Livres
464 100
Membres
424 276

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Les parents pensent savoir mieux que personne ce que désirent leurs enfants. Ils se trompent, parfois.

Afficher en entier

Enfant, j’avais l’impression que tout le monde m’aimait. Les professeurs, les camarades, les voisins, les membres de la famille. Tout le monde m’aimait. Même les animaux domestiques. Les moins domestiques, aussi. Les lézards qui se calaient entre deux pierres à midi, et que j’écrasais parfois et qui ne m’en voulaient pas. On m’aimait. Les cigales chantaient pour moi, quand bien même j’étais entouré par une foule immense (ce qui, soit dit en passant, arrivait rarement dans notre village, le mot foule ne lui correspondant pas vraiment). C’était fort. Un amour global. Certains se sentent persécutés, moi, je me sentais aimé. Bien sûr, ce sentiment relevait de l’illusion, mais, pour un enfant, illusion et réalité sont des pays frontaliers, et passer de l’un à l’autre ne pose aucun problème. Jusqu’au jour où l’on rétablit les contrôles aux frontières.

Afficher en entier

Les rêves sont volatils, et heureusement, car maman aurait bien tordu le cou à celui qui venait de s’enfuir.

Afficher en entier

Il n’écoutait ni le cœur ni les poumons. « Tout vient du ventre ! » était sa devise. Maux de tête, maux d’estomac, otite, angine, grippe… Effervescente al limone ! Le médecin retardait toujours l’arrivée de « al limone ». On avait l’impression qu’il ajoutait au remède un dernier ingrédient, précieux, sans lequel il serait inopérant. Comme le disait mon père, « avec Ignazio, soit on guérit, soit on meurt », la sentence était recevable mais un peu exagérée, quand même.

Afficher en entier

Maman regarda avec méfiance les quelques feuillets que j’avais griffonnés. Elle remarqua mes tentatives d’illustrations du monstre sur lesquelles il ressemblait davantage à un hippocampe raté qu’à un cachalot. Elle les retourna pour ne plus les voir. On cache la laideur. Et le mensonge qu’on réserve aux enfants lorsqu’ils rentrent de l’école avec un dessin hideux, en leur disant : « C’est magnifique, mon chéri », n’avait plus lieu d’être.

Afficher en entier

Il y a des gens comme ça qui passent une vie côte à côte alors qu’ils étaient faits pour s’ignorer superbement. Rien ne volait entre eux. Mon père était l’incarnation du calme, dans la Grèce antique il aurait pu postuler pour le titre de dieu de l’introspection. Peu de mots avaient l’occasion de sortir de sa bouche. Et, comme cela durait depuis des années, son idiolecte s’était tellement appauvri que le peu de vocables encore disponible avait perdu la direction de la sortie. De temps à autre, un mot la trouvait, mais il semblait ne pas donner l’information aux autres.

Afficher en entier

On arrive toujours au bout d’un bon gâteau, quand bien même on modère le rythme entre chaque bouchée.

Afficher en entier

Être réveillé par un imbécile doit, sans doute, faire partie des pires expériences de la vie d’un homme. Avec l’obligation de manger des abats après une anémie et celle d’entendre sa mère nous répéter qu’on a un peu maigri depuis notre dernière rencontre.

Afficher en entier

Un univers à appréhender, une façon de voir le monde car la littérature n'était rien d'autre qu'une vision de l'existence.

Afficher en entier

Les réunions de famille sont détestables. On y voit tous les vices de l'humanité. L'arrogance, l'orgueil, la médisance y ont une place assurée.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode