Livres
464 309
Membres
424 761

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Reed & Eve

— On ne négocie pas avec Dieu, Eve.

— On peut négocier avec n’importe qui, tant qu’on a quelque chose qu’il veut et qu’il ne peut pas se procurer ailleurs.

Afficher en entier

— J’ai l’impression d’être une gamine dans la cour de récré avec une affichette TAPEZ-MOI accrochée dans le dos, maugréa-t-elle.

Elle se tourna vers Alec. Son affichette à lui aurait plutôt annoncé SI ON ME CHERCHE, ON ME TROUVE. Si Eve devait en porter une, elle voulait la même.

Afficher en entier

Alec lâcha un juron.

— Un nix ?

— C’est grave ? demanda Eve dont le regard passait d’un frère à l’autre.

— Carrément, oui ! Je parie que tu l’as mis en rage avec ta langue bien pendue.

— Ma langue n’a rien à se reprocher.

Les deux hommes braquèrent leurs yeux vers ses lèvres. Qui se mirent à la picoter. Eve se racla la gorge.

Afficher en entier

Eve sortit de la cuisine pour emprunter le couloir menant à sa chambre. Il la suivit.

— Où vas-tu ?

— Je n’ai pas très envie de ta compagnie, là, maintenant.

— Ange…

Eve fit volte-face dans un tourbillon de cheveux d’ébène et de soie rouge sang. Un mouvement agile et profondément gracieux. Sensuel, même.

— Je te sortirai de là, promit-il en tâchant de réprimer sa réaction de désir.

Il était tellement dur que c’en était douloureux. Eve baissa les yeux et ses lèvres s’ouvrirent sur un hoquet silencieux. Puis elle désigna son érection d’un doigt tremblant de colère.

— Range-moi ça ! Ça m’a causé assez d’ennuis comme ça !

Elle partit se réfugier dans sa chambre et claqua la porte.

Afficher en entier

— Je ne vais pas pouvoir aller plus loin, Alec. C’est toi qui m’as mêlée à tes histoires, fais en sorte de m’en sortir.

— J’essaie.

— Démène-toi un peu plus !

Elle laissa échapper un petit grognement qui évoquait un chaton en colère.

— Écoute, reprit-elle, je ne suis même pas capable de regarder un film d’horreur. Je flippe quand je dois marcher seule dans un parking souterrain. Devenir une femme bionique ne changera pas ma nature. Je ne suis pas capable de tuer qui que ce soit ! Je n’ai pas ça en moi.

— Dit la fille qui m’a accueilli à la porte avec une arme chargée.

— L’autodéfense, c’est une autre histoire, répliqua-t-elle avant de lui tourner le dos pour boire de longues gorgées de son café refroidi.

Afficher en entier

— Après que mon père a été créé, préféra-t-il raconter, les anges ont reçu l’ordre de s’agenouiller devant lui, car il était façonné à l’image du Seigneur.

— Dieu ne se prend pas pour de la merde, hein ? lâcha Eve avec un reniflement moqueur.

— Attention ! l’avertit Alec en la secouant brièvement. Tu vas t’attirer des ennuis à parler comme ça.

— Si les ennuis n’arrivaient que quand je parle…

Afficher en entier

Quand Eve émit un petit bruit, il se tourna vers elle. Elle se tenait à quelques pas de lui, les joues rouges et les yeux brillants. Sexuellement excitée.

Un grondement rauque s’échappa de la gorge d’Alec.

— Tiens-toi à l’écart de lui !

Elle redressa le menton, prête à se lancer dans une dispute, puis pivota finalement sur elle-même et se redressa sur la pointe des pieds pour ouvrir un placard et en sortir une bouteille de Baileys.

— Si tu cherches un moyen de planer un peu, ce n’est pas dans cette bouteille que tu le trouveras.

Eve interrompit son geste.

— Ton corps ne réagira plus à l’alcool – ni à aucun autre psychotrope – de la même façon qu’avant.

Eve baissa le bras et écrasa son poing sur la table. Elle reporta son attention vers lui, les yeux étrécis de colère.

— T’es en train de me dire que je ne peux plus planer ?

— Tu peux encore avoir des orgasmes jusqu’à la fin des temps. Ça ne te fait pas assez planer ?

— Je suis baisée…

— Quand tu veux, je suis tout à ton service.

— Oh, la ferme ! répliqua-t-elle. Tout ça est entièrement ta faute.

Afficher en entier

— Tout comme l’enfer possède plusieurs rois…

— ... Le paradis a ses caïds, termina Alec.

— Je n’apprécie pas ce terme, commenta Gadara.

— Il n’y a que la vérité qui blesse.

— Je ne vois aucune blessure.

— Ouais, ouais…

Afficher en entier

Eve se leva.

— Où tu vas ? aboyèrent à l’unisson les deux frères.

— Loin de vous deux. Je prendrai mon déjeuner à emporter. Ça vous donnera l’occasion de vous étriper pour savoir lequel d’entre vous doit régler la note.

Afficher en entier

— Laisse-moi tranquille, grogna-t-il, sa lèvre inférieure encore endolorie par la morsure de Sara.

— L’équipe est prête à partir, dit-elle. Ils attendent à Ontario, en Californie.

Elle était beaucoup plus docile à présent, apaisée et même légèrement contrite. Ça ne changeait rien. À cet instant, il la détestait, détestait l’image qu’elle lui renvoyait de lui-même, détestait qu’elle ait perçu chez lui des motivations qu’il n’avait pas voulu s’avouer. Mais plus que tout, il détestait l’idée qu’Eve souffre et qu’il ait dû le ressentir tout en étant enfoncé jusqu’à la garde dans une autre femme.

Eve n’aurait pas dû avoir la moindre importance pour lui. Que savait-il d’elle ?

Malheureusement, l’excuse ne tenait pas. Caïn n’en savait pas plus sur Eve que lui, et pourtant Caïn l’aimait.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode