Livres
443 394
Membres
378 899

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par xFrench 2013-04-24T14:42:35+02:00

Le jour est la main gauche de la nuit, et la nuit la main droite du jour.

Deux font un, la vie et la mort enlacés comme des amants en kemma comme deux mains jointes comme la fin et le moyen.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ecyth 2017-11-04T18:16:37+01:00

Oui. Il n'est vraiment qu'une seule question à laquelle nous puissions répondre, et nous connaissons déjà la réponse... Ce qui seul rend la vie possible, c'est cette incertitude permanente, intolérable : ne pas savoir ce qui vous attend.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Fiametta 2019-01-05T18:27:35+01:00

J'étais seul, avec un étranger, dans les murs d'un palais ténébreux, dans une étrange cité chargée de neige, au coeur d'une période glaciaire en un monde étranger.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Fiametta 2019-01-05T18:24:56+01:00

Les histoires de prédictions sont monnaie courante dans la grande famille humaine. Les Dieux parlent, les esprits parlent, les ordinateurs parlent. L'ambigüité des oracles ou le calcul des probabilités ménagent des issues, et les contradictions sont effacées par la foi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Fiametta 2019-01-05T18:21:24+01:00

Après le souper, nous bûmes de la bière chaude auprès du feu. Dans un monde où parmi les ustensiles de table figure un petit instrument destiné à briser la glace qui se forme à la surface d'une boisson froide entre deux gorgées, la bière chaude est une chose qu'on apprend à apprécier.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Fiametta 2019-01-05T18:17:47+01:00

La neige couvrant le glacier lui paraissait étrange : on eut dit une herbe blanche poussant sur la glace.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Fiametta 2019-01-05T18:15:08+01:00

Il avais une allure et des manières si féminines que je me pris un jour à lui demander combien il avait d'enfants. Il se renfrogna. Jamais il n'avait été mère, en revanche il avait été père quatre fois... C'était une de ces petites surprises qui me faisaient continuellement sursauter.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Fiametta 2019-01-05T18:11:03+01:00

- Je ne sais pas. je suis extrêmement ignorant...

Le jeune homme rit et s'inclina.

- très honoré, dit-il.J'habite ici depuis trois ans et je n'ai encore acquis que bien peu d'ignorance.

Il ne cachait pas que ma remarque l'avait beaucoup amusé bien qu'il eût de bonnes manières, et je réussis à me rappeler quelques bribes de l'enseignement du Handdara, assez pour me rendre compte que je venais de me vanter, un peu comme si je l'avais abordé en disant : "je suis d'une beauté sans pareille."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Eurylia 2018-08-22T10:54:47+02:00

Moi, haïr l'Orgoreyn ? Non. Je n'ai aucune raison de haïr ce pays. Et d'abord comment peut-on haïr ou aimer un pays ? Tibe en est capable, à en juger par ses discours. Moi, j'en suis foncièrement incapable. Je connais des hommes, des villes, des fermes, des collines et des rivières et des rochers, je sais comment les rayons du couchant éclairent à l'automne les mottes d'un certain champ labouré au flanc d'un colline. Que vient faire une frontière dans tout cela ? Ça ne rime à rien. Vérité en deça, erreur au-delà - voilà que je cite vos grands hommes ! Pour aimer son pays, faut-il haïr les autres ? Si oui, le patriotisme n'est pas une bonne chose. Si ce n'est qu'une forme d'amour-propre, alors c'est une bonne chose, mais dont il faut éviter de faire profession, ou de faire parade comme d'une vertu. J'aime les collines du Domaine d'Estre parce que j'aime la vie, mais c'est un amour d'une nature telle qu'il ne saurait se changer en haine au-delà d'une certaine ligne de démarcation. À part cela, j'espère me vanter d'être ignorant.

Ignorant au sens que le Handarra confère à ce mot : ignorer l'abstraction, coller à la réalité.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ecyth 2017-11-11T19:20:07+01:00

Ces créatures qui ne sont ni hommes ni femmes, ou qui sont les deux à la fois, ces êtres cycliques, lunaires, qui se métamorphosent lorsqu'une main les effleure, ou par un coup de baguette magique comme les enfants de certains contes anciens, ils ne sont pas faits comme moi, ce ne peuvent être mes amis ㅡ pas d'amour entre nous.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode