Livres
443 463
Membres
378 991

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Femme d'un Dieu



Description ajoutée par pruneploum 2017-01-18T20:23:26+01:00

Résumé

Prostituée, putain, pécheresse, pénitente... que n’a-t-on dit de la femme, qui, plus que les Apôtres, est citée dans les Évangiles ! Mariam de Magdala, bête noire de l’Église romaine, a mis deux mille ans pour rejaillir en pleine lumière, pour éclabousser le monde de son chatoiement féminin.La trentaine passée, elle avait tout vécu : un amour fulgurant, une exaltation spirituelle, l’offense et le mépris des hommes. Elle avait secouru le prophète de tous les temps, à la barbe des légionnaires romains. Parcourant à pied, à dos de mule la Judée en tous sens pour écouter l’ineffable. Yeshoua disparu, il ne lui restait comme les autres qu’une mission à remplir : disperser le message à la surface de la Terre.Voilà une femme mûre, entièrement consacrée à une mission, la meilleure apôtre du Christ, celle à qui il disait tout, qui comprenait tout, qui part en bateau, accoste en Gaule et se claquemure trente ans dans une grotte... L’Église de Rome bâillonne la mémoire de Mariam de Magdala, on la prive de parole, d’enseignement, on la rendit muette pour les siècles à venir. Elle ne peut être que repentante, pécheresse dans l’éternité... En elle se cristallisait toute la défiance de l’Église envers les femmes. Méfiance dont la société des hommes fait encore le choix. Soumise pour l’éternité ?En vérité, qu’a-t-elle fait ? Qu’a-t-elle dit ? Pourquoi fallait-il vraiment qu’elle se taise ? L’Église de Rome n’avait-elle pas, dès le premier siècle, perverti à la fois l’Histoire et le Message afin de cacher l’Incroyable ?Mais cet « Incroyable » n’est pas une pâle copie des Évangiles, c’est une vision novatrice qui défie l’Histoire.Il est des fictions qui narguent les mensonges !

Afficher en entier

Classement en biblio - 4 lecteurs


Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Goewin 2017-08-01T16:46:23+02:00
Diamant

Et si cela s’était vraiment passé ainsi ?

Tout d’abord un grand merci aux Éditions NL et à Simplement Pro pour avoir accepté ma demande de SP. Marie-Madeleine ou Mariam de Magdala m’a toujours fascinée et de tout temps a été ma préférée dans les évangiles parce qu’elle était une femme comme nous. De plus sa proximité avec le Christ, l’amour fou qu’elle éprouvait pour lui me la rendait plus proche. Aussi quand j’ai découvert que Christine Machureau avait écrit un livre sur elle, je me suis précipitée pour le lire. Et j’ai eu un vrai coup de cœur/coup de foudre pour son livre.

Alors c’est vrai qu’en tant que catholique, peu de choses correspondent à ce que j’ai pu apprendre au catéchisme. Mais justement, il y a tellement de “blancs” dans les évangiles. Ainsi nous ne savons pratiquement rien des trente premières années de la vie de Jésus/Yeshoua ce qui est assez frustrant. Je le dis de suite, je n’ai pas les connaissances théologiques nécessaires pour trancher dans un sens ou dans un autre. Alors a-t-il vraiment suivi les enseignements au Mont Carmel chez les prêtresses esséniennes puis celui des prêtres d’Amon à Quoumran ? Je n’en sais rien. Mais si c’était le cas, les apôtres avaient tout intérêt à ne pas en faire mention. Idem pour Mariam de Magdala, pouvait-elle être une prêtresse d’Isis ? Jamais un personnage ne fut autant controversé. Et il est vrai que l’histoire ayant été écrite par les hommes, les femmes sont reléguées dans les tâches subalternes quand elles ne sont pas carrément oubliées. Une chose est certaine : elle fût l’apôtre des apôtres et St Jean en fait la première à qui est apparu Yeshoua qui lui demanda de prévenir les apôtres et dans les évangiles reconnus par l’Église, elle est mentionnée bien plus que la plupart d’entre eux.

J’ai adoré ce livre et la plume précise et élégante de Christine Machureau. Elle nous conte la vie de Mariam de Magdala et nous avons l’impression d’y être. Ses descriptions des paysages sont telles que nous nous les représentons facilement. Elle fait revivre pour nous les habitants de l’époque ainsi que leurs croyances. Un énorme travail de recherches a été effectué et elle sait nous les rendre abordables. Et plus que tout, elle a su mettre en évidence la quintessence du message de Yeshoua qui n’est autre que l’amour : « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé ».

Et j’ai apprécié également sa Mariam de Magdala qui pourrait servir de modèle à toutes les femmes. J’aime énormément l’idée qu’elle se fait de l’apostolat qui se base sur l’amour et le refus de la provocation. Elle respecte ses interlocuteurs et nous sommes loin de l’obligation du martyre ou de la virginité consacrée à Dieu. C’est une femme libre dont l’indépendance déplaît aux hommes. Son moteur c’est l’amour fou éprouvé pour Yeshoua et partagé avec lui. Elle est rejetée par les apôtres qui ne peuvent accepter l’importance que Yeshoua accordait à une femme, c’est même scandaleux à leurs yeux. Et qu’il ait pu l’aimer elle, plus qu’eux… c’est inadmissible. C’est une guérisseuse qui va mettre tous ses dons au service des enfants, des femmes, des prostituées. Elle va donner la vie à une petite fille, Sarah, dont le père n’est autre que Yeshoua. Je pourrais continuer ainsi longtemps mais je veux vous laisser découvrir par vous-même la beauté de sa vie et de la plume de l’auteure.

Un livre que j’ai adoré et qui rend tous ses titres de noblesse à Mariam de Magdala. Un livre qui m’a donné l’envie d’en savoir plus et je remercie Christine Machureau qui nous donne les références des ouvrages pour aller plus loin.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par marie-nel 2017-07-20T17:51:18+02:00
Diamant

Je remercie vivement les éditions Numeriklivres qui m'ont proposé sur la plateforme Simplement Pro de lire ce roman. Je ne sais pas si je l'aurais lu de moi-même, et franchement, je serais passée à côté d'une lecture passionnante et captivante. Je découvre dans un deuxième temps la plume de Christine Machureau, dont le travail de recherches sur cette femme, Mariam de Magdale, personnage le plus cité des évangiles, est impressionnant. L'auteur s'est appuyée de nombreux documents, dont la bibliographie figure à la fin, les Évangiles de Marie, Philippe ou Judas, mais aussi des livres sur les Gaulois, les Druides, l'Égypte.. et cela se ressent énormément à la lecture, les faits importants sont notés en référence, le roman prend une dimension réelle et fantastique à la fois. J'ai d'ailleurs retrouvé certains faits en Égypte que j'avais déjà lus, notamment à propos de la vie de Toutankhamon par Christian Jacq.

L'histoire commence juste après la crucifixion de Yeshua, Mariam de Magdala est désemparée et se réfugie chez Joseph où elle reste prostrée, couchée. Elle se rappelle sa vie. Tout débute donc en Alexandrie où elle, ses frères et sœurs et ses parents vivent. Qu'importe l'origine à ce moment-là, tout habitant d'Égypte est Grec (suite à Alexandre le Grand). Les parents de Mariam ont beaucoup de terres et y vivent bien. Mariam est une fille déjà très dissemblable des autres jeunes filles de son âge, elle aime lire, elle est audacieuse, indépendante. Elle est ce qu'on appellerait maintenant une surdouée. Elle fait la rencontre de Yeshoua très tôt, celui-ci arrive de Jérusalem avec ses parents. Ils vont tout de suite se plaire, et comme elle, il est déjà fort instruit. Leurs parents respectifs vont vouloir enrichir leurs connaissances en suivant l'éducation des prêtres de Amon et prêtresses d'Isis. Ils suivront un apprentissage rude et intensif (méditation, jeûne..). Le vent tourne en Égypte, les Égyptiens veulent récupérer leurs terres, et les Juifs doivent quitter Alexandrie. Ils repartent donc tous pour Jérusalem, où ils ne se sentent pas plus chez eux. Tout le long de leur vie, ils se sentiront exilés partout où ils iront.

Chacun de Mariam ou Yeshoua suivent leurs chemins séparément. Mariam a appris beaucoup de choses, et devient guérisseuse. Elle s'occupe surtout des enfants et des femmes en couches. Elle est respectée pour cela. Elle soignera même la femme de Ponce Pilate !! Son frère, Lazare, lui, a découvert Massilia (Marseille) en Gaule, d'où il revient d'un voyage enchanté d'avoir découvert une autre façon de vivre plus libre. Elle retrouve Yeshoua au moment où il est baptisé dans le Jourdan. Elle le suit partout à partir de ce moment. Cela va durer 3 ans, jusqu'à sa crucifiction à laquelle elle va assister. Pour Yeshoua, Mariam était sa femme, il ne pouvait être autrement qu'un homme et une femme forment un tout. À sa mort, Mariam va essayer de se rapprocher des apôtres, mais ceux-ci ne veulent pas écouter une femme. Entre-temps, elle mettra au monde une fille, Sarah et partira avec son frère Lazare et sa sœur Marthe en Gaule, à Massilia. À partir de ce moment là, elle continuera de soigner les enfants et les femmes, les prostituées également, elle parlera de Yeshoua, de ce qu'il a dit, elle partira en pays Arverne, sur Lyon, puis montera jusqu'à Chartres car elle commence à être connue comme la grande prêtresse et guérisseuse et même les druides la requièrent pour ses connaissances. Après le mariage de sa fille avec un prince Aquitain, elle repartira vivre à Massilia et rejoindre son frère.

Cette femme a une vie tellement riche ! Riche en connaissances, en rencontres si variées, entre les Égyptiens, Romains, Gaulois et son peuple de naissance ! Toute sa vie, elle va la consacrer aux autres, à soigner les pauvres, les enfants, à essayer de donner de l'amour et apporter la paix autour d'elle. Elle sera malheureusement incomprise et jalousée par les hommes qui voient en elle un danger, une femme ne peut être supérieure à un homme. On commence à voir les prémisses de l'Église avec le refus qu'une femme puisse parler au nom d'un Dieu et où l'homme est tout puissant. On voit aussi la manipulation, car jamais Yeshoua n'avait dit que sa parole ne devait être exclusivement répétée par les hommes. Mariam en sera profondément blessée lorsqu'elle s'en rendra compte, elle ne pourra lutter contre cela et n'acceptera pas d'être traitée comme la prostituée..

Je ne suis pas croyante, c'est donc avec un œil d'athée que j'ai pris connaissance de cette version de l'histoire de Jésus, et je me dis, pourquoi ne pas croire plus en cette histoire qu'à celle que l'on nous sert depuis des siècles ? Tous les évangiles parlent de Marie Madeleine, elle a surement dû autant exister que Jésus ou Pierre ou autre ! Mais je trouve que dans ce roman de Christine Machureau, elle nous donne une version plus sensée, plus authentique. Pourquoi Jésus aurait-il été différent des autres hommes et n'aurait-il pas pu tomber amoureux et vivre avec une femme ? Ce en quoi il croyait ne l'en empêchait pas ! Je trouve très probant cette suprémation de l'homme sur la femme, et donc d'étouffer la vie de l'épouse de Jésus, ça arrange plutôt bien l'Église qui ne veut encore pas à notre époque, plus de 2000 ans après, que les prêtres se marient, ou que des femmes deviennent prêtres et officient dans une église !! Ce comportement étaye l'histoire de Maria de Magdala que nous a livré Christine Machureau.

Dans tous les cas, ce roman est vraiment très enrichissant rien que pour les modes de vie différents de l'époque dans plusieurs pays, l'évolution des pensées et mentalités, les différentes croyances, les pouvoirs des Romains ou des Gaulois. Pour tout cela, pour en apprendre plus, il faut lire ce roman, très riche en vocabulaire et en même temps accessible à tout lecteur, très bien documenté, très bien raconté.

Je n'ai pas l'habitude de rédiger des avis si longs, mais il y en a tellement à dire sur ce roman ! Il y a encore plein de choses dont j'aurais aimé vous parler, mais il faut laisser quand même un peu de surprises à ceux qui le liront. J'espère vous avoir donné envie de le découvrir, de mon côté, j'ai vu la bibliographie de l'auteur, vu les titres, certains sont fort intéressants, ma curiosité est piquée au vif et je pense les ajouter à mes prochaines lectures ! Un grand merci à elle pour ce roman très riche et ce très très bon moment de dépaysement total !!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Virginy 2017-07-13T08:44:10+02:00
Or

Divisé en trois parties qui correspondent à trois « régions » du monde où Mariam de Magdala évolue dans ce récit, l’Egypte, la Judée et la Gaule, ce roman, bien que traitant de christianisme, a pour personnage principal une femme. Grâce à Mariam de Magdala, autrement dit Marie-Madeleine, on découvre les prémices de ce nouveau courant religieux. Alors que l’Église en a fait une moins que rien, Christine Machureau décide de donner à cette femme de l’importance, de lui donner la parole alors qu’elle a si longtemps été muselée. Elle en fait une femme forte, indépendante, déterminée, parfois imprudente. Une femme amoureuse aussi, qui vouera sa vie entière à un seul homme, Yeshoua, plus connu sous le nom de Jésus, que l’autrice relègue dans un rôle secondaire. Tout au long de ce texte, on retrouve aussi un antisémitisme latent, et la crainte qui fait fuir ces juifs persécutés. C’est cette crainte qui fera que Mariam quittera l’Egypte pour la Judée, puis pour la Gaule, l’occasion pour le lecteur d’explorer différents modes de vie, différentes croyances.

Sans être croyante, je me suis laissée entraînée à la suite de Mariam, suivant le destin que lui avait choisi Christine Machureau avec enthousiasme et curiosité. J’ai eu plaisir à suivre les rencontres, les retrouvailles, mais aussi les séparations qui ponctuent ici son parcours. Le tout est d’une crédibilité stupéfiante, et on se prend à croire qu’il s’agit bien de la vie de Mariam de Magdala décrite dans ces pages. Après tout, pourquoi pas? Pourquoi une femme n’aurait-elle pas eu un tel rôle dans l’expansion du christianisme? En tout cas, le travail de recherche de l’autrice ne fait aucun doute, et les nombreuses notes sont les bienvenues. J’ai également apprécié de trouver en fin d’ouvrage une bibliographie qui permet au lecteur d’approfondir davantage le sujet.

Il y a cependant un détail qui m’a titillée tout au long du récit. Christine Machureau fait de Mariam de Magdala la sœur de Lazare et Marthe. Or, dans mes lointains souvenirs, Lazare et Marthe ont bien une sœur nommée Marie, mais qui est dite de Béthanie. Je sais aussi que les deux ont longtemps été confondues en une seule femme, alors qu’il semblerait qu’elles soient deux personnes bien distinctes. Bien sûr, il s’agit ici d’une fiction, et je ne me permettrai jamais de remettre en doute le travail d’un auteur, surtout vu mon faible niveau d’érudition, et en particulier en matière de religion. Aussi j’imagine que Christine Machureau (pour avoir eu l’occasion de la rencontrer une fois sur un salon du livre à Gaillac, je sais que c’est une personne passionnée) a fait un tel choix en connaissance de cause, peut-être justement parce que les deux ont longtemps été considérées comme étant une seule et même femme.

Un récit passionnant, offrant une vision intéressante de la manière dont le christianisme a crû à ses débuts.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par pruneploum 2017-01-24T12:39:34+01:00
Or

J'ai adoré . Toujours cette écriture envoûtante qui vous embarque dès les premières pages vers une aventure palpitante. Une histoire de femme comme je les aime alliant courage, sagesse ,sensibilité, fragilité Une femme hors norme , adulée ou méprisée

Une lecture qui ouvre de nombreuses pistes à approfondir . De temps à autre je notais des éléments une recherche rapide pour satisfaire une curiosité mais avec l'envie une fois le livre achevé d'approfondir certains d'entre eux. Une lecture d'une grande richesse petit exemple : la glande pinéale et l’œil d'Horus ? l'effet Kirlian ? le lien entre les esséniens et Isis .

je n'en dirais pas plus pour ne pas gâcher votre future lecture

Afficher en entier

Activité récente

Virginy l'ajoute dans sa biblio or
2017-07-13T08:43:31+02:00

Les chiffres

Lecteurs 4
Commentaires 4
Extraits 0
Evaluations 2
Note globale 10 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode