Livres
439 702
Membres
369 574

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par MissDupont 2017-06-15T05:21:48+02:00

Ainsi, tu continues d'exister.

Dans ma soif inaltérable d'aimer.

Et dans ce besoin d'être libre, comme une nécessité extrême.

Mais libre avec eux.

Je suis libre ensemble, moi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MissDupont 2017-06-15T05:21:35+02:00

Pendant les mois qui suivent, tu voyagera sans heurt de la 122th Street d'Harlem à l'atelier de Jean-Paul Riopelle, qui a fait ses preuves dans la grande ville. Il y a ses expos, ses amis, ses habitudes. Il t'invite à t'immiscer dans sa vie. Mais ça ne te dit rien. Tu as envie de peindre en silence et il t'en donne l'occasion.

Dans son grand atelier de Manhattan, à même le sol de béton, il ouvre les portes à qui le veut. S'y retrouvent accroupis et abandonnés de jeunes étudiants et des peintres confirmés, auxquels tu ne t'intéresses pas.

Tu évites les regards et fuis les conversations. Tu passes des heures à t'user les genoux sur le sol rugueux, la nuque en angle droit, le corps ouvert sur une toile qui devient ton domaine.

Tu t'y vides et t'y délivres, tu te vomis entière et en couleurs jusqu'aux petites heures du matin, où tu pars souvent la dernière, rejoignant tes quartiers noirs en évitant miraculeusement la mort, chaque fois.

Parce qu'Harlem ne t'a pas encore consumée. Tu subis au quotidien la blancheur arrogante que tu traînes sur ses trottoirs. On t'interpelle et te harcèle, te vole et te crache au visage. White whore is in town.

You just don't care. Quelque chose de toi se nourrit de ce rejet-là.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Fauconrouge 2018-12-06T19:59:54+01:00

Une prairie, vaste, sous un ciel orageux. Debout, une femme. Elle est en train de prendre racine.

C'est douloureux.

Elle creuse un trou. Qu'elle veut profond.

La femme, c'est ma mère.

Qui jette tes cendres dans la terre.

Une poignée de toi lui échappe et s'envole au vent. Elle redouble d'ardeur. Tu ne te sauveras pas.

Ta fille te plante derrière chez elle, dans ce champ immense qu'elle connaît par cœur, dans l'espace qui accueille ses promenades matinales.

Le ciel noir au-dessus d'elle vous avale.

Sous la pluie elle s'acharne. Elle te mêle à sa terre.

Là où elle saura te trouver.

C'est fini.

Tu ne pourras plus t'enfuir.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lywenn44 2018-05-29T20:30:08+02:00

Tu as le ventre en champ de bataille ,mais le fond de l'oeil au repos.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lywenn44 2018-05-29T20:29:35+02:00

Tu sens que tu avances en funambule sur un fil de l'histoire.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lywenn44 2018-05-28T20:57:17+02:00

"Duel

Claude : - Les gueux de Ginglan ont des stoufres stabulères. Sur des Dauzéates élimés et concaves le peu de pontrébourre clame le costaud castucla.

Suzanne : - Le regard catastrophique du destin mirobène. Route d'éripèle! Adieu, croconphiles, sampouloques, mirconsoles. Adieu, carlipèdes tuméfiés, tumeurs échancrures, vernissage maculé."

Afficher en entier
Extrait ajouté par lywenn44 2018-05-28T19:25:39+02:00

Tu étais une île, et tu sens que tu as peut-être un pays.

Afficher en entier
Extrait ajouté par hame 2018-01-22T10:33:54+01:00

Parce que je suis en partie constituée de ton depart. Ton absence fait partie de moi, elle m'a aussi fabriquée. Tu es celle à qui je dois cette eau trouble qui abreuve mes racines, multiples et profondes.

Ainsi, tu continues d'exister.

Dans ma soif inaltérable d'aimer.

Et dans ce besoin d'être libre, comme une nécessité extrême.

Mais libre avec eux.

Je suis libre ensemble, moi.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode