Livres
493 181
Membres
489 958

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par stinejum 2019-06-07T14:08:09+02:00

Pour appuyer ses dires, elle cita Stendhal et son processus de cristallisation amoureuse: "Au moment où vous commencez à vous occuper d'une femme, vous ne la voyez plus telle qu'elle est réellement, mais telle qu'il vous convient qu'elle soit".

Spoiler(cliquez pour révéler) Mais je n'allais pas la laisser s'en tirer avec ses raisonnements d'intello. Elle avait détruit Vinca en l'aimant, et je voulais qu'elle l'admette.

Afficher en entier
Extrait ajouté par helenehmn 2019-05-27T20:01:48+02:00

Mais soudain, je t’aperçois, Thomas ! À travers la vitre, ta silhouette ployée par le vent se détache dans la blancheur laiteuse de cet après-midi d’hiver. Et, comme chaque fois, mon cœur bondit dans ma poitrine et mon humeur s’adoucit. D’un seul coup, je n’ai plus sommeil. D’un seul coup, j’ai envie de vivre et d’avancer. Parce qu’il n’y a qu’avec toi que ma vie pourrait être sereine, prometteuse, porteuse de projets, de voyages, de soleil et de rires d’enfants. Je pressens qu’il existe un chemin étroit vers le bonheur, mais je ne pourrai l’emprunter qu’avec toi. Je ne sais pas par quelle magie la souffrance, la boue, la noirceur que je porte en moi depuis l’enfance semblent s’effacer lorsqu’on est ensemble. Mais je sais que sans toi, je serai toujours seule.

Soudain, je t’aperçois, Thomas, mais l’illusion se dissipe aussi vite qu’elle est arrivée et je comprends que tu ne viens pas pour moi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par helenehmn 2019-05-27T19:14:38+02:00

— Il faut que je la voie, c’est important, vous auriez son numéro de portable ?

Sophia hésita un instant, puis eut un sourire désolé :

— Je n’ai pas le droit de vous le donner, vraiment. Mais à votre place, j’irais faire un tour à Biot…

— Pourquoi ?

— On est samedi soir. Elle dîne souvent place des Arcades, avec le Dr Sénéca.

— Thierry Sénéca ? Le biologiste ?

— Oui.

— Donc, Sénéca, c’est le mec de Fanny ? demandai-je.

— On peut dire ça, acquiesça-t-elle, un peu gênée, sans doute consciente d’avoir été trop bavarde.

— OK, je vous remercie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par helenehmn 2019-05-26T11:50:17+02:00

- Pourquoi m'as-tu fait ça ?

J'avais crié, mais elle cria plus fort que moi, sautant du capot pour me défier :

- Mais bordel, parce que je t'aimais !

Les yeux rougis par la colère, Fanny me bouscula :

- Je t'ai toujours aimé, Thomas, toujours !

Et toi aussi tu m'aimais avant que Vinca ne vienne tout bousiller.

Afficher en entier
Extrait ajouté par helenehmn 2019-05-24T19:33:12+02:00

Je ne savais plus qui avait prétendu que les hommes ne reçoivent du destin que ce qu'ils sont capables d'endurer, mais c'était faux. Le plus souvent, le destin est un salopard pervers et vicieux qui prend son pied en broyant la vie des plus faibles alors que tant de connards mènent une existence longue et heureuse.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Palmyre 2019-05-04T20:43:13+02:00

« L’explication était foireuse. Comme s’il en avait la moindre idée. De toute façon, Richard avait toujours menti comme un arracheur de dents. Et ce qui le rendait dangereux, c’est qu’au bout d’un moment, il parvenait lui-même à croire à ses mensonges.

— Si cet enfant n’était pas de toi, il était de qui ? »

« Il répondit comme une évidence :

— De ce petit connard qui la baisait en douce, j’imagine. Comment s’appelait-il déjà, ce philosophe de mes couilles ? »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Merytamon 2019-04-15T10:39:21+02:00

Elle me rappela que pour les femmes comme nous, venues de rien, la vie était une guerre sans relâche : il fallait se battre pour tout, tout le temps. Que souvent les forts et les faibles n'étaient pas ceux que l'on croyait. Que beaucoup de gens menaient en silence de douloureux combats intimes. Elle me dit que la véritable gageure était de savoir mentir dans la durée. Et que, pour bien mentir aux autres, il fallait d'abord se mentir à soi-même.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Merytamon 2019-04-15T10:34:50+02:00

Je pensai à la fable du scorpion et de la grenouille.

"Pourquoi m'as tu piquée ?" demande la grenouille au scorpion en plein milieu de la rivière. "Par ta faute nous allons mourir tous les deux"

"Parce que c'est dans ma nature" lui répond le scorpion.

Afficher en entier
Extrait ajouté par djeflorence 2019-03-24T11:53:12+01:00

J'ai déjà vu quantité de cons essayer de se faire passer pour plus futés, mais c'est la première fois que je vois un homme intelligent vouloir passer pour un con.

Afficher en entier
Extrait ajouté par djeflorence 2019-03-24T11:52:02+01:00

Tout le monde à trois vies: une vie publique, une vie privée et une vie secrète.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode