Livres
421 303
Membres
337 594

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

"Plus j'avancais, plus les émotions de Thomas devenaient claires et plus il était evidement qu'il n'appréciait pas ma venue. Son irritation ne cessait de progresser.

Oh, le pauvre chéri, il n'avait pas envie que je débarque?

EH BEN IL N'AVAIT QU'A PAS ME TRANSFORMER !"

Afficher en entier

" -- Ca ne t'arrive jamais de prévenir ? grommela David en grimaçant devant la lumière soudaine. Et tu as vraiment besoin d'une lampe pour voir?

--Ma mère m'a toujours dit de ne pas rester dans le noir avec un garçon, ironisai-je.

-- Mais avec la lumière, tout va bien? Elle a des conseils étranges. "

Afficher en entier

"-- As-tu parlé de notre nuit à qui que ce soit ? reprit Thomas, l'air sérieux.

-- Quelle nuit ? demanda Célia derrière nous.

Evidemment, il fallait qu'elle se soit trouvée derrière nous.

Je me retournai d'un bloc, et le rouge me montait deja aux joues. C'est ça, le problème avec moi. Même quand je n'ai rien à me reprocher, il suffit que je me sente coupable pour que mon visage chauffe. Difficile ensuite de passer pour innocente.

-- Tu as mal entendu, balbutiai-je avec un manque de conviction flagrant.

-- Oui, enchaîna Thomas sans se démonter, on parlait des Inuits.

Célia le regarda avec méfiance.

-- Les quoi ?

-- Ils habitent au Groenland. Les Inuits, c'est inouï.

-- Ne me prenez pas pour une conne, c'est pas du tout ce que vous disiez, insista Célia, les mains sur les hanches.

Chloé, tu me caches quelque chose, tu es toute rouge.

-- On peut aussi les appeler Esquimaux, reprit Thomas, imperturbable. Dis, Chloé, si tu nous présentais au lieu de me regarder comme si tu voulais me frapper ?

Afficher en entier

Si au moins j’étais belle comme ces filles qui se déhanchent dans les clips, j’aurais pu tenter une carrière de mannequin.

Comme ce n’est pas le cas et que la plupart des garçons m’appellent « le Tank », bah à la place je fais de l’escrime.

C’est moins glamour, mais c’est plus libérateur.

Voilà ce que je me disais en détachant la lanière de ma cuirasse. Blanche, informe, moche et couverte de transpiration.

Afficher en entier

Le souci, c’est que Nour ne me lâchait pas d’une semelle.

— Intéressant, comment ça ? Intéressant genre il te plaît, ou intéressant genre il pourra t’aider en maths ?

— Intéressant genre j’aimerais en savoir plus sur lui. Je veux dire, c’est pas banal, un gars qui arrive en plein milieu d’année scolaire, si ?

Nour fit la moue. Elle espérait une révélation plus croustillante.

— Ben si, y’en a plein. Genre tes parents déménagent et voilà, t’es dans un nouveau lycée. Ou alors c’est que tu t’es fait virer de celui d’avant mais, pour le coup, il ressemble pas trop à un bad boy. Plutôt le style geek qui fait du jeu de rôles et des MMO.

— Mmh.

— En même temps, si on aime les écorchés vifs, je dois reconnaître qu’il a du charme. Un beau sourire, des yeux expressifs …

— Mmh.

— Tu aimerais coucher sauvagement avec lui après qu’il t’a fouettée avec des orties fraîches ?

— Mmh.

Ma copine me prit par les épaules et m’obligea à la regarder droit dans les yeux.

— Hé, Chloé, tu m’écoutes ? J’ai l’impression que tu es complètement ailleurs.

— Bien sûr, protestai-je machinalement. Bien sûr, je t’écoute !

— Ah ouais ? Qu’est-ce que je viens de dire, alors ?

Je fouillai ma mémoire pour essayer de m’en sortir, comme lorsqu’un prof me chope à rêvasser pendant son cours.

— Un truc avec des orties fraîches ? répondis-je, hésitante.

Nour leva les yeux au ciel.

— Oui, voilà, un truc avec des orties fraîches.

Afficher en entier

"Il se tenait la, comme je l'avais prévu, adossé à son scooter. Mais il n'était pas seul. Un grand gaillard à la mâchoire carrée me toisa de son regard sexy.

J'ai dit sexy? Je voulais dire glacial.

-- Chloé.

-- David.

-- Eh ben, c'est l'amour fou, vous deux, ironisa Thomas. J'ai raté quelque chose la nuit dernière? Vous m'expliquez un peu? "

Afficher en entier

Si vous voulez attraper la boîte de céréales tout en haut d’une armoire, c’est un avantage d’être grande.

Pour le reste, c’est juste complètement nul.

Vous pouvez me croire sur parole, à seize ans je mesure un mètre quatre-vingt-trois.

Afficher en entier

Alors tu ne devrais pas douter du pouvoir des mots. Grâce à eux, l'écrivain peut voyager dans le temps et l'espace. Il peut écrire une scène qui sera lue dans un mois, deux ans, trois siècles. Il peut évoquer les rues de Paris à Séoul ou à Washington.

Afficher en entier

-Qu'est-ce que tu as fait à tes cheveux?

[...]

-J'ai... oh, non, balbutiai-je.

-Si ça peut te consoler, ça te va très bien

-Comment est-ce que ça peut bien m'aller? Ils sont encore trempés!

-Ouais, ça te donne un air sexy.

Il parvenait à sortir des phrases comme ça, tranquillement, sans pression. Et moi, je me décomposais sous ses yeux. Ah, ça devait l'amuser. La géante qui n'a jamais reçu un compliment de sa vie.

-Et tu es soudain devenu un expert capillaire, avec ton catogan ridicule? grognais-je

-Tu n'aimes pas? Je trouve que ça me donne un petit air mystérieux. Et ça revient à la mode, tu sais.

-Ouais, la mode du XVIIe siècle.

Afficher en entier

Avec un souci exaspérant du détail, Thomas replaça la poubelle dans son coin et glissa sa bouteille vide dans son sac.

Il revient enfin vers moi, m'adressa un sourire nerveux, enleva ses lunettes, les essuya sur son tee-shirt, les remit, et j'allais me mettre à hurler lorsqu'il parla enfin.

-Qu'est-ce que tu veux savoir, exactement?

-Je ne sais pas, plein de trucs. pour commencer, comment ça se fait que je suis encore en vie? Je pensais que l'homme m'avait tuée.

-C'est... une question compliquée.

-OK, je tente autre chose: c'était qui, qu'est-ce qu'il te voulait?

-C'est compliqué aussi.

-Et ces phrases bizarre que tu prononçais?

-C'est...

-Compliqué?

-Exactement

Il évitait mon regard, observait ses pieds avec un intérêt évident.

J'avais envie de le secouer comme un prunier. Il dut le sentir, car il se décida enfin:

-J'aimerais t'expliquer, seulement je ne sais pas comment faire.

-Avec des mots, comme tout le monde?

Je n'avais pas l'intention de lui rendre la tâche facile. Je ne comprenais rien, ça m'exaspérait, et il ne m'aidait pas beaucoup. Finalement, il hocha la tête.

-Très bien. Regarde.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode