Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
Les plus récents en premier
Les plus appréciés en premier


Par le Editer
C'est l'histoire d'un mauvais mariage dû à la faiblesse et à la vanité des parents entre une jeune fille de la bourgeoisie commerçante et un artiste de talent qui porte un nom aristocratique : le mari trouve sa femme sotte, la trompe avec une duchesse intrigante et elle en meurt de chagrin.
Balzac s'est souvenu avec quelque émotion du destin de sa jeune soeur Laurence que ses parents avaient poussée à épouser un noblaillon, M. de Montzaigle, qui la délaissa, chagrin dont elle mourut à 23 ans.
Dans ce roman, ce qu'il y a de neuf, c'est la découverte de la "vie privée" qui était un sujet fort peu traité à l'époque.
Un milieu familial est, pour l'auteur, un microclimat social qui a tout son atmosphère, ses coutumes locales, sa mentalité, son folklore. La maison, le mobilier, les vêtements, le ton, tout cet ensemble qu'on appelle "les moeurs" portent la même marque. Et ce gauchissement de l'être imposé par la famille est à la fois celui d'un certain milieu social et celui d'un milieu familial. Chaque animal a son terrier, chaque famille a, de même, son ambiance. Le commerçant est ainsi un certain animal social, classable dans la zoologie sociale, et, en même temps, dans cette classe un animal particulier qui impose son pelage et ses couleurs à sa famille.
La vie sociale avait créé autant d'espèces d'êtres humains qu'il y a d'espèces chez les animaux. Un soldat, un homme de loi, un ouvrier, un commerçant, une femme du monde ou une ménagère, sont des êtres différents fabriqués par la société, vivant dans leur milieu, ayant un pelage, une démarche, un habitacle qui leur sont propres. Ces différentes variétés d'êtres humains proviennent de la spécialisation à laquelle les a condamnés la vie sociale qui modèle les types humains comme le milieu produit les formes animales. Décrire les moeurs d'une société et les types humains qu'elle produit, c'est donc faire une "histoire naturelle de la société". Ce fut un des principes de sa nomenclature sociale dont la Maison du chat-qui-pelote est une application typique.
Mais, en même temps, découvrir ce microclimat, c'est faire de l'histoire. Les moeurs patriarcales de la famille Guillaume dans la Maison du chat-qui-pelote sont un morceau du passé conservé intact dans le présent. Il faut les noter comme il faut se dépêcher de décrire leur boutique typique, leurs habitudes commerciales, la vie des apprentis qu'on leur confie : car tout cela aura bientôt disparu. Balzac est un archéologue du proche passé. Et ce qui fait le malheur d'Augustine Guillaume, c'est que ses parents n'ont pas su l'accrocher à ce passé tutélaire. Malgré leurs souliers à boucles, ils ont fait du modernisme, ils ont permis un mariage que leurs traditions auraient dû interdire. Ils paient cette faute contre eux-mêmes.
Par le Editer
plumanna Lu aussi
Note : 7/10
Bon livre, un peu longuet par moment (notamment pour les descriptions qui on parfois tendance à s'éterniser). L'histoire est agréable à lire
Par le Editer
petite-coquelicot Argent
Note : 7/10
Lu dans le cadre scolaire, j'ai bien aimé l'histoire de ce livre.
Par le Editer
quand jai lu le livre je l'ai trouver sans interet mais apres lavoir étudier en classe jai compris beaucoup de chose donc il faut prendre le temps de le lire bon courage
Par le Editer
poussinette88 Lu aussi
Note : 10/10
c'est un livre que j'ai lu il y a très longtemps a l'école.
il me reste de vague souvenir
Par le Editer
Majojo47 Or
Note : 7/10
Livre plutôt bien avec beaucoup de description.
Par le Editer
Kirlan Diamant
Note : 9/10
Une nouvelle que j'ai adoré.

Celle-ci nous pose la question de savoir si un mariage passionnel est plus heureux qu'un mariage de raison.
J'ai beaucoup aimé la scène du tableau. La fin m'a plu et était cohérente avec l'histoire.

Ce qui est intéressant, c'est surtout que l'avis de l'auteur sur la question est à contre courant avec la société actuelle où on encourage les mariages d'amour et on dénigre les mariages de raison. J'ai trouvé cela très enrichissant. On en apprend beaucoup sur la bourgeoisie du XIXème.
Par le Editer
Fleurdencre Bronze
Note : 7/10
Une nouvelle intéressante qui pose la question : peut-on se lier avec une personne d'un milieu social différent ?
Petite histoire sympathique et facile à lire.
Par le Editer
peatchy Lu aussi
Note : 7/10
Un livre assez court, de longues descriptions... Lu il y a longtemps, mais les descriptions m'ont marquées.
Par le Editer
Bouboule Bronze
Note : 6/10
J'ai lu ce livre dans le cadre d'un cours en secondaires et ce qui me revient toujours à l'esprit quand j'y repense ce sont les descriptions. Longues parfois mais très précises aussi(au point qu'on nous les faisait dessiner en cours!).

Ajouter un commentaire

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.