Livres
463 968
Membres
423 815

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par FLaureVerneuil 2018-04-11T15:51:21+02:00

Civilisé. Quel mot absurde pour décrire ce nouveau territoire dans lequel je me suis retrouvée à 12 ans. Pour moi je n'y ai vu que guerres, pollutions, avidité et concupiscence, crimes, famines, haines raciales, violences ethniques. Et ce n'est que le début de la liste.

Les journaux ont appelé mon père le Roi des marais, en allusion à l'ogre du conte.

On ne mesure son malheur que si on a connu mieux.

Quand le dernier arbre sera mort, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson pêché, l'homme blanc enfin s'apercevra qu'il ne peut pas manger son argent." de Sitting Bull [Phrase déjà rencontrée dans "Chaman"]

Nous n'héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l'empruntons à nos enfants.[Maximes indiennes très célèbres]

Discours typique du pervers narcissique, Quoi qu'il se passe, c'est toujours la faute des autres.

Mon père est peut-être la cause de mon existence, mais ma mère en est la raison. Celle qui me permet de vivre aujourd'hui.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Armony22 2018-03-18T12:12:53+01:00

- Une poupée ? (Je n'avais jamais entendu ce mot.) Ca sert à quoi ?- C'est pour jouer avec. Tui lui donnes un nom. Tu fais semblant que c'est un bébé et que toi tu es sa maman. Je ne savais que répondre à ça. J'étais très bonne pour faire semblant, mais m'imaginer être la mère de ce machin sans vie dépassait mes capacités d'invention.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Khiad 2018-03-07T19:24:35+01:00

Je pourrais vous dire que j’avais douze ans et ma mère vingt-huit quand on a échappé à son ravisseur, que j’ai passé ces années à vivre, comme le dit la presse, au secret d’une ferme délabrée au milieu des marais dans la péninsule supérieure du Michigan. J’ai appris à lire grâce à une collection de National Geographic des années 1950 et à un vieux recueil de poèmes de Robert Frost aux pages jaunies, je ne suis jamais allée à l’école, je n’ai jamais fait de bicyclette, je n’ai connu ni l’électricité ni l’eau courante. Les seules personnes à qui j’ai parlé pendant cette période ont été ma mère et mon père. J’ignorais qu’on était captives jusqu’à ce que je découvre la liberté.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode