Livres
439 038
Membres
368 111

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Marque du corbeau, Tome 1 : Blackwing



Description ajoutée par Gkone 2018-01-10T20:39:33+01:00

Résumé

Sous son ciel brisé et hurlant, la Désolation est une vaste étendue de terre ravagée, née quand la Machine, l’arme la plus puissante du monde, fut utilisée contre les immortels Rois profonds. De l’autre côté de ce désert, grouillant de magie corrompue et de spectres malveillants, les Rois et leurs armées observent encore – et attendent leur heure…

Pour Ryhalt Galharrow, la Désolation n’a pas de secrets. Chasseur de primes armé pour affronter les hommes comme les monstres, il la traverse en quête d’une jeune femme aux mystérieux pouvoirs. Quand il se retrouve pris dans une attaque qui n’aurait jamais dû être possible, émanant des Rois profonds eux-mêmes, seule l’intervention inattendue de celle qu’il recherche lui sauve la vie.

Jadis, cette femme et lui se connaissaient bien. Voilà qu’ils se redécouvrent au milieu d’une conspiration qui menace de détruire tout ce qui leur est cher, et qui pourrait mettre un terme à la trêve fragile de la Machine…

« Assurément l’un des meilleurs livres de Fantasy de l’année. » Fantasy Book Review

« Une œuvre de Fantasy impressionnante dont on n’a pas fini d’entendre parler. Vivement recommandée. » SF and Fantasy Reviews

« Un début impressionnant, doté de personnages complexes et d’un univers fouillé qui laisse pantois. » SFF World

« Ed McDonald dépoussière le genre. Épique. » Fantasy Book Critic

« Un premier roman de Fantasy remarquablement maîtrisé, alliant l’inventivité de China Miéville au rythme soutenu des épopées de David Gemmell. » Anthony Ryan, auteur de Blood Song

« Si vous aimez la Fantasy, alors vous devez lire Blackwing. » Cover to Cover

« Le livre le plus surprenant de l’année. Une sacrée entrée en matière. » SF Books

« Des personnages saisissants, des combats viscéraux et un rebondissement final à couper le souffle. Un usage génial de la magie comme technologie. D’excellents protagonistes, masculins et féminins… en bref, un coup de cœur. Ed McDonald mérite d’aller loin. » Elspeth Cooper, auteur des Chants de la terre

« Un univers original et des personnages inoubliables font de Blackwing un premier roman sombre et puissant. » Brian Staveley, auteur de Skullsworn

« Blackwing est un roman de Fantasy sanglant et cru qui parvient à ne jamais sacrifier le fond. L’univers est à la fois étrange et habité et la puissance de la plume fantastique. Les fans de Joe Abercrombie seront comblés. » Django Wexler, auteur des Mille Noms

« Un excellent cru : trépidant, brutal mais avec une vraie âme. » Tom Lloyd, auteur de la série Une ère de pénombre

« Cru, immersif et palpitant. » Edward Cox, auteur de The Relic Guild

« À ne pas manquer. » Adrian Selby, auteur de Snakewood

« Blackwing est l’un des meilleurs livres de Fantasy que j’aie lus de ma vie. Parfait en tout point. Ed McDonald joue dans la cour de Joe Abercrombie ou de Brandon Sanderson. Mettez de côté ce que vous êtes en train de lire et commencez ce roman sans tarder. » Booknest

« De la Fantasy sombre et réaliste, exécutée à la perfection. » The Book Bundle

« Un récit d’un réalisme viscéral. » SF Crowsnest

« Blackwing est décrit comme de la Fantasy épique qui plaira aux amateurs de Mark Lawrence, Scott Lynch et Daniel Polansky. On comprend pourquoi. » Starbust

« Ed McDonald est un auteur à suivre, avec ce premier volume d’une série des plus prometteuses. » The Book Bag

« Une lecture absolument captivante. J’ai eu du mal à poser ce livre, j’ai adoré et j’en voulais encore. » Lynns Books

« Le lecteur encaisse un déchaînement d’action dans ce qui est vraiment le début phénoménal d’une série unique. » British Fantasy Society

« Blackwing alterne entre fiction post-apocalyptique et Fantasy, tout en parvenant à injecter un sentiment de merveilleux dans tout ce réalisme. J’espère que Joe Abercrombie et Scott Lynch ne se reposent pas sur leurs lauriers, car il y a une nouvelle lame en ville. » Gavin Smith, auteur de The Age of Scorpio

Afficher en entier

Classement en biblio - 26 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Lyanaa 2018-10-31T10:22:29+01:00

Le jour s’étire, la nuit est brune, seul un enfant peut atteindre la lune.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Lu aussi

Dans cet univers de fantasy bien travaillé, j'aurai pu aimé suivre cette histoire.

Mais elle est un peu trop sombre à mon goût.

Les personnages sont travaillés, avec des réactions crédibles. L'intrigue bien pensée bien développée démarre dés les premières pages.

Pourtant je n'ai pas adhéré à cette lecture et je ne crois pas poursuivre la série.

Afficher en entier
Argent

Je n'ai trouvé aucune note steampunk dans ce livre à part une machine que l'on entrevoit à peine dans les dernières pages, donc petit grincements de dents, j'avoue.

L'atmosphère du récit est vraiment sombre, et pas que, dans la désolation où les rois des profondeurs et leurs bêtes attendent l'heure fatidique pour envahir la cité et assujettir l'être humain, mais aussi dans cette propre cité où l'oppression et la misère du peuple est commune.

Ryhalt est un mercenaire un peu sur le retour, qui aime têter régulièrement au goulot pour oublier son passé.

Sous l'ordre du Corbac, un dieu sans nom, il doit sauver son ex amour et si possible, avec elle, le monde aussi. ?..

Afficher en entier
Argent

C'est un roman qui combine des éléments traditionnels de fantasy : combats épiques, terres désolées, rois-sorciers, groupe de héros improbables… On y ajoute une touche steampunk avec cette mystérieuse machine dont personne (surtout pas le lecteur!) ne comprend comment elle fonctionne.

Ce qui fait l'originalité du roman c'est plutôt son mode de narration. Le JE est rare dans ce genre. Le narrateur est un homme amer, cynique, ivrogne, mercenaire...Bref un anti-héros qu'on mépriserait si ce JE justement ne nous donnait pas accès à ses pensées ; du coup on s'aperçoit qu'il a des qualités pour le racheter : son courage, ou sa loyauté envers les membres de sa troupe de mercenaires, par exemple, ou encore le souvenir d'un amour de jeunesse et d'un passé idéalisé. On finit par avoir de la compassion pour lui, et même de l'admiration à la fin quand Spoiler(cliquez pour révéler)tout le monde fuit devant l'ennemi tandis qu'il reste pour défendre la ville et la machine qu'il croit inutile

Une mention spéciale aussi pour le dieu corbeau qui se manifeste de manière plutôt répugnante pour délivrer des messages désespérants. Un anti-dieu ?

Afficher en entier
Argent

Alors que j'ai des piles de livres qui attendent depuis des lustres d'être lus, celui-ci n'a pas fait long feu dans mon HAL.

La couverture superbe me l'a fait sortir un peu plus vite, de plus, j'avais envie de me replonger dans de la fantasy.

Si j'en ai lu assez bien, cela faisait longtemps que je n'avais plus plongé dedans.

De plus, les critiques pour ce roman étaient plus qu'élogieuses, alors, je me suis dit que qui ne risquait rien n'avait rien.

Le voyage fut-il bon ? Non, j'ai manqué de me faire zigouiller par des tas de créatures horribles, je ne compte plus les fois où j'ai eu la trouille, où j'ai dû courir, vendre mon âme en remboursement de dette, manqué de me faire déchirer en deux par des esprits entrés dans mon corps, sans compter que je me suis faite trahir, torturée, et plus, si affinités.

Pire, j'ai même failli perdre la raison dans la Désolation, zone de non droit, terres ravagées peuplées de trucs pas nets (des slweans, des dulchers ou des gillings), le genre de paysage qui devrait naître après le largage de 10.000 bombes H…

Pas un lieu que je recommanderais pour des vacances tranquilles ! Par contre, le bouquin, vous pouvez l'emmener avec vous en vacances pour oublier le temps qui passe ou bien le lire chez vous pour vous évader à petit prix.

Mes compagnons de voyage étaient un navigateur (Tnota) qui ne pense qu'à la bite (on s'est bien entendu tous les deux, même si on ne la met pas au même endroit), une femme acariâtre (Nenn) qui ne pense qu'à se battre et un chef, limite ivrogne et tête brûlée (Ryhalt Galharrow), sombre, rempli de blessures secrètes, sorte de chasseurs de primes et chef des Ailes Noires au ordre du Sans-Nom Corbac et une Fileuse, sorte de magicienne, la mystérieuse et bizarre Ezabeth.

Pas de doute, j'étais bien entourée ! Les chevauchées et les combats furent éprouvants mais au moins, je ne me suis pas emmerdée.

Ambiance d'apocalypse ou de fin du monde, dans cette histoire car les Rois des Profondeurs commencent à bouger et une seule personne se demande si la Machine de Nall (une arme de destruction magique) sera capable de les repousser une fois de plus. Mais ce genre de questionnement est très mal vu par les autorités de la ville…

Bourré d'actions, de péripéties, d'enquête, de fausses-pistes, de questionnements, de doutes et de personnages épiques, ce roman vous fera planer comme un corbeau au dessus d'un champ de cadavres.

Un véritable festin sous mes yeux ! de la fantasy comme je l'aime, avec quelques personnages emblématiques et d'autres qui fraient dans leur univers sans que l'on sache qui est un traître ou pas, qui ment, qui dit la vérité, qui est fou, qui a raison, de la magie, mais utilisée avec parcimonie car il y a un contrecoup à payer…

Là où cette histoire se démarque des autres, c'est dans son final digne d'un esprit vachement retors ! On visait plus haut que certains livres de fantasy, assurément, et ce fut réussi !

Certes, ce n'est peut-être pas de la haute littérature pour certaines journalistes, mais j'ai passé un excellent moment dans ces pages, j'ai vécu une aventure qui ne m'a pas laissé le temps de savourer des mojitos et j'ai eu chaud mes fesses, croyant ma dernière heure arrivée.

Un roman de fantasy que je recommande à tous les fans du genre ou à ceux qui voudrait tâter de l'épée sans jamais en avoir fait.

Ce n'est pas du 4 étoiles, mais on est plus haut que le 3,5 car il y a de la profondeur et de la justesse dans les dialogues, des situations de notre monde (la lutte de classe, pauvreté, exploitation de l'Homme par l'Homme, guerres, discussion sur le sexe des anges quand l'ennemi est à nos portes, croyances et extrémistes religieux), un scénario bien ficelé et une question : tout ce carnage valait-il la peine ?

Le point qui me fâche le plus, c'est la narration à la première personne. On suit les pensées de Ryhalt Galharrow et j'aurais apprécié avoir les pensées ou les actions des autres personnages. Une narration à la 3ème personne ou un changement de POV (Point Of View) aurait fait monter l'intérêt et donc, les étoiles.

Afficher en entier
Pas apprécié

Une entrée complètement obscure... pour moi en tout cas. Les termes précis propre à l'univers de ce roman ne sont pas expliqués, ce qui rend difficile la compréhension des premières pages. De plus, l'écriture est lourde et sans aucun rythme. Il faut aussi passer outre le langage ... outrancier à souhait et se mettre à imaginer des scènes difficiles empreintes de magie assez spécifique paraissent quand même assez irréalistes. Bref, j'ai abandonné au bout de 25 pages avant d'abandonner, faute de pouvoir réussir à m'accrocher à l'histoire. Un glossaire des termes spécifiques à l'univers aurait été bienvenu dès le début du roman pour éclairer le lecteur.

Afficher en entier
Diamant

La marque du corbeau, premier tome d'une trilogie très prometteuse est une histoire de Fantasy ou plutôt de Dark Fantasy au vue de la dureté de l'histoire et des personnages, saupoudré d'une once de Steampunk, pour laquelle je n'ai pas lâché les pages seulement à contrecœur et avec une envie de reprendre à chaque instant.

L'ambiance, ténébreuse à souhait, dans un monde de désolation et de violence nous place avec un vieux briscard, acceptant des missions très périlleuses afin de survivre et de pouvoir payer ses hommes. Il est doué au combat et en stratégie mais aussi assez inconscient sur les risques dans le feu de l'action. Ici il va devoir accepter une mission pour un être immortel et puissant qui lui ordonne d'escorter une magicienne, cette rencontre va changer sa vie.

Cela faisait bien longtemps qu'un roman de Fantasy ne m'avait pas autant emballé, il a même réussi à me réconcilier avec le genre que j'avais un peu mis de côté depuis quelques mois.

Entre "La compagnie noire" de Glen Cook et "La tour sombre 1, Le Pistolero" de Stephen King, les passionnés apprécieront forcément cette histoire diabolique avec ses personnages écorchés dans un monde à l'agonie.

À lire d'urgence !

Voir la chronique sur mon blog :

https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2018/05/blackwing-tome-1-la-marque-du-corbeau.html

Afficher en entier
Lu aussi

http://www.my-bo0ks.com/2018/05/la-marque-du-corbeau-tome-1-blackwing-ed-mcdonald.html

Blackwing est le premier tome de la série La marque du corbeau écrit par Ed McDonald. Attention, pour le coup l'univers est vraiment sombre ! Blackwing est un roman de Dark Fantasy.

On suit les aventures de Ryhalt Galharrow (les noms simples sont beaucoup trop mainstream), un capitaine et chasseur de tête un peu particulier. En effet, la seule chose qui sépare son pays de hordes de monstres autrefois humains mené par des créatures aussi puissantes que maléfiques, c'est la Désolation.

Une zone étrange, brisée voilà des années par une arme surpuissante que personne ne comprend et qui a altéré la réalité elle-même tout en massacrant l'envahisseur. Depuis c'est le statut quo. Les Rois des Profondeurs tentent régulièrement d'infiltrer leurs sbires et espions tandis que des gens comme Galharrow vivent au jour le jour en les traquant de façon sanglante entre deux cuvées dépressives.

Le problème c'est que personne ne comprend comment fonctionne la Machine qui est censé protéger le monde. Elle n'a plus servie depuis des années, et d'inquiétantes rumeurs commencent à courir... Galharrow est hanté par son passé violent et n'est plus aujourd'hui qu'un déchet de l'humanité, mais il reçoit un ordre qui va tout changer. Retrouver puis escorter une femme qu'il aimait dans une autre vie. Une femme mystérieuse, aux pouvoirs impressionnants... et en plein cœur de la dangereuse Désolation.

J'ai beaucoup aimé Blackwing ! D'abord pour son univers, qui se révèle beaucoup plus complexe qu'on ne le croie au début. Complots et machinations subtiles sont au rendez-vous. J'ai eu un peu plus de mal avec le "héros" au début : brisé mentalement, dépravé et dépressif, il se jette sur sa mission pour une femme qu'il a idéalisé à un point ridicule (même lui s'en rend compte). Toutefois j'ai fini par accrocher au fil des péripéties du personnage qui le font bien évoluer.

Dans Blackwing, le ton est très sombre, je dois insister, et l'aspect romance léger. L'humour est quasi-absent, et c'est un roman de fantasy qui flirte plus qu'un peu avec l'horreur que l'on a entre les mains. Face à la menace absolue que représente les Rois des Profondeurs - totalement maléfique - j'ai apprécié de retrouver des "héros" faits de brics et de brocs, avec leurs (nombreux) défauts... et parfois obligés de pactiser avec de "moindres" maux pour réussir à s'en sortir.

Blackwing est un roman prometteur qui ravira les amateurs d'univers obscurs et tourmentés, avec une excellente fin de tome qui m'a tenue en haleine et même agréablement surpris par ses ultimes révélations !

Afficher en entier
Diamant

Ce premier tome est une excellente découverte, je pourrais même suite qu'il s'agit d'un coup de coeur ! On ne croirait vraiment pas qu'il s'agit du 1er livre de l'auteur.

L'écriture est fluide et on est très rapidement transporté dans son univers. L'oeuvre est très originale et sort du lot des livres de fantasy que l'on trouve habituellement.

J'ai apprécié le fait que les personnages ne soient pas tout blanc ou tout noir. Ils ont chacun des défauts (plus ou moins nombreux) et n'en sont que plus attachants. On prend un réel plaisir à les suivre dans cette aventure.

Le dénouement est ponctué de rebondissements haletants et bien pensés. J'ai hâte de découvrir la suite.

Afficher en entier

Dates de sortie

La Marque du corbeau, Tome 1 : Blackwing

  • France : 2018-04-18 (Français)
  • USA : 2017-10-03 (English)

Activité récente

Euskia le place en liste or
2018-10-28T17:19:15+01:00

Les chiffres

Lecteurs 26
Commentaires 8
Extraits 6
Evaluations 13
Note globale 6.91 / 10

Évaluations

Titres alternatifs

  • Blackwing (Ravens' Mark #1) - Anglais

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode