Livres
565 520
Membres
618 806

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Morsure d'Eros



Description ajoutée par FrederiqueDeKeyser 2016-12-26T11:58:00+01:00

Résumé

Il l’attendait depuis toujours…

Le vampire Pâris de Lanfec est de retour à Paris après une longue absence, et la ville est en émoi !

Connue sous le surnom du « Chasseur », la créature compte bien assouvir sa soif de sang et de sensualité auprès de la gent féminine. Or, cette inconstance cache en réalité le besoin impérieux de trouver celle qui saura dompter sa sombre bestialité… Alors qu’il tente de tromper son ennui en se rendant à une énième soirée de débauche, le libertin est foudroyé par la beauté singulière d’une jeune inconnue.

La rencontre de Pâris avec l’envoûtante Aphrodite sonnera-t-elle la fin de la chasse ?

***

Pour lectrices avisées...

***

Afficher en entier

Classement en biblio - 29 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par JohanneX 2017-07-16T11:29:15+02:00

Paris, février 1775

De loin, la cité pouvait en imposer, impressionner par ses fastes, charmer par sa vie florissante, éblouir par son raffinement. Mais, pour peu que vous preniez la peine d'en parcourir les méandres, de sillonner les quartiers abandonnés à eux-mêmes ou ceux que la noblesse avait fuis, le masque tombait bien vite. La misère y côtoyait le luxe sans vergogne, conférant aux lieux une touche d'obscénité. La nuit dans laquelle se fondant Pâris de Lanfec ne parvenait pas totalement à dissimuler la triste réalité.

S'accordant au sinistre tableau, une bourrasque glacée apporta au jeune homme un peu plus de l'effluve nauséabond remontant de la boue infecte qui souillait la rue. La puanteur n'était pas l'apanage des quartiers populaires ou pauvres, elle régnait en maître dans la ville, mettant de fait chaque citoyen sur un pied d'égalité olfactive.

Se chargeant de rendre cette escapade nocturne plus lugubre encore, le vent fit se heurter les enseignes déjà gémissantes; leur carillon geignard et discordant accompagnant le rythme de ses pas qui battaient le sol irrégulier et gelé. Au lieu d'éclairer la voie, la maigre lumière dispensée par les lanternes donnait aux ombres qu'elle produisait l'aspect de spectres menaçants. Le pérégrin qu'il était, ainsi enveloppé de ténèbres, n'étant pas le moins inquiétant d'entre eux.

Car M. de Lanfec était dangereux. A plus d'un titre. Par sa nature, par son tempérament excessif et tourmenté, mais bien plus encore parce qu'il était blessé. Trahi par une femme. Alors oui, il était un homme redoutable d'une manière générale, mais pour l'heure, représentait surtout une menace pour celle qui l'avait dupé. Peu importait qu'il se fût écoulé une interminable année depuis les faits. Le temps n'avait rien effacé.

Remontant la rue du Temps Perdu, il s'immobilisa devant une maison de quatre étages, vestige d'une époque plus prospère du quartier où une seule famille y habitait ; le bâtiment était désormais divisé en petits logements. Son regard glissa sur la façade noircie de l'immeuble, s'élevant jusqu'à la fenêtre qui protégeait sa proie. C'était en tout cas ce qu'elle croyait.

Aucune lueur n'y brillait. A cette heure-ci de la nuit, Mlle de Choisy devait dormir. A moins qu'elle ne fût pas encore rentrée chez elle.

S'était-elle rendue à l'un de ces "petits soupers" qui s'achevaient généralement - pour ne pas dire systématiquement - par toutes sortes de débauches? Se trouvait-elle entre les bras de son amant?

A l'idée, très probable, qu'elle se fût vautrée dans le stupre en son absence, qu'en l'instant même son corps exquis fût livré à des mains impies, à des yeux et des lèvres sacrilèges puisque n'étant pas les siens, Pâris eut un haut-le-coeur.

Il réprima un grognement alors que des images remontaient à la surface des eaux sombres de sa mémoire, celles des souvenirs d'autant plus amers qu'ils étaient nombreux.

Pourquoi fallait-il qu'ils fussent si merveilleux? Si douloureux?

Il avait mis des centaines voire des milliers de lieues entre cette femme et lui, la protégeant de lui et se préservant d'elle.

Mais il était de retour. Et il avait suffi d'aussi peu que cette proximité relative pour qu'il succombât à l'emprise qu'elle exerçait sur lui.

Son désir inassouvi, celui qu'en dépit de tout il ne pouvait s'interdire de ressentir, n'était pas ce qu'il craignait le plus car il savait qu'elle ne serait pas plus épargnée que lui sur ce plan s'il l'approchait de nouveau.

Pas si. Quand.

En revanche, cette terrible envie de la meurtrir prenant directement sa source au coeur de la fureur qu'il avait tenté de juguler le terrifiait. Il connaissait les excès auxquels sa nature pouvait le conduire, surtout si sa colère se trouvait exacerbée par la douleur.

Malheureusement pour sa cible, et peut-être aussi pour lui, il n'était pas mort. Pas tout à fait. Il avait toutefois séjourné aux Enfers. Cette période n'avait rien eu d'un parcours initiatique, sauf à considérer que vivre avec une rage noire en lieu et place de l'esprit, avec pour compagnons le dégoût de soi et un perpétuel inassouvissement, en fût un.

Si la colère et l'écoeurement ne l'avait pas quitté, son envie de tordre le joli cou de la perfide avait fini par s'éteindre.

Il existait d'autres moyens que l'homicide pour obtenir réparation.

Pourtant, Pâris devinait déjà le goût amer de sa vengeance.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Diamant

De la littérature érotique, soit, mais de la vraie, ou comment redorer le blason d'un style méprisé par tous !

Ne cherchez pas un style télégraphié, quelques idées jetées en vrac et un fil conducteur qui se cherche dans un brouillon mal ficelé ... ici c'est la quintessence du roman historique ... mais de fiction ... et torride, certes !

La première scène de sexe fait une centaine de pages, entrecoupée et illustrée de nombreuses réflexions sur l'émancipation de la femme à l'époque, la place des vampires dans cette société d'époque, ainsi que de la psychologie de personnages fouillés en contradiction avec leur époque.

Oui parce que tout est d'époque, j'insiste : l'auteur a le souci du détail historique ... jusque dans les moindres et infimes détails comme les lieux (nom des rues du vieux Paris), les nom des personnages (certains ont existés avec la réputation qui leur convient, comme mentionné dans les archives nationales) et le vocabulaire de circonstance (j'ai douté des subtiles différences entre une bergère, une méridienne, une marquise ... et j'en passe et des meilleures).

Outre le respect du contexte historique, j'ai adoré le cadre de la fiction mythologique qui domine toute cette oeuvre en toile de fond, dictée par l'auteure comme une destinée à laquelle les héros ne peuvent pas échapper.

Enfin, le développement du mode de vie vampirique, particulier à cette auteure, est une délicate broderie qui s'insère parfaitement dans une oeuvre pleine de surprises et de subtilités.

Bref c'est une sublime pièce d'orfèvrerie, j'en ai rêvé, je l'ai adorée, et j'en redemande ! Merci encore à l'auteure pour toutes ses oeuvres fantastiques : c'est un plaisir que de les dévorer !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Snaga78 2019-11-05T19:54:29+01:00
Diamant

Une romance très bien écrite et dans un contexte historique documenté. L'ode à la luxure est principale mais l'histoire de l'évolution des personnages est aussi très prenante.

A lire pour passer un excellent moment

Afficher en entier
Commentaire ajouté par fan06 2019-01-25T19:53:14+01:00
Argent

Ode à la luxure sans retenue, sans limites sublimée d'une plume fine, sensuelle, précise que je découvre. Très belle lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par JohanneX 2017-07-31T23:17:21+02:00
Diamant

Un livre qui m'a attiré par son titre. L'écrivain a su me tenir en haleine pendant toute ma lecture. Absolument génial

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Celence 2017-07-23T12:29:26+02:00
Diamant

Ah la la, cela faisait longtemps que je n'avais pas lu une romance erotique de si grande qualité. Frederique de Keyser nous montre ici toute l'étendue de son talent. Soyons honnête j'ai eu un peu de mal à me mettre dans l'histoire dans le premier tiers du livre, mais ensuite, je n'ai pas pu en décrocher! Purement addictif, original à souhait, ce livre si superbement écrit nous plonge dans l'univers de l'amour et du libertinage au siècle des lumieres. Il n'y a pas un seul personnage sous lequel nous ne sommes pas sous le charme, et la finesse de la plume de Frederique sublime le tout. Bref j'ai adoré !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Skiwa 2017-06-10T16:53:17+02:00
Bronze

Comme globalement tout le monde, je suis aussi mitigée. Alors là oui, il y a du sexe toutes les dizaines de pages quasiment (et je suis sérieuse...). On peut comprendre un peu dans le sens où nous sommes dans une société très libertine au XVIII ° siècle et que les Valerii sont dans notre cas des êtres très charnels. Cependant c'était trop, 600 pages pour 400 pages de sexe c'était un peu long. Mais après j'ai trouvé par moment l'histoire tellement émouvante que j'ai failli pleurer à la fin:

Lorsqu' Aphrodite dévoile la signification du ruban, seul objet laissé à Pâris... mais j'ai aussi été exaspéré:Spoiler(cliquez pour révéler) Je comprends l'idée que, puisque Aphrodite et Appollon sont jumeaux, il y a une sorte de ménage à 4 . Mais est-ce que c'était vraiment utile dans l'histoire ? Personnellement je ne pense pas..

Afficher en entier

http://www.unbrindelecture.com/2017/04/la-morsure-deros-de-frederique-de-keyser.html malgré des personnages assez originaux, je ressors extrêmement mitigée de cette lecture. Honnêtement, si vous n'êtes pas spécialement fan des scènes érotiques,que vous recherchez une bonne intrigue dans l'univers vampirique, passez votre chemin , vous ne trouverez pas ce que vous cherchez avec cet ouvrage .

Afficher en entier

http://fantasybooksaddict.blogspot.fr/2017/04/la-morsure-deros-frederique-de-keyser.html

J'ai plutôt apprécié la mythologie construite autour des fils d'Éros, ces vampires qui ont une âme sœur leur étant destinés dès leur naissance par le dieu, Éros, dont ils descendent. C'est très original ! Le seul problème, c'est qu'elle est, malheureusement, souvent effacée au profit des très (trop) nombreuses scènes de sexe. Pourtant, habituellement, cela ne me pose aucun soucis qu'il y en ai dans les livres. Seulement, ici, c'est l'apothéose, il n'y a pas de juste milieu et franchement, les 650 pages m'ont paru longues ! Cela m'a parfois tellement lassé que j'ai failli abandonner ma lecture !

Heureusement, de temps à autres, un élément venait relancer mon intérêt au niveau de l'histoire, notamment grâce à l'alternance des points de vu des jumeaux, Apollon et Aphrodite, mais aussi les 2 autres vampires.

Globalement, les personnages sont plutôt attachants, surtout les jumeaux, que ce soit pour leur passé ou encore leurs mésaventures amoureuses. On sent qu'ils se portent un amour inconditionnel grâce au lien particulier qui existe entre eux, en plus des épreuves qu'ils ont traversé et qui le ont beaucoup rapproché.

Les vampires ont, quant à eux, un comportement assez déstabilisant parfois, que ce soit dû à leur nature tantôt "douce", tantôt bestiale ; ou à quelques quiproquos, qui surviennent...

En bref, malgré des personnages assez originaux, je ressort extrêmement mitigée de cette lecture. Honnêtement, si vous n'êtes pas spécialement fan des scènes érotiques, je vous déconseille vivement ce livre !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Seregan 2017-04-11T11:24:48+02:00
Argent

La morsure d'Eros est une romance historique très érotique à réserver à un public averti, autant le répéter au cas où ce fait aurait échappé à certains. C'est également une romance paranormale puisque deux des protagonistes sont des vampires très libertins, de vrais débauchés, totalement accrocs au désir, à toutes formes de plaisirs ce qui s'explique beaucoup par leurs origines. Car non contente de brosser un tableau bien particulier sur les moeurs de la société de l'époque, celle du XVIII eme siècle, la ROMANCIERE nous offre une toute autre mythologie de ces fascinantes créatures de la Nuit.

Il ne fait aucun doute que Frédérique de Keyser a voulu pousser les choses à fond au risque de provoquer voire même choquer une partie de son lectorat, en bousculant un peu, parfois beaucoup, les codes de la romance historique.

Si Frédérique maniait parfaitement l'art de l'éloge du sexe bien écrit, je lui " reprochais " parfois de trop privilégier la douceur et la sensualité, la beauté des mots et toujours une ambiance assez poétique autour de ses scènes sensuelles, au profit de l'acte cru poussé à l'audace. Elle s'est lâchée, en maitrisant parfaitement le MF, MM, MMM et MFM ce qui risque ici dans ce cas bien précis, de faire enrager les éternels romantiques, avec cerise sur le gâteau un peu de fétichisme, un passage tout en émoi et lasciveté.

Il y a donc du sexe, beaucoup de sexe, mais ce n'est pas un enchevêtrement de plan c.l destiné à remplir des pages, d'autant que nous avons affaire à un pavé. Derrière il y a du grand Frédérique de Keyser. De longues descriptions pour nous plonger au mieux dans le cadre de l'époque mais surtout dans le confinement de son histoire, une romance compliquée qui fera souffrir sa pauvre héroïne dont nous connaitrons tous les ressentis. Mais c'est aussi un travail de recherches sur cette société très libertine, surtout en privé, même si ce privé accepte ou encourage un certain public. Ce que l'on retrouve dans les maisons galantes ou certains salons littéraires dont le but chuchoté est la soirée de débauches en prévision. Des pratiques honnies au grand jour mais dont certains se délectent dans l'intimité comme l'homosexualité.

C'est ainsi que Antoine, le frère de l'héroïne se cache au début du roman car il est poursuivi pour avoir ce penchant sexuel très contre nature, passible de peines affreuses. Et je parle de lui en premier parce que c'est lui et son compagnon qui m'ont totalement séduite. Leur romance est au second plan mais c'est celle qui m'a le plus touchée, dont j'ai vraiment apprécié les deux caractères, protecteur ou passionné, les deux personnalités, douce ou torturée, leur interaction mais aussi leurs moments de partages intellectuels ou physiques. Car il y a quelques dialogues, mais pas assez à mon sens, Frédérique est douée pour les réparties fines et bien senties. Elle nous sort de son chapeau sensible et magique des déclarations à tomber par terre, toutes différentes les unes des autres. J'ai été toute mashmalowée par ces deux êtres superbes, deux amours.

La romance principale concerne la soeur d'Antoine, Anne, une jeune femme qui va subjuguer le vampire Pâris au point d'explorer toutes les facettes de ses vices, tant il la perçoit comme la seule " élue de son coeur ". Jusqu'au jour où ...Anne se retrouve seule, au fond du gouffre alors que Pâris noie ses rancoeurs dans la débauche, revient, et fait de sa vie une autre sorte d'enfer. Mr Goujat par excellence la traite comme une catin, mais c'est la sienne et elle, petite femme farouche mais totalement soumise à l'emprise de son amour, de cet amour, tarde bien trop à se rebeller, à mon goût. J'ai retrouvé encore une fois le côté vraiment sadique de Frédérique, puis son côté féministe s'est réveillé, quel plaisir !

Encore une fois, Frédérique nous livre un bout d'elle avec toujours autant de générosité, de beauté et d'élégance dans sa plume, et je dois dire au passage que si toutes les romances MM sont aussi délicieuses que celle d'Antoine et son flamboyant mâle, je vais m'y mettre sans tarder !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Laura-T 2017-04-04T10:09:16+02:00
Or

J'ai adoré ce livre qui nous fait découvrir une nouvelle mythologie sur les vampires qui est plus qu originale. Une fois lancé dans la lecture c'est dur d'en décrocher. Le petit point négatif c'est que j'ai trouvé par moment quelques longueurs et un peu trop de descriptions.

Afficher en entier

Date de sortie

La Morsure d'Eros

  • France : 2017-03-08 (Français)

Activité récente

Agl74 le place en liste or
2020-08-02T14:41:47+02:00
Jincia le place en liste or
2018-09-19T04:43:57+02:00

Évaluations

Quizz terminés récemment

Les chiffres

lecteurs 29
Commentaires 11
extraits 5
Evaluations 12
Note globale 8.18 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode