Livres
473 134
Membres
446 634

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Or

Lorsque l'auteur, Robin Buisson est venu frapper à ma porte (en fait, c'était sur messagerie, mais je trouvais que cela sonnait mieux), j'ai eu le choix d'accepter ou d'accepter. Comment refuser de découvrir un nouvel auteur d'une maison d'édition que je commence à apprécier pour ses choix. Le livre se présente sous forme d'un fantasy avec des bateaux volants, des hommes qui savent créer la pluie ? Et bien d'autres choses énumérées dans le résumé. Alors forcément, j'ai accepté sans avoir besoin d'un couteau sous la gorge. Je le remercie pour la lecture de ce premier tome.

Le livre est plus petit que certains fantasy que j'ai pu découvrir, avec énormément de descriptions très intéressantes. C'est un premier tome qui nous dévoile que sur Aridia, la pluie est "payée" pour qu'elle vienne sur la terre demandée. Il y a tellement de déserts sur cette planète (d'où son nom) il vaut mieux avoir un pécule afin que la guilde des marchands de pluie apporte de quoi tenir en eau. C'est un commerce rentable, mais cette guilde ne s'amuse pas à piller les maires ou rois et reines des contrées. Par contre, lorsque l'Empereur décide que ce commerce doit lui revenir, il ne s'embarrasse pas de détails. Les menaces pleuvent, les attaques éclair aussi. Des tours poussent comme des champignons un peu partout. Des tours étranges qui ne disent rien qui vaille. Lorsque la guerre semble ne pas vouloir s'éteindre, mais au contraire foncer droit devant l'ennemi, personne ne sera à l'abri. L'Empereur prend sous sa coupe certaines populations et ceux qui ne veulent pas sont forcément avec leur ennemi. Combats et tactiques vont de pairs, personne ne sait réellement qui va survivre à cet affrontement.

Des descriptions très intéressantes. Exactement, un premier tome pose toujours les bases, avec les personnages (dont nous avons un récapitulatif avant de commencer le livre), une carte au départ qui montre la planète en grande partie et des lieux. Le récit est à plusieurs voix. J'ai eu un peu peur au début, car je voyais les personnages défiler et raconter dans leur journal ce qui se produisait. En fin de compte, je me suis retrouvée à vouloir en savoir plus. Que ce soit sur des gardes, un capitaine, une reine, avoir les informations de leur vie, de leur histoire, de leur présent... Leurs émotions sont soulevées pour certains. La peur est ancrée pour d'autres. Chacun voit le changement d'une manière différente. La haine qui suit ces divers mouvements est installée dans les deux "camps". L'auteur donne de la matière aux lieux en décrivant les murs, les hauteurs, la façon dont certains véhicules fonctionnent. Nous suivons aussi les personnages avec leurs caractéristiques.

Aridia est une planète qui est coupée en plusieurs parties. Dans son passé, il est décrit que des murs, toujours en place, ont séparé le monde que nous allons suivre avec d'autres. La peur d'un pouvoir plus grand peut-être ou tout simplement l'envie de ne pas cohabiter avec d'autres gens. Dans tous les cas il y a des frontières que personne n'a traversées, pour l'instant. L'Empereur semblait sympathique aux premiers abords et puis d'un coup, il décide de récupérer les pleins pouvoirs. Un méchant comme nous les aimons qui n'hésite pas à réduire certains en esclavages pour mieux les envoyer au casse-pipe et ainsi commencer à détruire certaines relations.

Le livre ne manque pas de rebondissements, de trahisons, d'actions et autres scènes du même acabit. Des plans se mettent en place, nous suivons les personnages dans de nouvelles fonctions afin de sauver un maximum de personnages. Bien que le récit soit à plusieurs voix, nous avons un qui revient régulièrement : Zeph Cap, le capitaine de l'un de ses navires de la guilde des marchands de pluie. Si au début il semble froid, il se doit de l'être, attraper des éclairs est une fonction très difficile et la vie de chacun des membres de son équipage est important à ses yeux. Cet homme évolue rapidement. Tacticien, il a les yeux partout même avec 2g dans chaque bras. Ce n'est pas un super héros, c'est juste un homme qui fera tout pour que la guilde puisse continuer comme avant que l'Empereur ne vienne mettre son nez partout. Et puis en parlant de bras, Zeph va découvrir l'envers du décor. En tant que capitaine il avait déjà des responsabilités, là il va atteindre un autre degré ce qui ne sera pas au gré de tout le monde.

Très vite nous tombons dans des intrigues politiques. La tempête est toujours présente. Il y a toujours des traîtres dont nous ne voyons pas venir, des machinations, de la jalousie, bref de quoi remuer dans les brancards qu'ils sont obligés de sortir régulièrement après chaque attaque. La magie fait partie intégrante d'une partie des personnages. Elle est là également depuis un moment, avec un passé, une théorie qui se profile à l'horizon. Lorsque les mages, qui sont sur les bateaux, se retrouvent à attaquer ou défendre leur bois flottant, il faut avouer que cela a vraiment de la gueule. Les incendies, les explosions, les moments d'invisibilité, la protection ainsi que les attaques sont surprenants. L'auteur ne s'arrête pas là, car à un moment donné nous arrivons en plein désert et là, nous en apprenons encore sur cette magie qui parcourt les veines.

D'autres personnages ont énormément d'importance. Je pense à la Reine d'Era, Diane pour commencer. C'est une jeune femme qui a un caractère digne d'une reine. Le fait qu'elle soit amoureuse la rend encore plus dangereuse. Je n'ai juste pas compris pourquoi l'auteur en fait ce qu'il en fait. Mirma Ment, la conseillère du maître de la Guilde qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et qui arrive à se débrouiller même lorsqu'elle est attaquée. Une sacrée femme qui aime qu'on la regarde et qui a un esprit vif. Edenil Bourrasken, le maître de guilde démontre un très grand courage. Il sait rester humble dans les moments qu'il faut et un véritable combattant. Gaart Leboo, un garde-frontière qui a vu de nombreuses horreurs et ne veut qu'une chose : tuer le plus d'hommes de l'Empire afin de venger les siens. Son évolution est également fulgurante, mais il démontre de très bonnes capacités. Je pourrait continuer avec d'autres personnages, mais il vaut mieux les découvrir au fur et à mesure.

Une histoire avec des héros même s'ils ne s'en rendent pas compte. La guerre apporte son lot de malheur et avec ces quelques mots, nous perdons des personnages plus oui moins importants. Difficile de s'attacher à certains d'entre eux sans se ronger les ongles. Les événements arrivent si vite que les protagonistes ne les voient pas venir et ont du mal à montrer leur sentiment. Il y a plus à faire avant, il faut ne pas mourir. La survie est cruciale. Ils manquent d'alliés, mais j'ai comme dans l'idée que le tome 2 devrait en apporter. La fin de ce volume semble donner des indications dans ce sens. Le récit est vif, avec les chapitres courts. Ces derniers nous font avancer rapidement et c'est si simple de se dire, "allez, encore un chapitre, ils sont petits". Je ne dirais pas merci pour mes deux nuits écourtées, mdr.

En conclusion, un premier tome qui s'amuse à nous faire tourner en bourrique. Entre les personnages et ce qu'ils veulent et les tours de l'Empire qui ont plus de pouvoir qu'il ne faudrait, il vaut mieux pouvoir se mettre à l'abri. J'ai vraiment passé un bon moment de lecture et la chance que j'ai ? L'auteur m'a déjà offert le tome 2. Je sais quoi faire le mois prochain (enfin le mois d'octobre je parle !) http://chroniqueslivresques.eklablog.com/la-guilde-des-marchands-de-pluie-tome-1-les-tours-de-l-empire-robin-buisson-a169259450

Afficher en entier
Argent

Une histoire de fantasy dont l'univers est richement construit, avec une multitude de personnages. Ce qui a été un peu déstabilisant pour moi est que chacun de ses personnages s'exprime à tour de rôle, ne permettant pas de dégager réellement un personnage principal. Du coup, il m'a manqué un peu de repère qu'apporte le personnage principal mais j'en ai choisi parmi tous, il s'agit sans doute d'un manque d'habitude.

L'histoire démarre sur les chapeaux de roue, il m'a manqué un peu de détails sur le fonctionnement de la magie des mages, sur leur organisation, toutça pour bien comprendre mais le fait d'être plongé dans le bain, nous impose de prendre tout en court de route et de bien comprendre.

Afficher en entier
Argent

Un grand merci à Robin Buisson de m’avoir permis de lire ce livre, dans le cadre de notre partenariat. La fantasy est, vous le savez, mon genre chouchou. Par conséquent, ce livre semblait tout à fait désigné. Je suis restée baba devant la couverture et le résumé ; il me tardait de le dévorer, même si j’appréhendais un chouya, sachant que le roman n’est pas bien épais. Je ne vais pas faire de mystère (d’autant plus que l’auteur attend mon avis avec un peu de stress lol), alors je le dis : La Guilde des Marchands de Pluie m’a fasciné !

L’histoire se passe sur Aridia, une planète où l’eau se fait rare et où les royaumes, subdivisés en six, vivent indépendamment les uns des autres. À l’Est s’étend l’Empire, dirigé par Gethro III et celui-ci caresse le doux rêve de se rendre maître du continent entier. Tous les royaumes, n’ayant pas accès à l’eau “consommable”, font affaire avec la Guilde des Marchands de Pluie. Ces derniers ont pour tâche de capturer les nuages et les éclairs, pour ensuite les vendre aux plus offrants.

Mais lorsque l’empereur Gethro III lance des constructions de tours consistant à catalyser ses propres cumulonimbus, c’est tout le commerce de la Guilde qui fout le camp ! Une guerre se profile et entre stratégies militaires et grosses bastons, on ne sait plus où donner de la tête.

Il m’est difficile de vous en dire plus à partir de là, car je crains de vous spoiler. Mais dès le début, j’ai été envoûtée par l’opulence de l’univers. L’auteur parvient dès les premières pages à nous immerger dans un monde extrêmement vaste, bien pensé, où il tire les ficelles avec brio. L’intrigue initiale est particulièrement originale et imprévisible. J’ai aimé cette idée des navires volant dans le ciel à la recherche de nuages à capturer. Ça m’a un peu fait penser à Five Kingdoms, bien que l’ambiance soit plus sombre et adulte dans La Guilde des Marchands de Pluie.

La structure de l’histoire mérite aussi que j’en fasse mention, car là encore, c’est quelque chose que l’on ne voit pas souvent. Les chapitres sont courts (ce que j’apprécie) et subdivisés sous forme de “journaux de bord”. Ainsi, on peut suivre différents points de vue, différentes actions. Si au début il n’est pas évident de comprendre ce choix, on finit par faire certains liens et la trame prend encore plus d’ampleur.

On devine que derrière tout cela, il y a un travail de titan de la part de Robin Buisson. Ça se ressent dans la plume, dans les intrigues politiques et les bras de fer entre les personnages. Chaque scène nous propulse dans une ambiance obscure et angoissante. Même les moments d’accalmie nous paraissent trompeurs, car il y a cette sensation que le pire est à venir. Il y a aussi de la réflexion derrière, et j’ignore comment l’auteur s’y est pris, mais les stratégies de guerre, jusqu’à aujourd’hui, je trouvais ça plutôt barbant. Ici, j’étais vraiment fascinée, parce qu’on n’en a jamais fini d’être surpris.

Là où ça a un peu pêché pour moi, c’est au niveau des émotions. On sent très vite que la plume appartient à un homme, car il y a un je ne sais quoi de typiquement masculin dans les scènes. Zeph Cap – le protagoniste que l’on suit en priorité – est l’archétype même du héros sans défauts. Il a un mental d’acier, il est fort et ingénieux. Il déclenche l’admiration partout où il passe. Seulement j’ai eu des difficultés à m’attacher à lui, car il était beaucoup trop parfait, trop inaccessible. En dehors du moment présent où on le suit, on ne sait pas grand-chose de lui. J’avais envie de me retrouver en lui, comprendre son leitmotiv, mais les émotions et les sentiments sont des notions que l’auteur a choisi (car à mon avis il s’agit d’un choix) de ne pas aborder en profondeur. L’action et la tension sont au rendez-vous, mais les fêlures et les doutes ne tiennent pas une place équivalente. Après, je pense que c’est surtout une question de goût, donc ce qui me déplaît pourrait plaire à d’autres.

En dehors de cela, j’ai embarqué dans l’histoire et je me suis laissée porter sans lutter. La plume est exquise, fluide, avec une vraie personnalité. Ce choix de scinder les chapitres sous forme de journal est excellent (risqué, mais excellent !) et l’auteur a su l’exploiter de façon ingénieuse.

En résumé, un roman envoûtant où la guerre est au coeur de tout, où les enjeux sont conséquents et ne nous laissent aucun répit. Malgré des personnages un peu trop impénétrables à mon goût, l’histoire est dynamique et ne s’essouffle à aucun moment. Je suis impatiente d’en apprendre plus, cet univers m’a séduite.

Ma chronique :

http://april-the-seven.weebly.com/fantasy-high-low-heroic/la-guilde-des-marchands-de-pluie-tome-1-les-tours-de-lempire-robin-buisson

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode