Livres
473 178
Membres
446 735

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Femme de trente ans



Description ajoutée par Diego_1301 2012-03-05T10:28:58+01:00

Résumé

Julie est une jeune femme de bonne famille, orpheline de mère. Elle s'est épris d'un certain d'Aiglemont, officier de Napoléon, marquis de surcroît. Son père lui prédit un mariage malheureux, mais cette dernière n'en fait qu'à sa tête, il finit par céder. La première année de mariage passe, et la prophétie du père s'est réalisée. Julie s'ennuie, Julie s'est lassée de son mari, qui lui-même s'est lassé d'elle. Se trouvant en Touraine, en visite chez une vieille tante d'Aiglemont, Julie s'amourache d'un anglais, coincé en France par décret de Napoléon. Amour purement platonique qui aura des conséquences tragiques pour le jeune homme. Julie s'enferme dans un deuil qui l'occupe. La commisération sur soi-même prend du temps. Mais Julie finit par rencontrer un homme de trente ans. L'amour s'installe, et elle devient plus qu'une femme adultère, sous les yeux de sa jeune fille, Hélène, fille d'Aiglemont.

Afficher en entier

Classement en biblio - 110 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Zinthia 2011-12-29T14:19:46+01:00

En ce moment, des claquements de fouet retentirent dans la vieille cour silencieuse dont les pavés étaient dessinés par des bouquets d’herbes, Victor embrassa derechef la comtesse, et s’élança hors du logis.

— Adieu, ma chère, dit-il en embrassant sa femme qui l’avait suivi jusqu’à la voiture.

— Oh ! Victor, laisse-moi t’accompagner plus loin encore, dit-elle d’une voix caressante, je ne voudrais pas te quitter…

— Y penses-tu ?

— Eh ! bien, répliqua Julie, adieu, puisque tu le veux.

La voiture disparut.

— Vous aimez donc bien mon pauvre Victor ? demanda la comtesse à sa nièce en l’interrogeant par un de ces savants regards que les vieilles femmes jettent aux jeunes.

— Hélas ! madame, répondit Julie, ne faut-il pas bien aimer un homme pour l’épouser ?

Cette dernière phrase fut accentuée par un ton de naïveté qui trahissait tout à la fois un cœur pur ou de profonds mystères. Or, il était bien difficile à une femme amie de Duclos et du maréchal de Richelieu de ne pas chercher à deviner le secret de ce jeune ménage. La tante et la nièce étaient en ce moment sur le seuil de la porte cochère, occupées à regarder la calèche qui fuyait. Les yeux de la comtesse n’exprimaient pas l’amour comme la marquise le comprenait. La bonne dame était Provençale, et ses passions avaient été vives.

— Vous vous êtes donc laissé prendre par mon vaurien de neveu ? demanda-t-elle à sa nièce.

La comtesse tressaillit involontairement, car l’accent et le regard de cette vieille coquette semblèrent lui annoncer une connaissance du caractère de Victor plus approfondie peut-être que ne l’était la sienne. Madame d’Aiglemont, inquiète, s’enveloppa donc dans cette dissimulation maladroite, premier refuge des cœurs naïfs et souffrants. Madame de Listomère se contenta des réponses de Julie ; mais elle pensa joyeusement que sa solitude allait être réjouie par quelque secret d’amour, car sa nièce lui parut avoir quelque intrigue amusante à conduire. Quand madame d’Aiglemont se trouva dans un grand salon, tendu de tapisseries encadrées par des baguettes dorées, qu’elle fut assise devant un grand feu, abritée des bises fenestrales par un paravent chinois, sa tristesse ne put guère se dissiper. Il était difficile que la gaieté naquît sous de si vieux lambris, entre des meubles séculaires. Néanmoins la jeune Parisienne prit une sorte de plaisir à entrer dans cette solitude profonde, et dans le silence solennel de la province. Après avoir échangé quelques mots avec cette tante, à laquelle elle avait écrit naguère une lettre de nouvelle mariée, elle resta silencieuse comme si elle eût écouté la musique d’un opéra. Ce ne fut qu’après deux heures d’un calme digne de la Trappe qu’elle s’aperçut de son impolitesse envers sa tante, elle se souvint de ne lui avoir fait que de froides réponses. La vieille femme avait respecté le caprice de sa nièce par cet instinct plein de grâce qui caractérise les gens de l’ancien temps. En ce moment la douairière tricotait. Elle s’était, à la vérité, absentée plusieurs fois pour s’occuper d’une certaine chambre verte où devait coucher la comtesse et où les gens de la maison plaçaient les bagages ; mais alors elle avait repris sa place dans un grand fauteuil, et regardait la jeune femme à la dérobée. Honteuse de s’être abandonnée à son irrésistible méditation, Julie essaya de se la faire pardonner en s’en moquant.

— Ma chère petite, nous connaissons la douleur des veuves, répondit la tante.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Laurien 2018-09-21T08:32:41+02:00
Bronze

Une construction un peu décousue avec une succession de chapitres qui sont autant de scènes dans la vie de Julie, avant et pendant son mariage avec toutes ses étapes, un éphémère bonheur mais beaucoup de souffrances et de douleurs qu'il faut cacher aux yeux du monde, de la société dirait-on aujourd'hui en affectant de sourire. Julie est tour à tour abandonnée par son père, son mari, son amant, ses enfants, sa fille...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par oihana0 2018-08-12T10:06:28+02:00
Lu aussi

Un très bon roman, mais d'une tristesse... Les épisodes se succèdent et les personnages sombrent un peu plus dans une forme de noirceur poisseuse. Belle écriture, mais sombre histoire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par DarkTales 2017-05-11T15:40:34+02:00
Lu aussi

Portrait d'une femme idéaliste, amoureuse qui se laissent porté par ses illusions avant d'être brutalement ramené à la réalité. Balzac nous présente une femme à plusieurs visages: mère, amante, épouse... J'ai été très surprise par ce roman qui a vraiment une approche de la psychologie féminine: sexualité, souffrances, adultère, maternité. Ce qui est surprenant au XIXème siècle alors que d'autres livres de l'époque ont eu un procès pour moins que ça. Une belle découverte !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Amelimelo 2015-10-15T22:16:10+02:00
Lu aussi

Un classique de la littérature sur la vie de femme. Découverte de la sexualité, mariage malheureux, adultère, naissance... Une belle réflexion sur les évenements de la vie d'une femme. Un des rares romans de grande littérature que j'ai vraiment apprécié de lire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cloclo3942 2015-01-22T14:35:37+01:00
Bronze

Cette histoire est belle, mais elle ne m'a pas plu plus que ça. J'ai été un peu déçue.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par plumenchantee 2014-07-15T23:44:57+02:00
Or

Aimant lire Balzac, j'ai apprecié ce livre sans aller jusqu'à le dire prenant.

L'histoire est belle et les personnages comme toujours complets. Il y a de temps en temps un peu trop de descriptions qui ralentissent l'histoire mais cette dernière vaut le coup: c'est du Balzac après tout...

Joie, tristesse tout y passe, c'est une vie complète qui est racontée... c'est à se demander comment il a choisit son titre...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par matou83 2014-06-10T19:06:17+02:00
Bronze

mon deuxiémé livre classique, et franchement je m'attendais à pire. Certe le langage utilisé est parfois difficile mais le style d'écriture de Balzac est très bon. Je le conseille vivement

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nymphee 2014-02-26T18:37:26+01:00
Or

Je suis normalement une fan inconditionnelle de Balzac, j'avais lu ce livre lors de mes études mais cette deuxième lecture ne m'a apporter que de l'ennui, malgré de nombreux rebondissements.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par mathikiem 2013-09-06T20:11:42+02:00
Envies

Alors la....je suis scotchée... Je viens de passer en 1ere L et les classiques, j'ai toujours cru que c'était nul, barbant, inintéressant et surtout looooooong. J'avais commencé par "l'éducation sentimentale" de Flaubert et depuis j'étais traumatisée par les romans classiques. Grosse erreur. En lisant Balzac, je me suis ouverte à la vie de Julie, cette jeune femme si malheureuse de son mariage. Il est assez simple de rentrer dans cette histoire, il y a des passage long, mais sinon l'histoire est emballante. Je le conseille fortement! :)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par mika1204 2013-05-10T09:37:42+02:00
Pas apprécié

Ce livre a fait partie de mes lectures scolaires obligatoires...

J'avoue que je n'ai jamais réussi à le finir tellement je l'ai trouvé barbant.

Tellement écœuré de Balzac sur ce coup que je n'y suis plus revenu depuis... à tort peut-être?

Afficher en entier

Date de sortie

La Femme de trente ans

  • France : 2010-08-18 - Poche (Français)

Activité récente

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Les chiffres

Lecteurs 110
Commentaires 13
Extraits 9
Evaluations 23
Note globale 6.7 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode