Livres
461 611
Membres
418 182

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Fille du roi des marais



Description ajoutée par annick69 2018-02-19T11:35:27+01:00

Résumé

Enfin, Helena a la vie qu’elle mérite ! Un mari aimant, deux ravissantes petites filles, un travail qui occupe ses journées. Mais quand un détenu s’évade d’une prison de sa région, elle mesure son erreur : comment a-t-elle pu croire qu’elle pourrait tirer un trait sur son douloureux passé ?

Car Helena a un secret : elle est l’enfant du viol. Sa mère, kidnappée adolescente, a été retenue prisonnière dans une cabane cachée au fond des marais du Michigan, sans électricité, sans chauffage, sans eau courante. Née deux ans plus tard, Helena aimait cette enfance de sauvageonne. Et même si son père était parfois brutal, elle l’aimait aussi… jusqu’à ce qu’elle découvre toute sa cruauté.

Vingt ans après, elle a enfoui ses souvenirs si profondément que même son mari ignore la vérité. Mais aujourd’hui son père a tué deux gardiens de prison et s’est volatilisé dans les marais, une zone qu’il connaît mieux que personne. Malgré la chasse à l’homme lancée par les autorités, Helena sait que la police n’a aucune chance de l’arrêter. Parce qu’elle a été son élève, la seule personne capable de retrouver cet expert en survie, que la presse a surnommé Le Roi des Marais, c'est sa fille.

Afficher en entier

Classement en biblio - 29 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par FLaureVerneuil 2018-04-11T15:51:21+02:00

Civilisé. Quel mot absurde pour décrire ce nouveau territoire dans lequel je me suis retrouvée à 12 ans. Pour moi je n'y ai vu que guerres, pollutions, avidité et concupiscence, crimes, famines, haines raciales, violences ethniques. Et ce n'est que le début de la liste.

Les journaux ont appelé mon père le Roi des marais, en allusion à l'ogre du conte.

On ne mesure son malheur que si on a connu mieux.

Quand le dernier arbre sera mort, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson pêché, l'homme blanc enfin s'apercevra qu'il ne peut pas manger son argent." de Sitting Bull [Phrase déjà rencontrée dans "Chaman"]

Nous n'héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l'empruntons à nos enfants.[Maximes indiennes très célèbres]

Discours typique du pervers narcissique, Quoi qu'il se passe, c'est toujours la faute des autres.

Mon père est peut-être la cause de mon existence, mais ma mère en est la raison. Celle qui me permet de vivre aujourd'hui.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Missnefer 2018-05-25T18:04:00+02:00
Or

Merci à NetGalley et aux éditions JC Lattes pour ce SP

C’est avec plaisir que je me suis lancée dans ce roman. Je ne connaissais pas l’auteure. Je ne m’attendais à rien.

Le résumé était intriguant et le lecteur est bien loin de ce qu’il peut s’imaginer ;

Le récit est à la première personne, celui d’ Helena, la fille née d’un viol sur une ado kidnappée, aujourd’hui adulte.

L’histoire va donc se dérouler entre présent et passé. Helena, à ce jour, a fait l’impasse sur vie dans les marais, elle a changé de nom, elle est marié, mère de 2 fillettes. Sa nouvelle famille ne sait rien de vie antérieure. Vie qu’elle s’efforce d’oublier. On en comprendra les raisons au fur et à mesure que l’on avance dans le récit. Une aventure entre chasse à l’homme, une traque, celle de son père évadé, et son enfance dans les marais qu’elle connaît comme sa poche, formée par son père à la survie en terre hostile.

Je veux bien croire que l’auteure tente de nous faire partager les bienfaits du retour aux sources, le quotidien mené par ce trio n’était pas de tout repos. Particulièrement celui de la mère, personnage assez anonyme qu’en fait Karen Dionne alors qu’elle joue un rôle primordial. C’est un peu déroutant et je ne rangerais pas ce livre dans la catégorie Thriller , ce n'est pas l'idée que je m'en fait.

Helena, l’ancienne sauvageonne n’a rien oublié des jeux de pistes enseignés par son père, mais parviendra-t-elle a dépasser le maître ? Pour comprendre cette drôle de fille, il faut la suivre dans son quotidien du temps de sa vie dans les marais, formée par un père d’une manière bien peu conventionnelle, jouant de récompenses et de punitions, la traitant quelque part comme un animal . Que ressentait cette homme pour sa fille ? On ne le saura pas vraiment ne comprenant pas vraiment ses motivations pas expliquées par l’auteure.

Cet homme, on l’imagine vivant suivant les préceptes de sa tribu d’origine et selon lesquels il élève sa fille, afin quelle apprenne à survivre grâce à ce que la nature offre, plantes animaux… Ce qui donne des scènes assez violentes qui peuvent heurter et j’avoue avoir moi mème été assez remuée.

Le décor est donc bien planté, et c’est culturellement intéressant et enrichissant, cependant on ne peut pas en dire autant des personnages . Aucune description précise permettant de les visualiser et j avoue que ça me gêne.

Le coté psychologique est plus travaillé, ainsi que les relations assez perturbées du trio, d’autant que l’éducation d’ Helena est particulièrement masculine. C’est déconcertant, sombre de voir une jeune enfant évoluer de la sorte. Les relations mère-fille sont limites inexistantes et le lecteur de s’interroger sur la plausibilité de tels liens.

La relation nocive entre le père et la fille en est-t-elle responsable ? N’aimait-elle pas cette enfant fruit d’un viol ? on peut le comprendre ! une autre raison pourrait aussi être envisageable, celui du jeune âge de la jeune fille lors de la naissance d'Helena. Quand à l’enfant on ne peut pas dire qu’elle soit tendre avec sa mère. Cette relation n’évoluera pas non plus favorablement après leur fuite dans une ambiance plus clémente. C'est au fil des chapitres que le lecteur comprendra pourquoi

C'est avec force détails sur le comportement du père, sur sa violence envers sa progéniture, déroutant cette dernière, qui éprouve malgré tout de l’amour pour lui, (ce qui va la perdre face à ce manipulateur narcissique, sociopathe , psychopathe lors de la traque ) que l auteure décrit cette relation complexe, ces sentiments ambivalents que ressent la jeune fille. Même des années plus tard, elle va se laisser au prendre au piège des sentiments, et ce monstre va utiliser cette faiblesse contre elle. Les liens du sang ne représentent-ils rien pour lui ? Quelles sont ses motivations ? Le lecteur ne comprend pas cet homme mais peut-on comprendre un psychopathe ?

J’avoue que je suis assez partagée et déroutée par les émotions et sentiments que je perçois. Certaines situations sont si poussées à l’extrême que je ne suis pas sure de les trouver crédibles. De plus certains questions me taraudent et je n’en trouve pas les réponses. Je comprend toutefois ce que veut nous dire l’auteur en traitant de la complexité des sentiments que l’on peut éprouver pour un monstre, qui est aussi votre père.

Helena malgré son attitude, ses actions passées, parvient a susciter toutefois de l’empathie chez le lecteur.

L’issue finale n’est pas surprenante, peut sembler banale mais c’est la plus logique, cependant.

Un roman qui m'a tenue en haleine, malgré les descriptions parfois un peu longues sur les lieux de vie et les conditions climatiques, qui m'a déconcertée et déroutée par moments tellement certaines scènes avec Helena enfant sont violentes et je me suis demandée si elles pouvaient être plausibles. Les enfants étaient-ils formés de la sorte si tôt dans les anciennes tribus indiennes ? Je n'ai pas de réponses à ma question.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Delphine-42 2018-05-17T02:04:00+02:00
Argent

Un thriller dur qui alterne le présent avec une Héléna traquant son père tel dans un survival en pleine nature et le passé douloureux avec l'enfance d'Héléna, telle une sauvageonne, dans les marais, isolée totalement du monde contemporain.

Tout au long du roman, la personnalité d'Héléna, l'héroïne, va s'étayer. On va découvrir ses motivations et son tempérament au travers de son passé glauque et violent. On comprend aisément qu'elle ait voulu totalement s'affranchir de son passé, le cachant même à son mari. Cependant, le retour du père va mettre en péril le bonheur qu'elle avait réussi à préserver jusque là et elle devra replonger dans l'horreur de son enfance et de ses origines.

La fille du roi des marais fait écho à un conte de Hans Christian Andersen, La fille du roi de la vase, dont de nombreux extraits sont rapportés dans le roman. J'ai beaucoup aimé ces références qui permettaient de faire un joli parallèle avec le récit du roman.

Ce thriller ne plaira pas à tout le monde, notamment pour la violence distillée tout au long du récit, qu'elle soit physique ou psychologique. Toute la partie qui se déroule dans les marais est très anxiogène, tant la description de l'auteure nous conforte dans un état d'enfermement et d'isolement face à l'immensité des lieux désertiques.

Une lecture originale que j'ai beaucoup appréciée et que je conseille à des lecteurs avertis.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Goewin 2018-05-04T18:08:20+02:00
Diamant

Vers un face-à-face inéluctable.

Jacob Holbrook s’est évadé et a tué deux gardiens. Il est le Roi des Marais et Helena est sa fille. Elle est celle qui l’a fait mettre en prison et est la seule à pouvoir le retrouver. Cela fait quinze ans qu’elle et sa mère lui ont échappé. Helena est aujourd’hui mariée à Stephen qui ne connaît rien de son passé et elle est la maman heureuse de deux petites filles : Iris, cinq ans et Sou, trois ans. Lorsqu’elle apprend par la radio l’évasion de son père, elle sait que son passé vient de la retrouver et que rien ne sera plus pareil.

Je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Jean-Claude Lattès pour l’envoi de ce service presse qui m’intriguait. Habituellement, dans le cas d’un enlèvement, nous avons l’avis de la victime ou du kidnappeur, quelquefois des deux, mais rarement de l’enfant né du viol. Nous faisons la connaissance d’Helena, c’est elle qui, tout au long du livre, nous raconte son histoire. Elle avait douze ans lorsqu’elle a réussi à s’échapper avec sa mère. Elle en a maintenant vingt-sept. Elle a appris à vivre dans ce monde si différent de celui dans lequel elle a été élevée ; ce père criminel, elle l’a aimé avant de découvrir quel monstre il était. Elle a changé de nom, enfoui et tu son passé. Aujourd’hui elle mène une vie normale. La fuite de son père va tout remettre en cause. Dès lors, Helena va se remémorer ses souvenirs et nous allons la suivre entre passé et présent : la seule solution pour que tout redevienne comme avant, capturer son père.

Karen Dionne nous offre un thriller psychologique âpre et addictif. Dès le début, j’ai été captivée par Helena mais également par ce père amérindien qui l’a élevée pour en faire un autre lui-même, d’ailleurs il l’appelle Petite Ombre, ce qui veut tout dire. Il lui a tout appris, en particulier comment survivre au sein du marais, dans une nature hostile et dangereuse, l’art du pistage, de la chasse. L’auteure nous dépeint à merveille la psychologie des différents personnages : l’amour d’Helena enfant pour ce père qui sait tout faire, son désir de lui plaire, de l’impressionner et de se faire aimer, désir qui existe toujours en elle alors qu’elle le traque ; la manière dont sa mère a été complètement brisée par ce qu’elle a subi ; ce père brutal, manipulateur, pervers narcissique, violeur, kidnappeur et assassin sans états d’âme. Certaines scènes sont très dures et m’ont vraiment mise mal à l’aise. Le marais est un personnage à part entière et Karen Dionne nous décrit la Nature avec énormément de talent : le marais prend vie sous nos yeux. Le suspense est total et les émotions que nous ressentons sont violentes tant nous sommes captifs de la quête d’Helena ; au fur et à mesure que nous avançons dans son passé mais aussi dans la traque qu’elle mène, l’angoisse grandit et nos sentiments s’exacerbent. Jusqu’au dénouement…

Conclusion : un thriller qui ne ressemble à aucun autre, violent, addictif, angoissant, qui ravira tous ceux qui aiment les bons thrillers.

Afficher en entier

Chronique : https://aurelietoutsimplement.com/2018/03/chronique-lecture-la-fille-du-roi-des.html

Un thriller psychologique qui excelle dans la maîtrise de nos émotions. Nous naviguons entre fascination et horreur, entre compassion et haine. Même si la fin n’est pas dingue en soit, et n’apporte pas de surprise, la lecture de ce roman était très intéressante. L’étude psychologique des personnages est tellement bien expliquée qu’on se fond dans l’histoire. La vie de ces trois protagonistes loin de toute vie humaine et vraiment réaliste et fascinante. C’est ces points forts que j’ai retenu dans ma lecture, plus que la traque en elle-même.

Afficher en entier
Or

https://serialbookineuse.wordpress.com/2018/04/13/la-fille-du-roi-des-marais-karen-dionne/

Je remercie tout d’abord les éditions JC Lattès pour m’avoir permis de découvrir ce roman. Cela fait un petit moment que je n’avais pas lu de thrillers et je dois dire que celui ci m’a de suite tapé dans l’oeil. Je ne sais pas si ça vient du titre, du résumé ou des deux mais j’étais intriguée et curieuse de connaître le contenu. Pour ma part, c’est ma première lecture de Karen Dionne et j’ai été au final agréablement surprise et le roman m’a beaucoup plu !

L’intrigue est centrée sur Helena, une jeune femme menant une vie pour le moins paisible avec son mari et ses deux petites filles. On pourrait penser que rien ne pourrait venir troubler cette tranquillité, sauf que Helena est née d’un viol et son criminel de père s’est évadé de prison. En effet, sa mère a été kidnappée adolescente et séquestrée durant quatorze années dans les marais, loin de toute civilisation. Aussi pour protéger sa famille et persuadée de retrouver son père avant la police, Helena se lance dans une chasse à l’homme au coeur des marais !

Le récit alterne entre passé et présent. J’ai beaucoup aimé cette construction car l’auteur arrive à nous tenir en haleine tout au long de sa narration en distillant les informations au fur et à mesure que le récit progresse. On pourrait penser que la vie d’Helena dans les marais a été un calvaire mais il n’en est rien et on s’étonne presque de la voir regretter cette période. Ce thriller psychologique m’a d’ailleurs fait réfléchir sur pas mal de points et en particulier la relation entre Helena et son père.

Pour un regard extérieur, on ne peut que percevoir Jacob comme un être abjecte et déséquilibré mais, aux yeux de l’enfant qu’a été Helena, ce père était idolatré et admiré. Le portrait qu’elle nous en fait est en totale contradiction avec l’image que l’on se fait de lui et c’est assez perturbant. On sent que l’adulte qu’elle est à présent garde toujours une part d’amour pour cet homme qui lui a tant appris dans les marais même si elle le déteste tout autant pour ce qu’il a fait à sa mère.

La plume de l’auteur est agréable et nous entraîne de page en page dans un suspense et une tension qui montent crescendo. C’est addictif et on a qu’une envie…savoir comment cette traque va se terminer. Mention spéciale également pour les extraits du conte « La fille du roi de la vase » de Hans Christan Andersen que l’on retrouve à chaque début de chapitre et qui se mêlent parfaitement au récit selon moi.

Pour ce qui est des personnages, je les ai trouvé bien construits et surtout nuancés. On a parfois du mal à comprendre les réactions d’Helena et elle m’a tour à tour impressionnée par son sang froid mais aussi exaspérée lorsque j’étais face à sa plus jeune version. Après il faut se dire qu’elle a été élevée de manière à ce que le caractère de son père et leur manière de vivre lui paraissent tout à fait normaux. Jacob est un personnage complexe qu’on a du mal à cerner et je me suis demandée s’il avait jamais aimé sa fille au fond. La mère d’Helena est le seul personnage qui m’a énervée par sa résignation et sa soumission et j’aurai aimé pouvoir la secouer…

En bref, La fille du roi des marais est un thriller psychologique à la fois malaisant et captivant. Avec un récit original et des personnages torturés, on ne voit pas défiler les pages et c’est avec plaisir que je me suis laissée happer par l’histoire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par FLaureVerneuil 2018-04-11T15:53:13+02:00
Or

L'auteure, par son écriture détaillée et un vocabulaire sobre, nous met dans l'ambiance d'une vie rude, hostile, sans confort. On découvre la survie, les rencontres animales, la chasse, la pêche. Il y a aussi la culture et les croyances Ojibwe du papa.

Pas que cela dans ce roman, les sentiments sont aussi bien dépeints que la nature. C'est un thriller psychologique. L'évolution des sentiments d'Helena est intéressante à voir se transformer. La maman, soumise, est le personnage le moins développé mais on comprend pourquoi.

Maintenant adulte avec des enfants, Helena essaye de s'adapter à la civilisation moderne, en vivant dans le mensonge pour oublier et ne pas être "la fille du marais".

Lecture numérique (Merci NetGalley)

Ma chronique complète : https://vie-quotidienne-de-flaure.blogspot.fr/2018/04/La-fille-du-roi-des-marais-Karen-DIONNE.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Elodie-Liseuse 2018-03-31T21:00:15+02:00
Bronze

Reçu grâce à la plate-forme Netgalley et la maison d'édition JC Lattès, je tiens donc à les remercier pour leur confiance.

La fille du roi des marais est un thriller psychologique sur plusieurs temporalités, de nos jours, avec Helena, mère de famille et Helena enfant quand elle vivait avec ses parents dans le marais, loin de tout. On découvre une femme, enfant d'un viol et d'un kidnapping qui a duré plus de dix, qui a retrouvé une nouvelle vie, créé une nouvelle identité, réussi à refaire sa vie avec un photographe. Le jour ou son père, violeur et kidnappeur s’échappe de prison, tout son monde s'écroule. Elle doit faire face à cette identité refoulée et oubliée. À ce père prêt à tout pour se venger...

Ce roman est percutant, que ce soit dans la trame de base, comme le travail sur la psychologie des personnages. L'attachement à un père, l'éloignement d'une mère qui n'est pas joyeuse dans sa vie, les dérangements d'une vie sauvage dans les marais. La survie par le biais de la chasse, de règle stricte établie par cet homme cruel. On découvre une enfant aimant son père, ne comprenant pas sa mère, qui aime chasser, vivre dans la nature, on découvre au fils des mots sa vie, de sa petite enfance jusqu'au jour où elle sortira avec sa mère de ce marais et de cette prison. La traque pour retrouver ce père fugitif qui compte mettre en danger sa famille.

L'ambiance oppressante de ce marais, loin de tout, perdue dans une forêt abondante, les légendes contées par ce père d'origine indienne, l'horreur de la chasse, la folie d'un homme cruel, narcissique et violent. Tout y est travaillé, une plume fluide et immersive, l'horreur des mots, des gestes et de certains comportements. La mort, le viol, la violence, tout est brutal. Et malgré tout cela j'ai adoré cette lecture, cette ambiance et cette vie conter au fil des pages.

Entre-couper avec des scènes du conte la fille du roi de la vase de Hans Christian Andersen, on découvre un thriller efficace qui tient en haleine du début à la fin. Une belle découverte.

https://elodie-liseuse-lifestyle.blogspot.fr/2018/03/la-fille-du-roi-des-marais.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Virginy 2018-03-29T19:13:55+02:00
Or

Helena est la narratrice de ce récit. Son père vient de s’évader de prison, et elle semble être la seule à pouvoir l’arrêter. Alors qu’elle se lance à sa poursuite, le passé, les souvenirs se mêlent au présent, et le lecteur découvre son enfance passée dans les bois, éloignée de la civilisation, dans une existence en harmonie avec la nature parfois hostile. Une enfance au cours de laquelle son père s’est efforcé de la façonner à son image, faisant d’elle une pisteuse redoutable, une enfant sauvage qu’il fait tout pour endurcir, exerçant sur elle et sa mère une domination psychologique, basée sur la peur et la manipulation. N’ayant connu que cette façon de vivre, l’enfant aime son père et trouve ses agissements normaux. Jusqu’au jour où elle commence à se poser des questions, trouvant que les actes de son père sont d’une cruauté non nécessaire. L’amour qu’elle avait pour son père se transforme alors en haine.

Alors qu’elle traque cet homme qui lui a tout appris, le lecteur se rend compte que la vie d’Helena lors de son retour à la civilisation n’a pas été facile, qu’elle a eu beaucoup de mal à s’adapter à sa nouvelle existence. Elle est restée proche de la nature, tout en parvenant à s’intégrer et à fonder une famille. Et là, lancée sur la piste de l’homme qui a kidnappé sa mère, la fille défie le père. Lequel des deux parviendra à remporter la partie? Le maître ou l’élève?

Au travers de cette traque, jumelée à un récit de vie, Karen Dionne nous dresse un tableau d’une vie dans les bois où simplicité et violence, beauté et cruauté se côtoient.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LaForetDesPage 2018-03-22T21:22:12+01:00
Lu aussi

Ce livre est un service presse via la plateforme NetGalley.

J’ai lu ce livre en deux jours seulement alors que je n’avais pas beaucoup de temps libre, tellement je voulais savoir la suite. Pourtant, on ne peut pas dire qu’il y beaucoup de suspens, on sait dès le premier quart de l’histoire comment ça va se finir. Mais le fait de découvrir en même temps le passé et le présent d’Helena amène un peu de suspens, même si j’ai préféré les récits du passé.

Mais la progression psychologique du roman est vraiment... Wow ! On découvre l’histoire du point du vue d’une petite fille. Elle n’a jamais rien connu d’autre que sa vie dans les marais et la violence psychologique en parait diminuée mais elle est toujours là.

Ce livre nous fait nous demander comment nous réagirions à sa place. Il y a une dualité dans le père d’Helena qui est présente en chacun de nous, il est parfois (souvent) cruel et parfois gentil. Il éduque sa fille, lui apprend tout ce qu’il sait pour survivre dans le marais, la console ; et d’un autre côté il est d’une violence inouïe pour nous mais qui parait normale à Helena et qu’elle supporte avec une naïveté d’enfant. Son père, c’est son héros et son professeur, il ne peut pas avoir tort. Ce côté est tellement bien écrit, ça a l’air tellement naturel ! Et on est là, à se demander s’il est bon ou mauvais.

Ca nous apprend, ça nous montre à quel point les pervers narcissiques sont des poisons pour leur entourage et à quel point c’est difficile de les reconnaitre et de s’en défaire. Helena en fera la découverte.

Le fond de l’histoire et la psychologie des personnages sot vraiment très bien construits et l’écriture est fluide. Tout est réuni pour passer un bon moment. Attentions aux quelques cliffhanger en fin de chapitre qui risquent de vous donner des crises cardiaque !

Note : 8/10 https://wp.me/p78wgt-2r

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Armony22 2018-03-18T11:34:57+01:00
Or

"- Une poupée ? (Je n'avais jamais entendu ce mot.) Ca sert à quoi ?- C'est pour jouer avec. Tui lui donnes un nom. Tu fais semblant que c'est un bébé et que toi tu es sa maman. Je ne savais que répondre à ça. J'étais très bonne pour faire semblant, mais m'imaginer être la mère de ce machin sans vie dépassait mes capacités d'invention."

Dans ce thriller psychologique nous suivons d'une part les souvenirs d'enfance de la petite Helena, en alternance avec le récit de sa vie d'adulte.

Helena est le fruit d'un viol, son père a enlevé et sequestré sa mère pendant une quinzaine d'années. Elle grandit dans les marais du Michigan, entourée d'une mère distante et peu affectueuse et d'un père cruel et dominateur. Au milieu de cette nature hostile, cette "famille" vit en autarcie totale. Le père lui apprend l'art de la survie, la chasse, la pêche et les coutumes de sa cutlure amérindienne.

Helena aime cette vie, elle n'a rien connu d'autre. Elle aime aussi son père, qui lui apprend plein de choses et lui raconte des histoires. Bien sûr il est autoritaire et fait parfois preuve de cruauté, mais c'est son père, son modèle. Elle ignore tout de la condition de victime de sa mère.

Dans le présent, on suit Helena adulte, maman de deux petites filles. Elle va devoir traquer son père, évadé de prison, pour protéger sa famille.

J'ai été totalement subjuguée par le récit du passé. L'histoire de cette petite fille presque sauvage, les magnifiques descriptions du marais, la faune et la flore. L'auteur a fait là un travail remarquable, c'est comme si on y était. C'est un hymne à la nature. Elle a aussi su parfaitement recréer l'atmosphère étouffante qui régne dans la cabane. C'est à la fois fascinant de beauté et ça fait aussi froid dans le dos.

Le présent m'a moins emballée, je voyais dès le départ vers quoi on allait aller et je n'avais qu'une envie, retourner dans le marais.

La psychologie des personnages est très bien travaillée et développée, ainsi que les relations père/mère-fille. Le père, pervers narcissique, tyrannique et manipulateur, mais qui parfois fait presque preuve de tendresse envers sa fille. La mère, victime soumise, qui n'ose pas lui montrer son amour. Et Helena qui se construit au milieu de tout ça. Va-t-ellle réussir à garder son innocence ou devenir comme son père qu'elle admire tant ? C'est un personnage unique, complexe, j'ai adoré.

Un thriller psychologique avec un bonne dose de nature writing. Un combo parfait ! C'est violent, parfois émouvant, anxiogène et très addictif. Un petit côté Sukkwan Island qui m'a beaucoup plu.

Merci à #NetGalleyFrance et aux Editions JC Lattès pour cette excellente lecture que je ne peux que vous conseiller.

Retrouvez toutes mes lectures sur ma page https://www.facebook.com/lecturesnoirespournuitsblanches/

Afficher en entier

Date de sortie

La Fille du roi des marais

  • France : 2018-03-07 (Français)

Activité récente

Annie62 l'ajoute dans sa biblio or
2019-05-11T13:45:39+02:00

Les chiffres

Lecteurs 29
Commentaires 18
Extraits 3
Evaluations 16
Note globale 8.33 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode