Livres
482 055
Membres
468 559

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

L'ultime rugissement de Thuban ébranla jusqu'aux entrailles de la Terre. Une lueur aveuglante enveloppa les branches nues de l'Arbre du Monde, et tout ne fut que lumière et tumulte. [...]

Et Lung comprit alors la dimension exacte de la situation. Le monde tel qu'il l'avait connu jusqu'alors était sur le point de disparaître. Son Maître ne se tiendrait plus à ses côtés. Malgré lui, les larmes commencèrent à rouler sur ses joues. [...]

- Mon corps est à votre disposition. Prenez-le et vivez.

Le dragon inclina la gueule vers lui, d'abord silencieux.

- Tu m'aimes donc tant ?

- Je vous aime plus que tout au monde.

- Si tu consens à m'accepter en toi, tu légueras un pesant fardeau à tes héritiers. Mon esprit sera transmis à tes enfants et aux enfants de tes enfants, et quand sonnera l'heure de la dernière bataille, et que je m'éveillerais, ils devront lutter à mes côtés contre Nidhoggr, tu le comprends, n'est-ce-pas ?

- Vous les dragons, avez lutté longtemps pour nous et pour ce monde; n'est-ce pas l'heure que nous prenions la relève ? [...]

- Si telle est ta volonté, alors pose ta main sur moi.

Lung ne se fit pas répété et, ravalant ses larmes, posa la paume de sa main sur la pierre verte qui brillait toujours d'une pâle lueur sur le front du dragon. [...]

Il sentit d'abord sous sa main une douce tiédeur. Puis cette chaleur irradia lentement son bras jusqu'au coeur, avant de gagner tous ses membres. Lung se sentit comme jamais auparavant : en paix, et croyant avoir tout compris en un instant.

Afficher en entier

Lidja lui fit signe de se taire.

_ En fait, tu aimes qu'on te rabaisse. Pourquoi? Mystère. J'ignore ce qui t'est arrivé pendant toutes ces années passées à l'orphelinat, mais on dirait que ça te fait plaisir d'être traitée de nulle. Je ne suis pas en colère parce qu'on a perdu le pendentif. Tu t'es battue pour le récupérer. Et puis, toi et moi, on forme une équipe, on devrait se serrer les coudes. Or tu te mets tout le temps en état d'infériorité par rapport à moi, comme si tu voulais prouver, à toi et aux autres, que tu n'es bonne à rien.

Sofia cacha sa tête entre ses bras. Lidja lui avait déjà tenu ce discours.

_ Tu peux y arriver, Sofia. A condition de te faire confiance.

Afficher en entier

Dans le livre monotone de son existence, après une interminable succession de pages identiques, apparaissait soudain une page blanche.

Afficher en entier

_ J'ai toujours eu confiance en toi, prof. Tu es peut-être l'unique personne au monde en qui j'ai confiance. C'est en moi que je manque de confiance. Je ne crois pas en moi. Je ne crois pas en Thuban. C'est pour ça que j'y suis allée.

_ Je sais, reconnut-il après un moment de silence. Pourtant, j'ai vu l'endroit où vous avez combattu. Tu as utilisé Thuban. Tu t'es battue comme un lion et tu as rapporté le fruit, est-ce que tu t'en rends compte?

_ Mais à quoi ça sert? répliqua Sofia. J'ai lutté contre l'Assujetti, j'ai utilisé le pouvoir de Thuban, mais Lidja a disparu. Je l'ai laissée entre les mains de l'ennemi.

Elle s'essuya rageusement les yeux.

_ La vie ne se déroule jamais comme on voudrait, Sofia. A chaque victoire, on perd quelque chose. Même la douleur nous aide à grandir et à comprendre ce que nous aurions dû faire pour une prochaine fois.

Il lui sourit et Sofia, réconfortée, s'appuya contre lui et pleura, le cœur plus léger.

Afficher en entier

"Tu n'as pas été là souvent..."

Elle se repentit presque aussitôt de ses paroles. Pourtant, c'était vrai. Dans les moments difficiles, elle avait toujours été seule.

"C'est toi qui continues à ne pas vouloir de moi. Tu ne crois pas en toi, et c'est pourquoi tu ne crois pas en moi."

"Moi... je ne suis pas faite pour ça. Je ne sais rien faire. Je n'ai jamais été première de la classe, et tout le monde se moquait de moi à l'orphelinat. Personne ne voulait m'adopter. Pourquoi est-ce que tu m'as choisie, pourquoi?"

Elle attendit longtemps une réponse. L'immense corps de Thuban émergeait lentement de l'obscurité.

"Parce que Lung m'a offert son corps, et que tu descends de lui."

Afficher en entier

Les yeux, peu à peu, se matérialisèrent dans l'énorme tête d'un dragon vert. Splendide et familière. Sofia, émue, était certaine de l'avoir déjà vue.

"Tu es si beau..."

La gueule aux dents effilées parut sourire. Mais Sofia n'en éprouva aucune peur.

Afficher en entier

Sofia vit une sorte de globe laiteux rouler non loin de leur cachette, vaguement rose. Mais il n'existait pas de couleur au monde qui puisse en décrire le ton bigarré. On aurait dit qu'une figure informe tourbillonnait à l'intérieur, avant de devenir plus nette, puis de se fondre en une explosion de lumière. Sofia savait que c'était la tête d'un dragon: Rastaban, la partie rationnelle qui tempérait l'impulsivité de Thuban. C'est pourquoi, dans le ciel, le tête du dragon représentait la seconde étoile la plus brillante de la constellation.

Sofia se sentit pleine de nostalgie. Rastaban était l'ami, le camarade, le dragon qui était tombé le premier sous les crocs de Nidhoggr. Comme ce fruit, ses yeux étaient splendides et emplis de sagesse.

Afficher en entier

-Ce soir, on va au cirque.

Le professeur le lui avait annoncé avec son habituel sourire. Sofia n'en avait pas cru ses oreilles. Cela faisait une vingtaine de jours qu'elle vivait dans la maison du lac, et ils n'étaient pas sortis une seul fois. En général,le professeur passait la soirée dans la bibliothèque, elle dans sa chambre à lire et Thomas à feuilleter le journal. Depuis l'attaque de l'orphelinat, c'était devenu encor pire. Son tuteur inventait des excuses pour qu'elle n'aille pas seule au lac: ils s'y rendaient ensemble ou pas du tout. Les promenades dans le bois étaient devenues plus rares. Elle en avait presque la nostalgie de l'école, histoire de voir d'autre têtes, mais Schlafen lui avait dit et répété qu'il n'y avait aucun collège assez proche.

- Le plus près est à Castel Gandolfo, et il n'est desservi par aucun moyen de transport. A pied, c'est trop loin, avait-il dit un jour. Il lui dispenserait lui-même l'enseignement nécessaire.

Afficher en entier

Tout le monde a peur, l’interrompit Lidja. Tu penses que tout le monde est parfait sauf toi ? Toutes ces choses dont parle le professeur me terrorisent. Je n’y comprends rien et je voudrais fuir, moi aussi, retourner chez moi, au cirque, et continuer ma routine. Mais je ne peux pas. Quelqu’un m’a fait un don, un don terrible : il a mis cette vie en moi, ces pouvoirs étranges qui m’effraient. Je ne peux pas les chasser et je dois leur donner un sens. Voilà pourquoi je vais les utiliser, suivre la voie que mes ancêtres ont tracée pour moi.

Cela semblait facile, en effet. Mais Sofia ignorait tout de ses pouvoirs. Il devait y avoir une erreur sur la personne.

Afficher en entier

Soudain, l'Assujetti déployé ses ailes et Sophia tomba sue le dos. La douleur lui coupa le souffle et elle s' évanouit. Avant de perdre conscience, elle aperçut Nidhogrr derrière les yeux rouages. L'incarnation du mal absolu, un rictus triomphant aux lèvres. Puis elle sombra dans le néant glacial, et le silence l'envellopa.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode