Livres
466 597
Membres
430 721

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La maison des regrets



Description ajoutée par plume777j 2010-09-17T03:53:49+02:00

Résumé

Construite en 1940 à l'Abord-à-Plouc, cette maison située au bord de l'eau abritera trois familles en vingt ans de résistance. Malgré sa prestance et son accueil, elle n'engendrera que des regrets dans les coeurs de ceux qui auront misé sur ses murs pour être heureux. La famille Nevers, les angoisses du père, l'alcoolisme de la mère, les déboires de Luce, handicapée, l'espoir de Camille dont le bonheur jaillira ailleurs...

Puis la famille Chrette avec ses désordres, les vices de Mariette, l,homosexualité de Gaetan, la démence de Noella...

Et la famille Vilard avec la frigidité de Reine, le désarroi de son mari et l'amour de François, l'amant désespéré de la belle dame...

La maison des regrets, avec des tourments, ses tempêtes, changera trois fois d'âme et tentera en vain ou presque de souffler quelques joies. Tout cela sous les yeux impissants de Jérôme Ruest, l'épicier-boucher de l'endroit, de sa soeur Yolande, d'Honoré, le coordonier. et de mademoiselle Cardinal, l'institutrice qui, proche voisine, verra défiler tous ces gens d'un seul oeil faible, l'autre étant de verre.

Afficher en entier

Classement en biblio - 18 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par ilovelire 2016-02-24T22:33:20+01:00

Un an déjà que la famille Nevers faisait partie de L’Abord-à-Plouffe sans, toutefois, s’être rapprochée des paroissiens ni des voisins, dont mademoiselle Cardinal. Madame Nevers allait à la messe chaque dimanche avec son époux et leur fille, mais fait étrange, elle ne communiait jamais. Ce qui avait fait naître quelques ragots de la part des dames patronnesses. On se demandait si la femme de l’avocat n’était pas, par hasard, protestante. Peut-être venait-elle dans leur église seulement par politesse, ou dans le but précis d’éviter le fiel de certaines mauvaises langues? Sûr qu’on se questionnait, d’autant plus qu’elle n’adressait la parole à personne, et qu’elle ne répondait aux salutations que d’un très léger signe de tête. Camille, qui n’avait jamais porté attention à ce détail, la questionna un certain dimanche.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents


Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 18
Commentaires 0
Extraits 9
Evaluations 2
Note globale 6.5 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode