Livres
462 233
Membres
419 399

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par RMarMat 2016-01-24T15:37:29+01:00

- Hé ! J'ai vu une fée !

- Ah oui petit ? Raconte nous ça ...

Julius le chien, lui, va direct inspecter sa gamelle.

- Une vraie fée, très vieille est très sympa !

- Elle t'a fait tes devoirs ?

- Non, dit le petit, elle a transformé un mec en fleur...

[...]

- C'est vrai, oncle Stojil, j'ai vu une fée, elle a transformé un mec en fleur.

- Ça vaut mieux que le contraire, répond Stojil sans quitter l'échiquier des yeux.

- Pourquoi ?

- Parce que le jour où les fées transformeront les fleurs en mecs, les campagnes ne seront plus fréquentables.

Afficher en entier
Extrait ajouté par RMarMat 2016-01-24T15:28:56+01:00

Il y a ceux qui trouvent la mort scandaleuse et ceux qui la trouvent naturelle avec un âge pour, des circonstances qui font que c'est la guerre, c'est la maladie, c'est la moto, la bagnole, l'époque, la vie, il y a ceux qui trouvent que la mort c'est la vie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par RMarMat 2016-01-24T15:23:04+01:00

Mais c'est comme ça, la vie: si vous rencontrez un être humain dans la foule, suivez-le,... suivez-le.

Afficher en entier
Extrait ajouté par RMarMat 2016-01-24T15:21:09+01:00

Etre libre, c’est d’abord être libéré du besoin de comprendre.

Afficher en entier
Extrait ajouté par RMarMat 2016-01-24T15:40:59+01:00

Mlle Verdun Malaussène : portrait d'un nourrisson. 3 jours déjà !

C'est gros comme un rôti de famille nombreuse, rouge viande tout comme, soigneusement saucissonné dans l'épaisse couenne de ses langes, c'est luisant, c'est replet de partout, c'est un bébé, c'est l'innocence. Mais gaffe : quand ça roupille, paupières et poings serrés, on sent que c'est dans le seul but de se réveiller, et de le faire savoir. Et, quand ça se réveille : c'est Verdun ! Toutes les batteries soudain en action, le hurlement des shrapnels, l'air n'est plus qu'un son, le monde tremble sur ses fondations, l'homme vacille dans l'homme, prêt à tous les héroïsmes comme à toutes les lâchetés pour ça cesse, pour que ça retrouve le sommeil, même un quart d'heure, pour que ça redevienne cette énorme paupiette, menaçante comme une grenade, certes, mais silencieuse au moins.

[...]

Et ça dure...

Verdun n'en finit pas.

Trois jours déjà.

Ce que Jérémy, les yeux au milieu de la figure, résume par cette question exténuée en se penchant sur le berceau de Verdun :

- Mais ça ne grandit donc jamais ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par RMarMat 2016-01-24T15:37:05+01:00

- Tu viens Julius ?

La nuit est de plus en plus aiguisée.

- Tu viens oui ?

Cataclop, cataclop, il s'emmène. Il pue tellement ce chien, que son odeur refuse de le suivre : elle le précède...

Afficher en entier
Extrait ajouté par RMarMat 2016-01-24T15:20:14+01:00

Si Dieu existe, j'espère qu'Il a une excuse valable.

Afficher en entier
Extrait ajouté par mika1204 2016-02-29T15:16:54+01:00

-C'est un mec, un alpiniste, il se casse la gueule.

-Drôle d'histoire, Thian, s'il te plaît...

-Attends deux secondes, gamin. Donc il se casse la gueule, cet alpiniste, il dévisse, il dévisse, sa corde pète, et il se rattrape du bout des doigts à une plateforme de granit verglacé. Au-dessous de lui, deux mille mètres de vide. Le gars attend un moment, les pieds ballants dans le gouffre, et finalement, il demande, d'une toute petite voix:"Y a quelqu'un?"... que dalle. Il répète, un peu plus haut: " Y a quelqu'un?" Une voix profonde, s'élevant de nulle part, monte alors jusqu'à lui: "Oui, dit la voix, il y a Moi, Dieu!" L'alpiniste attend, le cœur battant et les doigts gelés. Et Dieu reprend: " Si tu as confiance en Moi, lâche cette foutue plateforme, Je t'envoie deux anges qui te rattraperont en plein vol..." Le petit alpiniste réfléchit un instant, puis, dans le silence redevenu sidéral, il demande: " Y a quelqu'un d'autre?"

Afficher en entier
Extrait ajouté par Aylytha 2013-08-14T19:51:43+02:00

"COUDRIER: L'incendie? Alors c'est le propriétaire qui a fait le coup pour toucher l'argent de l'assurance?

PASTOR: Non, Monsieur, c'est le courtier d'assurance lui-même.

COUDRIER: Original.

PASTOR: Dans l'intention de partager la prime avec le propriétaire.

COUDRIER: Moins original. Vous avez des preuves?

PASTOR: Des aveux.

COUDRIER: Des aveux... Encore du café?

PASTOR: Volontiers, Monsieur.

COUDRIER: Décidément, j'adore vos "Monsieur".

PASTOR: J'y met toujours une majuscule, Monsieur.

COUDRIER: C'est bien ainsi que je l'entends."

Afficher en entier
Extrait ajouté par YomYom 2012-08-25T11:36:46+02:00

« Moi, Benjamin Malaussène, je voudrais qu'on m'apprenne à dégueuler de l'humain, quelque chose d'aussi sûr que deux doigts au fond de la gorge, qu'on m'apprenne le mépris, ou la bonne grosse haine bestiale, celle qui massacre les yeux fermés, je voudrais que quelqu'un se pointe un jour, me désigne quelqu'un d'autre et me dise: celui-là est le salaud intégral, chie-lui sur la tête. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode