Livres
472 758
Membres
445 744

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La grande peur dans la montagne



Description ajoutée par Gambit 2010-03-31T19:37:46+02:00

Résumé

Sasseneire est un pâturage de haute montagne que les gens du village délaissent depuis vingt ans à cause d'une histoire pas très claire dont tremblent encore les vieux.

Mais faut-il perdre tant de bonne herbe par crainte d'un prétendu mauvais sort alors que la commune est pauvre ?

Le clan des jeunes finit par l'emporter en été, le troupeau monte à l'alpage, à 2 300 mètres d'altitude, sous la garde du maître fromager et de son neveu qu'aident quatre hommes et le boûbe, comme on appelle en pays vaudois le gamin préposé aux menues corvées.

Celui-ci s'affole tout de suite.

Peut-être parce que le site l'impressionne, avec ses séracs géants et ses pierriers, à moins que ce ne soit l'attitude du vieux Barthélemy qui a vécu la débâcle d'il y a vingt ans et qui redoute le retour des maléfices.

Seul Clou le borgne rit de ces craintes et court les pentes en quête d'or et d'améthyste au lieu de travailler, sans que les autres y redisent car il passe pour un peu sorcier.

C'est avec le départ du boûbe que commence la première des diableries qui vont isoler hommes et bêtes au pied du glacier menaçant et déclencher la grande peur dont C. F. Ramuz fait le récit dans cette célèbre chronique montagnarde.

Source : Le Livre de Poche, LGF

Afficher en entier

Classement en biblio - 34 lecteurs

Extrait

[...] La voix, quand elle est venue, leur est venue depuis derrière ; ils n'ont reconnu que c'était Barthélémy qu'à sa voix.

On disait :

- "Vous n'avez rien entendu, cette nuit ?"

Le maître continua un instant à faire tourner avec une pelle de bois la masse de lait dans la chaudière ; puis le maître, sans qu'on pût deviner si c'était à lui plus particulièrement que Barthélémy s'était adressé, mais il était le maître :

- "Non."

Ne s'étant toujours pas retourné, et Barthélémy :

- "Alors bon ... Si vous n'avez rien entendu ..."

Il était éclairé sur l'épaule et autour de sa barbe par le jour ; il était éclairé sur le devant de sa personne par le feu ; il se tenait debout dans l'ouverture de la porte ; il a dit :

- "Parce que, l'autre fois, ça avait commencé comme ça ... Alors je me suis demandé si vous aviez entendu marcher cette nuit, parce que l'autre fois, on avait entendu marcher, et moi, cette nuit, il m'a bien semblé entendre marcher, mais si vous n'avez rien entendu, peut-être que je me suis trompé ... [...]

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Argent

Une atmosphère inquiétante, sans aucune explication. Ce court roman place au centre la montagne, qui est le personnage principal, avec de belles description. Ce n'est peut-être pas un roman fantastique, il y a une ambiance inquiétante qui peut seulement être celle qu'on éprouve quand on se sent seul au milieu de la nature hostile.

Afficher en entier
Bronze

Je suis assez partagée sur cette lecture, car en grande fan de fantastique j'ai adoré l'atmosphère qui se dégage de tout le livre. Ce n'est pas seulement la solitude, c'est un Mal qui plane sur la montagne et qui menace les hommes. Un Mal qui se sent dans l'air, que l'on sent approcher, mais on ne sait pas exactement ce que c'est, s'il c'est un danger réel, concret, ou si c'est une force surnaturelle qui est à l'oeuvre.

Ce doute permanent propre au genre fantastique est accentué par le fait que l'histoire fait sans cesse référence à des événements similaires qui se sont déjà produits, qui sont devenus une sorte de légende, mais que l'on ne nous explique jamais, sur lesquels le mystère est totalement entretenu. J'ai adoré cette ambiance maléfique, mystérieuse, le fait que même à la fin on soit toujours en plein doute car tous les événements qui se produisent peuvent avoir une explication rationnelle.

Mais à côté de ça, le livre a beaucoup de défauts. Les personnages, déjà, qui sont soit détestables, soit laissent indifférent. On pourrait pourtant s'attacher à Victorine, Jacob et Barthélémy par exemple, mais il y a quelque chose qui nous en empêche, qui empêche vraiment de s'immerger dans le livre. C'est en grande partie dû à l'écriture et aux points de vue.

L'écriture est très travaillée autour du mystère, de la suggestion, mais aussi au niveau des images. L'auteur présente de belles peintures des hommes et de la nature. Cependant ces peintures sont parfois terriblement longues et font décrocher du livre. Dix pages avec de longs blocs d'écriture descriptive, de manière récurrente, ça ne donne pas très envie et il faut s'accrocher durant ces passages. En revanche, il y a beaucoup de jeux de prolepses et d'anticipation que j'ai beaucoup appréciés.

De plus, il y a une grande confusion qui émane de l'écriture. Déjà avec les nombreuses constructions agrammaticales, qui sont de toute évidence volontaires, mais plombent le récit car trop récurrentes. D'autre part, il y a une trop grande diverges des techniques narratives. Tantôt le point de vue est externe, les habitants vus de haut et désignés par "ils". Tantôt on entend la voix du village, ou des quelques hommes partis dans le pâturage, avec des "nous" et "on", qui parfois laissent perplexe car sortent de nulle part et on ne sait pas qui est ce "nous" ou "on". Enfin, et ce qui est le plus déstabilisant, ce sont ces tentatives d'introduction du lecteur au cœur du récit avec le pronom "vous".

Il en résulte que le lecteur ne sait pas où se placer. Comme on voit les deux lieux d'action, on ne peut pas se mettre à la place des personnages qui sont censés ignorer ce qu'il se passe dans l'autre lieu. Ce qui est dommage car on a envie de vivre la terreur, l'angoisse, l'attente avec les personnages, mais on reste en surface, en spectateurs, et on ne profite pas de tout le potentiel de ce récit. Est-ce une volonté de la part de l'auteur, de nous empêcher de nous attacher à des personnages parce qu'ils sont condamnés de toute manière ? Quoi qu'il en soit, je me suis plus attachée aux pauvres bêtes qu'aux hommes.

Afficher en entier
Pas apprécié

Forcé de le lire en 3ème par un vieux prof de français-latin transpirant le mauvais vin, je crois n'avoir jamais lu depuis plus inintéressant.

Afficher en entier
Argent

Un livre assez complexe, qui traite surtout de l'impact de la solitude ,même quand on est à plusieurs, dans un milieu hanté de légendes. Bouleversant et assez étrange, mais néanmoins pas mal du tout.

Afficher en entier

Date de sortie

La grande peur dans la montagne

  • France : 2018-04-12 - Poche (Français)

Activité récente

Évaluations

Les chiffres

Lecteurs 34
Commentaires 4
Extraits 12
Evaluations 7
Note globale 6.57 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode