Livres
534 155
Membres
559 265

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Griffe du diable



Description ajoutée par lehane 2017-10-27T11:34:17+02:00

Résumé

« Je n'ai pas peur du noir... juste de ce qui s'y cache. »

Poursuivie par ses démons, Jennifer Dorey a quitté Londres pour retourner dans sa maison d'enfance avec sa mère, à Guernesey, ou elle est devenue reporter au journal local. Elle pensait pouvoir souffler un peu. Elle avait tort.

Quand le cadavre d'une jeune femme s'échoue sur une plage, la journaliste mène sa propre enquête et exhume plusieurs morts similaires qui s'étendent sur une cinquantaine d'années. Plus troublant encore, toutes les victimes avaient sur le bras des marques semblables à un symbole gravé sur un rocher de l'île : les « griffes du diable », dont la légende veut qu'elles aient été laissées par Satan lui-même...

Afficher en entier

Classement en biblio - 27 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par Irene-Adler 2020-01-12T19:02:46+01:00

— L’Église m’a sauvé de bien des choses. Mais on ne peut apprécier la foi que si on connaît le doute, Jennifer. De temps en temps, je doute. Et quand je doute, je bois.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Irene-Adler 2020-02-06T20:29:54+01:00
Pas apprécié

Non, le diable ne m'a pas pris dans ses griffes… Ma peau est toujours douce et délicate, une vraie peau de bébé, sans traces de griffes du démon…

Pourtant, vu le résumé, c'était prometteur… ♫ caramels, bonbons et chocolats ♪

Une fois de plus, le résumé est trop bavard et en quelques lignes nous fait une synthèse des 7 dixième de l'histoire.

Si j'avais su…

Le départ m'a fait penser à un roman de Mary Higgins Clark, à l'époque lointaine où je les lisais et où ils me plaisaient. C'était dans les années 90 (80-10 pour l'Hexagone).

Nous avons une journaliste en proie à des peurs, qui revient chez ses parents, qui y reste, qui enquête sur des suicides qui pour elle n'en sont peut-être pas et un vieux policier qui n'a pas pris sa retraite (pourtant, il est d'avant la fameuse année pivot), qui a été blessé par la vie, qui a bu et qui a rencontré Dieu (non, pas dans le fond de la bouteille mais à l'église).

Personnages plats, insipides, de ceux qu'on oubliera vite, qui ne nous marqueront pas et avec lesquels on n'aura pas envie d'aller boire un coup la fois suivante.

Depuis longtemps, j'ai dépassé ce stade (des MHC) et il me faut autre chose pour me donner l'adrénaline. Il me faut de la profondeur ou du moins, du rythme. Là, j'avançais à un train de sénateur qui se traîne, qui se traîne… C'était plat, endormant même.

Les seules notes positives furent les descriptions de l'île de Guernesey, de ses habitants qui se "connaissent" tous, de l'impossibilité de cacher quelque chose et la parenthèse politique sur les travailleurs étrangers que les îliens ne voulaient pas voir chez eux. Oui, partout c'est le même discours du "nous chez nous".

Anybref, si cette lecture n'avait pas été une LC avec ma copinaute habituelle (Bianca, pour ceux ou celles qui ne suivent pas dans le fond de la classe), j'aurais zappé des pages pour aller direct à la solution.

Mais là, je me suis appliquée comme une brave petite fille et ma récompense fut la seconde partie du roman qui bouge un peu plus et le final qui est speedé. Là je me suis réveillée !

Dommage parce que ce roman possède quelques belles analyses, quelques flèches piquantes envoyées sous la ceinture de la société ou de l'Angleterre et le final était rythmé, avec du suspense, de l'action.

Par contre, la résolution avait beau être étonnante, elle a été amenée trop rapidement sur la table et est tombée comme un cheveu dans la soupe car nous n'avions que peu d'éléments pour trouver le coupable par nous-même.

Même si je suis restée comme deux ronds de flan devant son identité, ça ne m'a pas troué le cul. N'est pas Agatha Christie qui veut…

Une LC avec Bianca en super demi-teinte et un roman qui ne restera pas dans nos annales, ni dans nos mémoires. Dommage.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par juliesuitsonfil 2019-11-20T12:14:15+01:00
Bronze

J’aime les intrigues complètement tordues, qui me vrillent le cerveau, mais j’apprécie aussi, parfois, les intrigues simples qui me permettent de me faire plaisir, sans me triturer les méninges… La griffe du diable, fait partie des polars classiques, agréables, qui fait le job qu’on lui demande, c’est-à-dire, nous faire passer un bon moment. Et c’est déjà une excellente chose.

Malgré ce classicisme, que certains pourraient lui reprocher, il y a un, je ne sais quoi qui fait que l’on se laisse facilement porter par la plume de l’auteure.

On retrouve tous les codes du genre, avec des personnages malmenés par la vie, qui prennent peu à peu forme et s’étoffent au fil du récit. L’auteure les décrit de belle façon, les rendant accessibles et surtout rendant palpables leurs fêlures. L’empathie, ce créé peu à peu, mais sans jamais tomber dans le gnangnan qui aurait pu me faire décrocher !

L’auteure tire son épingle du jeu, grâce à l’atmosphère qu’elle confère à son récit, avec les descriptions de l’île de Guernesey, ses plaines sauvages, ses légendes bien ancrées dans l’imaginaire collectif, avec une pointe de surnaturel propre aux lieux habités par les vieux démons… Une dualité est palpable entre le besoin de modernité et la peur du changement des plus anciens.

Le rythme assez lent, se calque sur le flegme tout britannique, avec un dénouement progressif, grâce aux paroles du meurtrier qui viennent se glisser entre les chapitres.

Un livre qui se déguste et se savoure avec un bon thé et des petits biscuits, en humant les vagues qui viennent s’écraser sur les rocher, isolant cette île pleine de mystère…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Goupilpm 2019-11-16T10:25:40+01:00
Argent

Alors qu'elle enquêtait , à Londres, sur des immigrées venues de l'Est, une reporter est menacée de mort. Elle regagne alors son île natale de Guernesey pour travailler au journal local. Un train-train quotidien qui la rassure, mais lors d'une fête locale, elle découvre sur une plage le corps d'une toute jeune femme. Les indices font penser à un suicide. Mais la reporter décide d'enquêter plus avant sur cette affaire. Elle ne tarde pas à faire le rapprochement sur d'autres morts arrivés dans les mêmes circonstances et découvre qu'un tueur en série opère depuis cinq décennies sur l'île.

L'intrigue est intéressante, la corrélation entre les différents meurtres se fait progressivement. Mais la mise en place de l'intrigue tarde à se mettre en place. En effet l'auteure a choisi de faire de l’île son sujet principal, on est immergé dans les descriptions des paysages, des sombres éléments que recèle le passé avec des croyances plutôt folkloriques et des légendes ayant rapport avec le diable. Des éléments certes pas inintéressants mais qui finissent par reléguer au second plan l'intrigue.

Les chapitres alternent entre trois personnages, d'une part les protagonistes principaux à savoir la reporter et l'inspecteur-chef qui même l'enquête de son côté suite aux révélations de la reporter. Et d'autre part un narrateur anonyme qui nous entraîne dans le passé, et l'on comprend vite que cette troisième voix est celle du tueur en série. Mais comme il est de plus en plus coutume dans les romans policier et les thrillers on n'échappe pas à des personnages marqués par le passé, et de ce fait le lecteur ne peut parvenir à s'attacher à ces protagonistes.

Avec pour décor une île ce roman se déroule dans une sorte de huis-clos est l'ambiance s'avère très sombre.

Les descriptions de l’Île sont certes cinématographiques mais elles prennent trop de place et l'écriture de l'auteure s'en ressent.

La griffe du diable est un roman dépaysant pour qui voudrait découvrir l'île de Guernesey et ses magnifiques paysages mais le récit manque de l'essentiel, le dynamisme.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Caly23 2019-11-06T10:03:34+01:00
Argent

Je ne connaissais pas du tout l'ile de Guernersey, petite decouverte assez sympathique. J'aime quand les livres m'apprenent des choses, ce qui n'est pas toujours le cas avec les thrillers et polars. J'ai bien aimé le duo d'enquêteur. Un flic Mickael, au passé tourmenté et une journaliste, traumatisée par de nombreuses histoires et perte. Comment vont-ils mettre en lumière qu'un tueur en série sévit sur l’île depuis plus de 50 ans ? Que personne avant eux n'avait vue la similitude de tout ces cas de noyade.

J'ai beaucoup apprécié le coté du folklore de l’île même si a mon gout ce n'étais pas assez poussé, il n'y avait pas assez de détails.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Anaya85 2019-08-21T15:36:27+02:00
Pas apprécié

Je ne l'ai pas fini tellement il m'a déçu. La page de couverture m'avait donné envie de le lire mais je n'ai pas sauté au plafond dès les premières pages, j'ai plutôt froncé les sourcils. On est facilement perdu par les événements et le changement de point de vue à tous les chapitres. Je pense que cette manière d'écrire peut gêner beaucoup de lecteurs mais c'est un choix intéressant pour un roman comme celui-ci. Peut-être essaierais-je de le lire entièrement une prochaine fois.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par stephanie01 2019-05-21T02:33:13+02:00
Pas apprécié

il m'a été impossible d'accrocher. j'avoue ne pas avoir persévéré longtemps, je me sentais perdu dès le début. surement que l'écriture de l'auteur ne me convenait pas. de plus, je n'aime pas vraiment les romans ou on change de personnage. souvent, c'est signe que le livre va être redondant sur certaine chose. donc, j'ai abdiqué.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Bleuarole 2019-03-29T21:44:33+01:00
Bronze

Intrigue plutôt intéressante et prenante.

j'ai cependant trouver l'interprète principale quelconque.

J'ai apprécié la description des lieux, l'environnement.

j'ai été déçu par le dénouement qui était assez prévisible.

je pense que l'histoire aurait pu être bien mieux exploitée, on reste un peu sur sa faim alors que l'intrigue en elle même annonçait beaucoup de potentielle.

en resumé c'est un bon polar mais je sais que je l'aurais vite oublié.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Totopinette 2018-06-13T14:22:04+02:00
Diamant

Ce thriller est tout-à-fait passionnant. Dès le prologue, on nous met en appétit. Le narrateur suit plusieurs personnages sur des époques différentes : Jenny, Michael et le tueur. C’est très bien mené, puisqu’on découvre, chapitre après chapitre, ce qui a forgé la personnalité de ce tueur sans jamais dévoiler son identité. Et sans même nous mettre la puce à l’oreille. Il ne s’agit pas là d’une œuvre littéraire maniant les mots avec poésie comme le ferait Victor Hugo, mais, il me semble qu’on ait affaire à un maître du suspens.
L’auteur nous a mené par le bout du nez depuis le début. On vient à penser que le passé londonien de Jenny a un rapport dans cette affaire ; puis on se demande si ce ne serait pas son cousin Stephen qui serait le corbeau ; et on vient à penser qu’Ellen, la fille de Michael, serait également une victime du fameux tueur ; puis Brian devient suspect en voulant étouffer l’affaire ; suivi de David qui donnait des cours de piano ; on pense que les voisins de Michael sont, comme Madalina, victime d’une traite d’être-humains ; Horace, l’historien passionné par le nazisme et l’occultisme, devient suspect en demandant à Jenny d’écrire un article à ce sujet pour ne pas qu’il soit oublier ; et finalement, le tueur est celui sur qui aucun doute n’a jamais penché, l’inspecteur retraité Roger Wilson. 
Roman actuel oblige, l’immigration a eu droit à sa petite place dénonçant les pensées conservatrices des îliens. Pour une fois, il n’y a pas de leçon de moral et c’est plutôt intéressant de voir un auteur qui prend en compte les avis des habitants réfractaires plutôt que des gauchos de base s’insurgeant contre tout. 
On constate aussi un travail fort bien mené sur la personnalité de Roger, le tueur en série. Il avait honte de l’image de sa mère qui était une pute à nazis. Mais, il était fier que son père soit nazi. En allant vivre avec son oncle Peter, il s’intéressera davantage à l’Occupation et aux rites sataniques l’entourant. Jusqu’à se sentir chargé d’une mission divine. Laver les jeunes femme aryenne pour leur rendre leur pureté. En les noyant. 
Plusieurs intrigues peuplent ce roman. Deux sont résolues. Celle de David, le pédophile. Et celle de Roger, le tueur en série. Il reste cependant deux affaires en cours. On espère donc une suite, puisque son enquête sur Madalina n’est pas encore bouclée, et évidemment, on attend son enquête sur la mort de son père qui ne semble plus du tout accidentelle.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par karmagali 2018-05-15T22:54:12+02:00
Bronze

Un policier classique mais satisfaisant car bien écrit. Les descriptions sont parfois un peu longues on a un peu l'impression que l'auteur fait du remplissage. Heureusement le personnage principal est intéressante.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lilith86 2018-01-03T17:20:57+01:00
Lu aussi

Impossible d'accrocher à cette lecture. La plume est agréable mais l'ambiance et l'enquête manque de piment. Je n'ai pas réussie à m'attacher à l'héroine.

Afficher en entier

Dates de sortie

La Griffe du diable

  • France : 2017-11-16 (Français)
  • France : 2018-11-15 - Poche (Français)

Activité récente

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 27
Commentaires 12
extraits 5
Evaluations 13
Note globale 6.67 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode