Livres
475 257
Membres
452 690

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Fille automate



Description ajoutée par x-Key 2012-01-13T20:33:17+01:00

Résumé

Fin du XXIe siècle, après le grand krach énergétique, la calorie est devenue l'unité la plus recherchée. Anderson Lake travaille en Thaïlande pour AgriGen, une multinationale agroalimentaire. Sa couverture de gérant d’usine lui permet de passer au peigne fin les marchés des rues de Bangkok à la recherche de denrées que l’on croit disparues. Là, il rencontre Emiko.

Emiko est la Fille automate, une belle et étrange créature abandonnée. Emiko n’est pas humaine, elle fait partie du Nouveau Peuple, c’est un être artificiel élevé en crèche et programmé pour satisfaire les caprices décadents d’un homme d’affaires de Kyoto.

Considérés comme des êtres sans âme par certains, comme des démons par d’autres, les automates sont des esclaves, des soldats et des jouets pour les plus riches dans ce futur proche et effrayant où les sociétés de calories dirigent le monde. L’ère du pétrole est passée, et les effets secondaires des pestes génétiquement modifiées ravagent la terre.

Qu’arrive-t-il quand les calories deviennent monnaie ? Quand le bioterrorisme devient un outil de profit pour les entreprises ? Quand les dérives génétiques dudit bioterrorisme forcent l’humanité à basculer dans l’évolution posthumaine ?

« Bacigalupi reprend les thèmes et les idées de sa nouvelle primée et les explore avec plus de profondeur et de complexité que jamais auparavant. Les résultats sont spectaculaires. Vous ne verrez plus jamais le futur de la même manière. »

C. C. Finlay, auteur de la série Traître à la Couronne

« Paolo Bacigalupi est le meilleur auteur de nouvelles de ces dix dernières années. Il est le Ted Chiang du nouveau millénaire. Il combine une belle prose, une imagerie surprenante et des idées saisissantes de manière inoubliable. »

Robert J. Sawyer, auteur d’Hominids et lauréat du prix Hugo

« Je déteste ce gars. Tout d’un coup, il sort de nulle part, écrit comme un ange bizarre, gagne des prix et détrône les vieux pros avec des trucs qu’on était bien loin d’imaginer (comme ce stupide chien bio !). En plus de ça, il est jeune et beau. Heureusement, il a un nom imprononçable. »

Terry Bisson, auteur de Numbers don’t lie et Greetings

Afficher en entier

Classement en biblio - 103 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Miney 2017-12-14T07:25:47+01:00

Les gens se bousculent autour d'elle en essayant de lire, ils se poussent pour s'approcher, se glissent, ils pensent tous qu'elle est l'une d'entre eux. Ils lui permettent tous de vivre uniquement parce qu'ils ne la voient pas telle qu'elle est.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Cellophane 2019-08-18T19:37:44+02:00
Pas apprécié

Je n'ai pas pu.

Je m'y suis mis et, dès les premières pages, je n'ai pas accroché.

J'ai trouvé ça confus, je peinais à savoir qui était qui, ce qu'on racontait en taï, si ça avait un sens, j'ai tenté de zapper les petits mots en langue étrangère mais j'avais l'impression de passer à côté de quelque chose...

Bon, c'était le prix Hugo 2010, le nouveau William Gibson ou Ian McDonald, tout ça, donc je me suis acharné...

Au bout de 100 pages, je ne comprenais toujours pas exactement où on voulait en venir, mais surtout, je trouvais l'ensemble inintéressant. Ok, Anderson a acheté une usine qu'il tente de faire prospérer mais c'est galère avec les pachydermes et la douane... Pis la fille galère... Hop, 100 pages pour ne pas dire grand-chose.

Vu qu'il m'en reste 538, je suis pas maso, j'ai plein de bouquin, je lâche l'affaire...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par cboubou 2019-05-28T20:12:16+02:00
Bronze

Un peu difficile de rentrer dans l'histoire car il y a de nombreux mots asiatiques. Ça m'a été un peu difficile. Peut être que pour ceux qui connaissent la Thaïlande ça leur parlera. Sinon le concept est intéressant mais du coup ça me manque de détails sur l'apocalypse qui a engendré cette situation.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Christelle-166 2019-05-03T20:28:23+02:00
Or

Une lecture complexe, très détaillée (parfois à l’extrême), et une vision assez réaliste de ce qui un jour peut-être, pourrait ressembler à nos lendemains. Une très belle surprise !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lelette1610 2018-09-03T21:50:35+02:00
Or

J'ai trouvé ce livre, qui a reçu de nombreux prix, très intéressant.

Les personnages évoluent dans un monde cruel, une société de surconsommation, polluée, utilisant des produits génétiquement modifiés qui est régie par des luttes pour le pouvoir.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Andita 2018-07-02T11:41:34+02:00
Bronze

Le début du livre est quelque peu déroutant. On ne sait pas trop ce qu'il se passe, le contexte est un peu flou. Il m'a fallu une bonne centaine de pages avant de pouvoir entrer véritablement dans l'histoire. Le vocabulaire thaï introduit à tout bout de champ ne facilite pas la tâche, même s'il est paradoxalement appréciable pour au final entrer dans ce monde et découvrir un peu la culture et la mentalité thaïs.

Les personnages sont très bien travaillés. On en découvre assez pour les connaître un peu, mais pas trop de telle façon qu'il reste encore un certain mystère autour d'eux. Le fait qu'ils se rencontrent plus ou moins tous les uns les autres à un moment donné m'a plu et montre que nous somme tous, d'une manière ou d'une autre, liés les uns aux autres.

La fin m'a un peu déçue parce que je m'attendais à quelque chose de plus tranché, définitif, mais la décision de l'auteur de terminer sur une fin plus ouverte n'est finalement pas une mauvais idée et nous offre des possibilités infinies.

Pour conclure, malgré un début de lecture difficile et une fin inattendue, je conseille ce livre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mataii 2018-03-04T23:36:32+01:00
Pas apprécié

Pas compris grand chose au roman, malgré cette histoire d'alimentation et d'énergie. C'est le but du récit qui me laisse perplexe. Il faut pouvoir se laisser porter et comprendre cette profusion de termes thai. Ce n'est pas si mal en soit mais l'auteur nous balance un peu trop dans ce monde sans prévenir.

A part ça, on se retrouve avec des personnages que je trouve désagréables. Blasés, antipathiques. Ils ne m'inspirent rien, à part peut-être l'automate Emiko qui semble plus humaine que les humains. J'ai trouvé les passages décrivant ses abus sexuels très dérangeants et trop poussés : on n'a pas besoin d'autant de descriptions. Pareil pour les moments où elle fuit ; c'est souvent redondant, le vocabulaire ne varie pas trop (on sait qu'elle a très chaud, puisque sa peau est synthétique!).

L'écriture est fluide mais comme il n'y a pas vraiment de ligne directrice, et qu'il y a beaucoup de choses à retenir, il est difficile d'avancer. J'ai eu beaucoup de mal à finir ce livre !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par AccroV 2018-02-06T21:07:54+01:00
Pas apprécié

J'attendais beaucoup de ce livre ultra récompensé et je suis tellement déçue. Deux cents pages plus tard, je ne comprends toujours rien. Beaucoup de termes ne sont pas traduits (mettre une note de bas de page n'aurait pas ajouté énormément de pages à ce livre déjà conséquent). Cette absence de traduction m'a totalement empêchée de comprendre certains dialogues. On arrive dans un monde où on doit tout deviner. On nous donne des indices sur ce qu'il s'y passe mais c'est éparse. On passe d'une situation à une autre sans vraiment savoir comment. J'aurais adoré aimer ce livre et c'est une énorme déception pour moi. On m'a spoilé la fin à ma demande, c'est exactement ce que je pensais et c'est encore plus décevant.

Je pense que c'est le genre de livres qu'on adore ou auquel on accroche absolument pas.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Miney 2017-12-18T16:26:57+01:00
Or

Au début. Je. N'ai. Rien. Compris. Ce qui ne m'a pas empêchée d'être intriguée, happée dès les premières pages de ce roman dense au pessimisme presque envoûtant.

Entre l'action qui se déroule à Bangkok et tout le vocabulaire thaï, les différentes factions qui se déchirent, et le monde futuriste, on met du temps à prendre ses marques (d'ailleurs, je ne suis même pas sûre d'avoir réussi à bien situer qui était qui au niveau des différents camps). Il faut savoir être patient pour voir se dessiner les enjeux, le contexte : l'effondrement du pétrole, la corruption, les épidémies qui emportent tant les êtres humains que la végétation, et donc la famine qui en découle, la corruption, les gigantesques entreprises agroalimentaires et leurs produits génétiques, la corruption, les différents ministères thaïs en lutte pour le pouvoir, la corruption, le génocide des chinois en Malaisie, la corruption... L'avenir envisagé par l'auteur est des plus sombres, chaque étincelle d'espoir mouchée.

Le rythme de l'intrigue est un peu lent, j'ai même parfois eu l'impression de longueurs, mais avec un univers si riche et complexe, ça n'est pas un mal, au début du moins : il faut prendre ses marques. La fin en revanche, est un peu précipitée. Certains éléments semblent expédiés.

Les personnages sont à l'image de l'univers : très variés, marqués par la vie, complexes, très nuancés. Pourtant, je me suis peu attachée à la plupart. Il n'y a véritablement qu'Emiko l'automate qui a attiré toute ma sympathie, mais même si elle titre l'ouvrage et est très présente dans le résumé, ça n'est pas le cas dans le roman. Elle apparaît tardivement, ses chapitres sont rares et courts.

La plume de l'auteur est vraiment très belle, riche et travaillée mais sans envolées prétentieuses.

Un excellent roman de SF à la hauteur de ses ambitions qui malgré quelques défauts mérite largement ses prix.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par HanaShinoLili 2017-03-18T22:49:44+01:00
Bronze

Je découvre l’oeuvre de Paolo Bacigalupi avec La fille automate, une lecture loin, très loin de ce que j’imaginais. Je vous parle aujourd’hui d’un roman de science-fiction qui pousse loin la réflexion sur l’avenir de l’humanité.

Emiko est une automate : objet de luxe dans son pays d’origine, le Japon, elle est devenue une esclave sexuelle au royaume thaï, où elle est considérée comme une infamie. Elle croise le chemin d’Anderson Lake, représentant d’une des plus grosses entreprises caloriques mondiales.

Je pensais l’histoire centrée exclusivement sur Emiko, mais ce n’est pas le cas ; d’ailleurs elle n’apparaît qu’au bout d’une cinquantaine de pages. Mais le point de vue alterne entre plusieurs personnages, aux origines et aux intérêts très différents. Ils sont remarquables de complexité : d’Anderson Lake à Kanya, du thaï au farang, ils sont tous en demi teinte, ni blancs ni noirs, luttant avant tout pour leur propre survie. On s’attache à Emiko, et on se révolte contre les traitements dégradants qu’elle subit dans des scènes crues.

Les premières pages ont été proches du calvaire, tellement elles étaient ardues à comprendre. L’auteur décrit avec une précision folle un univers très (trop ?) complexe, où s’affrontent entreprises agroalimentaires américaines et gouvernements thaïs, où les manipulations génétiques échappent à tout contrôle, où les catastrophes écologiques et les maladies menacent les Etats. Et le tout est terriblement crédible. Le vocabulaire thaï utilisé ne rend pas la compréhension facile, on s’y familiarise doucement.

Même si en version poche ce roman compte tout de même 600 et quelques pages, j’aurais apprécié en savoir plus sur le devenir d’Emiko, ou du moins une fin différente, plus détaillée.

Pour conclure, "La fille automate" est très loin de ce que j’imaginais : mais le résultat final est assez impressionnant. Peu de dystopies décrivent des mondes post-apocalyptiques ainsi, avec de tels enjeux autour des ressources alimentaires.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Battle_Boubou 2017-02-08T15:00:26+01:00
Diamant

Science-fiction de très haut niveau. J'ai eu le sentiment de lire une histoire sous influence directe de Blade Runner. J'ai beaucoup aimé cette intrigue de personnages désespérés, blasés, honteux, prêts à tout pour survivre... Et pourtant, je pense que leurs traits auraient pu être encore plus grossis. Mon seul bémol : les deux dernières pages, qui ont un peu tout cassé, selon moi.

A tous les nouveaux lecteurs: accrochez-vous! Il est vrai que les termes thaïs et les descriptions de cet univers imaginaire rendent la lecture des premiers chapitres difficile. Mais plus vous visualiserez les éléments de ce monde post apocalyptique, plus l'histoire vous paraitra évidente, humaine, et pourquoi pas... plausible. Et voilà, on est en plein dans la description de la SF.

Afficher en entier

Dates de sortie

La Fille automate

  • France : 2012-02-09 (Français)
  • France : 2013-05-02 - Poche (Français)

Activité récente

Titres alternatifs

  • The Windup Girl - Anglais

Évaluations

On en parle ici

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Quiz terminés récemment

Les chiffres

Lecteurs 103
Commentaires 31
Extraits 36
Evaluations 33
Note globale 6.88 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode