Livres
478 095
Membres
459 415

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

-Mais vous avez quel âge tous les deux?

Mon effarement sembla beaucoup l'amuser. Nonchalant, il enroula une mèche cuivrée autour de son index et dit avec une modestie feinte:

-Disons que, pour ma part, j'ai eu l'occasion de croiser Jules César et que, si j'étais allé y faire un tour avant qu'elle ne sombre, j'aurais même pu me prélasser sur les plages de l'Ile de l'Atlantide.

Bieeeen...12000 ans au bas mot... Pas mal conservé pour un vieux!

-Dites, vous pourriez me donner le nom de votre crème antirides?

Afficher en entier

"- Comment? Vous n'êtes pas une 'very important person'? Je suis très étonnée...!

Le portier reporta son attention sur moi et je me sentis fondre sous son regard de braise.

- 'Very inhuman person', chérie, ronronna-t-il, ses yeux sombres m'observant avec l'attention admirative d'un égyptologue face à un bas-relief inconnu et d'une rare beauté. T'es quoi, toi? J'arrive pas à deviner...

- Euh... une fille."

Afficher en entier

Deuxième leçon de survie de la citadine dans la jungle urbaine : frapper là où ça fait le plus mal. Chez les hommes c’est facile, c’est l’endroit qui leur sert à réfléchir. Non, non, ce n’est pas la tête…

Mon admirateur se plia en deux avec le gémissement étouffé de celui qui voudrait bien hurler, mais dont la gorge est obstruée par ses bijoux de famille remontés se mettre à l’abri.

Afficher en entier

Ah, il ne pouvait pas me voir en peinture, hein ? Et il voulait que nous passions pour des jeunes mariés, n’est-ce pas ? Eh bien, il n’allait pas être déçu !

Je levai ma main gauche et la posai sur sa nuque, avant de me mettre sur la pointe des pieds pour déposer un baiser dans son cou, juste sous sa mâchoire. Je sentis très distinctement cette dernière se contracter. Le bras autour de ma taille se resserra d’un cran en guise de représailles, me coupant presque le souffle. Mais je n’allais pas me laisser intimider ; « Jusqu’au-boutiste ! », c’est ma devise.

— Ô mon amour, susurrai-je, avec un air énamouré parfaitement niais, tout en continuant à picorer son cou de baisers. (Je sentais battre contre mes lèvres le sang dans sa carotide, et le rythme était de plus en plus rapide.) L’Australie ! Quelle belle surprise ! Tu es vraiment le mari le plus a-do-rable de l’univers !

Mon petit stratagème m’attira un regard jaloux de la part de l’employée, mais il fonctionna parfaitement. Kell me libéra de son étreinte. C’était officiel, ce mec préférerait se taper le cadavre décomposé d’une hyène morte depuis un mois plutôt que ma petite personne. Pas de problème, ça me va trèèèès bien !

Afficher en entier

" Mais, ma parole, ils sont plus collants que des morpions après les couilles géantes de Big Foot ! "

Afficher en entier

« Eh, ma belle, si tu as besoin de quoi que ce soit durant la soirée, n’hésite pas à me demander. Je m’appelle Mushu.

Ravie par la tournure que prenaient les évènements – je me faisais draguer par un des mecs les plus craquants que j’avais jamais rencontrés, et, en prime, il tenait la dragée haute à ce pisse-froid de Kell –, je badinai :

— Mushu ? Comme le petit dragon rigolo dans Mulan ?

Le sourire charmeur du portier se figea un tantinet et il fit une petite grimace comique.

— Argh ! On m’ l’avait jamais faite, celle-là. Non, « mushu » signifit « sorcier » en Chinois. »

Extrait de : Nordet, Bettina. « La geste des Exilés T1 -

Afficher en entier

" Attends un peu que je te mette la main dessus, mon pote ! Je m’en vais te tâter un truc, moi aussi, mais un peu plus bas et d’une façon si vigoureuse que tu pourras ensuite postuler chez les sopranos… !"

Afficher en entier

Spoiler(cliquez pour révéler)" Votre Seigneurie ? Ben voyons ! Pourquoi pas ? Allons-y ! Chapelier fou, mon ami, nous allons pouvoir fonder un club de siphonnés du bocal aux petits oignons… !"

Afficher en entier

Mes yeux se posèrent sur le sac de sport à mes pieds. Je me demandais quels vêtements ce bougre de type avait-il pu choisir dans ma garde-robe. J'ouvris la fermeture éclair, et la vue d'un objet que je connaissais bien en jelly rose fluo, posé bien en évidence sur mon pantalon cargo noir fit virer mon visage au cramoisi.

L'immonde salopard !

Afficher en entier

Quand je faisais le bilan, j’étais partagée entre deux envies : celle de me rouler en boule et de disparaître, et celle où je me voyais en Rambo au féminin, M.16 en bandoulière, en train de dégommer tout ce qui bougeait cinq cent mètres à la ronde.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode