Livres
516 052
Membres
530 027

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Frontière



Description ajoutée par Lilou 2010-07-05T00:03:35+02:00

Résumé

A Ciudad Juarez, les grandes firmes mondiales profitent d'une main-d'oeuvre docile et bon marché pour faire pousser leurs filiales comme des champignons et avec elles la misère, la prostitution, la violence et même la mort. Des cadavres de jeunes ouvrières ont été trouvés aux abords de la ville, mutilés, décapités. Personne n'arrive à endiguer cette vague d'assassinats. Envoyé par son journal pour une enquête de quelques jours, Tonio Zambudio va tenter de résoudre l'énigme. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Afficher en entier

Classement en biblio - 13 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par alienor44 2018-12-09T09:49:17+01:00

Assis sur le sable à l'extrémité nord de la playa Bagdad, Zambudio contemplait le lever du soleil sur le golfe du Mexique.

Les larges eaux calmes et empoisonnées du Rio Bravo coulaient dans l'océan et l'on n'apercevait même pas la rive du Brazo Santiago Pass, en face.

De l'autre côté de l'Atlantique, il y avait l'Afrique. Le Maroc, ou peut-être même la Mauritanie. Le tropique du Cancer était un peu en dessous.

Il eut une pensée fugitive pour l'Espagne, et comme un étrange pressentiment.

S'il ne devait jamais retourné là-bas, ni revoir Diego et Juan,

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par loeilnoir 2020-02-27T16:17:25+01:00

Journaliste d’un grand quotidien espagnol, Toni Zambudio est envoyé à la frontière mexicaine, dans la ville de Ciudad Juarez, où il est né, « la ville où le diable a peur de vivre », pour couvrir un article à sensation sur une série de meurtres non élucidés : une cinquantaine de jeunes femmes, sont retrouvées violées, torturées et mutilées dans des bidonvilles. Toutes sont ouvrières des maquiladoras, ces usines-tournevis à la main d’oeuvre bon marché, où l’on fabrique de l’électro-ménager pour de grandes firmes américaines ou européennes. Sur place, la police est dépassée : à sa tête Alfonso Pazos, vieux garçon flegmatique, collecteur de cactus, met vite le journaliste dans le bain : pressées par les politiques et les associations de défense féminine de trouver le coupable, les forces de l’ordre ont arrêté un suspect et les membres d’une secte satanique visiblement impliqués dans les meurtres. Or ceux-ci, loin de s’arrêter, continuent de plus belle.

Devant l’inaccessibilité des autorités et des cabinets d’avocats que l’on devine tous à la botte des grandes firmes, Toni Zambudio se tourne vers une association féministe ayant fait le lien avec d’autres meurtres plus anciens. Guadalupe Vidal, qui en est la directrice fait quelques confidences au journaliste et l’aiguille vers la famille de la toute première victime. Toni arpente Ciudad Juarez, une ville « drapée d’un linceul » de poussière au coeur du désert, dont il garde de très douloureux souvenirs d’enfance. Suite à une mésaventure dont il n’est pas fier, Toni fait l’expérience de la corruption des fonctionnaires de police. Débute alors pour lui un road trip infernal entre le Mexique et les Etats-Unis, jalonné de cadavres et de faux-semblants…

Ce roman ultra-réaliste a un double impact : d’une part, il nous fait prendre conscience de la misère des bidonvilles entassés à la frontière mexicaine, où se masse une population d’ouvriers bon marché dont se moquent totalement les grandes firmes capitalistes américaines et européennes. Lorsque nous déballons notre matériel vidéo, hifi ou notre tout récent robot multi-tâches, celui-ci n’est pas accompagné d’un livret retraçant les conditions de travail et de vie des personnes qui l’on fabriqué… Choc donc pour qui accepte la prise de conscience… D’autre part, comme Patrick Bard le précise en en-tête : la base de ce thriller est inspirée de faits réels… Les meurtres et mutilations dont ont été victimes les ouvrières ont eu lieu et n’ont jamais été élucidés. De là à songer que le dénouement inventé par Patrick Bard est proche de la vérité, il n’y a que quelques pas… Deuxième choc donc de penser que cette concentration de firmes capitalistes au sein de pays en voie de développement est à l’origine d’une telle criminalité. Le lieu « la frontière » symbolique politique exacerbe les différences et les haines: Patrick Bard l’a arpentée, étudiée, photographiée (« El Norte »https://www.signatures-photographies.com/photographe/patrick-bard) autant dire que le lecteur y fait un voyage très réaliste. On constate dans ce grand roman que la dégénérescence humaine se développe dans des conditions extrêmes, réunies ici, promiscuité et pauvreté… Coupables donc les PDG de ces grandes firmes et tous ceux qui les cautionnent…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par alienor44 2018-12-09T18:39:54+01:00
Diamant

"Toni Zambudio, journaliste espagnol, est envoyé à Ciudad Juarez, au Mexique, pour établir un reportage sur une série de meurtre, viol, sur des jeunes femmes mexicaines."

Cette histoire est très bien mené. De plus, le suspens augmente au fur et à mesure et il faut attendre la fin du roman pour en connaître le dénouement. J'ai vraiment eu plaisir à le lire.

Afficher en entier

Date de sortie

La Frontière

  • France : 2004-02-27 - Poche (Français)

Activité récente

lala-gd l'ajoute dans sa biblio or
2018-01-16T14:52:37+01:00

Les chiffres

Lecteurs 13
Commentaires 2
Extraits 10
Evaluations 2
Note globale 7 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode