Livres
476 004
Membres
454 722

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Logique de l'amanite



Description ajoutée par x-Key 2015-05-29T21:28:48+02:00

Résumé

Nikonor, érudit snob et acariâtre, vit retranché dans son château, en Corrèze. Il se passionne pour la mycologie (surtout cèpes et amanites) et la littérature.

Au fil des pages, on va découvrir les confidences étranges qu’il nous livre sur sa famille.

Pourquoi voue-t-il une telle haine à sa sœur jumelle Anastasie ? Et qu’est-il advenu de ses proches ?

Afficher en entier

Classement en biblio - 6 lecteurs

Extrait

Un jour où je l’avais ainsi surprise, l’album sur ses genoux, dans la bibliothèque, ma mère avait consenti à commenter certaines de ces photos pour moi. Je m’étais blotti contre elle sur le divan en velours vert, ravi d’avoir enfin ma mère pour moi tout seul, miraculeusement débarrassée de la présence de ma gluante jumelle. Anastasie, je tiens à le préciser, était déjà à cette époque une lourde charge pour son entourage, un full-time job qui requérait une patience et une abnégation de saint. Il est fort probable que ma mère accueillait avec un soulagement similaire ces instants précieux en compagnie de son fils unique et adoré.

Une photographie en particulier avait retenu mon attention dans l’album, celle d’Auntie Lizzie, sœur cadette de ma mère qui, à mon œil d’enfant, ressemblait à s’y méprendre à l’illustration de couverture du Blanche-Neige et les Sept Nains que je possédais. Elle mourut jeune de consomption et il ne me fut jamais donné de rencontrer Auntie Lizzie lors de mes rares visites dans la patrie de ma mère. Peut-être parce que la photographie la représentait dans un vaste jardin entouré d’un mur de très vieilles briques, un walled garden du xviiie siècle de toute beauté, derrière lequel on devinait une épaisse forêt de conifères, j’ai longtemps cru qu’Auntie Lizzie était Blanche-Neige, et qu’elle avait péri de la main d’Uncle Banzi dont la moustache rebelle et le regard sombre ne me disaient absolument rien qui vaille.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Bronze

C'est en compagnie d'un vieux monsieur que l'auteur nous propose de tourner les pages de son premier roman.

L'homme est âgé, il vit tout seul dans son château de la Charlanne en Haute-Corrèze. Il tient de son père sa passion pour la mycologie et a passé beaucoup de temps à apprécier les œuvres de Zola, Flaubert, Huysmans, Mirbeau, Allais, ses compagnons de lecture entre 1940 et la Libération...

Nikonor, un nom à coucher dehors certes, mais c'est ainsi qu'il se prénomme, est un bonhomme particulier, quelque peu misanthrope, imbu de sa personne, tu m'étonnes. Et c'est par le biais de son « journal intime » que le lecteur fera sa connaissance et celle de son entourage, proche ou moins proche.

Le roman est certes bien écrit, le rythme est posé, régulier, il convient bien au récit. Il souffre de quelques longueurs notamment dans ses deux premiers chapitres, mais malgré ce on s'habitue et on prend un certain plaisir à écouter les confidences d'un « petit vieux inoffensif ». Nikonor évoque ses parents, sa sœur à laquelle il voue une haine indomptée, jusqu'à l'arrière-arrière grand-père qui avait pour habitude de « liquider ses épouses successives ».

L'auteur, par l'intermédiaire de son protagoniste et avec beaucoup de réalisme et d'humour, voire de sarcasme, dresse une galerie de portraits hétéroclites, un arbre généalogique de spécimens.

Catherine Dousteyssier-khoze bâtit sa trame autour de la relation frère/soeur, parent/enfant, secrets de famille, morts suspectes, menaces à venir et... champignons. Car il est bien question de champignons ici, de champignons cueillis et servis à toutes les sauces : amanites tue-mouches, vesses -de-loup, amanites phalloïdes, amanites vireuses, coulemelles et bien sûr l'indétrônable, le préféré de Nikonor... le cèpe.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Lu aussi

Malgré de ttrèèss grandes longueurs j'ai apprécié le personnage de Nikonor et son histoire.. Malheureusement pour moi je n'aime pas les champignons..

Afficher en entier
Bronze

C'est en compagnie d'un vieux monsieur que l'auteur nous propose de tourner les pages de son premier roman.

L'homme est âgé, il vit tout seul dans son château de la Charlanne en Haute-Corrèze. Il tient de son père sa passion pour la mycologie et a passé beaucoup de temps à apprécier les œuvres de Zola, Flaubert, Huysmans, Mirbeau, Allais, ses compagnons de lecture entre 1940 et la Libération...

Nikonor, un nom à coucher dehors certes, mais c'est ainsi qu'il se prénomme, est un bonhomme particulier, quelque peu misanthrope, imbu de sa personne, tu m'étonnes. Et c'est par le biais de son « journal intime » que le lecteur fera sa connaissance et celle de son entourage, proche ou moins proche.

Le roman est certes bien écrit, le rythme est posé, régulier, il convient bien au récit. Il souffre de quelques longueurs notamment dans ses deux premiers chapitres, mais malgré ce on s'habitue et on prend un certain plaisir à écouter les confidences d'un « petit vieux inoffensif ». Nikonor évoque ses parents, sa sœur à laquelle il voue une haine indomptée, jusqu'à l'arrière-arrière grand-père qui avait pour habitude de « liquider ses épouses successives ».

L'auteur, par l'intermédiaire de son protagoniste et avec beaucoup de réalisme et d'humour, voire de sarcasme, dresse une galerie de portraits hétéroclites, un arbre généalogique de spécimens.

Catherine Dousteyssier-khoze bâtit sa trame autour de la relation frère/soeur, parent/enfant, secrets de famille, morts suspectes, menaces à venir et... champignons. Car il est bien question de champignons ici, de champignons cueillis et servis à toutes les sauces : amanites tue-mouches, vesses -de-loup, amanites phalloïdes, amanites vireuses, coulemelles et bien sûr l'indétrônable, le préféré de Nikonor... le cèpe.

Afficher en entier
Lu aussi

http://mademoisellemaeve.wordpress.com/2015/10/27/la-logique-de-lamanite-catherine-dousteyssier-khoze/

La logique de l’amanite est le premier roman de la franco-britannique Catherine Dousteyssier-Khoze. Ce roman se présente comme un journal, celui de Nikonor, un ermite original, érudit et snob.

J’ai eu besoin de quelques dizaines de pages pour me faire au style de ce journal de bord et ses digressions et entrer dans l’histoire. Je suppose que si j’avais aimé aller en forêt ramasser des bolets ou des cèpes, j’aurais sans doute été plus séduite par les connaissances en mycologie de Nikonor. Et au début du récit, j’avais un peu peur d’être ensevelie sous un amas d’informations sur les champignons et de complètement décrocher.

Mais en tournant les pages, on en apprend plus sur Nikonor et sur ce qui l’a conduit à vivre en reclus dans le domaine familial. Et j’avoue avoir été happée par cette drôle histoire de famille et le caractère très particulier de Nikonor…

Ce livre m’a fait rire, certains passages sont vraiment savoureux et arrivent sans crier gare. C’est agréable de se laisser surprendre par un roman que l’on imaginait différent.

Afficher en entier

Date de sortie

La Logique de l'amanite

  • France : 2015-08-26 (Français)

Activité récente

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Editeurs

Les chiffres

Lecteurs 6
Commentaires 3
Extraits 1
Evaluations 3
Note globale 6.33 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode