Livres
461 303
Membres
417 532

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par CecLuuna 2018-04-07T09:35:20+02:00

« Rien que d’imaginer que ces sangsues se sont approchées d’elle, pire, l’ont touchée comme l’a fait cet enfoiré, me donne envie de tout briser dans cette fichue baraque. Faut que je garde le contrôle. Mais, bordel, si c’est dur de me retenir de tout éclater, ça l’est encore plus de ne pas la prendre dans mes bras, là, tout de suite, pour la réconforter. Mais elle ne le comprendrait pas, à coup sûr elle paniquerait. Quoi de plus normal ? Je réagirais pareil si j’étais à sa place ; si, après avoir découvert que les vampires sont tout ce qu’il y a de plus réel, et que je viens d’échapper à une attaque dans des circonstances encore inexpliquées, un inconnu me sautait dessus pour me débiter tout un charabia sur les âmes sœurs  ! Il faudrait d’ailleurs commencer par lui expliquer qui nous sommes, qui JE suis…

Merde, comment je vais lui dire ? »

Afficher en entier
Extrait ajouté par barzoi 2018-05-07T08:03:59+02:00

À peine sommes-nous rentrés de notre balade que l’Alpha nous saute dessus dans le salon sans ménagement.

— Mais vous foutiez quoi, bordel ?! J’étais inquiet !

Josh va pour répondre, mais je lui fais signe de la main de se taire et m’adresse moi-même à monsieur psychotique :

— Comme on a annoncé plus tôt : balade en forêt, discussions, j’ai joué avec Zed, ensuite on a rediscuté et enfin nous voilà ! C’est bon, on peut y aller maintenant que tu sais tout, ou faut aussi que je dise quand j’ai fait pipi derrière un arbre ?

Aidan est figé, son visage se ferme. Déjà qu’il n’était pas très avenant à cause de son humeur de chien, alors là… Il se racle la gorge et me regarde dans les yeux.

— Tu as… quoi ? Tu as joué avec ZED ?! s’indigne-t-il.

Afficher en entier
Extrait ajouté par livres-enchantes 2018-02-13T18:36:03+01:00

"Vivre est un risque permanent, dont le premier, le plus douloureux à accepter, est de pouvoir mourir à chaque instant"

Afficher en entier
Extrait ajouté par LipsandcoEditions 2019-04-25T14:51:00+02:00

Tous acquiescent et s’installent sur le canapé, mais Matthew et le reste de la meute ont le sourire aux lèvres.

— On peut savoir ce qui vous fait sourire, vous, maintenant ? Ce n’est pas une légende ! Vous les loups, vous êtres vraiment lunatiques, vous passez en un instant des rires aux pleurs et de la joie à la colère !

— Ava, tu as géré la situation comme une femelle Alpha, tu as remis tous les membres de la meute à leur place, comme une chef ! dit fièrement Matt’, appuyé par le sourire de Josh’ et des jumeaux.

Afficher en entier
Extrait ajouté par LipsandcoEditions 2019-04-25T14:50:43+02:00

— Quand une meute étrangère pénètre sur le territoire d’une autre qui en est officiellement la propriétaire, elle doit l’en avertir pour prouver qu’elle n’est pas là pour lui voler ses terres, ou qu’elle n’est pas animée d’autres intentions belliqueuses. C’est ce que l’on appelle entre nous « montrer patte blanche », mais depuis cette expression a fait son chemin, sans doute par l’intermédiaire des chasseurs, et elle est passé dans le langage humain, elle a d’ailleurs été popularisée par la célèbre fable de Jean de la Fontaine, que tu connais certainement.

Afficher en entier
Extrait ajouté par LipsandcoEditions 2019-04-25T14:50:30+02:00

Tant de choses ont changé depuis mon arrivée dans la meute. Les loups, les vampires, les sorcières et nombreuses autres créatures, la plupart habitant pour moi jusque-là les pires cauchemars, font maintenant partie de la réalité, de ma réalité et de ma vie. Découvrir que j’étais une sorcière et apprendre plus ou moins à me canaliser a été assez difficile. Mais, maintenant, je suis devenue plus que ça, je suis une louve… Au final, que va-t-il rester de la personne que j’étais avant mon arrivée à Arkadelphia, demeure-t-il encore un trait de l’Ava ancienne, l’humaine, la gentille fille inoffensive, un peu paumée, qui serait probablement morte avant d’avoir atteint le même quota d’émotions que celles que j’ai traversées au cours de ces derniers jours ? Désormais, je serais prête à trancher la gorge de n’importe quelle personne essayant de nuire à ma nouvelle famille.

Afficher en entier
Extrait ajouté par LipsandcoEditions 2019-04-25T14:50:17+02:00

— Qui est Analeya ? questionne mon âme sœur en fixant le miroitement du médaillon dans la glace.

La charge affective du regard d’Aidan posé sur ma gorge pâle et nue, ajoutée à la valeur sentimentale de cet objet lié à l’héritage de ma grand-mère, font d’un seul coup de ce collier le fardeau le plus lourd, semble-t-il, que j’ai jamais eu à porter de toute mon existence. Bien qu’il me soit impossible de lui répondre précisément, ce prénom trouve un profond écho dans ma mémoire…

— Il faut que je retourne chez moi ! dis-je en faisant volte-face.

— Tu plaisantes ? Hors de question, répond Aidan qui m’apparaît tout d’un coup telle une montagne insurmontable dressée devant moi.

Et tout en haut de cette montagne, il y a deux gemmes bleues et lisses, deux petites apatites ou deux azurites malachites qui me fixent obstinément, aimantent mon attention, à la surface desquelles je peux voir traverser à une vitesse fulgurante des voiles de tristesse et d’incompréhension sous l’influx nerveux de la colère.

Afficher en entier
Extrait ajouté par barzoi 2018-05-07T08:00:45+02:00

Ce Samuel me fiche la trouille, je dirais même, pour parler franchement, qu’il me fait très, très peur. Cette manière qu’il a de me dévorer du regard est si terrifiante que, par réflexe, je cherche du soutien dans celui de l’autre homme appelé « Sacha ». Il est pour sa part aussi grand que Samuel, les cheveux mi-longs châtains, les yeux bleus, une certaine élégance ressort de sa stature, même au milieu de ces bois sauvages. Surtout au milieu de ces bois sauvages.

— Arrêtez, je vous en prie, ce n’est pas drôle ! Votre ami me fiche les jetons, dites-lui que ça ne m’amuse pas du tout.

— Et vous êtes  ? me demande celui-ci avec nonchalance.

— Ava… Ava Peters, balbutié-je.

Mais qu’est-ce que je fiche à lui donner mon nom ? Pourquoi je ne lui écris pas mon numéro de téléphone et mon adresse sur un morceau de papier aussi, tant que j’y suis !

Sous pression, je suis lamentable, vraiment ! Je suis terrifiée et j’arrive encore à donner des informations ! Dans cinq minutes, ils connaîtront toute ma vie si je continue de jacasser comme une pie !

— Humm… Tiens, tiens, qu’avons-nous là ? Cette petite viennoiserie est-elle disponible ?

Je sursaute et me retourne pour voir un homme brun aux yeux bleus approcher de moi ; il me fixe droit dans les yeux en se léchant les lèvres et en se frottant les mains.

Ils sont combien, c’est pas possible !

Mon cœur s’affole, j’ai froid, je tremble, je sens les prémisses de futures larmes affluer au coin de mes yeux et trahir ma peur. Je suis quasiment encerclée. Aucune possibilité de fuir. Même en courant, ils sont trois.

— Hey, vous deux… Vous ne trouvez pas que ce comportement est quelque peu impoli ? répond ce Sacha avec un sourire sardonique aux lèvres, en s’avançant vers moi à son tour.

Peu à peu, je vois ses yeux se teinter d’un rouge sombre, des veines violines apparaissent autour de ses yeux et ses dents s’allongent à travers ses lèvres. Je remarque tout à coup un autre homme juste derrière lui, blond, très grand, avec une musculature hors norme, des yeux d’un rouge flamboyant qui me fixe en humant l’air et grognant. C’en est trop pour moi, je coupe le silence aérien de la forêt de mon hurlement de terreur.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode