Livres
392 619
Comms
1 377 375
Membres
284 722

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de La mort, simplement ajouté par Didie6 2014-10-22T13:02:19+02:00

Elle était confrontée à un choix étrange, presque absurde : vivre ou ne plus vivre, la différence dans son cas étant devenue si ténue qu’une possibilité équivalait à l’autre.

Afficher en entier
Extrait de La mort, simplement ajouté par Didie6 2014-10-22T13:02:09+02:00

Nous sommes programmés pour vouloir vivre. Une multitude de messagers chimiques nous incitent à la survie. Il faut toute la puissance d’un cerveau humain pour y renoncer, pour lutter contre ce fol appétit d’existence.

Afficher en entier
Extrait de La mort, simplement ajouté par Didie6 2014-10-22T13:01:56+02:00

On peut vivre sans exister. Il convient toutefois de ne jamais s’en rendre compte.

Afficher en entier
Extrait de La mort, simplement ajouté par Didie6 2014-10-22T13:01:47+02:00

Elle n’avait plus qu’un but :retirer les prédateurs du circuit.

Afficher en entier
Extrait de La mort, simplement ajouté par Didie6 2014-10-22T13:01:34+02:00

Ces tordus jouissifs, violeurs,tortureurs, tueurs multirécidivistes ne devaient jamais retrouver la liberté,le plus souvent à cause d’un vice de procédure. Ils recommenceraient aussitôt à semer leurs carnages, le passé l’avait amplement prouvé. L’institution, la loi avait donné la preuve de ses failles à leur égard. À sa décharge, la loi avait été créée pour des humains commettant des crimes d’humains dans un moment de fureur, d’amour, de peur. Or, selon Diane, ces sujets n’étaient plus humains. Ne restait que l’enfermement à vie, pratiquement impossible, ou la mort, simplement.

Afficher en entier
Extrait de La mort, simplement ajouté par Didie6 2014-10-22T13:01:16+02:00

Les prisons étaient engorgées au-delà de l’acceptable. On y entassait de pauvres types qui n’avaient pas commis grand tort avec des psychopathes terriblement violents. On fermait les hôpitaux psychiatriques, remettant en liberté de vraies bombes à retardement, dont la seule excuse était d’être irresponsables, ce qui n’enlevait rien à l’horreur de leurs actes.

Afficher en entier
Extrait de La mort, simplement ajouté par Didie6 2014-10-22T13:01:04+02:00

Les impôts de ceux qui avaient été plumés servaient à payer les primes de ceux qui les avaient plumés.

Afficher en entier
Extrait de La mort, simplement ajouté par Didie6 2014-10-22T13:00:54+02:00

Les psys et moi… je vous apprendrai rien. On bosse ensemble parce qu’on peut pas faire autrement, mais ça veut pas dire qu’on pieute ensemble.

Afficher en entier
Extrait de La mort, simplement ajouté par Didie6 2014-10-22T13:00:38+02:00

On rendait les femmes et les mères responsables de tant de choses ! À croire que les pères n’existaient pas ou qu’ils étaient tous angéliques ou dominés, incapables de protéger leurs enfants, notamment leurs fils. Les mères anthropophages, phagocyteuses, destructrices.

Afficher en entier
Extrait de La mort, simplement ajouté par Didie6 2014-10-22T13:00:29+02:00

Le sexe violent, imposé, n’est qu’une illustration du pouvoir qu’on cherche à reprendre.

Afficher en entier