Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
Par mneveu98 le 27-05-2014 Editer
La Fille-Sortilège
C'est moi qui lui ai donné le breuvage qui a accéléré sa fin. Il n'en pouvait plus, il souffrait trop et il voulait être avec toi pour ses derniers instant.
Par BelleEtoile le 29-01-2014 Editer
La Fille-Sortilège
J'inspire sans bruit pour paraître nonchalante.
— Oui?
— Où vas-tu?
— A la Halle...
— Tu as quelque chose à échanger? interroge-t-il.
J'exhibe de petites nattes tressées, celles que j'emporte à chaque Marché interdit et qui tiennent dans la main. Le Coutelier les observe d'un air dégoûté. Elles sont ignobles, mes nattes. Sales et mal fichues. Qui en voudrait, franchement? Pas moi! Mais elles font « vrai ». j'ai une tête à faire des nattes pitoyables et à essayer d'aller les échanger contre un quignon de pain. Ils me croient toujours.
— C'est bon, lâche-t-il.
Soulagé, Arkadi a le menton déformé par l'envie de rire.
— Je ne te connaissais pas ces talents, Erine. Décidément, tu es un modèle pour moi...
Par mneveu98 le 27-05-2014 Editer
La Fille-Sortilège
Il était mon ami, mon alter-ego, mon mentor, mon compagnon.
Il était mon amour.
Par mneveu98 le 27-05-2014 Editer
La Fille-Sortilège
Je le connaissais .J'ai su qu'il t'aimait.
Par alucine le 30-07-2013 Editer
La Fille-Sortilège
Un corps se jette sur moi avec un râle. Une haleine épouvantable se colle à mon visage. Des poils de barbe. Une main me presse, avide. L'homme est maigre. Sa langue poisseuse lèche ma joue tandis que je me mets à hurler pour trouver la force de le repousser. Malgré son corps famélique, il résiste. Avec l'énergie du désespoir, je plante mes ongles dans ses yeux. Il ne moufte pas, en transe. Il coince mes jambes, bloque un de mes bras, se colle, se frotte. Il halète. Il est monstrueux et je sens ses doigts tendus qui passent au travers de mon pantalon. Le contact brutal sur ma peau, dans ma chair, me dégoûte. Je mords dans le vide, je gronde, je remue, je me tends.
Qu'il crève, cette ordure, qu'il dégage ! Ma tunique se déchire dans un craquement. L'homme glousse de victoire.

Par alucine le 30-07-2013 Editer
La Fille-Sortilège
Le kork ne l'a pas loupé. Son visage est une bouillie infâme d'où jaillit un amas poisseux de chair, d'os brisés et un globe oculaire qui regarde le vide, un œil nu et désincarné.Je m'écarte vivement. J'aurai mieux fait de m'abstenir. La face ravagée flotte devant mes yeux dès que je les ferme, arrimée à mon esprit.
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.