Livres
580 389
Membres
645 652

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par pounkii 2012-02-26T18:46:10+01:00

CHAPITRE 24.(Stark et Zoey)

-Je marchais dans le couloir quand j'ai entendu ton chat grogner, ensuite, tu as hurlé. J'ai cru que tu avais des ennuis. Un Corbeau Moqueur aurait pu entrer par ta fenêtre. Les chats les haïssent, tu sais. Bref, je suis entré.

-Comme par hasard, tu passais devant ma chambre à...

Je regardai ma montre.

-À midi ?

Il haussa les épaules et m'adressa ce sourire insolant que j'aimais tant.

-D'accord, ce n'était pas une pure coïncidence.

-Tu peux me lâchai maintenant.

Il desserra comme à contrecœur sa prise sur mes poignets, sans pour autant les libérer ; je les retirai moi-même.

-Tu as dû faire un sacré cauchemar, reprit-il.

-En effet, dis-je en m'adossant à la tête du lit.

Nala qui c’était calmer, se blottit contre mon flanc.

-Qu'est-ce que c'était ?

J'ignorai sa question.

-Qu'est-ce que tu fais là ?

-Je viens de te le dire. J'ai entendu du bruit et...

-Non, ce que je veux savoir, c'est ce que tu fichais derrière ma porte en plein jour. Tout les novices rouges que je connais évitent le soleil et dorment comme des masses à cette heure-ci.

-Oui, je pourrais dormir, et alors ? De toute façon, il n'y a pas de soleil. Tout est gris et gelé.

-La tempête ne s'est pas arrêté ?

-Non, et on annonce un autre front aujourd'hui. Ça doit être galère pour les humains qui ne disposent pas de tous les générateurs et du matériel que nous avons ici.

En parlant de ça... Y avait-il un générateur à l'abbaye ? Il fallait que je téléphone à soeur Marie Angela au plus vite. Non, il fallait carément que je la voie ! Ma grand-mère me manquait, et j'en avait assez de me sentir sans cesse en danger.

Je soupirai, accablée. Combien de temps avais-je dormi ? Je fis le calcul : environ cinq heures, dont une partie en compagnie de Kalona, dans un lieu surréaliste. Bref, pas très reposant...

-Tu parais fatiguée, remarqua Stark.

-Tu n'as pas répondu à ma question.

Il me dévisagea et souffla bruyamment.

-J'avais besoin de te voir.

-Pourquoi ?

Ses yeux marron cherchèrent les miens. Il ressemblait tant au Stark d'autrefois que c'en était déconcertant. Seul le contour rouge de son tatouage me rappelait qu'il avait changé.

-Ils veulent faire en sorte que tu me détestes.

-Qui, << ils>> ? Et, pour ta gouverne, personne ne contrôle ce que je ressens.

À peine avais-je prononcé ces mots que je me revis dans les bras de Kalona. Je chassai aussitôt cette image de mon esprit.

-Eux...tout le monde. Ils vont te raconter que je suis un monstre, et tu vas les croire.

Je soutint son regard, sans parler, sans ciller. Il craqua le premier et baissa les yeux.

-Si tu n'avais pas mordu Becca et si tu ne tournais pas toujours autour de Kalona armé de << l'arc-qui-ne-manque-jamais-sa-cible>>, ils te prendraient peut-être pour un gentil garçon.

-Tu es toujours aussi directe ?

-Non, mais j'essaie. Écoute, je suis crevée, et je viens de me réveiller d'un horrible cauchemar. Il se passe des choses graves ici, et ça m'angoisse. C'est toi qui est venu me voir, alors, parle ! Je ne suis pas d'humeur à jouer aux devinettes.

-Je suis là parce que, je ressens,lâcha-t-il d'une traite.

-Tu ressens quoi ?

-Je ressens, c'est tout, dit-il en se frottant le front, comme s'il avait la migraine. Depuis ce qui m'est arrivé, j'ai l'impression qu'une partie de moi est morte et je n'ai plus de vrais sentiments. J'ai juste des pulsions,surtout quand je n'ai pas bu de sang depuis un moment. Manger, dormir, vivre,mourir : pour moi, c'est automatique, de prendre ce dont j'ai envie. Comme avec cette fille.

-Becca, dis-je froidement. Elle s'appelle Becca.

-OK, si tu le dis.

Son expression s'était durcie. Il n'avait pas les yeux rouges, mais il se comportait comme un abruti, et, vu mon état, il n'en fallait pas plus pour m'énerver.

-Tu l'as agressée ! m'écriai-je. Tu a essayer d'abuser d'elle. Écoute, c'est très simple : si tu ne veux pas que les gens disent du mal de toi, alors conduis-toi en conséquence.

Je décelai une lueur écarlate dans ses yeux flamboyants.

-Elle aurait aimé ça. Si toi et le combattant étiez arrivés cinq minutes plus tard, vous vous en seriez aperçus.

-Tu plaisantes ou quoi ? Tu pense vraiment que contrôler l'esprit de quelqu'un, ça fait partie des préliminaires ?

-Elle était bouleversée quand tu l'as retrouver à l’intérieur ? Ou clamait-elle que j'étais canon et qu'elle ne m'en voulais pas ?

-Et alors ? Ça suffit à te dédouaner ? Tu as embrouillé son esprit pour lui donné envie d'être avec toi. C'est mal !

-Tu m'as embrasser juste après, et je n'ai pas eu à te forcer !

-Eh bien, il faut croire que j'ai très mauvais goût en matière de garçons. Mais je peux te promettre que là, tout de suite, je n'ai aucune envie de me jeter dans tes bras.

Il se leva brusquement.

-Je ne sais pas ce que je fous ici ! Je suis ce que je suis, et personne ne peut rien y changer.

Furieux, il se dirigea vers la porte.

-Toi, tu peux changer.

J'avais parler doucement, mais mes mots parurent se matérialisait et s'enrouler autour de lui, l'obligeant à s'arrêter. Il resta là un moment, les poings serrés, la tête penchée, en proie à un combat intérieur.

-Tu vois, c'est ce que je tentais de t'expliquer, fit-il enfin sans se retourner. Quand tu dis des choses comme ça, je ressens de nouveau.

-Peut-être parce que je suis la seule à te dire la vérité.

Ces mots m'avaient été soufflés par Nyx. Je pris une grande bouffée d'air et m'efforçai de me recentrer et de recoudre, malgré ma blessure et mes soucis, le tissus déchiré de l'humanité de Stark.

-Je ne te prends pas pour un monstre, mais pas non plus pour un enfant de choeur. Je vois qui tu es, et je crois en celui que tu pourrais décidé d'être. Stark, tu ne comprends pas ? Kalona et Neferet se servent de toi ! Si tu ne veux pas devenir leur créature, tu dois choisir une autre voie et les combattre, eux et l'obscurité dont ils s'entourent. Le mal l'emportera si les gens bien ne réagissent pas.

Je touchai sans doute une corde sensible, car il se tourna lentement vers moi.

-Je ne suis pas quelqu'un de bien.

-tu l'était autrefois ! Je n'ai pas oublié, comme je te l'avais promis. Rien n'est perdu.

-Quand c'est toi qui le dis, j'y crois presque...

-Y croire, c'est le premier pas. Ensuite, il faut agir.

Comme il se taisait, je me mis à penser à voix haute.;

-Tu ne t'es jamais demander pourquoi nos chemins ne cessent de se croiser ?

Il me fit un sourire de bad boy.

-Parce que tu es trop sexy ?

Je lui rendis son sourire malgré moi.

-Bien sûr, mais à part ça?

-Ça me suffit.

-Ce n'est pas vraiment ce que j'avais en tête. Je pensais plutôt à Nyx, et à l'importance que tu as pour elle.

Son sourire disparut aussitôt.

-La déesse ne veut plus rien avoir à faire avec moi ! Plus maintenant.

-Tu pourrais être surpris. Tu te souviens d'Aphrodite ?

-Un peu, oui. C'est la bêcheuse qui se prend pour la reine de l'amour ?

-Exactement. Elle et Nyx sont comme ça, dis-je en enlaçant mes doigts.

-Vraiment ?

-Je t'assure, dis-je avant de bailler. Désolée, je n'ai pas beaucoup dormi ces dernier temps. Entre le stress, ma blessure et les mauvais rêves, le sommeil m'a un peu boudée.

-Je peux te poser une question sur tes rêves ?

-Je hochai la tête.

-Tu y vois Kalona ?

-Pourquoi tu me demande ça ? fis-je, surprise.

-C'est ce qu'il fait. Il entre dans les rêves des gens.

-Il est entré dans les tiens ?

-Non, mais j'ai entendu des novices en parler. Sauf qu'elles avaient l'air d'avoir beaucoup plus aimé que toi.

-Ça, je veux bien le croire...

-J'ai quelque chose à te dire, mais je ne veux pas que tu penses que c'est un prétexte pour te draguer.

-Quoi ?

Il avait l'air très gêné, nerveux.

-Il aura plus de mal à s'introduire dans tes rêves si tu ne dors pas seule.

Je le dévisageai sans ciller. C'était exactement le genre de mensonge qu'inventerait un garçon pour se glisser dans le lit d'une fille.

-Je ne dormais pas seule la première fois que c'est arrivé.

-Tu était avec un mec ?

-Non, répondis-je en rougissant. Avec ma camarade de chambre.

-Il faut que ce soit un garçon. Il n'aime pas la concurrence...

-Stark, j'ai l'impression que tu me raconte des salades.

-Des salades ? répéta-t-il en souriant. Ça se dit encore, ça ?

-Moi, je le dis. Et comment es-tu au courant de ce petit secret ?

-Kalona parle beaucoup en ma présence, comme si, parfois, il ne me remarquai même pas. J'ai surpris une conversation entre lui et Rephaim. Il disait qu'il avait envisagé de placer des Corbeaux Moqueurs entre le dortoir des filles et celui des garçons pour les empêcher de se retrouver, mais qu'il avait changé d'avis parce qu'il n'avait de toute façon aucun mal à les contrôler - qu'il pénètre ou non dans leurs rêves.

-C'est dégueulasse ! Et les professeurs ? Sont-il tous sous son emprise ?

-Apparemment. En tout cas, aucun ne s'est opposé à lui ou à Neferet.

Je m'était attendue à ce que mes questions le mettent sur la défensive, mais il me parlait comme si de rien n'était. Je décidai de retenter ma chance.

-Et les fils d'Érebus ? Je n'en ai vu qu'un seul depuis mon retour.

-Ils sont morts, pour la plupart. Lorsque Shekinah est tombée Ate a pété les plombs et à lancé l'assaut contre Kalona, même si, à mon avis, ce n'est pas lui qui l'avait tuée.

-Non, c'est Neferet.

-Mouais, sûrement. C'est une garce vindicative.

-Tiens...je te prenais pour l'un de ses fans.

-Non.

-Tu en est sûr ?

-Oui.

-Elle le sait ?

-Non. Je me souviens qu'avant ma mort tu m'avait dit de me méfier d'elle. Tu avais raison.

-Stark, elle est en train de changer, n'es-ce pas ? Elle n'est plus seulement une grande prêtresse vampire ?

-Elle n'est pas normale, c'est sûr. Elle a des pouvoirs étranges. Je te jure qu'elle peux espionner les gens mieux que kalona.

Il détourna les yeux un instant. Quand il les reposa sur moi, ils étaient emplis d'une profonde tristesse.

-J'aurais aimé que tu soit là, plutôt que Neferet.

-Là, où ?

-Tu surveillais mon corps avec cette espèce de caméra, n'est-ce pas ?

-Oui. Je ne voulais ta laisser seul, et je n'avais pas trouvé de meilleur moyen. Ensuite, ma grand-mère a eu un accident,et tout a dégénéré... Je suis désolée.

-Moi aussi, je suis désolé. Tout aurait été différent si j'avais ouvert les yeux sur toi.

J'aurais voulu l'interroger plus en détail sur ce qui s'était passé quand il était revenu à la vie, mais son visage fermé et son regard douloureux m'en dissuadèrent.

-Écoute, dit-il, changeant brusquement de sujet. Tu dois te reposer. Moi aussi, je suis fatigué. Si on dormait ensemble ? Il s'agit juste de dormir, je te promets que je ne tenterai rien.

-Je ne pense pas, non.

-Tu préfères que Kalona se pointe dans tes rêves ?

-Non, mais...euh...Je ne crois pas que ce soit une bonne idée.

-Parce que tu ne crois pas que je tiendrais parole.

-Non, parce que je ne veut pas que quelqu'un sachent que tu es venu ici, dis-je en toute sincérité.

-Je partirai avant que tout le monde se réveille.

Je sus alors que ma réponse positive pourrait l'aider à retrouver son humanité. Les deux derniers vers du poème de Kramisha résonnèrent de nouveau dans mon esprit.

-Bon d'accord. Mais tu as intérêt à déguerpir à temps !

-Tu es sérieuse ?

-J'en ai bien peur. Maintenant, viens, ou je risque de sombrer en plein milieu d'une phrase.

-Cool ! Pas besoin qu'on me le dise deux fois. Je suis un monstre, pas un imbécile.

Je me poussai sur le côté, délogeant Nala. Elle râla et alla au pied du lit, où elle tourna trois fois sur elle-même et s'endormit avant même d'avoir posé la tête sur ses pattes.

Stark s'approcha. Je le retins d'un geste.

-Quoi ?

-D'abord je veux que tu te débarrasses de cet arc et ces flèches qui te poussent dans le dos.

-Oh, d'accord.

Il posa son attirail par terre. Je ne retirai pas mon bras.

-Quoi encore ?

-Si tu crois que tu va monter dans mon lit avec tes chaussures, tu rêves.

-Oups, pardon, marmonna-t-il en ôtant ses baskets d'un coup de pied. Tu veux que j'enlève autre chose encore ?

Je lui fis les gros yeux. Comme si il n'était pas assez sexy comme ça, avec son tee-shirt noir, son jean et son sourire narquois...

-Non, ça suffira. Allez, viens. Je suis crevée.

Il m'obéit, et je me rendis soudain compte que mon lit était très étroit...

-Éteins la lumière, fis-je, faussement nonchalante.

Il s’exécuta, et nous fûmes plongés dans le noir.

-Alors, tu va aller en cours ce soir ? demanda-t-il.

-Oui, je pense. Et il faut que j'aille fouiller dans le Hummer de Darius, m'empressai-je d'ajouter pour ne pas éveillé sa curiosité sur nos plans. J'ai laissé mon sac dedans. Enfin, j'espère. Si je l'ai perdu,c'est une catastrophe !

-Voilà quelque chose qui me fout les jetons.

-Quoi donc ?

-Les sacs des filles, et tous ces trucs bizarres que vous trimballez dedans.

-Oh là là !On n'y met que des <<trucs>> normaux, des trucs de fille, répondis-je, amusée.

-Le terme <<normal>> ne s'applique pas à vos sacs à main.

Il frissonna. J'éclatai de rire.

-Si ma grand-mère était là, elle te qualifierait d'énigme.

-C'est un critique ou un compliment ?

-Ça veut dire que tu es déconcertant : un guerrier macho, dangereux, qui ne maque jamais sa cible, et panique devant un simple sac à main. C'est un peut ton araignée à toi.

-Mon araignée ? Comment ça ?

-Je déteste les araignées, avouai-je en frémissant à mon tour.

-Oh, je vois. C'est ça, pour moi, vos sacs sont d'énormes araignées.et quand on les ouvre, on découvre un nid de bébé araignées.

-C'est bon j'ai compris ! Tu me donnent envie de vomir. On peut changer de sujet ?

-Avec plaisir. Bon...Pour que ça marche vraiment, je crois qu'il faut que tu touches la personne avec qui tu dors.

-C'est ça, oui !

-Je ne plaisante pas. Pourquoi penses-tu que ça ne suffise pas de dormir avec une camarade de chambre ? Il faut un contact physique entre un gars et une fille. Enfin, je suppose que ça marcherait aussi entre deux mecs, genre Damien et son petit copain. Ou même entre deux filles si elle sont portées là-dessus..Je raconte n'importe quoi, là, non ?

-Oui.

À vrai dire, la nervosité me rendait bavarde moi aussi, et j'étais ravie de voir que je n'était pas la seule.

-Il ne faut pas que tu es peur de moi, reprit-il. Je ne vais pas te faire de mal.

-Pourquoi ? Parce que tu sais que je peux demandai aux éléments de te donner une raclée ?

-Parce que je tiens à toi. Toi aussi tu commençai à t'attacher à moi, avant tout ça, pas vrai ?

-Oui, répondis-je en me disant que c'était le moment idéale de mentionner mon histoire avec Erik, voire d'évoquer Heath.

Seulement, j'essayais d'aider ce pauvre garçon et, dans cette situation, il y avait sans doute mieux que de lui balancer <<Hé, je vais dormir avec toi et faire comme si je tenais à toi, mais j'ai un copain. Enfin, deux.>>

De toute manière, il fallait que j'arrête de me voiler le face. Erik m'était longtemps apparu comme le petit copain idéal ; tout le monde pensait qu'il était fait pour moi. Pourtant, depuis que nous étions ensemble, j'avais toujours été attirée par d'autre garçons - Heath, Loren, Stark - et ce avant même qu'il deviennent d'une possessivité maladive. Je ne voyais que deux explications : ou il manquait quelque chose à motre relation, ou je me transformais en une traînée détestable, ce dont, honnêtement, je n'avais pas l'impression. J'étais juste une fille qui aimait plusieurs garçons à la fois.

Stark remua, et je sursautai en sentant sa main contre la mienne.

-Viens là, dit-il. Tu peux poser ta tête sur ma poitrine. Je te protégerai promis.

Chassant Erik de mes pensées, je me glissai dans ses bras. Au point où j'en était...J'essayai de me détendre mais je n'arrêtai pas de me demander si la position était confortable pour lui. Étais-je trop lourde ? Trop proche de lui ? Pas assez ?

Alors il posa sa main sur ma tête. Je crus que c'était pour la déplacer parce que je le gênais, ou même pour m'étrangler, allez savoir...À ma grande stupéfaction,il se contenta de me caresser les cheveux, comme si j'était un cheval ombrageux.

-Tu as de très beau cheveux, murmura-t-il, je te l'ai déjà dit on je l'ai seulement pensé ?

-Tu as dû le penser.

-Je t'avouerais bien que je t'ai trouvée franchement canon quand je t'ai vu toute nue, aujourd'hui, mais étant donné les circonstances, ce serait peut-être déplacé.

-En effet, dis-je en me raidissant, prête à bondir. Ce serait tout à fait déplacé.

-Tu vas te détendre, oui ? demanda-t-il en rigolant.

-Alors arrête de parler de ça.

-D'accord.

Il se tut un instant avant de poursuivre :

-Ce Corbeau Moqueur ne t'as pas ratée.

-Non.

-Kalona te veux indemne. L'autre va se prendre une de ces raclés !

-Il ne reviendra pas. Je l'ai tué. Brûlé, plus précisément.

-Zoey, peut-tu me promettre encore une chance ?

-Je te rappelle que tu n'as pas l'air enchanté quand je tiens parole...

-Cette fois,si.

-Alors ?

-Jure-moi que, si je deviens un véritable monstre, comme eux, tu me brûlera moi aussi.

-Ce n'est pas le genre de promesse que j'ai envie de faire.

-Alors, réfléchis bien, parce qu'il pourrait que tu es à la tenir.

Nous restâmes silencieux. Les seuls bruits que j'entendais était les ronflement de Nala, et battement du coeur de Stark sous mon oreille. Mes paupières étaient incroyablement lourdes...

-Tu ferrais quelque chose pour moi ? murmurai-je.

-Il n'y a rien que je ne ferai pas pour toi.

-Arrête de dire que tu es un monstre.

-Sa main s'immobilisa un instant sur mes cheveux. Je sentis ses lèvres sur mon front.

-Dors, maintenant. Je veille sur toi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lealost 2011-06-10T20:31:22+02:00

Il s'appracha de moi. Il ne me toucha pas, mais ne détacha pas sont regard du mien. Il mit un genou à terre et posa le poing sur le coeur.

-Qu'est ce que tu fais?

-Je me mets à ton service. Tu ne t'es pas encore transformée, mais même les fils d'érebus t'appellent prêtresse. Or, depuis des millénaires, les combattants se donnent corps, coeur et âme à leur grande pêtresse et jurent de la protéger. J'ai beau n'être qu'un novice, je pense avoir fait mes preuves en tant que guerrier.

-Moi aussi, je ne suis qu'une novice, alors nous en sommes au même point, dis-je d'une voix tremblante, émue.

-Acceptez-vous mon serment, ma dame?

Afficher en entier
Extrait ajouté par moumouthe 2011-10-08T13:39:19+02:00

-Voilà quelque chose qui me fout les jetons.

-Quoi donc?

-Les sac des filles, et tous ces trucs bizarres que vous trimballez dedans.

-Oh la la! On n'y met que des <<trucs>> normaux, des trucs de fille, repondis-je, amusée.

-Le terme <<normal>> ne s'applique pas à vos sacs à main.

Il frissonna. J'éclatai de rire.

-Si ma grand-mère était là, elle te qualifierait d'énigme.

-C'est une critique ou un compliment?

-Ça veut dire que tu es déconcertant: un guerrier macho, dangereux, qui ne manque jamais sa cible, et qui panique devant un simple sac à main. C'est un peu ton araignée à toi.

-Mon araignée? Comment ça?

-Je déteste les araignées, avouai-je en frémissant à mon tour.

-Oh, je vois. C'est ça, pour moi, vos sacs sont d'énormes araignées. Et quand on les ouvre, on découvre un nid de bébés araignées.

Afficher en entier
Extrait ajouté par moumouthe 2011-10-08T13:39:19+02:00

-Tu m'as embrassé juste après, et je n'ai pas eu à te forcer!

-Eh bien, il faut croire que j'ai très mauvais goût en matière de garçons. Mais je peux te promettre que là, tout de suite, je n'ai aucune envie de me jeter dans tes bras.

Afficher en entier
Extrait ajouté par -Alexia- 2011-10-22T17:28:48+02:00

-je ne manquerai pas ma cible,dit-il, ne s'adressant qu'à moi , le coeur de ma Dame , que je porte en moi comme s'il était le mien .

Aussitôt, les ombres qui étreignaient son corps se dissipèrent et je compris ce qu'il allait faire.

Il pointa son arc sur moi et tira.

-Air, Feu, Eau, Terre, Esprit ! criai-je, affolée. Entendez-moi ! Empêchez cette flèche de le toucher ! Je ne m'était pas trompée : le prejectile venait soudain de changer de direction, filant droit sur Stark.

Afficher en entier

darius stark m'a prêté serment. il est mon combattant désormais.

-un serment d'allégeance! et tu l'a accepté?

-oui et ,juste apres il s'est transformé.

-alors il te doit obéissance jusqu'a ce que tu le libère de son engagement,soupira-t-il.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Nadia_57 2012-02-01T11:39:53+01:00

"- D'ailleurs, tout le monde était fasciné quand Kalona est apparu, dit Damien.

Vénus eut un petit rire méprisant, assez similaire à celui d'Aphradite dans ses pires moments.

- Parle pour toi ! Nous, on a su que c'était un sale type à la seconde où on l'a vu.

- Comment vous vous en êtes doutés ? demandai-je. Tous les autres novices - enfin, à part nous - sont tombés à genoux ! Même les Fils d'Erebus n'ont rien tenté contre lui.

Je me gardai bien d'avouer qu'il m'avait attirée, moi aussi.

Vénus haussa les épaules.

- C'était évident. D'accord, il est sexy, mais bon ! Il a jailli de la terre juste à l'endroit où Lucie avait saigné.

Je la fixai avec attention : si elle identifiait si facilement le mal, c'était peut-être qu'elle-même ne le connaissait que trop bien...

- Et puis, il a des ailes ! ajouta Kramisha. C'est trop louche. Ma mère m'a toujours dit de me méfier des garçons, même des plus beaux. Si vous voulez mon avis, un beau mec ailé qui déboule dans un bain de sang avec des oiseaux hideux, ça ne sent pas bon."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Helgrind 2012-08-22T13:17:56+02:00

- Dracula a beau être un monstre, j'ai toujours de la peine pour lui.

- De la peine ? Zoey, il est le mal incarné !

- D'accord, mais il aime Mina. Comment quelqu'un de foncièrement mauvais pourrait-il connaître l'amour ?

- Hé, je n'en suis pas encore là ! Ne me raconte pas tout !

Je roulai des yeux.

- Erik, tu sais bien que Dracula est fou de Mina ! Il la mord, et elle commence à se transformer. C'est à cause de ça que le compte est traqué, et finalement ...

- Stop ! s'écria-t-il en me couvrant la bouche. Je ne plaisantais pas ! Je ne veux pas que tu me racontes la fin. Si j'enlève ma main, tu me promets de bien te tenir ?

Je hochai la tête.

Il ôta sa main, mais il ne s'éloigna pas. Je poussai un soupir d'aise : je me sentais si bien avec lui ! J'étais vraiment heureuse de l'avoir retrouvé.

- Tu veux que je te dise comment j'aimerais que le livre se termine ? demandai-je.

- Tu me jures de ne pas me révéler la vraie fin ?

- Croix de bois, croix de fer !

- Alors, vas-y, dit-il d'une voix basse, intime.

- Je voudrais que Dracula ne laisse personne s'interposer entre Mina et lui. Qu'il la morde, qu'elle devienne comme lui et qu'il m'emmène loin, où ils resteraient ensemble pour toujours, et vivraient heureux.

- Parce qu'ils se ressemblent et sont faits l'un pour l'autre, conclut Erik.

Je sondai ses yeux bleus extraordinaire ; il était très sérieux.

- Oui, malgré toutes les épreuves qu'ils ont endurées. Ils devraient se pardonner leurs erreurs. Je pense qu'ils en sont capables.

- Je le pense aussi. Quand deux personnes tiennent vraiment l'une à l'autre, elles peuvent tous se pardonner.

Nous ne parlions plus des personnages du livre ; nous parlions de notre propre histoire, nous nous testions pour savoir si elle pourrait fonctionner.

Afficher en entier

Le rêve a commencé avec un bruit d'ailes. Avec le recul je me rends compte que j'aurais dû savoir que c'était mauvais signe, ce qui avec le Mockers Raven être mis en vrac et tout, mais dans mon rêve c'était juste le bruit de fond, un peu comme un fan vrombissant ou le téléviseur allumé à l'QVC.

Dans mon rêve, j'étais debout au milieu d'une belle prairie. Il faisait nuit, mais il y avait une énorme lune pleine planant juste au-dessus des arbres qui encadraient la prairie. Il émettent une lumière bleu argent assez forte pour jeter des ombres et fait regarder tout comme il a été sous-marine, une impression qui est renforcée par la douce brise souffle l'herbe douce contre mes jambes nues dans les balayages et tourbillonne comme clapotis des vagues contre un doux rivage. Ce même vent soulevait mes cheveux épais noir de mes épaules nues et il s'est senti comme de la soie flottante contre ma peau.

les jambes nues? épaules nues?

J'ai regardé en bas et de laisser un peu de surprise yip. Je portais une mini-robe en peau de daim sont très loin. La partie supérieure de celui-ci a été coupé dans une large gamme V, avant et arrière, de sorte qu'il accroché sur mes épaules, laissant beaucoup de peau visible. La robe elle-même était incroyable. Il était blanc et orné de franges, des plumes et des coquillages et semblait luire au clair de lune. Partout il a été perlé avec des motifs complexes qui ont été incroyablement belle.

Mon imagination est si sacrément cool!

La robe chatouillé une mémoire, mais je l'ai ignoré. Je ne veux pas penser trop fort-je rêvais! Au lieu de réfléchir moments déjà vu j'ai dansé avec grâce à travers la prairie, se demandant si Zac Efron ou encore Johnny Depp allait surgir et flirter outrageusement avec moi.

J'ai jeté un œil autour de tournoyer comme je l'ai et se balançait avec le vent et j'ai cru voir le scintillement des ombres et se déplacer dans les arbres curieusement massive. Je me suis arrêté et a essayé de loucher pour que je puisse regarder de plus près à ce qui se passait dans l'obscurité. Connaissant moi et mes rêves étranges, je créé bouteilles de boisson gazeuse brune suspendu à des membres comme des fruits étranges, qui n'attendent que moi pour les ramasser.

C'est quand il a comparu.

Au bord de la prairie, juste à l'intérieur les ombres des arbres, une forme matérialisée. Je pouvais voir son corps parce que le clair de lune pris le bon, les lignes de sa peau nue.

Naked?

Je me suis arrêté. Si mon imagination a perdu son esprit? Je n'étais pas vraiment à gambader autour d'une prairie avec un mec nu, même s'il était le mystérieux M. étonnamment Johnny Depp.

«Vous hésitez, mon amour?"

Au son de sa voix un frisson passa à travers mon corps, et terrible, rire moqueur chuchota à travers les feuilles des arbres. "Qui êtes-vous?" Je suis heureux que ma voix rêve ne s'est pas trahir la peur que je ressentais.

Son rire était aussi profonde et aussi belle que sa voix, et aussi effrayant. Il fait écho dans les membres des arbres à regarder jusqu'à ce qu'il dérive presque visible dans l'air autour de moi.

"Avez-vous prétendre que vous ne me connaissez pas?"

Sa voix brossé contre mon corps, ce qui rend les petits poils sur mes bras se lever.

"Ouais, je te connais. Je vous pris. C'est mon rêve. Vous êtes un mélange de Zac et Johnny. "J'ai hésité, la scrutant à lui. J'ai parlé avec nonchalance, même si mon cœur battait comme un fou, car il était déjà évident que ce gars était pas un mélange de ces deux acteurs. "Eh bien, peut-être vous êtes Superman ou prince charmant, lui dis-je, atteignant pour rien que la vérité.

«Je ne suis pas un fruit de votre imagination. Vous me connaissez. Votre âme me connaît. "

Je n'avais pas bougé mes pieds, mais mon corps a été peu à peu attiré vers lui, comme sa voix me tirait. Je l'ai atteint et leva les yeux et plus. . .

Il a été Kalona. Je l'avais connu dès les premiers mots qu'il avait prononcés. Je n'avais pas voulu me l'avouer. Comment aurais-je pu lui rêvé?

Nightmare-ce devait être un cauchemar et non un rêve.

Son corps était nu, mais il n'a pas été complètement substantielle. Sa forme vacillé et décalé dans le temps avec la brise caressante. Derrière lui, dans l'ombre vert foncé des arbres, je voyais les formes fantomatiques de ses enfants, le Mockers Raven, comme ils se sont accrochés aux branches avec les mains et les pieds des hommes et me regarda avec des yeux des hommes de la muté faces des oiseaux.

"Avez-vous encore prétendre ne pas me connaître?"

Ses yeux étaient sombres, un ciel sans étoiles. Ils ont semblé la chose la plus importante autour de lui. C'est sa voix et liquide. Même s'il s'agit d'un cauchemar, c'est toujours la mienne. Je peux me réveille! Je veux me réveiller! Je veux me réveiller!

Mais je n'ai pas. Je ne pouvais pas. Je n'étais pas en contrôle. Kalona été. Il avait bâti ce rêve, cette prairie cauchemar sombre, et en quelque sorte qui m'avait amené là, fermer la porte à la réalité derrière nous.

«Que voulez-vous?" Je l'ai dit les mots rapidement, de sorte qu'il ne pouvait pas entendre ma voix tremblante.

"Vous savez ce que je veux, mon amour. Je te veux. "

"Je ne suis pas ton amour."

«Bien sûr que vous êtes." Il propose cette fois, pas à pas si près de moi que je pouvais sentir le froid qui venait de son corps sans substance. "Mon A-toi."

A-ya a été le nom de la jeune fille pour les femmes Cherokee Wise avait créé le prendre au piège il ya des siècles. Panic dopés par moi. "Je ne suis pas A-ya!"

"Vous les éléments de commande," sa voix était une caresse, terrible et merveilleux, envoûtant et terrifiant.

«Cadeaux de ma déesse, lui dis-je.

"Une fois avant que vous commandé les éléments. Vous avez été fait d'eux. Façonné à m'aimer. "Ses ailes sombres massives agité et levé. Battre doucement vers l'avant, ils m'ont enfermée dans une étreinte qui spectrale était froid comme le gel.

«Non! Vous devez me confondre avec quelqu'un d'autre. Je ne suis pas A-toi. "

"Vous avez tort, mon amour. Je la sens en toi. "

Ses ailes pressée contre mon corps, le dessin me rapprocher de lui. Même si sa forme physique était seulement semi-importante, je pouvais le sentir. Ses ailes sont molles. froid de l'hiver contre la chaleur de mon rêve de soi. Le contour de son corps était froid brouillard. Il a brûlé ma peau, l'envoi de courants électriques à travers moi, me chauffe avec un désir que je ne veux pas me sentir, mais a été incapable de résister.

Son rire était séduisante. Je voulais me noyer dedans. Je me penchai en avant, fermant les yeux et haletant à haute voix que le froid de son esprit effleuré mes seins, l'envoi de tir sensations qui ont été douloureuse, mais délicieusement érotique de place dans mon corps, qui m'a fait me sentir hors de contrôle.

"Vous aimez la douleur. Il vous apporte du plaisir. "Ses ailes obtenu plus insistante, son corps plus fort et plus froid et plus de passion douloureuse soit-elle pressée contre la mienne. "Surrender à moi." Sa voix, déjà belle, a été incroyablement séduisant, il est devenu excité. «J'ai passé des siècles dans vos bras. Cette fois, notre adhésion sera contrôlée par moi, et vous délecter dans le moyen sûr que je peux vous apporter. Briser le carcan de votre déesse lointaine et venez à moi. Soyez mon amour, vraiment, dans le corps ainsi que l'âme et je vous donnerai le monde! "

Le sens de ses paroles pénétré à travers la brume de la douleur et le plaisir comme le soleil brûlant de rosée. J'ai trouvé ma volonté à nouveau, et trébucha sur l'étreinte de ses ailes. Vrilles de la fumée noire glacée serpentait autour de mon corps, s'accrochant. . . toucher. . . caressant. . .

Je me secouai comme un chat furieux secouer la pluie et les feux follets sombre glissé de mon corps. «Non! Je ne suis pas ton amour. Je ne suis pas A-ya. Et je ne serai jamais tourner le dos à Nyx! "

Quand j'ai parlé nom de Nyx, le cauchemar brisé.

Je me suis assis tout droit dans son lit, tremblant et haletant. Stevie Rae dormait profondément à côté de moi, mais Nala était éveillé. Elle grondait doucement. Son dos était voûté, son corps a été totalement soufflé, et elle regardait yeux bridés à l'air au dessus de moi.

"Ah, l'enfer!" Je hurla et bondit du lit, tournant autour et levant les yeux, s'attendant à voir Kalona planant comme un géant batbird sur nous.

Rien. Il n'y avait rien.

J'ai attrapé Nala et s'assit sur le lit. Les mains tremblantes, je l'ai caressé à plusieurs reprises. "C'était juste un mauvais rêve. . . c'était juste un mauvais rêve. . . c'était juste un mauvais rêve, lui dis-je, mais je savais que c'était un mensonge. Kalona était réel, et en quelque sorte, il a pu me rejoindre dans mes rêves.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Bbey 2011-08-03T14:03:55+02:00

Je regardais mon combattant dans les yeux. L'aura noire qui enveloppait Neferet s'étendit jusqu'à lui, s'enroulant autour de ses chevilles, remontant le long de son corps... Je voyais qu'il luttait de toutes ses forces contre l'emprise qu'elle avait sur lui. Je retins la respiration : son serment suffirait-il à rompre ce lien ?

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode