Livres
478 161
Membres
459 553

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Maison à droite de celle de ma grand-mère



Description ajoutée par x-Key 2018-01-11T23:44:28+01:00

Résumé

"Giacomo, ne tarde pas. Les médecins sont formels, la fin est proche."

C'est ainsi que notre héros, un jeune traducteur espiègle et rêveur, retourne sur l'île de son enfance, où sa grand-mère est au plus mal. Et alors qu'il doit rendre un travail sans tarder, soudain, c'est toute la Sardaigne qui le retient : Maria, sa mère, qui n'a jamais vraiment compris pourquoi son fils adoré l'avait quitté, Mario le père taiseux, l'envahissant oncle Gavino, Manuella l'épicière du village, dont Giacomo était secrètement amoureux quand il était enfant, la jolie dottoresse Alessandra, qui s'occupe de la nonna à l'hôpital, Fabrizio, l'ami d'enfance au corps cabossé et au grand coeur, et, surtout, le mystérieux Capitaine, figure tutélaire et énigmatique...

D'une crique perdue aux ruelles pittoresques que bordent les maisons de couleur, entre une bouchée de dolci et les pastilles miraculeuses du docteur Ignazio, pas de doute, la maison de Giacomo est une île. Mais pourra-t-il en repartir ?

Avec ce nouveau roman, c'est une véritable déclaration d'amour à la Sardaigne que propose Michaël Uras, mais aussi une ode aux petits bonheurs et aux joies simples de la vie, le tout porté par une écriture malicieuse et entraînante. Dépaysement et plaisir garantis.

FINALISTE DU PRIX MARCEL AYME 2017.

"Un vrai petit bonheur de lecture !"

RTBF

"Un roman délicieux qui porte un regard joyeux sur les livres." Télé 7 jours

(Source : Préludes)

Afficher en entier

Classement en biblio - 8 lecteurs

Extrait

Les parents pensent savoir mieux que personne ce que désirent leurs enfants. Ils se trompent, parfois.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Argent

Il n’y a pas que la couverture qui soit colorée dans ce roman estival aux senteurs de l’Italie.

La Maison à droite de celle de ma grand-mère est l’histoire d’un voyage, d’un retour aux sources. On embarque sur un navire avec Giaccomo en direction de la Sicile, un voyage sur les terres de ses origines et de sa famille. L’univers est chaud, nostalgique, enfantin parfois. Giaccomo fait de cette visite à sa grand-mère mourante une parenthèse dans sa vie.

Allongé sur le lit de sa chambre d’enfant, les souvenirs affluent. Du Capitaine qui emmenait les enfants à la plage lorsqu’ils étaient petits ou de la femme de l’épicier qui attirait le désir naissant de tous les jeunes du village. Giaccomo retrouve ses parents, sa famille, les personnes qui ont marqué son enfance.

Un récit aux senteurs de l’été et de la mélancolie.

https://libellulelivresque.wordpress.com/2019/05/29/la-maison-a-droite-de-celle-de-ma-grand-mere-de-michael-uras/

Afficher en entier
Bronze

http://jldragon.over-blog.com/2018/02/la-maison-a-droite-de-celle-de-ma-grand-mere-de-michael-uras.html

J’ai vraiment bien aimé ce roman qui mérite largement les quatre étoiles pour plusieurs raisons.

Le style en premier lieu, c’est bien écrit, la prose est douce avec une petite touche de poésie pas trop pompeuse, juste suffisante.

Tout est dans le presque…

Un roman qui se lit d’une part facilement et d’autre part avec un réel plaisir.

En second lieu, on notera les personnages comme véritable atout pour le roman. Dur d’avoir des romans de nos jours avec des personnages qui nous apparaissent sous un jour sincère. Ici, on est dans le vrai avec l’auteur, les personnages sont simples, mais ils nous touchent énormément.

Et cela nous suffit. Tout est dans le presque…

En troisième lieu, et bien le lieu, parlons-en. La Sardaigne, formidablement contée ici par l’auteur, ce dernier nous donne envie d’y aller. Bien sûr, il y a les clichés, mais c'est ce qui dépayse. Et puis ces clichés permettent de palier à l'humeur du personnage principale, plutôt mélancolique. Les descriptions sont très bonnes que ce soit pour le décor ou pour les habitudes de vie des habitants ou pour les habitants eux-mêmes.

Michaël Uras dit juste ce qu’il faut en fait. Il ne sur-joue pas.

Enfin pour finir et en quatrième lieu, on dénotera une intrigue très bien menée. Elle parait sans cesse en arrière plan, enfouie même dans le style, les personnages et le décor, mais en réalité, elle ne cesse jamais d’être au premier plan. Elle est grave, triste, mais traité avec douceur et volupté. A ne pas confondre traité avec légèreté.

Au final, La Maison à droite de celle de ma grand-mère est un roman qui frôle pour moi le cinq étoiles tellement il m’a transporté. Il est presque parfait.

Et oui, presque…

Car tout est dans le presque, n’est-ce pas ?

Note globale : 16,5/20

Afficher en entier
Argent

Giacomo est traducteur. Natif de Sardaigne, il retourne sur son île natale car sa grand-mère n’en a plus pour longtemps. Dans ses bagages, une version inédite de Moby Dick qu’il doit traduire de toute urgence. Mais l’île et ses habitants, ses parents, mère envahissante, père taiseux, le Capitaine, militaire à la retraite mystérieux, Fabrizio son ami d’enfance, Manuella l’épicière dont il était amoureux étant enfant, Alessandra, la médecin qui s’occupe de sa grand-mère, le retiennent tour à tour.

J’avais lu il y a quelques temps Aux petits mots les grands remèdes, que j’avais bien aimé et si je me souviens de l’histoire, il a tout de même fallu que je relise les premières lignes pour me la remettre en tête. Donc ça avait été sympa, mais pas inoubliable.

Ce roman est une jolie galerie de personnages, une ode à la Sardaigne et un hommage à Moby Dick. Pourtant, j’ai trouvé que l’intrigue n’était pas assez dynamique pour nous donner envie de tourner les pages. Car s’il y a les fils conducteurs tout au long du roman : la grand-mère, le livre a traduire, l’amour perdu ; il n’y a pas de suspens ou véritablement quelque chose à résoudre qu’on aurait envie de découvrir. J’ai eu du coup un peu de mal à adhérer aux personnages. Quant à l’effet feel good du roman, je l’ai trouvé moins présent dans le texte que sur la couverture ! Certains passages sont teintés d’une mélancolie, voir d’une tristesse qui reste présente dans tout le texte.

Je ne dirais pas que je n’ai pas aimé, mais j’ai été un peu déçue, je m’attendais à un texte léger, plein d’entrain, ce n’était pas le cas. Ceci dit, certains passages sont vraiment intéressants, notamment sur la traduction et Moby Dick, d’autres sont drôles (il y en a quand même!), ce livre pourrait malgré tout vous plaire si vous aimez ce style-là !

Vous pensez le lire ?

Afficher en entier

Date de sortie

La Maison à droite de celle de ma grand-mère

  • France : 2018-02-28 (Français)

Activité récente

Editeurs

Les chiffres

Lecteurs 8
Commentaires 3
Extraits 10
Evaluations 2
Note globale 7.5 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode