que cette auteure soit la fille d'un ancien ministre, je n'en ai rien à faire des médias pour chasseurs....

Merci d'avoir eu la volonté, le courage d'écrire votre histoire. Je pense à tous ceux qui se taisent, et qui ne cessent de survivre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Sara-Rose 2021-03-23T14:50:00+01:00
Lu aussi

Ce témoignage m'a dérangé mais surtout sur la description du fonctionnement de cette famille complètement dysfonctionnelle.

Sous couvert de liberté les adultes se comportement comme des enfants et se permettent des comportements totalement "borderline".

Choisir de ne pas porter de culotte est une chose, ne pas être en capacité d'entendre que son mari abuse de son enfant en est une autre !

Le témoignage de Camille est courageux et libérateur afin que cet homme prenne conscience que ce qu'il s'est permis de faire à cet adolescent est un crime.

Repentez-vous Monsieur le Monstre !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Tatanoiiik 2021-03-14T08:49:53+01:00
Diamant

De ce livre, je retiendrai la puissance du témoignage avec une grande pudeur. Une famille qui pourrait paraître idéale : une vie de famille libre, mouvementée, qui tutoie les grands de ce monde... Mais surtout les victimes de cette liberté : les enfants à qui on impose cette liberté des adultes et qui gardent le silence pour ne pas perdre l'amour de leur mère.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Virginie-466 2021-03-13T22:59:43+01:00
Or

J'ai adoré

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cathy-172 2021-03-07T12:53:57+01:00
Argent

Mal à l'aise, choquée. Ce livre, tantôt bouleverse, tantôt révolte et agit comme une claque nécessaire au réveil des consciences face aux faux-fuyants, aux silences, aux petits arrangements mis en évidence dans ce milieu particulier mais que l'on peut étendre à tous les échelons de la société.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par anne58 2021-03-06T22:40:19+01:00
Or

D’habitude j’attends pour un post mais là si je le fais je ne sais pas si je le ferai ensuite.

Retour à chaud donc.

Ce livre vous en avez sûrement entendu parler, petit résumé à ma sauce: Camille la fille de ce ministre connu , de cette intellectuelle reconnue, belle fille de cet homme de loi haut placé, Camille donc raconte son enfance sa famille pour se délivrer du poids de l’agression incestueuse vécu par son jumeau.

Dans de nombreux commentaires j’ai pu lire un clivage entre la première partie qui pose l’ensemble, idyllique, et la seconde où les mots des actes sont posé.

Je ne l’ai pas vécu ainsi et j’avoue avoir du interrompre ma lecture pour me questionner. De quel idylle parle t on?

Des le départ j’ai été gêné par les interactions portées aux nues. Mon œil de soignants de mère, d’être humain était dérangé. Imposer sous prétexte de liberté est ce de la liberté ou de la tyrannie ? Ces femmes mère et grand mère mises sur un piédestal m’ont paru despotique égoïste, profondément maltraitante.

Ce livre qui se veut un témoignage d’incestes est surtout un témoignage d’une éducation maltraitante. Car il y a les incestes reconnues mais en dehors de la loi car traité par cette dernière trop tardivement, mais il y a tellement plus.

Maltraiter quelqu’un cela peut être différent d’actes physiques, morale ou autre la maltraitance a tellement de facette.

Bref écœurement de ce qui est décrit, tristesse de la justesse des descriptions émotionnelles. Comme si tout les discours des victimes se rejoignaient par certains détails. Mais surtout je suis en colère. En colère quand je me rends compte que cette maltraitance omniprésente la plupart des lecteurs ne la perçoivent pas.

De l’autre côté une pointe d’espoir, et si d’autres victimes à cette lecture pouvait libérer leur parole plus tôt ?

Vous avez peut-être compris un livre très, trop? , riche en émotions pour moi.

Que je conseille pourtant.

Et à la fin de cette lecture s’intéresser aux droits des enfants aux lois à venir et surtout aux demandes de moyens des services concernés paraîtra peut-être une évidence... ou pas ?

Afficher en entier

Activité récente

Rashou l'ajoute dans sa biblio or
2021-06-14T15:34:59+02:00
Carla_p l'ajoute dans sa biblio or
2021-06-14T12:41:34+02:00

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 136
Commentaires 17
extraits 15
Evaluations 50
Note globale 7.43 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode