Livres
486 068
Membres
475 851

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Maison du chat-qui-pelote



Description ajoutée par camillel54 2010-06-25T17:39:48+02:00

Résumé

La Maison du Chat-qui-pelote, c'est d'abord une enseigne de boutique redoublée d'un tableau : " Une formidable pièce de bois, horizontalement appuyée sur quatre piliers qui paraissaient courbés par le poids de cette maison décrépite, avait été rechampie d'autant de couches de diverses peintures que la joue d'une vieille duchesse en a reçu de rouge. Au milieu de cette large poutre mignardement sculptée se trouvait un antique tableau représentant un chat qui pelotait. " Mais cette nouvelle, écrite en 1829 et plus tard placée par Balzac en ouverture de La Comédie humaine, est elle aussi un tableau vrai, tableau du Paris commerçant - le Marais et la rue Saint-Denis - que l'écrivain prend plaisir à peindre. Un tableau de moeurs, également, et son premier titre, Gloire et Malheur, laissait plus directement deviner que s'y jouait le destin d'une femme : " Les humbles et modestes fleurs, écloses dans les vallées, meurent peut-être quand elles sont transplantées trop près des cieux, aux régions où se forment les orages, où le soleil est brûlant. "

Afficher en entier

Classement en biblio - 135 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par x-Key 2012-04-28T14:26:06+02:00

Dans les grandes crises, le coeur se brise ou se bronze.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Lu aussi

J'ai apprécié le personnage d'Augustine et sa fin, bien que le style de l'auteur me soit pesant.

Afficher en entier
Pas apprécié

Je n'ai pas réussi à rentrer dans le récit, les trop nombreuses et trop précises descriptions plombaient le rythme. Un rythme lent donc, accompagné d'une intrigue presque absente.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Laurien 2019-03-17T19:35:19+01:00
Bronze

Pauvre petite Augustine... Elle n'a que la fraîche beauté de ses dix-huit ans. C'est peu face aux désirs idéalisés de son mari. Élevée dans une boutique obscure, elle n'a pas été formée à la beauté et ne peut comprendre les œuvres de Théodore que comprendrait une femme du monde bien élevé. Sous la surveillance d'une mère dévote, elle ne connaît pas les artifices permettant de retenir un homme, que les femmes du grand monde connaissent. L'amour ne suffit pas, et la pauvre Augustine s'éteint, une fois que son mari a assouvi ses désirs.

Pauvre Victorine aussi, la sœur moins belle, plus vieille, qui épouse un homme par devoir et reste derrière son comptoir sans plaisir.

Pauvres femmes, qui ne trouvent jamais le bonheur dans le mariage.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Reeve 2019-01-12T16:26:15+01:00
Lu aussi

Un livre court et simple à lire, l'histoire est intéressante, et les personnages sont tous différents.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lily67 2018-12-15T15:15:45+01:00
Lu aussi

Je l'ai lu deux fois, et malgré tout, malgré ces deux lectures, moins d'un mois après chacune d'elles, j'avais déjà oublier de quoi ça parlait. C'est dire si ce roman a fait une grande impression.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par fanfan50 2017-09-04T17:59:50+02:00
Diamant

C'est l'histoire d'un mauvais mariage dû à la faiblesse et à la vanité des parents entre une jeune fille de la bourgeoisie commerçante et un artiste de talent qui porte un nom aristocratique : le mari trouve sa femme sotte, la trompe avec une duchesse intrigante et elle en meurt de chagrin.

Balzac s'est souvenu avec quelque émotion du destin de sa jeune soeur Laurence que ses parents avaient poussée à épouser un noblaillon, M. de Montzaigle, qui la délaissa, chagrin dont elle mourut à 23 ans.

Dans ce roman, ce qu'il y a de neuf, c'est la découverte de la "vie privée" qui était un sujet fort peu traité à l'époque.

Un milieu familial est, pour l'auteur, un microclimat social qui a tout son atmosphère, ses coutumes locales, sa mentalité, son folklore. La maison, le mobilier, les vêtements, le ton, tout cet ensemble qu'on appelle "les moeurs" portent la même marque. Et ce gauchissement de l'être imposé par la famille est à la fois celui d'un certain milieu social et celui d'un milieu familial. Chaque animal a son terrier, chaque famille a, de même, son ambiance. Le commerçant est ainsi un certain animal social, classable dans la zoologie sociale, et, en même temps, dans cette classe un animal particulier qui impose son pelage et ses couleurs à sa famille.

La vie sociale avait créé autant d'espèces d'êtres humains qu'il y a d'espèces chez les animaux. Un soldat, un homme de loi, un ouvrier, un commerçant, une femme du monde ou une ménagère, sont des êtres différents fabriqués par la société, vivant dans leur milieu, ayant un pelage, une démarche, un habitacle qui leur sont propres. Ces différentes variétés d'êtres humains proviennent de la spécialisation à laquelle les a condamnés la vie sociale qui modèle les types humains comme le milieu produit les formes animales. Décrire les moeurs d'une société et les types humains qu'elle produit, c'est donc faire une "histoire naturelle de la société". Ce fut un des principes de sa nomenclature sociale dont la Maison du chat-qui-pelote est une application typique.

Mais, en même temps, découvrir ce microclimat, c'est faire de l'histoire. Les moeurs patriarcales de la famille Guillaume dans la Maison du chat-qui-pelote sont un morceau du passé conservé intact dans le présent. Il faut les noter comme il faut se dépêcher de décrire leur boutique typique, leurs habitudes commerciales, la vie des apprentis qu'on leur confie : car tout cela aura bientôt disparu. Balzac est un archéologue du proche passé. Et ce qui fait le malheur d'Augustine Guillaume, c'est que ses parents n'ont pas su l'accrocher à ce passé tutélaire. Malgré leurs souliers à boucles, ils ont fait du modernisme, ils ont permis un mariage que leurs traditions auraient dû interdire. Ils paient cette faute contre eux-mêmes.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par plumanna 2016-10-11T21:56:47+02:00
Lu aussi

Bon livre, un peu longuet par moment (notamment pour les descriptions qui on parfois tendance à s'éterniser). L'histoire est agréable à lire

Afficher en entier
Argent

Lu dans le cadre scolaire, j'ai bien aimé l'histoire de ce livre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par milaloup 2014-08-22T12:01:19+02:00
Lu aussi

quand jai lu le livre je l'ai trouver sans interet mais apres lavoir étudier en classe jai compris beaucoup de chose donc il faut prendre le temps de le lire bon courage

Afficher en entier
Lu aussi

c'est un livre que j'ai lu il y a très longtemps a l'école.

il me reste de vague souvenir

Afficher en entier

Date de sortie

La Maison du chat-qui-pelote

  • France : 1998-11-01 - Poche (Français)

Activité récente

nask le place en liste or
2019-05-12T16:49:08+02:00

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Les chiffres

Lecteurs 135
Commentaires 15
Extraits 4
Evaluations 33
Note globale 6.27 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode