Livres
439 745
Membres
369 673

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par Fauconrouge 2018-12-06T19:52:15+01:00
Or

Histoire très prenante et très émotive que l'on suit à travers une femme libérée des années 50-60. C'est d'abord la marginalité de Suzanne qui saute aux yeux, ensuite c'est son besoin de se sentir libre, de se démener contre les chaines à ses pieds et ce profond désespoir qui la « force » à se sentir coupable Spoiler(cliquez pour révéler)de s'être débarrassée de ses enfants, mais aussi cette force qu'elle en retire. J'ai apprécié d'avoir accès à son histoire à partir de « ses » souvenirs, bien que si on s'intéresse un peu à l'histoire, c'est sa petite fille qui la raconte à travers les mémoires des gens qui l'on connut.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LINETTE35 2018-11-11T10:54:57+01:00
PAL

j'ai l'édition LDP du 1/3/2017 (sans le bandeau)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LINETTE35 2018-11-11T09:55:26+01:00
PAL

je l'ai en format Livre de poche

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lywenn44 2018-05-29T20:20:54+02:00
Diamant

J'ai adoré ! Lu d'une traite ...happée par le style de l'auteure. histoire à la fois fascinante, émouvante, cruelle parfois, déchirante à d'autres moments....qui rencontre la grande Histoire à plusieurs reprises.

C'est mon 1er coup de coeur de l'année.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Marie-Pier-2 2017-09-24T17:49:15+02:00
Argent

Roman puissant où l'on traverse la vie de Suzanne Meloche une femme des années 50-60 qui avait un très grand penchant artiste et probablement une santé mentale instable. La narration l'a dépeint telle qu'elle était, sans jugement. Certains moments sont assez difficiles à lire, car Suzanne avait la faculté de se tenir pour (ses)?, du moins (des) convictions et réussissait aussi à s'autodétruire. Le vocabulaire est riche et la narration au présent est assez particulière. Bonne lecture!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Genou 2017-09-05T04:37:18+02:00
Or

Ce roman m'a bouleversé, l'histoire est très prenante et j'ai beaucoup apprécié la narration qu'à choisi l'auteur. Une fois qu'on commence on ne peut plus s'arrêter. Je roman ne peut pas vous laisser indifférent, j'ai ressenti beaucoup d'émotions durant ma lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Granny-1 2017-07-19T15:02:57+02:00
Lu aussi

Merci à Genevieve et Brigitte pour m'avoir parlé de ce roman!

Suzanne Meloche est la grand-mère de l'auteure.

Elle fit partie de ceux qui signèrent le " Refus global" en 1948 ( manifeste artistique remettant en question les valeurs traditionnelles et religieuses de la société québecoise ).

Elle a épousé le peintre libertaire Marcel Barbeau, avec lequel elle a eu 2 enfants...

Puis.. elle s'est enfuie ...A force de se chercher,Suzanne finira par se perdre.

L'auteure va se plonger sur les traces de cette grand-mère qu'elle n'a pas connu et va essayer de comprendre .

Récit poignant sur la filiation, la transmission et les blessures de l'âme.

Leçon de vie et de tolérance.... ne jugeons pas sans savoir !

L'écriture est fluide, les chapitres courts défilent.

J'ai appris énormément sur la vie à cette époque de l'autre côté de l'océan .. le milieu artistique en rébellion, le racisme poussé à l'excès.

J'ai eu envie d'en savoir plus, de découvrir cette femme et le milieu artistique qu'elle a côtoyé

Un véritable coup de coeur.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par musea_uranie 2017-07-09T13:36:52+02:00
Or

C'est fort, beau, virevoltant et tellement puissant. A mon sens, on frôle la perfection.

Surement un coup de cœur ! J'ai dévorée les pages sans m'en rendre compte.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MissDupont 2017-06-15T05:21:20+02:00
Or

Je n'ai jamais aimé les cours d'histoire. Pour moi le passé doit rester derrière et ce qui me motive à avancer, c'est le présent et le futur.

Mais après avoir lu ce roman, je prends conscience que - peut-être - je n'aimais pas les cours d'histoire parce que ça m'était mal raconté. Je ne m'y sentais pas impliquée. Avoir eu Anaïs comme professeur... je crois que j'aurais été plus qu'excellente!

Dans ce livre, l'auteure ne nous trace pas seulement le portrait de sa grand-mère inconnue, elle nous raconte aussi une partie importante de notre histoire. Et cette façon qu'elle a de le faire est totalement captivante. De par cette écriture au "Tu", de par le ton poétique, de par cette perspective pleine de vie... elle nous donne l'impression de vivre ces événements aux côtés de Suzanne Meloche.

Bien que cette grand-mère ait pu commettre le geste aussi incompréhensible qu'est celui d'abandonner ses enfants, force est d'admettre que cela reste une femme fascinante et intrigante.

Un savant mélange de réalité historique et de pure fiction vous attendent à travers ces pages.

Afficher en entier
Envies

Commentaire de ma collaboratrice au blog:

Anaïs Barbeau-Lavalette a un grand-père célèbre et une grand-mSe sauver de quoi? Après la lecture du roman, j'ai le goût de répondre d'elle-même, mais cela s'est traduit d'abord par le départ définitif du nid familial (seule sa jeune sœur semble avoir conservé un minimum de contacts), de son mari, des ses enfants, de ses amis et de ses amants. Elle ne se posait jamais et avait du mal à créer des liens, à entrer en relation. D'ailleurs, l'auteure l'illustre bien lorsqu'elle parle des valises que sa grand-mère ne défaisait jamais.

C'est un travail de moine que Barbeau-Lavalette a entrepris pour retracer la vie de cette femme fantôme. Afin de saisir sa personnalité et repasser sur ses pas, elle a dû convaincre sa famille du bien fondé de son projet, engager une détective privée et rencontrer les observateurs de cette vie complexe.

Pour rendre son récit, l'auteure a choisi le monologue. Un long monologue qui s'adresse à cette femme inaccessible. Un monologue poignant où l'amour et la colère valsent avec l'incompréhension. Les chapitres très courts aident à saisir toute l'émotivité de la démarche et lorsqu'on sent un ton accusateur, on ne peut que compatir et comprendre l'origine de ce sentiment. Sa prose est imagée et rend la lecture encore plus intense.

La femme qui fuit est un livre qui fait mal à lire. J'ai d'ailleurs dû le déposer à quelques reprises afin de pouvoir prendre mon souffle. Mon cœur de mère ne pouvait que s'insurger et l'envie de hurler m'a prise à quelques reprises. Mais par moments, je me surprenais à voir percer une pointe d'empathie pour cette vie dure et aride.

Il s'agit là d'une lecture à faire absolument. Un livre qui risque d'être étudié fort longtemps.

http://letempsdlire.blogspot.ca/2017/01/la-femme-qui-fuit.html

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode