Livres
421 352
Membres
337 691

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de La Maison bleu horizon ajouté par viedefun 2017-10-05T21:10:27+02:00

Vous savez, s’il est vrai que les fantômes n’existent pas, je crois que les fantômes, eux, l’ignorent, plaisanta Alan. Le mot “fantômes” est assez péjoratif, mais je présenterais cela autrement. Je baigne dans cet univers depuis que je suis né. Chez nous, en Bretagne, nous ne plaisantons pas avec ces choses-là. Mais je suis toujours resté en retrait sur toutes les fausses affirmations de certains, principalement celles des médiums très portés sur la spiritualité. Je ne suis pas un spirituel. J’ai une approche très cartésienne et psychologique de ces phénomènes. Je voulais bien croire qu’il y avait autre chose après la mort. J’avais d’ailleurs vécu quelques expériences troublantes lorsque j’étais enfant, mais c’est la rencontre avec mon ami Paul, parapsychologue, mais professeur de physique avant tout, qui a littéralement forgé mes convictions et qui a fait que je me suis lancé dans les enquêtes paranormales.

Afficher en entier
Extrait de La Maison bleu horizon ajouté par viedefun 2017-10-05T21:10:01+02:00

– Ce qu’a dit un jour Paul, lors d’une conférence, a été un élément déclencheur dans mes convictions. Il a dit : selon la physique, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Cette notion élémentaire scientifique m’a fait l’effet d’une bombe. Si selon la physique, aucune énergie ne peut disparaître, mais se transforme, alors que devenons-nous après la mort ? Le corps humain est en effet constitué d’énergie, chimique et électrique, alors que devient cette énergie lorsqu’un être vivant décède ? Puisqu’elle ne peut pas disparaître, en quoi se transforme-t-elle ? Vous me suivez ? C’est là que tout a commencé pour moi. – Saisissant, en effet, fit Hélène, songeuse.

– Mais parlons plutôt de ce qui se passe chez vous.

– Eh bien, rien de plus que tout ce que je vous ai déjà expliqué. Je me sens déjà plus apaisée depuis votre arrivée, puisqu’il ne se passe plus rien depuis que vous êtes là. Quand j’y songe, c’est vraiment un sacré coup de hasard d’être tombée sur vous en allumant la radio. Sans cela, je me demande ce que nous aurions fait.

– Le hasard ? Mais cela n’existe pas le hasard, sourit Alan. Croire au hasard, c’est croire que Stonehenge est le fruit de quelques hommes qui ne savaient pas quoi faire de quelques grosses pierres, et qui les ont posées là, comme ça, pour s’en débarrasser. Même le résultat d’un simple jet de dés n’est pas dû au hasard. Il dépend d’une équation : la position des dés dans votre main avant de les jeter, de la hauteur depuis laquelle ils tombent, de la force avec laquelle vous les lancez, de la surface sur laquelle ils vont rebondir et des éventuels obstacles qu’ils vont rencontrer. Quiconque saurait calculer tous ces facteurs physiques et mathématiques, saurait prédire le résultat des dés.

Afficher en entier
Extrait de La Maison bleu horizon ajouté par viedefun 2017-10-05T21:09:29+02:00

– Je ne peux toutefois rien affirmer. En tout cas sur la nature exacte de ce qui se passe dans ce “quelque part”. Vous vous souvenez lorsque je vous ai dit qu’aucune énergie, quelle qu’elle soit, ne peut disparaître selon la physique, mais se transforme ? Eh bien, j’ai toujours eu du mal à concevoir que tout ce qu’un être humain apprend durant toute sa vie : ses leçons, ses erreurs, sa culture, ses connaissances, puisse disparaître dès lors que meurt l’individu. À quoi cela servirait-il, sinon ? Ce serait idiot de voir tout disparaître, non ? Eh bien, je crois que tout cela fait partie intégrante de la conscience d’une personne. Et c’est justement cette conscience qui survit après la mort. Un jour, j’ai assisté à une conférence donnée par Paul. Il a dit : la science reconnaît l’existence de la conscience, mais pour pouvoir l’expliquer, il faudrait réinventer la physique. Bouleversant, non ?

– Euh…, oui.

Afficher en entier
Extrait de La Maison bleu horizon ajouté par viedefun 2017-10-05T21:09:11+02:00

Il y a quelque chose que j’ai oublié de vous dire, Alan. Mercredi matin, alors que je voulais sortir pour chercher du bois, en ouvrant la porte j’ai trouvé un corbeau sur le sol. Il était mort, la tête fracassée. C’était comme s’il avait percuté la porte de la cuisine en plein vol. Et plus j’y pense, plus je me dis que c’était peut-être mauvais signe. Les enfants l’ont enterré dans le jardin. » Le visage d’Alan devint soudain blafard. Hélène le remarqua. Mélanie, toujours effacée et silencieuse, eut un sursaut en écoutant la conversation. « Qu’est-ce que vous en pensez ? – Oh… Euh… Que c’est juste un oiseau qui n’a pas vu la vitre, ou qui est mort de froid ou de faim, c’est tout. Les mauvais signes ne sont toujours qu’une question de superstitions, rien de plus. C’est drôle, un corbeau, j’en ai justement vu un lorsque je suis arrivé chez vous. Malgré le temps et l’heure tardive, il était perché sur votre portail et… » Cette fois encore, Alan n’avait pas tout avoué à Hélène. Ce genre de phénomène lui avait été enseigné par sa grand-mère et portait un nom : un intersigne. Les femmes de marins les connaissaient bien et les craignaient. Lorsqu’un intersigne se produit, il est, selon les légendes et les croyances, annonciateur d’une mort. Alan déglutit difficilement à cet instant précis. La gorge nouée, il cherchait la meilleure manière de dissimuler son stress. Il se souvint avec quelle intensité le corbeau qu’il avait croisé l’avait regardé à son arrivée. Mais il se ressaisit en songeant à de simples superstitions.

Afficher en entier
Extrait de La Maison bleu horizon ajouté par viedefun 2017-10-05T21:08:45+02:00

Il savait qu’une preuve n’en était jamais une auprès de celui qui s’obstinerait à la rejeter, mais il essayait d’apporter sa pierre à l’édifice.

Afficher en entier
Extrait de La Maison bleu horizon ajouté par viedefun 2017-10-05T21:08:24+02:00

À la perte d’une maman ou d’un papa, nous ne sommes jamais prêts, et si Mélanie pleurait jadis lorsque son cœur saignait, elle avait également pleuré toutes les larmes de son corps à la mort de ses vieux parents malades. Elle aurait pu s’occuper d’eux, et ce sentiment de les avoir abandonnés, là-bas, près de Reims, la rongeait souvent. Sans permis, le train coûtait trop cher pour leur rendre visite. De plus, elle était devenue fière dans ses robes démodées, et voulait montrer aux yeux de tous qu’elle réussirait là où beaucoup avaient misé sur son échec et sa solitude éternelle.

Afficher en entier
Extrait de La Maison bleu horizon ajouté par viedefun 2017-10-05T21:08:06+02:00

Elle craignait de paraître idiote si plus rien ne se passait alors que le chasseur de fantômes serait présent. Un peu comme la manière dont se comporte une voiture qui fait un bruit curieux tous les jours, sauf la fois où nous l’amenons chez le garagiste pour qu’il l’analyse.

Afficher en entier
Extrait de La Maison bleu horizon ajouté par viedefun 2017-10-05T21:07:40+02:00

Calmez-vous. Pleurez si cela vous fait du bien. Ce sont les larmes qui ne coulent pas qui sont toujours les plus dangereuses », rassura Alan en posant une main bienveillante sur son épaule.

Afficher en entier
Extrait de La Maison bleu horizon ajouté par viedefun 2017-10-05T21:06:43+02:00

Le ciel s’était dégagé. Le soleil pointait sur l’horizon, éclairant le grand jardin et l’étang de magnifiques nuances, que seul un matin d’hiver sait si bien dessiner.

Afficher en entier
Extrait de La Maison bleu horizon ajouté par MissDupont 2018-01-05T02:48:54+01:00

Il prit une grande respiration avant de quitter l'abri. Le vacarme tempétueux l'assaillit aussitôt, mais alors qu'ils s'apprêtait à prendre de l'élan, il s'arrêta brusquement sur le seuil de la porte. La couche de neige n'y était pas épaisse et il pouvait encore voir, dans le halo de sa lampe, les traces de pas qu'il avait laissées en entrant et que le vent n'avait pas encore effacées. Il s'accroupit, le regard blafard : ses empreintes n'étaient pas les seules laissées dans le manteau poudreux.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode