Livres
506 426
Membres
514 711

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Geste des Braves, Tome 1 : La Guerre des Rois



Description ajoutée par Severine-90 2018-07-17T20:06:18+02:00

Résumé

Après cinq ans de famine, de malheur et de guerre, le royaume d'Enselant est plongé dans le chaos. À bout de forces, son peuple se raccroche à une ancienne prophétie qui annonce la chute du roi Sicard et le retour à la lumière. Bientôt vont s'affronter les armées du souverain et celles d'un jeune chevalier qui a pris la tête de la révolte. Brave et fier, il incarne un espoir de renouveau, dont la force emporte comme une vague l'ancienne dynastie.

Mais tout juste arrivé au pouvoir, le jeune Lodève comprend que la partie n'est pas encore jouée, car à chaque nouveau pas sa couronne vacille, tandis que les envieux décomptent les jours jusqu'à sa chute. Les cinq braves qui l'entourent sauront-il l'aider à défendre son règne et à imposer sa lignée ?

Plongez dans l'ombre du pouvoir et découvrez le grand dessein qui bouleversera à jamais l'histoire des Cinq Royaumes.

Afficher en entier

Classement en biblio - 6 lecteurs


Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Bronze

Ce roman m’avait attirée par son résumé, sa couverture — même si celle-ci faisait trop « gentillet » à mon goût — et par le statut de l’auteure. J’accorde beaucoup d’importance aux auteurs indépendants car plus que d’autres, ils ont besoin de publicité.

Nous nous retrouvons donc dans le royaume d’Enselant, jusqu’alors gouverné par le roi Sicard, qui n’a pas l’air franchement très sympa. Il n’a rien du roi dark des ténèbres comme on pourrait s’y attendre, c’est juste un mauvais politicien et un homme peu aimable. Dès le début du livre, on nous annonce sa chute par une bande de faidits, qu’on retrouvera tout au long du récit.

Je ne vous servirai pas la liste des persos-clichés, car étonnamment il n’y en a pas, ou du moins pas trop exubérants. Je pourrais dire que le barbare, c’est Lieutrand et le sage, Vivance, mais ce serait grandement réduire l’intérêt des personnages. Hormis Lieutrand, qui remplit effectivement sa fonction de grosse brute pas franchement sympa, les autres pairs sont assez intéressants. L’un d’eux, Lodève, se hisse sur le trône. Nous suivons tout au long du roman ses soucis en tant que souverain, ses doutes et son obsession d’avoir un héritier, ce qui le rend par moment détestable.

J’ai eu du mal à m’attacher à un personnage particulier. L’idée de base était intéressante, certes, mais ils manquaient de développement. Lodève nous est annoncé dès le début comme un arriviste éhonté, et je m’attendais à voir un truc de fou, des retournements de situation, des décisions aussi redoutables que le choix des ciseaux d’or. Je suis ressortie assez déçue car il se ramollit au fil du temps. Vivance a des traits de caractère sous-jacents qui auraient pu être traités, j’ai trouvé dommage qu’il soit finalement restreint à son rôle de juriste/sage/enseignant.

Le traitement des femmes est assez maladroit. J’ai eu comme la sensation que l’auteure voulait nous en mettre partout, dans tous les rôles, comme pour donner une dimension « ultra féminisée » à son roman. Essayer de briser les traditions à la fois dans le récit, mais aussi dans la fantasy en général. Aussi, une des scènes de fin, incluant des femmes au combat, m’a semblée totalement rocambolesque. Nous y reviendrons.

Le roman est raconté comme une histoire au coin du feu, et celle-ci est servie par un style agréable mais parfois complexe, avec un lexique médiéval très fourni. J’ai très vite noté un déséquilibre parmi les scènes. Par exemple, la toute première scène du roman, le couronnement de Lodève, est extrêmement longue (environ +10% du roman sur liseuse) alors qu’une bataille décisive l’est moins. Ce n’est pas un problème, mais j’ai senti là-dedans une certaine faiblesse de l’auteure, entendez par là qu’il y a des sujets mieux maîtrisés que d’autres. Ladite bataille ne l’est malheureusement pas du tout. Je l’ai trouvée tellement tirée par les cheveux que je pourrais en discuter sur des pages entières.

Le déséquilibre se ressent également dans l’utilisation des ellipses. Celles-ci sont parfois très étranges, et mal menées. On nous annonce par exemple une bataille, hop ellipse et bataille derrière. Quid du chemin parcouru ? Quid de la mise en place stratégique ?

Pareillement, des pans d’intrigues entiers sont manquants.

Pour finir, j’ai trouvé cet univers trop édulcoré à mon goût (mais c’est MON goût, il plaira sûrement aux adeptes de fantasy qui ne veulent pas se frotter au grimdark et au gritty). J’ai failli lâcher par moments, trop de joie et de jeux d’enfants faisant hurler le monstre cauchemardesque en moi !

Cela dit ce roman reste une découverte sympathique. Il y a des défauts, et je ne ferai pas l’affront à l’auteure de rabâcher le fameux « comme dans tout premier roman », mais il y a également des qualités. Pour une fois, je ne me suis pas retrouvée perdue dans Clichéa avec une envie de me marrer toutes les deux lignes. Au contraire, j’ai trouvé cet univers vraiment cool et je salue l’auteure pour son travail.

>>> https://ladyravenya.wordpress.com/2019/05/14/la-geste-des-braves-1-la-guerre-des-rois/

Afficher en entier
Argent

Le poids du pouvoir.

Le Royaume d'Enselant est en pleine crise. La révolte gronde et les heures du roi Sicard sont comptés. Une prophétie annonce en effet sa chute et la venue au pouvoir de quelqu'un d'autre. Lodève, un jeune chevalier, va montrer sa bravoure au combat. Grâce à sa combativité et son intelligence il va prendre la place du roi Sicard. Mais l'exercice du pouvoir peut se montrer rude. Et cela Lodève va l'apprendre à ses dépens .

Je ne l'ai jamais caché je suis une grande fan de fantasy et j'ai toujours à coeur de découvrir de nouveaux univers et de nouveaux auteurs. Je ne pouvais résister à l'attrait de ce roman. Et je dois dire que j'ai été plutôt surprise.

La majorité des romans de ce style nous conduisent dans une quête épique, un combat entre le bien et le mal , une lutte contre des créatures monstrueuses ... Ici c'est un peu différent. Même si le livre s'ouvre sur une bataille pour le moins épique, on plonge ensuite dans les arcanes du pouvoir et de l'impact de celui ci sur la vie d'un jeune chevalier propulsé roi du jour au lendemain.

Lodève n'était pas destiné à être roi et pourtant sa force et son intelligence ( il a fait un bon mariage ;) ) l'ont conduit à prendre les rênes d'un royaume jusque là en perdition.

Charge à lui de reconstruire et de mener son peuple vers la lumière.

Mais cela ne sera point chose aisée, les intérêts de certains n'étant pas forcément les mêmes que les siens.

Lodève est un personnage assez ambivalent, perdu entre sa vie d'homme et sa vie de roi. Il doit trouver l'équilibre mais cela s'avère plutôt compliqué. Ses choix , parfois contradictoires, vont le conduire à faire montre d'une personnalité parfois sévère ou brutale mais on comprend assez vite que cela vient d'un manque de confiance en sa légitimité. Il craint de voir son pouvoir lui être retiré, il a peur de voir s'envoler ce qu'il s'acharne à construire et de voir sa famille et ses proches en payer le prix.

Mais il peut compter sur le soutien de certaines personnes, notamment Vivance , qui saura lui apporter des conseils bien nécessaires. Et aussi sur Astia , son épouse. Au départ Lodève l'a choisie pour ce qu'elle pouvait lui apporter de par sa lignée mais Astia est loin d'être une simple plante verte, juste bonne pour lui offrir une descendance. Astia est une femme forte, de celle qui peuvent faire changer les choses. Elle sait faire montre d'une vision différente des choses, une vision plus humaniste mais aussi plus en adéquation avec ce qu'a besoin le peuple.

Ensemble ils vont tenter de faire avancer les choses mais rien n'est facile et les coups du destin vont se montrer bien cruels. Ils vont affronter le pire , douter de ceux qui les entourent, voir leur vie bouleverser par certains événements. Rien ne sera simple. Mais le destin est déjà en marche.

À l'opposé de beaucoup de romans de fantasy qui comme je le disais plus haut nous entraîne dans une quête épique , ici , Fox Miliveles, nous montre les dessous du pouvoir , les conséquences que chaque action peut avoir sur une destinée. Lodève, le héros, est loin d'être parfait, on sent que ce destin de roi ne lol convient pas tout à fait. Mais malgré cela il continue encore et toujours. Fox Miliveles nous montre combien notre destin peut être rude mais qu'il ne faut jamais abandonner. Car on ne sait jamais ce qui se profile.

Je ne peux vous révéler certains événements mais je peux vous dire que petit à petit certains éléments vont se mettre en place et que la fin saura se montrer hautement épique. Et c'est alors que l'on prendra conscience de l'importance de ce parcours , chaque événement à sa raison, même si elle est parfois bien obscure.

Ce premier tome pose les bases d'une saga prometteuse. En prenant le contrepied de la majorité des textes de fantasy, Fox Miliveles nous surprend, nous amène à prendre un chemin différent, à plonger de l'autre côté du miroir pour mieux cerner ce qui pourrait arriver. Ses personnages sont suffisamment intrigants pour nous donner envie de faire encore un bout de chemin avec eux ( du moins s'ils nous en laissent la possibilité ) .

Même si ce premier tome n'est pas dans l'action constante il maintient une certaine tension tout au long du roman grâce aux conflits internes des personnages et à leurs répercussions sur le reste de l'histoire.

Une entrée en matière plutôt réussie.

Afficher en entier
Bronze

La Guerre des Rois, premier opus de la série La Geste des Braves, se démarque tout d’abord par son format papier : un petit livre qui équivaudrait à un poche, comptant environ 280 pages. Rien d’intimidant pour les lecteurs craintifs des gros pavés qui ont tendance à foisonner en fantasy. Il invite à le découvrir tout en nous rassurant.

Ce qui est intéressant avec cette histoire, c’est qu’elle parait prendre à contrepied les schémas connus du genre. Le récit semble démarrer après la grande aventure épique. Il est vrai que quelques-uns peuvent se demander ce qu’il advient une fois que le grand héros défait l’être diabolisé. Dans « et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants », qu’est-ce qui se passe en réalité ? Quels sont les obstacles rencontrés pour atteindre ce bonheur-là ? Tout se fait-il en un claquement de doigts ? Ici, non. Et cela se présenterait comme le début d’un nouvel arc après une intrigue principale que l’autrice résume dès le début de l’opus, avec rythme et une narration haletante. Une manière de présenter aussi les différents protagonistes, leurs rôles dans les évènements précédant ceux qui suivront et leur offrir une prestance non négligeable. Nous ne sommes pas perdus pour autant — nous pouvons comprendre l’appréhension de certains après l’explication de ce point — puisque même si cela peut sonner comme un récapitulatif, Fox Miliveles gère très bien son entrée en matière, rassemblant en quelques pages action, politique, quelques émotions et une première étoffe du background de son univers.

L’autre particularité de cette intrigue est qu’elle tourne surtout autour de la politique et des choix cornéliens auxquels doit faire face le nouveau roi, Lodève. Nous suivons le début de son règne et tous les tracas qui l’accompagnent, réfléchissant avec lui et ses compagnons sur les solutions possibles, titillant bien souvent notre moralité et notre conscience. Que ce soit des conflits gouvernementaux, des tensions ou des inimitiés personnelles, nous assistons aux différentes confrontations, comprenons les terribles conséquences qui pourraient en découler. L’intrigue s’étale sur plusieurs années — combien ? Nous ne le dévoilerons pas ! À vous de le découvrir, comme toujours ! — et nous pouvons ainsi découvrir l’évolution du personnage de Lodève, mais aussi de son plus proche entourage.

Il est difficile de développer les personnages les plus prépondérants, notamment deux d’entre eux qui constituent un twist majeur dès les premières pages. C’est là que le bât blesse afin de réaliser cette chronique, la Marmite mettant un point d’honneur à ne surtout pas gâcher le plaisir de la lecture et à ne rien spoiler.

Lodève est le personnage par qui tout commence, [...]

Pour lire toute la chronique : http://marmiteauxplumes.com/t-1-la-geste-des-braves-la-guerre-des-rois-de-fox-miliveles/

Afficher en entier
Argent

Alors, que dire de ce roman pour le moins intriguant… je m’y suis plongé sans savoir trop à quoi m'attendre, ou plutôt si, en m’attendant très certainement à lire un de ces énièmes romans fantasy comme j’en avais déjà lu plein, avec des personnages en cheminement initiatique combattant des sorciers et leurs hordes de monstres maléfiques.

Eh ben je me suis pris une bonne baffe !

Rien de tout cela dans La Geste des Braves, pas de magie ou de créatures fantastiques, ni de héros ou de grand méchant avec leur lot de conflits moraux et de pensées profondes. Que nenni !

Le récit est distancié, extérieur aux personnages, comme dans une épopée antique ou un poème épique médiéval (dont l’auteur semble s’inspirer particulièrement avec un style fleuri), les personnages sont ambivalents et difficiles à cerner, et pourtant on s’y attache sans vraiment s’en rendre compte jusqu’au moment où l’intrigue les malmène.

Le gros point fort de ce premier tome (qui sert sans doute à poser l’introduction des suivants) sont les scènes de foule : liesse populaire, tournois et batailles, l’auteur parvient à embrasser des mouvements de masse en quelques traits de plume dans une écriture presque cinématographique. On a vraiment l’impression d’y être !

Bref, un roman à la croisée des genres, plutôt innovant dans son effort de ne pas suivre les clichés habituels, mêlant fantasy traditionnelle, poème épique et problématiques modernes, tout en faisant (jolie surprise) la part belle aux personnages féminins.

Afficher en entier
Bronze

Le résumé étant assez explicite il n'est pas nécessaire de revenir sur les points primordiaux du début de roman.

Avec La Guerre des Rois, l'auteure nous plonge dans un univers médiéviste tout ce qu'il y a de plus classique mais peu développé car essentiellement centré sur les personnages et se déroulant en grande partie dans le château royal. Pas d'elfes, pas de gobelins, pas de magie repose uniquement, au début du roman, sur l'intervention des dieux sur la vie de la population. On est presque plus proche d'un roman historique si ce n'est que l'on évolue dans un monde imaginaire créé de toutes pièces avec quelques petits points de détails inspirés par notre propre moyen-âge. Le récit aurait gagné en profondeur si on avait pu suivre la vie du bas peuple ou bien les relations du pays avant les royaumes voisins qui ne sont juste cités et qui n'apparaissent même pas sur la carte jointe.

Les moments d'action se situent dans le prologue ou dans le dernier chapitre sinon le reste du temps on suit la vie du château et la menace qui plane sur le trône, ou encore les accouchements des reines qui ne donnent que des filles au nouveau roi et dont la lignée n'est pas assurée.

L'intrigue se révèle fort simple puisqu'elle consiste à maintenir le gouvernement actuel malgré la fuite de la reine déchue enceinte ou dont les autres fils et filles sont placées dans des couvents. Le récit n'est pas inintéressant mais se révèle peut être un peu trop simple.

Le point fort du livre réside donc dans les deux batailles qui sont très visuelles car très bien décrites : on a presque l'impression d'y assister en tant que spectateur privilégié.

Concernant les personnages ils sont assez bien décrits mais on a du mal à s'attacher à eux du fait d'une psychologie qui aurait gagné à être plus approfondie et du manque d'évolution de leurs traits de caractère tout au long du récit. Un personnage sort tout de même du lot en la personne d'une des jeunes princesses peut être parce qu’elle est la moins aimée de son père qui fait une fixation sur l’hypothétique venue d'un héritier mâle.

L'histoire n'est pas inintéressante à lire mais l'on ressent un manque de profondeur. De plus l'avancée dans le temps manque parfois de liaisons. Une fantasy trop simple sans être simpliste qui aurait gagné à avoir quelques dizaines de pages en plus mais idéale pour les lecteurs qui veulent s'immiscer dans le genre.

Afficher en entier

Activité récente

Editeurs

Les chiffres

Lecteurs 6
Commentaires 5
Extraits 0
Evaluations 3
Note globale 7.67 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode