Livres
469 972
Membres
437 978

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Commentaire de jonatjackson

La Main de l'Empereur, Tome 1


Commentaire ajouté par jonatjackson 2018-03-20T15:39:36+01:00

Mes impressions, un confirmation très positive

Avant de lire l'histoire, j'avais forcément des attentes relativement élevées suites aux nombreuses bonnes critiques que l'on retrouvait sur Babelio, Livraddict et Booknode. Cette attente a été comblée par une écriture maîtrisée, un récit haletant et des péripéties sans temps mort. Une histoire de Fantasy épique qui réunit tous les ingrédients nécessaires pour passer un excellent moment de lecture.

Bon déjà, j'ai battu mon record personnel de lecture à savoir quatre jours pour terminer ce livre, choses suffisamment rare pour être soulignée (le précédent record remontait au Roi des Fauves d'Aurélie Wellenstein en cinq jours). J'ai eu beaucoup de mal à lâcher ce livre et si cette phrase peut paraître clichée, dans mon cas elle prend tout son sens. Profitant de deux jours de repos suivi d'un weekend chargé, je prenais le moindre moment de pause pour me jeter sur le livre et continuer l'histoire que me proposait l'auteur.

J'ai pu observer différents mélanges dans ce récit et c'était purement jouissif. On peut facilement s'imaginer que l'auteur s'est inspiré de la bataille de Teutobourg (cette bataille où les romains perdirent trois légions entières dans une embuscade forestière par une coalition des tribus germaniques, d'où la célèbre phrase « Varus, rend-moi mes légions ! »), du film « Centurion » (sortit en 2010 réalisé par Neil Marshall et avec M. Fassbender en tête d'affiche), du « Légende » de Gemmell et du « Les Héros » de Joe Abercrombie. C'est déjà vraiment pas mal sur le papier. Rajoutez à cela un soupçon de la série « Spartacus, le sang des gladiateurs » (créée par Steven S. DeKnight en 2010) et un zeste du film « Zoulous » (réalisé par Cyril R. Endfield et sorti en 1964, merci internet pour la date et le réal) et vous obtenez une histoire totalement WTF.

Des soldats romains contre des tribus zoulous dans une région où le réchauffement climatique est un doux euphémisme, un univers Fantasy solide et cohérent, le tout porté par une écriture de bonne qualité, WHAT ELSE ?

Je pourrais passer une bonne heure à vous parler du livre mais ma chronique est déjà bien assez longue comme ça, donc restons concis au possible.

En somme, le récit se découpe en trois parties –> l'Arène, la Jungle et la Danse. La première se concentre particulièrement sur l'enfance de Rekk, notre héros. La seconde sur son arrivée sur le front et la troisième partie sur la guerre qu'il mène face à l'ennemi et face à sa propre réputation.

Ce que j'ai aimé

Généralement, qu'est-ce qui fait un bon livre ? La couverture, l'écriture et l'histoire. Ces trois aspects sont d'une grande qualité avec « La Main de l'Empereur » et l'on peut parler de coup de coeur de ce premier trimestre 2018. Il a des défauts, bien sûr, mais rien de bien méchant.

La couverture de Magali Villeneuve ? Top !

L'écriture ? Fluide, maîtrisée, ça se lit rapidement et les descriptions permettent une immersion totale dans l'univers proposé par l'auteur (par exemple dans la jungle, la chaleur est omniprésente, et l'auteur arrive pratiquement à nous faire ressentir cette touffeur environnante). Top !

Le récit en lui-même ? le découpage en trois segments permet une lecture distincte de chaque période de la vie de Rekk, de son évolution après un moment particulier qui le rendra différent le segment d'après. Les détails sont importants et permettent une lecture fluide et compréhensible du worldbuilding instauré par l'auteur comme la hiérarchie de commandement des troupes impériales ou les différents clans koushites et leurs interactions. Top !

Chaque chapitre, parfois même chaque page, apporte son lot de nouveautés. L'on est obligé de suivre de manière concise pour savoir comment on en est arrivé là. Une forte émotion se dégage également, ce besoin urgent de connaître la suite, cette tension instillée avec précision par l'auteur comme lors de la première de Rekk dans l'arène par exemple. Il en va de même avec les personnages, chacun ayant son importance pour le bon déroulement et la bonne compréhension du récit. Ils sont une vraie force de par leur psychologie et de par leur diversité. Pas mal de surprises également concernant le rôle de chacun et les actions qu'ils entreprennent au fil des pages. Soulignons également la présence des femmes et de leurs rôles actifs car, dans ce qui semble être un livre rempli de testostérone, il est bon de pointer leur importance. Top !

Ah oui, et il y a beaucoup de BAGARRE !!! Des tripes ! du sang à profusion ! Aaaahhh !!! Hum, hum, pardonnez-moi. Top !

Ce que j'aurai aimé, ce qui m'a dérangé

L'Empereur tout d'abord. Je m'attendais à un rôle plus actif, plus de pages le concernant, avec des explications sur sa vie, son passé, son arrivée au pouvoir, ses détracteurs,… mais l'on reste relativement sobre dans sa description finalement. Et puis, je le trouve trop proche du commun des mortels. Un Empereur est généralement au-dessus des autres et le montre pour asseoir son autorité sur tous. Ici, il fonctionne de connivence avec Rekk comme un ami ou un comploteur, besogne que l'on pourrait déléguer à un personnage moins important dans la hiérarchie (exemple : Richelieu comme ministre principal du Roi de France).

La vie de la gladiature, trop peu mise en avant. L'on se base surtout sur l'une ou l'autre pérégrination de Rekk, de ses entraînements avec Shar-Tan et de sa gloire devenue trop brillante à Musheim lorsqu'il devient adulte. Et la vie sur place ? La vie avec les autres gladiateurs ? Bref, c'est quelque chose que j'aurai aimé connaître et j'estime que l'auteur brosse trop large entre deux périodes (surtout au début).

Des personnages qui n'apparaissent plus alors qu'ils ont passé des moments forts avec Rekk (Lépidus, Adamas, Malonius le fils du Duc de Camerlan, Kraken,…). Je sais que l'histoire se concentre principalement sur Rekk et que s'il ne croise pas l'un des personnages, on ne va pas les citer. On connaît aussi ce qui est arrivé à Malonius par exemple mais on ignore s'il participe à la défense du siège de la ville de Vesirya. L'une ou l'autre ligne les concernant n'auraient pas été de trop pour connaître leur sort.

Bon, clairement, je chipote et vous ne partagerez peut-être pas mes opinions sur les points négatifs, mais je le répète, aucun inconvénient cité n'entrave une lecture somme toute passionnante.

Points neutres, interrogations

Quid d'une carte du Monde ? Elle n'est pas nécessaire mais comme pour les livres de Gabriel Katz qui inscrit ses récits dans un univers inventé et bien précis, peut-être que certains souhaiteront se repérer vu que l'on change pas mal de lieux au cours de l'histoire. Moi, j'aime bien les cartes, et je serai curieux de voir à quel point la jungle koushite est imposante.

La non présence de magie ou de monstres quelconques. Un choix assumé de l'auteur et qui confirme cette tendance actuelle à écrire de la Fantasy sans trace de magie, de race tolkinienne ou de monstres mythologiques. Devrait-il y en avoir ? Pour ma part je suis pro-bestioles imaginaires, pro-magie (mais pas trop) et je pense que cela n'aurait pas fait tâche dans ce récit mais il se complète très bien sans toutes ces fantaisies.

Conclusion

Quand vous tenez entre les mains une histoire où l'on peut s'imaginer des Romains menés par un ancien gladiateur combattre des Zoulous dans la jungle, le cerveau frétille face à une telle originalité. En plus il y a des manigances politiques, des histoires de vengeances, des histoires de fesses… Non c'est vraiment très divertissant et chaque chapitre est important pour la suite. Bien entendu, le livre possède certains défauts mais ils ne pèsent vraiment pas lourd dans la balance. L'on tient entre les mains un vrai bon livre de Fantasy pour adulte. Ici pas de magie, pas de bébêtes, mais du sang, des combats, le choc de cultures, des personnages complets et convaincants, un généreux mixe entre « Légende » de Gemmell et « Les Héros » de Joe Abercrombie à la française. Merci Rekk le Magnifique, Rekk le Boucher, Rekk le Danseur Rouge pour tes aventures et merci à Olivier Gay pour nous avoir pondu une si belle histoire. Vivement le tome 2.

Pour la chronique complète, c'est par ici -->

https://evasionimaginaire.wordpress.com/2018/03/20/la-main-de-lempereur-tome-1-un-gladiateur-au-front/

Afficher en entier

Répondre à ce commentaire

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode